Port Elizabeth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Port Elizabeth
L’hôtel de ville de Port Elizabeth et la bibliothèque municipale sur Market square
L’hôtel de ville de Port Elizabeth et la bibliothèque municipale sur Market square
Administration
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Province Cap-Oriental
Municipalité Métropole Nelson Mandela
Code postal 6000 — 6001
Démographie
Population 833 746 hab. (2001)
Géographie
Coordonnées 33° 57′ S 25° 36′ E / -33.95, 25.633° 57′ Sud 25° 36′ Est / -33.95, 25.6  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cap-Oriental

Voir sur la carte administrative de la zone Cap-Oriental
City locator 14.svg
Port Elizabeth

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

Voir la carte administrative d'Afrique du Sud
City locator 14.svg
Port Elizabeth

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

Voir la carte topographique d'Afrique du Sud
City locator 14.svg
Port Elizabeth
Liens
Site web http://www.nelsonmandelabay.gov.za/

Port Elizabeth (Bhayi en zoulou, iBhayi en xhosa) est une ville d'Afrique du Sud située dans la province du Cap-Oriental (Eastern Cape). S'étirant sur près de 16 km le long de l’Algoa Bay, elle porte le nom de l'épouse du gouverneur du Cap, Rufane Donkin, fondateur de la ville en 1820. Elle fait partie de la métropole Nelson Mandela. Nommée plus familièrement sous ses initiales de P.E., elle est également surnommée « friendly city », « la ville de l'amitié ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Main street en 1853 (St Mary’s Church, St Marys Terrace, Old Commercial Hall).
Port Elizabeth City hall en 1919
Horse Memorial

La région de Port Elizabeth fut d'abord habitée par les Khoi et les San, des populations qui vivaient de la chasse et de la cueillette. Elle a ensuite été conquise vers l'an 800 par des peuples bantous venus du nord, les Xhosas, qui s'installèrent sur les berges du fleuve Sundays. En 1488, Bartolomeu Dias et son équipage sont les premiers Européens à repérer la côte[1].

La région fut ensuite explorée par les Boers au XVIIe siècle avant que les Britanniques n'érigent le premier établissement européen de la baie d'Algoa en 1799 (Fort Frederick). Quelque 4 000 immigrants britanniques arrivent en 1819 dans la baie d'Algoa et y fondent la ville de Port Elizabeth, baptisée ainsi le 6 juin 1820 par le gouverneur de la colonie du Cap, Sir Rufane Donkin, pour honorer la mémoire de son épouse Elizabeth, décédée en Inde[2]. C'est entre Port Elizabeth et Grahamstown que Piet Retief partage alors son temps avant de rédiger son manifeste et de participer, en 1837, au grand Trek des Boers en tant que chef voortrekker.

La ville devint le plus grand centre urbain britannique de l'est de la colonie du Cap aux portes de la Cafrerie Britannique et du pays Xhosa. Municipalité autonome dès 1861, elle est une ville prospère et un port important grâce au commerce de la laine, du mohair, de la plume d'autruche et de l'or à partir de 1896, attirant de nombreuses personnes issues de communautés diverses (britanniques, indiens, malais, xhosas ...). Durant la seconde guerre des Boers (1899-1902), les Britanniques y construisent un camp de concentration pour y retenir de nombreuses femmes et enfants boers.

Au XXe siècle, l'industrie automobile qui se développe dans sa zone urbaine attire dès les années 1920 des milliers de travailleurs noirs. Elle devient à partir des années 1950 un important centre de résistance contre l'apartheid, et c'est à Port Elizabeth, en 1977, que Steve Biko, fut torturé avant d'être transporté à Pretoria où son décès fut constaté.

Ville plutôt libérale, elle est depuis 1994 dirigée par l'ANC. Une bonne partie des habitants d'origine européenne n'en ont pas moins quitté le centre-ville à mesure que les habitants noirs des townships venaient s'y installer.[réf. nécessaire]

En 2001, lors de l'instauration des nouvelles municipalités, l'agglomération de Port Elizabeth-Uitenhage-Despatch a été unifié et rebaptisé Nelson Mandela Metropol.

Lors des élections municipales du 1er mars 2006, l'ANC l'a emporté largement avec 66 % des suffrages des résidants de la métropole Nelson Mandela (en hausse de deux points) contre 24 % à l'Alliance démocratique (en baisse de 4 points). Nondumiso Maphazi (ANC) a été élu maire le 15 mars 2006, succédant à Nceba Faku.

Démographie et langues[modifier | modifier le code]

Centre-ville de Port Elizabeth
Hôtel de ville (1858)

Selon le recensement de 2007, la ville de Port Elizabeth compte 738 000 habitants au sein d'une municipalité de 1 million d'habitants dont 60 % de noirs, 22,5 % de personnes de couleurs (métis) et 16,5 % de blancs.

La moyenne d'âge de ses habitants est de 26 ans (40 % de ses habitants ont moins de 24 ans contre 5 % qui ont plus de 65 ans).

Un tiers des habitants de la ville sont de langue maternelle afrikaans (principalement les métis et les blancs) contre 12 % de langue maternelle anglaise (indiens et blancs) et 57 % de langue xhosa.

