Grace Jones

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jones.

Grace Jones

Description de cette image, également commentée ci-après

Grace Jones au Festival de Roskilde (2009)

Informations générales
Surnom The Queen of Gay Discos[Note 1]
Nom Beverly Grace Jones
Naissance (65 ans)
Spanish Town, Jamaïque Jamaïque
Activité principale Chanteuse, auteur-compositeur, actrice, mannequin
Genre musical Pop, rhythm and blues, dance pop, synthpop, rock, new wave, reggae, électro, disco, clubbing, urban
Instruments Voix
Années actives 1973 - Présent
Labels Island Records (1977-1985)
Manhattan Records (1986)
Capitol Records (1989)
Wall of Sound (2008)
Site officiel www.theworldofgracejones.com

Grace Jones est une chanteuse, auteur-compositeur, actrice et un ancien mannequin jamaïcaine, née le à Spanish Town en Jamaïque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance[modifier | modifier le code]

Beverly Grace Jones est née en Jamaïque à Spanish Town le 19 mai 1948[1]. C'est la fille de Robert Winston Jones, un prédicateur de l'Église apostolique et de Marjorie Jones (née Williams), dont le père était musicien auprès de Nat King Cole[2]. Elle passe son enfance en Jamaïque avec ses parents et son frère jumeau Christian[3]. Troisième parmi sept enfants, deux sœurs et quatre frères[4], elle reçoit une éducation stricte et religieuse, se rendant à l'église trois fois par semaine[5]. Quand ses parents partent vivre aux États-Unis, elle est élevée par ses grand-parents. À l'âge de 12 ans, en 1965[Contradiction], elle part rejoindre ses parents à Syracuse dans l'état de New York[3],[6]. À l'adolescence, elle commence à se rebeller contre son éducation religieuse, elle est interdite de chanter à l'église avec son frère Christian qui est gay. Elle se met à jouer dans des pièces de théâtre après les cours[7],[2].

Une carrière d'icône de la mode[modifier | modifier le code]

C'est en s'installant à Paris que sa carrière va décoller. À l'âge de 18 ans, Grace Jones s'inscrit dans l'agence de mannequins Wilhelmina Models (en)[8] et emménage à Paris en 1970. Dans la capitale française, elle partage pendant un temps un appartement avec Jerry Hall et Jessica Lange [2]et fait des rencontres déterminantes pour sa carrière, comme avec les stylistes Issey Miyake [7] et Kenzo Takada[9]. Elle apparaît sur les couvertures des magazines Elle, Vogue et Stern.

En 1979, elle rencontre Jean-Paul Goude, qui contribue à faire d'elle une icône. « Jean-Paul Goude: The man who made Grace Jones » (« Jean-Paul Goude: l'homme qui a fait Grace Jones »), titre en couverture le mensuel culturel britannique The Face trois ans après[10]. « On a fait de la magie ensemble », déclare Grace Jones vingt-cinq ans après leur rencontre[4]. Le graphiste la fait poser dans des séries de photo. L'une d'entre elles, la représentant nue en cage, sera qualifiée par la ministre des Droits de la femme Yvette Roudy comme « une atteinte à la dignité des femmes »[4],[11],[12].

Muse d'Andy Warhol et surtout de Jean-Paul Goude avec qui elle crée véritablement son personnage, elle est une des grandes figures des années 1980 régulièrement programmée par Guy Cuevas au Sept, la discothèque de Fabrice Emaer. Le 5 mars 1978, à l'invitation de Fabrice Emaer, elle assure le show d'inauguration du Palace avec sa reprise de La Vie en rose[13]. Dans le premier numéro de Palace Magazine, dont, habillée par Jean-Paul Goude, elle fait la couverture, Grace Jones se rappelle de la soirée : «C'était plein à craquer. Ils m'ont arraché mes costumes. Yves Saint Laurent et Loulou de la Falaise m'ont prêté de quoi me couvrir pour sortir de scène [14]».

