Dozulé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dozulé
Dozulé
Le lavoir de la Couperée.
Blason de Dozulé
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Cabourg
Intercommunalité Communauté de communes Normandie-Cabourg-Pays d'Auge
Maire
Mandat
Sophie Gaugain
2014-2020
Code postal 14430
Code commune 14229
Démographie
Gentilé Dozuléen
Population
municipale
2 283 hab. (2016 en augmentation de 15,89 % par rapport à 2011)
Densité 437 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 54″ nord, 0° 02′ 37″ ouest
Altitude Min. 8 m
Max. 139 m
Superficie 5,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Dozulé

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Dozulé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dozulé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dozulé
Liens
Site web www.dozule.fr

Dozulé est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 2 283 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Dozulé est située dans le pays d'Auge, à une dizaine de kilomètres au sud de Dives-sur-mer, Houlgate et Cabourg, trois villes situées au bord de la mer de la Manche.

Communes limitrophes de Dozulé[1]
Cricqueville-en-Auge Grangues Angerville
Cricqueville-en-Auge,
Putot-en-Auge
Dozulé[1] Saint-Léger-Dubosq
Putot-en-Auge Putot-en-Auge, Beuvron-en-Auge Saint-Jouin

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Cul Uslé et Dorsum Uslatum en 1198[2].

Selon Albert Dauzat, suivi par René Lepelley, le toponyme est issu du latin dorsum ustulatum qui aurait désigné une « crête brûlée » (pour les essartages)[2],[3].

Le gentilé est Dozuléen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les Vipart, famille notable de la région de Dozulé après les Silly ont édifié au XVIIe siècle un imposant château sur un terrain situé le long de la route de Cambremer à la sortie de Dozulé. Cet édifice entouré d’eau possédait quatre tours et de nombreuses dépendances dont la ferme de Silly. Aujourd’hui ce château a complètement disparu, mais on peut encore observer le mamelon entouré de douves sur lequel s’élevait cette construction. Plusieurs beaux bâtiments à colombages de la ferme de Silly témoignent encore de ce passé. Les Vipart étaient probablement originaires de Manerbe.

Dozulé reste longtemps un bourg sans importance jusqu'à la Révolution. Cette dernière œuvre pour la création d'un axe routier (nationale 175) entre Caen et Rouen. Cet axe passe à proximité de Dozulé où l'on voit là l'opportunité de s'étendre. Le centre se déplace donc autour de la route et le village triple sa population de par le commerce et l'industrie. Dozulé devient sous Louis-Philippe chef-lieu de canton au détriment de Dives-sur-Mer.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le . Dozulé brûle à la suite des combats qui s'y passent entre les Alliés et Allemands. Le village est libéré le lendemain[4].

Apparitions[modifier | modifier le code]

Une habitante de la commune, Madeleine Aumont, affirme avoir vécu du au des apparitions du Christ sur la Haute Butte de Dozulé. À la demande du prêtre de l'époque, l'abbé L'Horset, elle a transcrit ces visions dans des cahiers. Depuis, des pèlerins venus de toute l'Europe se recueillent régulièrement sur les lieux, où une croix est en projet, appelée communément La Croix glorieuse.

Cependant, le 24 juin 1985, Mgr Jean Badré, évêque de Bayeux et Lisieux, avait déclaré ne pas reconnaître comme sanctuaire le domaine de Dozulé.

Par lettre du 25 octobre 1985 à Mgr Badré, le cardinal Joseph Ratzinger, préfet de la congrégation pour la Doctrine de la Foi, avait expressément approuvé la procédure que l’Ordinaire de Bayeux et Lisieux avait suivie ainsi que les dispositions qu’il avait prises en faisant référence à sa propre responsabilité pastorale.

Cette position est constamment rappelée par l’évêque de Bayeux et Lisieux : « À côté des appels à la conversion, à la confiance envers la Croix glorieuse et à la dévotion eucharistique, les écrits publiés contiennent des accents et des exigences tout à fait inacceptables »[5].

À la suite des déclarations [de qui ?] faites le 29 mai 2011 lors de la messe en l'église de Dozulé, le nouvel évêque de Bayeux-Lisieux, Mgr Jean-Claude Boulanger, a confié à Mme Marie Hélène Mazot la mission d'accueillir au nom de la paroisse les pèlerins se rendant sur la butte de Dozulé faisant d'elle le lien avec l'Église pour renseigner les visiteurs de "la butte" sur la position de l'Eglise.

Une association référencée Association catholique de Dozulé gère le site et accueille les visiteurs.

Par contre, seul le site Internet des Amis de la Croix glorieuse[6] fait référence à ces déclarations [lesquelles ?].

Cette autre association est référencée comme secte par la MIVILUDES[7], ainsi que par de nombreux autres organismes et associations contre les dérives sectaires[8],[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Dozulé
La mairie.
Liste des maires succesifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Louis Legrand   Ancien notaire
Conseiller général du canton de Dozulé (1852 → 1861)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1989[10] Michel Buffet UDF-PR[11] Greffier en chef honoraire
Réélu en 1971, 1977[12] et 1983
mars 1989[13] juin 1995 Jacques Vauvarin[14]   Agriculteur
juin 1995 mars 2001 Jacques Masson   Inspecteur central du Trésor retraité
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Caldairou UMP Retraité
mars 2008[15] En cours
(au 30 avril 2014[16])
Sophie Gaugain UMPLR Attachée ministérielle
Réélue en 2014
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et quatre adjoints[16].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2016, la commune comptait 2 283 habitants[Note 2], en augmentation de 15,89 % par rapport à 2011 (Calvados : +1,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3562802764657298079131 0011 004
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
929960900848834924906867906
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
917879834811845881854891901
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
9349841 2791 4071 5151 6151 8371 8681 899
2013 2016 - - - - - - -
2 0732 283-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services[modifier | modifier le code]

