Bernard Vitet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vitet.

Bernard Vitet (né le 26 mai 1934 à Paris, et mort le 3 juillet 2013[1]) est un compositeur français, trompettiste, multi-instrumentiste et cofondateur du premier groupe de free jazz en France en 1964[2] avec François Tusques[3], du Unit avec Michel Portal en 1972[4] et du collectif Un drame musical instantané avec Jean-Jacques Birgé et Francis Gorgé en 1976.

Sa collaboration avec Jean-Jacques Birgé durera 32 ans, pendant lesquels ils cosignent plusieurs centaines de pièces et montent quantité de spectacles où la musique se mêle au cinéma, au théâtre, à la radio, à la littérature, à la danse et aux nouvelles technologies.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernard Vitet participe à la première rencontre entre jazz et musique contemporaine avec Bernard Parmegiani et Jean-Louis Chautemps[5]. Dans les années 1960, il accompagne Serge Gainsbourg[6], Barbara[7], Yves Montand[8], Claude François, Brigitte Bardot[9], Marianne Faithfull, Colette Magny[10] et Brigitte Fontaine. Il joue avec les plus grands jazzmen, de Lester Young à Archie Shepp, d'Anthony Braxton à Don Cherry, de Chet Baker à l'Art Ensemble of Chicago[11], de Steve Lacy à Gato Barbieri, de Jean-Luc Ponty[12] à Martial Solal. Dans ses jeunes années, il a l'occasion de jouer avec Django Reinhardt, Gus Viseur, Eric Dolphy, Albert Ayler

Sous son propre nom il enregistre Surprise-partie avec Bernard Vitet (au trombone à pistons !)[13], La Guêpe[14] sur des textes de Francis Ponge[15], ainsi que Mehr Licht ![16], et près de 200 autres disques avec les précités ainsi que Jean-Claude Fohrenbach, Georges Arvanitas[17], Sunny Murray[18], Michel Pascal[19], Alan Silva[20], Alexander von Schlippenbach[21], Hubert Rostaing, Alix Combelle, Ivan Jullien[22], Christian Chevalier, Jef Gilson[23], Jack Diéval[24], Jac Berrocal[25], Hélène Sage[26]… et Un drame musical instantané (17 albums). En 1995, il signe le disque de chansons Carton[27] avec Birgé, avec qui il collabore pour des musiques de films, d'expositions[28], de CD-Roms[29].

De 1976 à 2008, l'essentiel de son activité est consacrée au collectif Un drame musical instantané qui initie le retour du ciné-concert[30] avec 24 films muets au répertoire dont les plus joués furent Le Cabinet du docteur Caligari de Robert Wiene, La Glace à trois faces et La Chute de la maison Usher de Jean Epstein, La Passion de Jeanne d'Arc de Carl T. Dreyer, L'Homme à la caméra de Dziga Vertov, L'Argent de Marcel L'Herbier… Avec le Drame, en trio ou en grand orchestre, il enregistre plus d'une quinzaine d'albums, et les disques de chansons Crasse-Tignasse[31] et Carton avec Jean-Jacques Birgé proposent une nouvelle direction à leur collaboration où l'improvisation cède progressivement la place à la composition.

Bernard Vitet invente aussi toute une lutherie originale dont la trompette à anche, le cor multiphonique, la contrebasse à tension variable, l'alto à sillets, le dragon, gigantesque balafon et clavier de poêles à frire et de pots de fleurs, un système d'horloges modales particulièrement ingénieux, et des objets étonnants pour Georges Aperghis, Tamia, Françoise Achard… En plus de la trompette, il chante et se produit souvent au bugle, et parfois au piano, au cor d'harmonie ou au violon.

Il compose des musiques de scène pour Jean-Marie Serrault… ainsi que des musiques de films : Les Cœurs verts d'Édouard Luntz, L'Ombre de la pomme de Robert Lapoujade (avec Jean-Louis Chautemps), Bof de Claude Faraldo (en collaboration avec Jean Guérin[32]), La Femme-bourreau de Jean-Denis Bonan

Il meurt le 3 juillet 2013 (à 79 ans), d'insuffisance respiratoire[33].