Elle est connue pour être l'égérie du couturier Azzedine Alaïa. Sa grande taille d'un mètre soixante-dix-neuf et son physique androgyne lui offrent un succès international.

Chanteuse et actrice[modifier | modifier le code]

En 1977, un contrat avec la maison de disques Island Records lance sa carrière de chanteuse[15]. Celle-ci est d'abord marquée par trois albums aux sonorités disco, Portfolio (1977), Fame (1978) et Muse (1979), produits par l'Américain Tom Moulton (en)[16]. Son premier disque Portfolio, sorti en 1977, compte trois reprises de chansons tirées de comédies musicales: Send in the Clowns de Stephen Sondheim extrait de A Little Night Music, What I Did for Love de Chorus Line et Tomorrow de Annie[17]. Sur le même album, la chanson I need a man touche un public gay, tandis que sa reprise de La Vie en rose d'Édith Piaf lui permet d'asseoir davantage sa notoriété en France.

Son quatrième album, Warm Leatherette sorti en 1980, marque un tournant. Grace Jones abandonne la musique disco pour se tourner vers un style qui allie reggae et new wave. Warm Leatherette, produit par Chris Blackwell, fondateur de Island Records, a été enregistré au Compass Point Studios, aux Bahamas[18]. Le duo de musiciens jamaïcains Sly and Robbie est appelé pour contribuer à l'album avec Grace Jones, qu'ils n'avaient jamais rencontrée auparavant. Ils enregistrent d'abord le morceau Warm Leatherette, puis Private Life, que Sly Dunbar considère comme « l'un des cinq meilleurs morceaux de reggae jamais écrits »[19].

Grace Jones lors du Hurricane Tour en 2009

Au cinéma, elle obtient des rôles dans des films tels que Conan le Destructeur ou Dangereusement vôtre (James Bond en 1985. Dans ce long-métrage, où elle incarne le rôle de May Day), Grace Jones s'est taillé son look avec l'aide du styliste Azzedine Alaïa et de la costumière Emma Porteous[8]. Grâce à Graces Jones, Dolph Lundgren, son compagnon à l'époque obtient un rôle de figurant dans le film[20]. Malgré cette reconnaissance du grand public, elle ne s'investit pas dans une carrière d'actrice jugeant que cette activité prend trop de temps[21].

Grace Jones fait également une incursion dans le jeu vidéo. En 1994, aux côtés de Dennis Hopper, elle prête son visage et sa voix au personnage de Solene Solux dans Hell: A Cyberpunk Thriller (en), un médiocre jeu d'aventure en point-and-click développé par Take-Two Interactive[22],[23].

De fort tempérament, elle s'en est prise physiquement en 1981 au présentateur britannique Russell Harty qui lui tournait le dos pour s'adresser à d'autres invités[24],[25].

Cela faisait dix-neuf ans que Grace Jones n'avait pas réalisé d'album. Le 3 novembre 2008 sort son dixième album Hurricane, produit par Ivor Guest, 4th Viscount Wimborne (en). Dans cet album, elle évoque pour la première fois sa famille, sur les chansons William's Blood et I'm Crying (Mother's Tears)[2]. Dans la foulée, elle a fait une tournée qui l'a notamment emmenée en Australie et en Grande-Bretagne en janvier 2009, puis aux Pays-Bas et au Grand Rex à Paris, le dimanche 22 mars 2009. Sur cette tournée, la diva est accompagnée aux claviers par son fils Paulo Goude [26], qui a écrit la chanson Sunset Sunrise pour l'album.

Elle est ensuite apparue sur les albums Prohibition (2009) et L'un n'empêche pas l'autre (2011) de Brigitte Fontaine et sur scène avec elle au Bataclan. Grace et Brigitte ont en commun d'avoir eu Ivor Guest, 4th Viscount Wimborne (en) comme producteur, mais aussi d'avoir interprété des chansons de Jacques Higelin (Pour Grace Jones, Pars sur l'album Warm Leatherette). Le 16 juin 2013, le producteur britannique annonce qu'il travaille avec Grace Jones sur un nouvel album[27].