La communauté de communes du Pays d'Auge dozuléen (COPADOZ) est chargée de la gestion, à Dozulé, de l'école maternelle Françoise-Dolto, les deux écoles élémentaires (l'une de CP au CE1 et l'autre du CE2 au CM2), le restaurant scolaire, la garderie du matin et l'étude du soir ainsi que le transport scolaire[21]. Les élèves poursuivent les études au collège Louis-Pergaud de Dozulé[22] ou au collège Paul-Éluard de Dives-sur-Mer[23]. Il existe aussi une école maternelle et primaire privée Saint-Joseph à Dozulé[24].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Les éditions du Chameau ont leur siège à Dozulé.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
L'église Notre-Dame.
  • L'église, du XIXe siècle, s'appelle Notre-Dame du Plessis Esmangard. Elle n'a pu, à l'époque, être achevée (notamment le clocher), faute de moyens. Dans les années 1990, elle a été restaurée, finissant ainsi l'œuvre (pose d'une statue de la Vierge à l'Enfant au-dessus du porche d'entrée). L'ancienne église paroissiale de Dozulé était à l'origine la chapelle du château de Silly. Elle était située loin du bourg actuel à l'endroit où se trouve maintenant une petite chapelle dans le cimetière. En 1832, les habitants décidèrent que cette chapelle, prête à tomber en ruine, était trop petite pour accueillir toute la population (près de 900 âmes) et qu'elle se trouvait trop loin du bourg (environ 1,5 kilomètre). Il fut décidé d'utiliser tous les matériaux provenant de l'ancienne église et de lancer une souscription. Une demande fut faite au roi, Louis-Philippe en 1834 pour avoir des fonds avant de commencer les travaux. Celle-ci fut refusée. L'abbé Durand, le curé de l'époque, encouragea donc ses ouailles à mettre la main à la poche et leur montra l'exemple en versant 1 000 francs. Il en fallait 10 000, il en récolta 20 000. Plus tard, il ramassa encore 64 000 francs. Les travaux furent décidés en 1841 et la pose de la première pierre eut lieu en 1843. La dernière messe dans la vieille église eut lieu en 1846.
  • Ferme pédagogique du Lieu-Roussel[25] à Douville-en-Auge.
  • Lavoir.

Activité, labels et manifestations[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (une fleur) au concours des villes et villages fleuris[26].

Sports[modifier | modifier le code]

Le Dozulé Football Club fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et une deuxième en division de district[27].

Manifestations[modifier | modifier le code]

Dozul' en mai, fête communale[28]. La fête de la pomme a lieu en octobre[29].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Dozulé

Les armes de la commune de Dozulé se blasonnent ainsi :
parti : au premier d'hermine à la fasce vivrée de gueules surmontée de trois tourteaux du même rangés en chef, au second d'argent au lion de sable armé et lampassé de gueules [30]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  3. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, (ISBN 2-86253-247-9), p. 73
  4. « Dozulé (14 Calvados) La libération », sur normandie44lamemoire.com (consulté le 2 janvier 2016)
  5. Vivre pour la Vérité, À propos des « évènements » de Dozulé : intervention canonique de Mgr Badré.
  6. dozule.pagesperso-orange.fr/newsfr.html.
  7. Guide : La protection des mineurs contre les dérives sectaires.
  8. Sectes : liste des sectes du rapport parlementaire français.
  9. Secte : Amis de la Croix Glorieuse de Dozulé.
  10. « Les municipales dans le canton de Dozulé : Alors, Monsieur le Maire ? », Ouest-France,‎
    « Dozulé. - C'est officiel, M. Michel Buffet, 67 ans, greffier en chef honoraire, maire depuis 1965, également président du syndicat intercommunal (SIVOM), ne sollicitera pas un cinquième mandat. »
  11. « Les délégués U.D.F. de circonscriptions », Ouest-France,‎
    « Pont-l'Évêque : Michel Buffet, maire de Dozulé »
  12. « Dozulé : M. Michel Buffet réélu maire », Ouest-France,‎
  13. « Dozulé : M. Jacques Vauvarin (adjoint sortant) élu maire », Ouest-France,‎
  14. « Jacques Vauvarin a été maire de 1989 à 1995 », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  15. « Sophie Gaugain succède à Jean-Pierre Caldairou », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 avril 2015).
  16. a et b « Dozulé (14430) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 mai 2014).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  21. « site officiel de la Copadoz, consulté le 11 mars 2009. »
  22. « site officiel de l'académie de Caen - collège Louis Pergaud, consulté le 11 mars 2009. »
  23. « site officiel de l'académie de Caen - collège Paul Éluard consulté le 11 mars 2009. »
  24. « Site officiel école Saint-Joseph, consulté le 11 mars 2009. »
  25. « Bienvenue au Lieu-Roussel - ferme pédagogique cidre pays d'auge calvados pommeau jus de pomme »
  26. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris », sur cnvvf.fr (consulté le 2 janvier 2016)
  27. « Dozulé F.C. », sur Site officiel de la Ligue de Basse-Normandie (consulté le 2 janvier 2016)
  28. « Ouest-france.fr - C'est parti pour la 13e édition de Dozul'en mai » (consulté le 10 janvier 2014)
  29. « Ce week-end, 15e édition de la Fête de la pomme », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 2 janvier 2016)
  30. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=9184

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :