Marches Bretagne-Poitou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Au XIVe siècle, certaines régions de l'Ouest refusent de payer la gabelle imposée par Philippe Le Bel et se battent avec vigueur, obligeant le roi à faire de la région rebelle une zone franche appelée "Marches communes de Bretagne et du Poitou", exemptée de gabelle[1]. Les Marches de Bretagne-Poitou, situées aux confins du duché de Bretagne et du comté de Poitou (plus précisément aux limites du pays Nantais et du Bas-Poitou), regroupaient des paroisses qui bénéficiaient d'un statut particulier régi à la fois par la Bretagne et le Poitou.

Il s’agit :

  • des marches avantagères
  • des marches communes.

La vallée de Clisson bénéficia à cette époque d’une position frontalière entre l’Anjou, la Bretagne et le Poitou et du système des Marches (Marches Bretagne-Poitou) qui l’exempta des taxes sur les marchandises. La Vallée de la Sèvre nantaise devint une région d’échange important.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région fut le témoin des guerres qui opposèrent les rois de France aux ducs de Bretagne jusqu'à l'union des deux couronnes en 1532. Ensuite commença une période beaucoup plus prospère où la région bénéficiait de son emplacement géographique assurant les échanges entre les provinces de Bretagne et du Poitou et de ses avantages fiscaux. La région des Marches prit part à la guerre de Vendée et fut ravagée par les colonnes infernales du général Turreau dans une sanglante répression.

État des marches séparantes au XVe siècle[modifier | modifier le code]

Marches Bretagne Poitou-fr.svg

Au XVe siècle, la composition des marches est la suivante :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bernadette Bucher, Descendants de Chouans, Paris, Editions de la maison des sciences de l'homme, , 344 p. (ISBN 2-7351-0644-6), p. 38
  2. t. 1, p. 93.
  3. t. 2, p. 748.
  4. t. 1, p. 214.
  5. t. I, p. 400.
  6. p. 397.
  7. t. 2, p. 697.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Catala (dir.), Dominique Le Page (dir.) et Jean-Claude Meuret (dir.) (préf. Daniel Nordman), Frontières oubliées, frontières retrouvées : marches et limites anciennes en France et en Europe, Nantes / Rennes, Centre de recherches en histoire internationale et atlantique / Presses universitaires de Rennes (PUR), coll. « Enquêtes et documents », , 428 p. (ISBN 978-2-7535-1739-4, présentation en ligne).
  • Émile Chénon, « Les marches séparantes d'Anjou, Bretagne, et Poitou », Nouvelle revue historique de droit français et étranger,‎ , p. 18-62 ; 165-211 (lire en ligne), [lire en ligne].
  • René Cintré, « Activités économiques dans les marches de Bretagne aux XIVe et XVe siècles », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, t. 101,‎ , p. 7-36 (lire en ligne).
  • Cintré René, Les marches de Bretagne au Moyen Âge : économie, guerre et société en pays de frontière, XIVe-XVe siècles, Pornichet, Éditions Jean-Marie Pierre, , 238 p. (ISBN 2-903999-11-2).
  • René Cintré et Hervé Ronné (photographies), Les marches de Bretagne, une frontière du Moyen Âge à découvrir, Rennes, Éditions Ouest-France, coll. « Nature des lieux », , 179 p. (ISBN 978-2-7373-5149-5).
  • Frédéric Dean et Virginie Bodin, Les marches de Bretagne, Nantes, , 59 p. (ISBN 978-2-907908-42-9)
    d'après l’exposition du même nom, tenue en 2009.
  • Léon Levillain, « La Marche de Bretagne, ses marquis et ses comtes », Annales de Bretagne, t. LVIII,‎ , p. 89-117 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]