Divers[modifier | modifier le code]

Influence[modifier | modifier le code]

Les excentricités, visuelles et vestimentaires, de Grace Jones lui valent d'être considérée comme le modèle d'une génération plus jeune de chanteuses, comme Lady Gaga ou Rihanna[28],[29]. La chanteuse Miley Cyrus déclare que Grace Jones est l'une de ses idoles[5]. La chanteuse française Brigitte Fontaine la qualifie de « reine du dancefloor »[30].

Elle participe à différentes publicités télévisées, dont une pour la Citroën CX[31] en 1986 réalisée par Jean-Paul Goude[32]. En 1988, la revue intellectuelle Notre librairie en fait l' « égérie » qui représente la hausse de la représentation des Noirs dans la publicité en France: «Androgyne, sensuelle, la créature diabolique du publiciste Jean-Paul Goude, mariée avec la haute technologie automobile est devenue le "must" du genre[33]

En 1987 elle ouvre un restaurant français à New York, La Vie en Rose, dans le quartier de Soho, au 76 Wooster street.

Sa reprise de La Vie en rose est utilisée en 1987 dans la série Inspecteur Derrick épisode "Appel de nuit" (saison 14 - épisode 3) et en février 2013 dans un film publicitaire du même nom réalisé, par Sofia Coppola pour le parfum Miss Dior, où l'actrice Natalie Portman tient le rôle principal.

Vie privée[modifier | modifier le code]

De sa relation avec Jean-Paul Goude, elle donne naissance en 1979 à un fils, Paulo Goude[34],[2]. Ce dernier lui donne une petite-fille, Athena[35].

En 1982, elle rencontre Dolph Lundgren (alors étudiant en ingénierie chimique et champion de karaté) lors de l'un des ses concerts à Sydney où il travaillait à la sécurité[20]. Une relation qualifiée par l'acteur suédois de « quatre années de désordre »[36] et un couple immortalisé, nu, par le photographe Helmut Newton[37]. En 1990, elle sort avec l'acteur et karatéka danois Sven-Ole Thorsen[38].

En 2006, elle entame une relation de deux ans avec le producteur britannique Ivor Guest, 4th Viscount Wimborne (en), qui travaillera sur son album Hurricane[39] .

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Portfolio (Island) 1977
  • Fame (Island) 1978
  • Muse (Island) 1979
  • Warm Leatherette (Island) 1980, US Dance chart #20
  • Nightclubbing (Island) 1981
  • Living My Life (Island) 1982
  • Island Life (Island) 1985 - compilation
  • Slave to the Rhythm (Manhattan/Island) 1985
  • Inside Story (Manhattan) 1986
  • Bulletproof Heart (Capitol) 1989
  • Island Life 2 (Universal International) 1996 - compilation
  • Private Life: The Compass Point Sessions (Island) 1998 - compilation
  • 20th Century Masters-The Millenium Collection: The Best Of Grace Jones (Island) 2003 - compilation
  • Universal Masters Collection (Universal) 2003 - compilation
  • The Collection (Spectrum) 2004 - compilation
  • Fame / Muse (No Label) 2005
  • The Grace Jones Story (Island Cat # 9833286) 2006 - Compilation
  • Ultimate Collection (CCM) 2006 - Box Set Compilation
  • Hurricane - 2008
  • London & New York City: Live in Concert - 2010

Singles[modifier | modifier le code]

