Cricqueville-en-Auge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cricqueville-en-Auge
Façade sud du château.
Façade sud du château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Dozulé
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Auge dozuléen (COPADOZ)
Maire
Mandat
Didier Lecœur
2014-2020
Code postal 14430
Code commune 14203
Démographie
Population
municipale
184 hab. (2012)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 32″ N 0° 03′ 43″ O / 49.2422222222, -0.061944444444449° 14′ 32″ Nord 0° 03′ 43″ Ouest / 49.2422222222, -0.0619444444444  
Altitude Min. 3 m – Max. 127 m
Superficie 6,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Cricqueville-en-Auge

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Cricqueville-en-Auge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cricqueville-en-Auge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cricqueville-en-Auge

Cricqueville-en-Auge est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 184 habitants[Note 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cricqueville-en-Auge (« domaine de l'église ») serait formé du latin villa qui signifie « domaine rural » précédé du scandinave kirkja (« église » en français) et suivi de sa localisation territoriale[1].

Les formes attestées sont Crequevilla et Cricqueville[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Ses lieux-dits et écarts sont : Angoville-la-Véran (commune indépendante jusqu'en 1837)[3], le Lieu Durand, le Cour Brûlée, Bassebourg, la Cour de l'Épinay, le Lieu Larue, les Épines Noires, le Moulin, le Lieu de la Pierre, les Quatre Nations, Belmare, l'Épine, Montavigny, le Lieu Lambert, la Cour de la Ruette, le Pont Frémy et les Monts.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1946 1959 Madeleine Lecœur SE Agricultrice
1959 mars 2001 Raoul Lecoeur SE Agriculteur
mars 2001 mars 2014 Jean L'Hostis SE Électromécanicien retraité
mars 2014[4] en cours Didier Lecœur SE Retraité profession juridique

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 184 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Sous l'Ancien Régime, avant la Révolution, Criqueville-en-Auge comptait déjà 1 feux privilégiés et 12 feux taillables[5] (environ 40 habitants).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
137 156 170 169 256 218 225 230 210
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
213 238 223 204 184 190 205 182 169
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
163 189 179 146 139 140 142 131 166
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
136 120 124 102 125 155 186 186 184
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Cricqueville, sous le patronage de saint Germain, date du XVIe siècle. Le château de Cricqueville date de 1584. Dans la vallée de l'Ancre se trouve l'abbaye du Royal Pré[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2012.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[8].
  1. René Lepelley (1996) Étymologie des noms de communes de Normandie, éditions Charles Corlet, Presse universitaires de Caen, page 104
  2. Arcisse de Caumont (1859) Statistique monumentale de l'arrondissement de Pont-l'Évêque, page 106
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Angoville-la-Séran », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 29 décembre 2009)
  4. « Cricqueville-en-Auge (14430) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 mai 2014)
  5. a et b Arcisse de Caumont (1859) Statistique monumentale de l'arrondissement de Pont-l'Évêque, page 110
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012
  8. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :