Un drame musical instantané

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un drame musical instantané[1] est un orchestre à géométrie variable dirigé par trois compositeurs-improvisateurs contemporains qui ont choisi de signer collectivement[2] leurs créations depuis sa fondation en 1976.

Concept[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Birgé, Bernard Vitet et Francis Gorgé considèrent leurs albums comme des œuvres en soi, des objets finis, en opposition à leurs spectacles vivants dont l'enjeu est de se renouveler sans cesse. Leurs sources sont à chercher aussi bien du côté du rock (d'où sont issus le synthésiste Birgé et le guitariste Gorgé, auteurs du disque-culte Défense de), du jazz (le trompettiste Vitet fonda le premier groupe de free jazz en France avec François Tusques, le Unit avec Michel Portal, joua avec de nombreux jazzmen américains...), des musiques contemporaines ou du cinéma et de la lecture quotidienne des journaux, d'où leur concept de « musique à propos ». On leur doit le retour en France du ciné-concert[3] avec 24 films muets au répertoire dont les plus joués furent Le cabinet du Docteur Caligari de Robert Wiene, La glace à trois faces et La chute de la Maison Usher de Jean Epstein, La Passion de Jeanne d'Arc de Carl T. Dreyer, L'homme à la caméra de Dziga Vertov, L'argent de Marcel L'Herbier...

Historique[modifier | modifier le code]

Après avoir été d'ardents défenseurs de l'improvisation libre, ils montent, de 1981 à 1986, un orchestre de 15 musiciens et musiciennes, et à partir de 1989 se lancent dans des spectacles multimédia avec dispositifs et décors imposants (zapping en direct sur grand écran, feux d'artifice, chorégraphies...), mais leur théâtre musical le plus convaincant restera essentiellement radiophonique, tel du « cinéma aveugle ». Le Drame, comme il est coutume de les évoquer, saura marier instruments acoustiques et électroniques en temps réel aussi bien qu'une lutherie originale conçue et réalisée par Vitet (trompette à anche, contrebasse à tension variable, violon et alto à sillets, balafon géant, clavier de poêles à frire, de limes ou de pots de fleurs, flûtes en plexiglas, pyrophone, etc.).

Après le départ de Francis Gorgé en 1992, Birgé et Vitet continueront à enregistrer et se produire avec des musiciens proches de la « famille » comme le percussionniste Gérard Siracusa. Le groupe, qui a toujours su maintenir son indépendance en maîtrisant ses moyens de production (Studio et Disques GRRR[4]), se dissoudra en 2008. Depuis 2010, le site drame.org offre plus d'une centaine d'heures d'inédits en écoute et téléchargement gratuits.

Après la mort de Bernard Vitet le 3 juillet 2013, Un drame musical instantané décide de se reformer avec Birgé, Gorgé, Hélène Sage et différents invités.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Disques
  • Trop d'adrénaline nuit (GRRR), 1977, réédition + bonus, 2001
  • Rideau ! (GRRR), 1980
  • Pas de cadeau in 18 surprises pour Noël (DeQualité), 1981[5]
  • À travail égal salaire égal, pour orchestre (GRRR), 1982
  • Under The Channel in In Fractured Silence (United Dairies), 1983
  • Les bons contes font les bons amis, pour orchestre (GRRR), 1983
  • L'uniforme in mc Unique, 1984
  • L'homme à la caméra, pour orchestre (GRRR), 1984
  • Das Kabinett des Doktor Caligari in mc Bad Alchemy (Allemagne), 1985
  • Carnage, incl. La Bourse et la vie, N.O.P. dir. Yves Prin (GRRR), 1985
  • French Resistance in Dry Lungs II (Placebo, USA), 1986
  • Interview in mc Planeta, 1986
  • Fear of Vacancy in Journey Into Pain (mc BST, Japon), 1986
  • Don't Lock The Cage in Dry Lungs III (Placebo, USA), 1987
  • L'hallali, avec Frank Royon Le Mée, Dominique Fonfrède, Martine Viard, Louis Hagen-William, L'Itinéraire, dir. Boris de Vinogradov, incl. l'opéra-bouffe La Fosse sur un livret de Régis Franc (GRRR), 1987
  • Sous les mers (GRRR), 1988
  • Qui vive ? (GRRR), 1989
  • ""Der Falsche Mann in Out of Depression (Allemagne)
  • Le futur abyssal in Mouvements (La légende des voix), 1990
  • Le K[6], texte de Dino Buzzati avec Richard Bohringer (GRRR, réédition Auvidis), Nomination aux 9ièmes Victoires de la musique, 1990-93
  • Pale Driver Killed By A Swallow On A Country Road in Dry Lungs IV (Subterranean, USA), 1991
  • Le fond de l'âme effraie : Air Cut in Atomic Zen (Dedali Opera, Japon), 1991
  • North Eating South Starving in A Gnomean Haigonaimean (Johnny Blue, Portugal), 1991
  • Jeune fille qui tombe... tombe, texte de Dino Buzzati avec Daniel Laloux (In Situ), 1991
  • Kind Lieder, neuf chansons qui font mal (GRRR), 1991
  • Rien ne va plus in Dry Lungs V (Subterranean, USA), 1992
  • Utopie Standard in Passionnément (Visa), 1992
  • Urgent Meeting, avec Colette Magny, Didier Malherbe, Michel Godard, Louis Sclavis, Raymond Boni, Gérard Siracusa, Vinko Globokar, Yves Robert, François Tusques, Denis Colin... (GRRR/No Man’s land), 1992
  • Opération Blow Up, avec Brigitte Fontaine, Henri Texier, Luc Ferrari, Joëlle Léandre, Didier Petit, Valentin Clastrier, René Lussier... (GRRR), 1992
  • Musica Per Dimagrire in Musica Propiziatoria (Museo Immaginario, Italie), 1993
  • Zappeurs-Pompiers 2 in Journal de bord (Festival 38e Rugissants), 1993
  • Crasse-Tignasse (texte Der Struwwelpeter traduit par Cavanna), chansons pour les enfants qui aiment avoir peur (Auvidis), 1993
  • Trois morceaux avec la chanteuse Dee Dee Bridgewater et le Balanescu String Quartet in Sarajevo Suite (L’empreinte digitale), 1994
  • ¡Vivan las utopias! in Buenaventura Durruti avec Elsa Birgé (nato), 1996
  • L'instable et So Deep in L'étrange (CMG), 1998
  • Machiavel (GRRR), avec Benoît Delbecq, Steve Arguëlles, DJ Nem, Philippe Deschepper..., 1998
  • Wit in Enhanced Gravity (Yucca Tree, Allemagne), 1999
  • Ça ira in Les Actualités, avec le chanteur mahorais Baco (Les Allumés du Jazz), 2006
  • C'est le bouquet (CD à télécharger avec la revue Sextant, GRRR), 2007
  • 112 heures de musique inédite (près de 800 pièces), en écoute et téléchargeables gratuitement, sur drame.org, 2010-2014
Spectacles
Radio
Vidéo
  • Antène 1, réal. Emmanuelle K, 1983[10]
  • Aujourd'hui en France, réal. Didier Ranz, 1987[11]
  • Le K, réal. Ch. Gomila, avec Richard Bohringer, 1989

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Francis Marmande, « Un drame musical en trois actes et trois personnages », Jazz Magazine, janvier 1990 (page 1, 2, 3 et 4)
  2. « Un pour tous, tous pour Un », la signature collective par Jean-Jacques Birgé sur Tchatchhh (17/01/2008)
  3. Une page sur les films muets par Francis Marmande dans Le Monde (27/04/1989)
  4. Disques GRRR
  5. « Pas de cadeau » par Un d.m.i.
  6. Une page de Fara C sur Le K dans L'Humanité (07/02/1991)
  7. Répétition du K à Quimper sur YouTube (1992)
  8. Répétition de Zappeurs-Pompiers 1 à Montbéliard sur YouTube (22/09/1988)
  9. Captation de Machiavel au Pannonica sur YouTube (1999)
  10. Film d'Emmanuelle K sur Un drame musical instantané Antène 1 (10/04/1983)
  11. Film de Didier Ranz sur Un Drame Musical Instantané Auhourd'hui en France (1987)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]