  • Sorry 1976, Hot 100 #71, US Dance chart #7
  • That's The Trouble 1976, Hot 100 #71, US Dance chart #7
  • I Need A Man 1977, Hot 100 #83, US Dance chart #1
  • La Vie En Rose 1977, US Dance chart #10
  • Do Or Die 1978, US Dance chart #3
  • Comme Un Oiseau Qui S'envole 1978
  • Fame 1978, US Dance chart #3
  • On Your Knees 1979, US Dance chart #28
  • Private Life 1980
  • She's Lost Control 1980
  • Warm Leatherette 1980
  • A Rolling Stone 1980
  • Breakdown 1980
  • Love Is The Drug 1980
  • Pars 1980
  • The Hunter Gets Captured By The Game 1980
  • Pull Up To The Bumper 1981, US Dance chart #2
  • Feel Up 1981
  • Demolition Man 1981
  • I've Seen That Face Before 1981
  • Use Me 1981
  • Walking In The Rain 1981
  • My Jamaican Guy 1982
  • Nipple To The Bottle 1982, US Dance chart #2
  • The Apple Stretching 1982
  • Cry Now, Laugh Later 1983, US Dance chart #33
  • Living My Life 1983
  • Slave To The Rhythm 1985, US Dance chart #1
  • Jones The Rhythm 1985
  • I'm Not Perfect (But I'm Perfect For You) 1986, Hot 100 #69, US Dance chart #4
  • Party Girl 1986, US Dance chart #19
  • Victor Should Have Been A Jazz Musician 1986
  • Crush 1986, US Dance chart #32
  • Love On Top Of Love / Killer Kiss 1989, US Dance chart #1
  • Amado Mio 1990, US Dance chart #11
  • 7 Day Weekend 1992
  • Sex Drive 1993, US Dance chart #1
  • Evilmainya 1993
  • Love Bites 1996
  • Storm 1998
  • Pull Up To The Bumper 2000 remix by Funkstar De Luxe, US Dance chart #4
  • Corporate Cannibal 2008

Filmographie[modifier | modifier le code]


Précédé par
Maud Adams
Kristina Wayborn
James Bond Girl
(1985)
Suivi par
Maryam d'Abo

Citations[modifier | modifier le code]

  • « J'ai un tempérament affreux, affreux. Quand j'entends : 'c'est la règle' ou 'l'ordinateur dit', je deviens folle. Des gens tentent de m'arrêter tous les jours » (site officiel[précision nécessaire])
  • « Je suis une nocturne. Pour moi, la créativité vient la nuit. Il se passe quelque chose avec la nuit. Une énergie différente. La nuit est un vide dans lequel je peux créer » (site officiel[précision nécessaire])

