Ferme fortifiée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Au XIVe siècle, au même titre que les édifices religieux, les moulins, les ponts, les maisons, les fermes sont également mises en défense.

But[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle l'art fortificatif ne s'applique pas qu'aux châteaux et villages, on met également en défense des édifices religieux, des moulins, des ponts, de simples maisons et des fermes.

Historique[modifier | modifier le code]

D'une façon générale, on regroupe les bâtiments de manière à ce qu'ils ne s'ouvrent que sur une cour centrale. Celle-ci est fermée par un robuste portail et un fossé isole l'ensemble. Lorsque la défense se compose d'un mur d'enceinte, celui-ci est garni d'échauguettes et de tourelles.

Une ferme peut se mettre rapidement en état de défense, clôtures des cours, jardins et vergers servent à former la première ligne. En cas d'abandon de cette ligne, les défenseurs peuvent se réfugier dans les bâtiments après avoir barricadé les portes en y amoncelant de la terre.

La maison d'habitation peut être reliée aux autres constructions par des lignes de palanques[1] et l'on dispose sur le côté le moins exposé une porte de sortie que l'on couvre par un petit ouvrage, redan ou lunette, permettant au défenseur de la conserver jusqu'à la fin.

La ferme fortifiée de Ponceaux à Montreuil-sur-Brêche

Liste de fermes fortifiées[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une palanque est une palissade formée de gros pieux jointifs et plantés verticalement

Source[modifier | modifier le code]

  • Manuel de l'École supérieure de guerre (1890)