Marc Moulin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moulin (homonymie).

Marc Moulin

Naissance 1er septembre 1942
Ixelles, Bruxelles, Belgique
Décès 26 septembre 2008 (à 66 ans)
Ixelles, Bruxelles, Belgique
Activité principale Pianiste, homme de radio
Genre musical Jazz, lounge
Années actives 1961 - 2008
Site officiel http://www.marcmoulin.com/

Marc Moulin (1942-2008) est un pianiste, compositeur, animateur et producteur radio, humoriste, auteur, chroniqueur et touche-à-tout belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Marc Moulin naît en 1942 à Ixelles[1], il est le fils du sociologue et écrivain Léo Moulin et de Jeanine Moulin, poétesse, essayiste et critique littéraire. Il suit des cours de musique à l'académie de musique d'Ixelles[1]. Parallèlement à sa formation musicale, il est licencié en sciences politiques et en sciences économiques de l'Université libre de Bruxelles.

En 1979, il crée, à la suite d'un canular, le groupe de musique électronique Telex avec Dan Lacksman et Michel Moers. Le groupe représentera la Belgique à l'Eurovision en 1980 et terminera parmi les derniers avec trois points distribués par la Grèce qui manquèrent d'être attribué aux Pays-Bas.

Animateur radio sur La Première, créateur des concepts Cap de nuit, King Kong, Radio Crocodile et Radio Cité. Il crée en 1987 avec Jacques Mercier La Semaine infernale (où il propose la saga des "Tilkin") et participe au "Jeu des dictionnaires" (Radio et Télé) en 1989 aux côtés de Philippe Geluck, Soda, Jean-Jacques Jespers, Jean-Pierre Hautier, Jules Metz (Monsieur Météo) durant des années. Il est également chroniqueur au Télémoustique où il signe chaque semaine une chronique acide de l'actualité illustrée par Pierre Kroll sous le titre les humœurs de Marc Moulin.

Pianiste de formation, fondateur du groupe de jazz fusion Placebo, il connait ses plus grands succès au sein du groupe électronique Telex. Il est par ailleurs producteur de nombreux artistes tels Lio, Alain Chamfort ou le groupe américain Sparks. Il est un des artistes majeurs de la scène lounge.

Il est le père du remixeur "Deep house" Denis Moulin dit La Malice.

Mort[modifier | modifier le code]

Marc Moulin décède d'un cancer de la gorge le 26 septembre 2008. Son inhumation a lieu le 29 septembre 2008 au cimetière d'Ixelles, dans la plus stricte intimité selon ses dernières volontés[2],[3],[4], sa mort est annoncée le jour même sur le site du quotidien le Soir et ensuite confirmée par un de ses collègues du Télémoustique[5]. À l'annonce de la nouvelle par téléphone Ron et Russel Mael, des Sparks, auraient fondu en sanglots[6]. Pour Pierre Kroll, qui illustrait ses "humœurs" dans Télémoustique, « Il est irremplaçable. Et je déteste entendre parler d'une vie bien remplie. Marc n'était pas coureur cycliste, mais musicien de jazz et auteur. Il pensait et écrivait. À 66 ans, il ne nous a peut-être donné que la moitié de ce qu'il avait en lui. »[7]

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Telex[modifier | modifier le code]

Avec Placebo[modifier | modifier le code]

  • Ball of Eyes (1971)
  • 1973 (1973)
  • Placebo (1974)
  • Placebo Sessions 1971-74 (2006)

En solo[modifier | modifier le code]

  • Sam' Suffy (1975)
  • Picnic (1986)
  • Maessage (1992)
  • Top Secret (2001)
  • Entertainment (2004)
  • Sam' Suffy (2005)
  • I Am You (2007)
  • Best of (2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Vinciane Baudoux, « Marc Moulin range définitivement son micro et ses claviers », sur Les Cahiers de l'ACME,‎ 2 octobre 2008 (consulté le 15 octobre 2008)
  2. Thierry Coljon, « Générations Moulin », Le Soir,‎ 1er octobre 2008 (lire en ligne)
  3. « Marc Moulin n'enverra plus de Telex », sur actu24.be, Vers l'Avenir,‎ 30 septembre 2008 (consulté le 13 octobre 2008)
  4. Marc Moulin, un homme libre, Politique, revue de débats, Bruxelles, n°56, octobre 2008.
  5. N.Cap, « Marc Moulin s'en est allé », La Dernière Heure,‎ (30/09/2008) (lire en ligne)
  6. Yves Bigot, « Fin de transmission pour Marc Moulin », Libération,‎ 2 octobre 2008 (lire en ligne)
  7. Jean-Luc Cambier, « Top secrets », Télémoustique, no 4315,‎ 8 octobre 2008 (p. 23)