Romain Bouteille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouteille (homonymie).

Romain Bouteille

Nom de naissance Romain Bouteille
Naissance (77 ans)
Paris, France
Nationalité Flag of France.svg Français
Profession Acteur, scénariste, metteur en scène
Films notables Le Locataire, Themroc

Romain Bouteille est un acteur, chanteur et humoriste français né le 24 mars 1937 à Paris (France).

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

En 1968, Romain Bouteille rencontre Coluche avec qui il fonde le Café de la Gare, tandis qu'il se sépare, la même année, de sa compagne Sotha qui épousera Patrick Dewaere (tous les deux faisaient également partie de la troupe).

Il vit actuellement dans la Beauce, après avoir passé trois ans à Marseille où est né son fils Shams, en 1997. Il est marié avec la comédienne Saïda Churchill, avec laquelle il vit depuis vingt ans.

Coluche disait de lui :

« Ce qu'il ne m'a pas appris, je le lui ai piqué. »

Bouteille est l'auteur de près de trente pièces de théâtre.

Bibliographie et one man show[modifier | modifier le code]

  • La Limande bout
  • Les Semelles de la nuit (Romain Bouteille 1974)
  • Une pitoyable mascarade (Romain Bouteille 1977-78)
  • La Dame au slip rouge (Romain Bouteille 1979)
  • La Plus Gentille (avec Marie-Christine Descouard)
  • Je m’appelle Harry Dave (Romain Bouteille seul), théâtre Gramont
  • Le grand vide sanitaire (Romain Bouteille seul 1981)
  • Tragédies au Radar
  • L’Esprit qui mord (Romain Bouteille 1984)
  • La Conscience nationale des faisans d’élevage (Romain Bouteille 1986)
  • Les Filles du sale Grec (Romain Bouteille 1987)
  • On achète bien les veaux (Romain Bouteille 1989)
  • Les Couloirs de la honte (Romain Bouteille 1990)
  • Les Femmes des gens (Romain Bouteille seul 1990)
  • Coupeurs de virages (avec Saïda Churchill 1991)
  • Votre Honneur (de et par Romain Bouteille seul 1995)
  • Le Préféré (de et par Romain Bouteille seul 1997)
  • Le Rire du Yeoman (de et par Romain Bouteille seul 1999)
  • Misère intellectuelle (de et par Romain Bouteille seul 2002)
  • Les Oreilles du chef (de et par Romain Bouteille seul 2005)
  • Les Droits des hommes courbes (de et par Romain Bouteille seul 2006)
  • Ode à un public malveillant (mise en scène par Saïda Churchill 2008)
  • Vacances au bord de la guerre (coécrit avec Saïda Churchill, qu'il met en scène 2008)
  • L'Ordinateur occidental (de et par Romain Bouteille 2009 - 2012)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Voxographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Joyeux Anniversaire

Théâtre[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Y en a pas que des belles de et par Saïda Churchill
  • 1996 : J’arrive de et par Saïda Churchill
  • 2005 : Sujet : Chomsky de et par Saïda Churchill

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Romain Bouteille a décidé de construire une maison il y a trente ans dans une vallée à la frontière de l'Ardèche et de la Haute-Loire. Cette maison construite à partir de la seule base au sol d'une ancienne bergerie, devenue un immense tas de pierres, est maintenant une très belle maison dans le style de la région mais cependant atypique par l'alliance d'un mur de pierres, d'un toit en lauze et d'une immense verrière. Il y passe régulièrement ses vacances avec son épouse (Saïda Churchill) et leur fils Shams. La maison devient petit à petit, une curiosité que les gens des alentours viennent parfois regarder, et demandent même parfois à visiter !
  • Un soir dans la loge, après une représentation de L'Échappée belle, alors que des spectateurs sont venus les féliciter, Henri Garcin et lui, de leur prestation, un vieux monsieur est resté assis dans le fauteuil, silencieux. Henri Garcin le salue, et celui-ci répond : « Le sketch, là, que vous avez présenté, vers la fin du spectacle (il s'agissait de La Vie), j'aurais voulu l'avoir écrit. » Henri Garcin le remercie du compliment et lui demande ce qu'il fait dans la vie, à quoi il répond : « Je m'appelle Ionesco… »

Liens externes[modifier | modifier le code]