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Reine des discos gay, en français.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « "Robert Winston Jones Obituary" », sur obits.syracuse.com, consulté le 31 décembre 2013
  2. a, b, c, d et e (en) « "State of Grace" », surtheguardian.com, consulté le 31 décembre 2013
  3. a et b (en) « Grace Jones Bio », sur le site Freebase.
  4. a, b et c (fr) « "Interview biographie Grace Jones" », sur ina.fr, consulté le 30 décembre 2013
  5. a et b (en) « "'She groped me, snogged me and howled at the moon': Miranda Sawyer on meeting Jubilee concert sensation Grace Jones" », sur mirror.co.uk, consulté le 26 décembre 2013
  6. (en) « "Grace Jones: 'God I'm scary. I'm scaring myself'" », sur theguardian.com, consulté le 26 décembre 2013
  7. a et b (en) « "'Miss Jones! You are naughty.' The Stool Pigeon interview with a one-woman hurricane" », sur thestoolpigeon.co.uk, consulté le 27 décembre 2013
  8. a et b (en) « "Grace Jones, the exotic May Day" », sur The Afro American, 8 juin 1985, consulté le 27 décembre 2013
  9. (fr) « "Interview biographie du couturier Kenzo" », sur inafr, consulté le 30 décembre 2013
  10. (en) « The Face / The Hacienda / New Steps For The Leisure Industry », sur testpressing.org, consulté le 3 janvier 2014
  11. (fr) « Une marque du siècle" », sur liberation.fr, consulté le 30 décembre 2013
  12. (fr) « "Nous sommes tous des individus" », sur nouvelobs.com, consulté le 30 décembre 2013
  13. (fr) « Bienvenue au Club », sur liberation.fr, consulté le 5 janvier 2014
  14. Benoît Sabatier, Nous sommes jeunes nous sommes fiers : La culture jeune d'Elvis à MySpace, Fayard,‎ 2013 (lire en ligne)
  15. (en) « "Grace Jones buigraphy" », sur www.islandrecords.co.uk, consulté le 31 décembre 2013
  16. (en) « "Lecture: Tom Moulton (New York 2013)" », sur vimeo.com, consulté le 31 décembre 2013
  17. (en) « "Grace Jones – Portfolio" », sur discogs.com, consulté le 3 janvier 2014
  18. (en) « " Grace Jones – Warm Leatherette " », sur discogs.com, consulté le 4 janvier 2013
  19. (en) « "Sly and Robbie interview: Sly and Rabbie" », sur scotsman.com, consulté le 5 janvier 2014
  20. a et b (fr) « "Cinéma. Interview signalement : Dolph Lundgren (Première partie)" », sur ina.fr, consulté le 30 décembre 2013
  21. (fr) « "Auto interview : Grace Jones" », sur ina.fr, consulté le 30 décembre 2013
  22. (en) « "Hell: A Cyberpunk Thriller" », sur www.giantbomb.com, consulté le 31 décembre 2013
  23. (en) « "Hell: A cyberpunk thriller – This is the worst game I’ve ever played" », sur planetarbitrary.com, consulté le 31 décembre 2013
  24. (en) « "Jones slap tops TV chat show poll " », sur news.bbc.co.uk, consulté le 30 décembre 2013
  25. (en) « "Grace Jones on Russell Harty Barmy diva throws legendary strop!!!!" », sur youtube.com, consulté le 30 décembre 2013
  26. (en) « "Grace Jones Brings 'Hurricane' to New York" », sur rollingstone.com, consulté le 30 décembre 2013
  27. (en) « "New GJ album." », sur http://ivorguest.tumblr.com, consulté le 31 décembre 2013
  28. (en) « "Grace Jones is the Original "Lady Gaga" », sur examiner.com, consulté le 31 décembre 2013
  29. (en) « "Move over Rihanna! Grace Jones, 64, shows off her impressive figure in a VERY revealing corset" », surdailymail.co.uk, consulté le 31 décembre 2013
  30. (fr) « "Brigitte FontaineOn boit toujours de son eau " », sur lebonbon.fr, consulté le 31 décembre 2013
  31. Grace Jones Citroen CX Car Advert
  32. Nicolas Meunier, « La pub fait son cinéma : Citroën CX et Grace Jones » Le Blog auto, 15 novembre 2007
  33. Marie-Christine Peyrière avec la collaboration de Jean-Barthélémi Debost, « L'image médiatique sous le regard de Grace Jones », Notre Librairie, no 91,‎ janvier-février 1988, p. 112-115 (lire en ligne)
  34. (en) « "Paulo Goude, son of a hurricane" », sur missgracejones.com, consulté le 30 décembre 2013
  35. (en) « "A Grace Jones Odyssey" », sur standard.co.uk, consulté le 31 décembre 2013
  36. (en) « "This much I know: Dolph Lundgren" », sur guardian.com, consulté le 30 décembre 2013
  37. (en) « "Helmut Newton Grace Jones and Dolph Lundgren, Los Angeles, 1985 " », sur phillips.com, consulté le 27 décembre 2013
  38. (en) « "Queen of Pop Shock Struts Into the '90s : Before Madonna and Annie Lennox, Grace Jones paved the way. Now the multi-media artist sets her sights on 'softer'" », sur latimes.com, consulté le 31 décembre 2013
  39. (en) « "'It's hard being a freak!' Grace Jones has built a 30-year career on scaring the hell out of us. But, she says, she's really a big softie" », sur dailymail.co.uk, consulté le 31 décembre 2013
  40. (en) « " Section de choc (1976) Full Cast & Crew" », sur imdb.com, consulté le 4 janvier 2014
  41. (fr) « "Section de choc" », sur wild-wild-western.over-blog.com, consulté le 4 janvier 2014