Sources[modifier | modifier le code]

  • Philippe Carles et Jean-Louis Comolli, Free Jazz Black Power, Ed. Champ Libre, coll.10-18, 1971, p. 418-419
  • Philippe Carles, André Clergeat et Jean-Louis Comolli, Dictionnaire du jazz, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1994 (ISBN 2221078225), p. 1220-1221.
  • Francis Marmande, « Mort de Bernard Vitet, compositeur, trompettiste, multi-instrumentiste », Le Monde du 6 juillet 2013[33]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bernard Vitet ne souffle plus », par Jean-Jacques Birgé, le 3 juillet 2013.
  2. François Tusques Free Jazz, Mouloudji, 1965 (réédition In situ 139, 1991)
  3. François Tusques 1992, Le jardin des délices, in situ 165, 1993 - Octaèdre, Axolotl AXO101, 1994 - Blue Phèdre, Axolotl AXO103, 1996
  4. Michel Portal Unit, No, no but it may be, Le Chant du Monde LDX 74526, 1972 (réédition Universal 038 352, 2003)
  5. Bernard Parmegiani, Pop’eclectic incl. Jazzex (enr.1966), Plate Lunch PL08, 1998
  6. Serge Gainsbourg En relisant ta lettre
  7. Barbara Ni belle ni bonne, Madame
  8. Yves Montand Il n’y a plus d’après, Quand tu dors près de moi
  9. Brigitte Bardot Un jour comme un autre, À la fin de l’été
  10. Colette Magny Répression, Scalen’ CMPCD 03, 1972 (réédition 1990)
  11. Art Ensemble of Chicago, Go home, Galloway 600502, 1970
  12. Jean-Luc Ponty The beginning of…, lp Palm 19
  13. Bernard Vitet Surprise-Partie "D", GEM52/D, années 1950
  14. La Guêpe sur le site de Cultures France
  15. Bernard Vitet La Guêpe, Futura Son 05, 1971 (réédition 2005)
  16. Bernard Vitet Mehr Licht !, GRRR 1003, 1979
  17. Georges Arvanitas, Soul Jazz, Columbia FPX 193, 1960
  18. Sunny Murray, Shandar 10.008, 1968 - Big Chief, Pathé Marconi 1727561, 1969
  19. Michel Pascal Puzzle, Ina 275 742, 2000
  20. Alan Silva Luna Surface, Byg 529.312, 1969 - Seasons, Byg 529.342-43-44, 1970 - Celestrial Communication Orchestra My country (enr. 1971), Leo LR 302, 1989
  21. Globe Unity 67 & 70, Atavistic/Unheard Music Series, 1970
  22. Ivan Jullien Paris point zéro, Barclay, 1965
  23. Jef Gilson Enfin, cd FD 151922, 1962-63
  24. Jack Diéval Sastanak u Studiju II, Cosmic Sounds CS26, 1961
  25. Jac Berrocal Parallèles, Davantage 01, 1976
  26. Hélène Sage Comme une image, GRRR 2014, 1989 - Les Araignées, GRRR 2022, 1997
  27. Birgé Vitet Carton, CD audio/rom GRRR 2021, 1997
  28. Il était une fois la Fête Foraine à la Grande Halle de La Villette (cd Auvidis), 1995 - Jours de cirque au Grimaldi Forum, Monaco, 2002
  29. Au cirque avec Seurat, Réunion des Musées Nationaux / Gallimard / Hyptique), 1996
  30. Une page sur les films muets par Francis Marmande dans Le Monde du 27 avril 1989.
  31. Crasse-Tignasse avec Jean-Jacques Birgé et Gérard Siracusa
  32. Jean Guérin Tacet, Futura Son 14, 1971
  33. a et b Francis Marmande, « Mort de Bernard Vitet, compositeur, trompettiste, multi-instrumentiste », sur Le Monde du 6 juillet 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]