Près d'un tiers de la population est sans emploi. Près de 79 % de ces chômeurs sont des noirs contre 19 % de personnes de couleurs et 2,5 % de blancs. Globalement, 37 % des noirs, 23 % des gens de couleurs et 4 % des blancs sont sans emplois

Plus de 89 % des résidents sont des chrétiens.

Industrie[modifier | modifier le code]

Old Harbour Board Building sur fleming street
Pyramide et phare de la réserve Donkin
Old Grey Institute
Old Pasonage
Les maisons Donkin Street

Port Elizabeth est un centre de construction automobile, avec les usines des américains Ford (montage de moteurs) et General Motors[3], du japonais Isuzu, ainsi que du groupe allemand Volkswagen, toutes situées dans Uithenage mais aussi avec les usines de fabrication de pneumatiques des groupes japonais Bridgestone, allemand Continental AG et américain Goodyear, et un grand port d’exportation doté des plus importantes installations de chargement de minerai de l’hémisphère sud.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Située au bout de la route jardin en venant du Cap, les touristes étrangers la visitent peu et ne connaissent généralement que son aéroport pour venir ou retourner à Johannesburg. Elle pâtit notamment de la réputation d'insécurité qui caractérise son centre-ville depuis plusieurs années. Les autorités tentent de relancer le tourisme local en édifiant à l'entrée du port une statue géante de Nelson Mandela.

Les plages de Port Elizabeth font néanmoins de cette ville située au bout de la « Garden Route » un lieu de villégiature réputé. La ville possède un centre-ville historique intéressant, de nombreux édifices Art nouveau, d'un opéra caractéristique du style victorien ainsi que de nouveaux quartiers rassemblant attractions touristiques et restaurants :

  • le Campanile, symbole de la ville, est une tour de 52 m de hauteur, édifiée en 1923 en souvenir de l’arrivée des colons de 1820. Une terrasse panoramique procure une vue imprenable sur la ville,
  • la place du marché avec L'hôtel de ville (1858) et la bibliothèque municipale (1900), un édifice d'architecture néogothique, devant lequel se tient une statue en marbre de Carrare de la Reine Victoria,
  • la plus ancienne maison conservée de Port Elizabeth au no 7 de la Castle Hill Street,
  • la "Donkin Reserve" de 5 hectares où se trouve une pyramide de pierre élevée par Sir Rufane Donkin en souvenir de sa femme Elizabeth, morte en Inde. Le phare (1861) situé à côté est un musée militaire.
  • le "Horse Memorial" (sur Russel Road) commémore les chevaux de l’armée tués durant la Seconde Guerre des Boers,
  • Fort Frederick (1799), premier édifice en pierre de la région orientale du Cap et plus ancienne construction britannique d’Afrique australe.
  • la King George VI Art Gallery présente des œuvres sud-africaines et britanniques,
  • le St. George’s Park, plus ancien jardin de la ville, dont la serre renferme des orchidées rares,
  • le musée de Humewood possède une salle océanographique avec des squelettes de baleines et des modèles réduits de bateaux, des expositions géologiques et historiques et une galerie ornithologique. On y trouve aussi un parc de serpents, de crocodiles et d'alligators et un océanarium présentant phoques, dauphins, des tortues de mer, des poissons et des pingouins,
  • le parc naturel de Settler’s Park où vivent plusieurs espèces d’antilopes,
  • les plages de King’s Beach, Humewood Beach avec son jardin naturel de « Happy Valley » et Summerstrand.
  • le Boardwalk, nouveau quartier touristique et commerçant de la banlieue de Port Elizabeth.

L'Apple Express est un train à vapeur qui circule tous les jours entre Port Elizabeth et Avontuur (à environ 300 km). Il traverse les vergers de la vallée de Langkloof.

Dans les environs, les touristes peuvent se rendre :

  • au parc national Addo Elephant (8 596 hectares) située à 72 km,
  • au col du Zuurberg et au parc national du Zuurberg (20 777 hectares), peuplé d’antilopes et de singes,
  • à la lagune de Van Staden River dans les « Surrey Hills »
  • à Uitenhage, à 35 km au nord-ouest de Port Elizabeth. La ville fut fondée en 1804. Réputée pour ses jardins, et pour l’ancienne prévôté de la ville, exemple typique d’architecture afrikaner
  • au parc de loisirs « The Springs ».

Voies d'accès[modifier | modifier le code]

Port Elizabeth figure sur le parcours de l'autoroute N2. Elle est une étape importante des lignes de cars Le Cap-Durban. Elle est reliée à Johannesburg via Bloemfontein. Elle est aussi un carrefour routier entre Grahamstown, East London et le Transkei.

L'aéroport de Port Elizabeth (ex-Hendrik Verwoerd Airport) est situé à 5 minutes du centre-ville en voiture.

La gare routière se trouve à Market Square.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ancien nom de rues Nouveaux noms
Market square Vuyisile Mini Square (9 novembre 2010)
Main street Govan Mbeki Avenue

Photographies[modifier | modifier le code]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Port Elizabeth est jumelée avec:

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Alliance française de Port Elizabeth

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation de Port Elizabeth
  2. L'histoire des Donkin
  3. « Le secteur automobile en Afrique du Sud », South Africa.info,‎ 16 février 2009 (consulté le 16 février 2010)