Association des parents d'élèves de l'enseignement libre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Association des parents d’élèves de l’enseignement libre (Apel) est l’unique association de parents d’élèves de l’enseignement privé sous contrat. Avec 823,500 familles adhérentes, c’est la plus importante association de parents d’élèves en France[réf. nécessaire].

Historique[modifier | modifier le code]

La première Apel a été créée il y a plus de 80 ans[1]. En 1924, à Marseille, Eugène Bresson, professeur de droit administratif, a l'idée de rassembler les parents d'élèves des écoles Notre-Dame de la Garde et du Sacré-Cœur. Il reçoit le soutien actif du chef d'établissement du Sacré-Cœur, le Chanoine Audibert. Très rapidement, ces deux hommes estiment que cette association ne peut se limiter à l'enceinte de leur établissement. En février 1930, ils convoquent les parents à la création d'une « Association des Parents des Élèves de l'Enseignement secondaire libre » selon la loi du 1er juillet 1901 . Une assemblée constitutive se réunit le 22 février 1930 à Marseille. 1750 familles marseillaises répondent à cet appel.

Très rapidement après Marseille, d'autres régions fondent une Apel académique : Toulouse, Bordeaux, Clermont Ferrand… En février 1931, Eugène Bresson propose à ces Apel de créer une "délégation nationale" qui devient en 1935 l'Union nationale des associations de parents de l'enseignement libre (UNAPEL).

Jusqu'après la seconde guerre mondiale, les Apel recrutent surtout dans l'enseignement secondaire, même si dès 1932, les parents du primaire peuvent adhérer. La structure de base est la région.

En 1946, les Apel créent leur journal Famille éducatrice, qui s'appellera ensuite La nouvelle famille éducatrice, et enfin Famille et éducation en 1993.

À partir de 1951, avec le vote des lois Marie et Barangé, qui mandatent dans chaque établissement scolaire une association de parents d'élèves pour que les parents puissent percevoir une allocation, les Apel d'établissement se multiplient. Le mouvement se structure alors en échelons départemental, régional et national.

En 2008, l'UNAPEL change de nom et devient l'Apel nationale, tandis que les URAPEL et UDAPEL deviennent les Apel académiques et départementales.

Organisation[modifier | modifier le code]

L’Apel nationale est une association déclarée dans le cadre de la loi 1901. Elle représente 1 500 000 familles qui, dans la diversité de leurs identités sociales, culturelles, politiques, philosophiques ou religieuses, ont librement choisi de confier leurs enfants à un établissement catholique d’enseignement.

Les parents adhèrent aux Apel d’établissement, associations régies également par la loi 1901. Les Apel d’établissement sont regroupées au sein des Apel départementales, elles-mêmes regroupées au sein des Apel académiques, elles-mêmes regroupées au sein de l’Apel nationale.

L’Apel compte :

  • 823 500 familles adhérentes
  • 6500 Apel d’établissement
  • 95 Apel départementales
  • 30 Apel académiques

L’Apel nationale est dotée d’un Bureau national composé de 16 membres.

L’Apel est représentée à tous les niveaux, tant auprès des pouvoirs publics qu’auprès de l’organisation de l’Enseignement catholique.

Au niveau national, l’Apel est en contact régulier avec le ministère de l’Éducation nationale. Elle siège au Conseil supérieur de l’éducation et dans les commissions spécialisées, ainsi qu’au comité consultatif du Haut conseil de l’éducation. Elle siège au Comité national de l’enseignement catholique.

Aux niveaux académique et départemental, l’Apel représente les parents auprès des élus des conseils régionaux et départementaux. Elle représente également les parents au sein des Comités diocésains et académiques de l’Enseignement catholique, ainsi qu’au sein des organismes de gestion départementaux et régionaux de l’Enseignement catholique.

Au niveau des établissements, l’Apel représente les parents au sein du Conseil d’établissement, des conseils de classe et est membre de droit du conseil d’administration des organismes de gestion des établissements (Ogec). Elle représente également les parents auprès des maires de chaque commune.

Au niveau européen, l’Apel est membre de l'Association européenne des parents d'élèves, l'EPA [2] et du CEPEC [3].

Convictions[modifier | modifier le code]

L’Apel est un mouvement apolitique et non confessionnel. Les convictions de l’Apel [4] sont précisées dans son projet du mouvement, actualisé en 2008.

L’Apel est particulièrement attachée à :

  • la primauté éducative de la famille : les parents sont les premiers et les ultimes éducateurs de leurs enfants ;
  • la reconnaissance de la place des parents dans l’école comme membres à part entière de la communauté éducative ;
  • l’importance de la liberté du choix : chaque parent doit pouvoir choisir librement l’école de son enfant ;
  • la défense de l’intérêt des enfants et des familles : les postes d’enseignants et les moyens financiers de l’enseignement privé doivent être accordés, comme le prévoit la Loi Debré de 1959, à parité avec l’enseignement public ;
  • l’accompagnement des parents dans leur rôle d’éducateur pour permettre à leurs enfants de devenir ce qu’ils sont en profondeur, en respectant totalement leur liberté.

Actions[modifier | modifier le code]

Réflexion et débats[modifier | modifier le code]

L’Apel participe au débat national pour toutes les questions concernant la scolarité ou l’éducation. Elle est régulièrement consultée ou auditionnée par les groupes de travail mis en place par les pouvoirs publics.

Elle organise régulièrement les « Petits déjeuners débat de l’Apel » [5] en présence de spécialistes et de responsables politiques pour proposer des pistes de réflexion aux parents sur différents thèmes tels que le stress à l’école, la réforme du collège, les dangers de l’alcool chez les jeunes…

Colloques et les congrès[modifier | modifier le code]

L’Apel nationale organise un congrès tous les deux ans. Le premier congrès national eut lieu à Caen en 1959 sur le thème « Éducation, problème familial ». 20 000 congressistes y assistèrent. Quatre ans plus tard, c'est à Nantes que les parents se réunirent. Se succèdent ainsi au fil des ans, 13 congrès sur des sujets très variés comme : l'école, la communauté éducative, le projet de l'enfant, l'évaluation, l'orientation, l’autorité. Dans cette continuité, le XVIIe congrès de l’Apel s'est déroulé à Clermont-Ferrand sur le thème « Heureux à l’école, une idée folle ? Inventons l’école de demain »[6]. Le XVIIIe congrès a eu lieu à Strasbourg, le XIXe, en 2016, à Marseille sur le thème de « Pourquoi l'école ». Le prochain se déroulera à Rennes.

Semaine des Apel[modifier | modifier le code]

Organisée chaque année à la rentrée, la Semaine des Apel [7] est un événement national destiné à donner de la visibilité aux actions de terrain en mobilisant les équipes des Apel d’établissement autour d’un thème fédérateur, comme la sécurité aux abords des établissements ou l’importance d’une bonne alimentation pour être en forme à l’école.

Orientation et conseils aux familles[modifier | modifier le code]

L’Apel a développé un ensemble de services [8] pour accompagner les parents d’élèves en matière d’éducation et renforcer leurs compétences éducatives.

Le service d’Information et de conseil aux familles[modifier | modifier le code]

Présent dans la plupart des régions et des départements, c’est un service personnalisé et gratuit qui propose :

  • des informations et des conseils sur l’orientation scolaire, les études et les métiers ;
  • des adresses d’établissement ;
  • des informations et un accompagnement pour l’accueil des enfants handicapés ou en difficulté ;
  • des relais vers des associations locales spécialisées

Le bureau de Documentation et d’Information (BDI)[modifier | modifier le code]

Présent dans la plupart des collèges et lycées, il est animé par des parents bénévoles et a pour rôle de :

  • Renseigner les parents et les élèves sur les études et les métiers ;
  • Organiser des conférences, des forums des métiers…

La plate-forme téléphonique Apel service[modifier | modifier le code]

Mise en place par l’Apel, elle s’appuie sur un partenariat avec l’École des parents et des éducateurs. Elle réunit une équipe de spécialistes (conseillers scolaires et d’orientation, psychologues, juristes, etc.) pour répondre à toutes les questions que les parents se posent.

La réforme du collège en 2015[modifier | modifier le code]

L'Apel soutient le projet de réforme de l'enseignement au collège de 2015, porté par la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem[9].

Cette prise de position, acceptée par de nombreuses associations de parents d'élèves locales, suscite des interrogations au sein des établissements maristes de Lyon, lesquels décident finalement une « suspension provisoire de leurs liens statutaires avec l’APEL nationale »[10],[11]. Le quotidien Famille chrétienne[12] précise que cette décision est imitée par d'autres établissements de la région Auvergne-Rhône-Alpes et ferait tâche d'huile. C'est la première fois que l'association est confrontée à un problème de ce genre, à l'instar de la crise que traverse la Fédération des conseils de parents d'élèves de l'enseignement public[13].

Publications[modifier | modifier le code]

Famille & éducation [14] est le magazine de l’Apel envoyé à tous les adhérents. Il apporte aux parents des informations pratiques, des conseils, des témoignages et des pistes de réflexion sur l’éducation et la scolarité de leurs enfants.

L’Apel édite également tous les deux mois Apel infos, publication interne destinée à tous les présidents d’Apel et dans laquelle ils trouvent toutes les informations utiles pour remplir leur fonction de président.

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Nom Mandat Commentaire
Eugène Bresson Président, fondateur de l’Union nationale des Apel.

Le 21 février 1931, il a organisé la première Assemblée générale de la « Délégation nationale », organe de liaison des Apel régionales, association encore non déclarée.

Philippe de Las Cases 1931-1934
Paul Roux 1934-1937
Édouard Lemarchand 1937-1943
Jean Tournassus 1943-1945
Charles Lesay 1945-1949
Pierre Michel 1949-1952
Hilaire de Laage de Meux 1952-1959
Gilbert Robet 1959-1962
Maurice Laune 1962-1967
Paul Duguet 1967-1972
Yves O’Mahomy 1972-1975
Henri Lefebvre 1975-1980
Pierre Daniel 1980-1985
Jean-Alain Vaujour 1985-1988
Alain Cerisola 1988-1992
Philippe Toussaint 1992-1998
Éric de Labarre 1998-2002
Éric Raffin 2002-2006
Véronique Dintroz-Gass 2006-2008
Béatrice Barraud 2008-2012 A reçu les insignes de Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur le 16 mars 2012 [15].
Caroline Saliou 2012 à ce jour A reçu les insignes de Chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur le 16 juin 2015 [16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]