Itsy Bitsy Teenie Weenie Yellow Polka Dot Bikini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Itsy Bitsy Teeny Weeny Yellow Polka Dot Bikini est une chanson fantaisiste américaine racontant l'histoire d'une jeune fille timide hésitant à se montrer dans son nouveau bikini à pois à la plage. Elle a été écrite par Lee Pockriss (en) et Paul Vance (en) et a été interprétée en juin 1960 par Brian Hyland accompagné d'un orchestre dirigé par John Dixon.

La chanson[modifier | modifier le code]

La chanson comporte trois couplets :

  1. la jeune fille n'ose quitter la cabine où elle vient de revêtir son bikini
  2. elle se rend à la plage, mais reste assise sur le sable, enveloppée dans une couverture
  3. elle se baigne finalement dans la mer, mais craint d'en ressortir et reste immergée dans l'eau, en dépit du fait qu'elle a « viré au bleu »

La voix d'une certaine Trudy Packer déclame « Deux, trois, quatre / Dis aux gens ce qu'elle portait ! » à la fin de chaque couplet avant le refrain et « Restez là, nous vous en dirons plus », entendu après le premier refrain et avant le début du deuxième couplet.

Itsy Bitsy Teeny Weeny Yellow Polka Dot Bikini constitue un jalon dans l'évolution des mentalités. Si, en 1960, le port du bikini n'était plus guère objet de controverse en Europe, il en allait autrement aux États-Unis. En traitant la question sur un mode humoristique souriant dans un style très bubblegum pop, au surplus en faisant appel à un chanteur adolescent (Brian Hyland n'avait alors que 16 ans), cette chanson a contribué à désamorcer les contestations et à rendre acceptable le bikini sur les plages américaines.

Réception[modifier | modifier le code]

La version de Hyland a été n° 1 sur le Billboard Hot 100 le 8 août 1960 et est également entrée dans le top 10 d'autres pays comme sa huitième position sur le UK Singles Chart.

Reprises et adaptations[modifier | modifier le code]

Reprises[modifier | modifier le code]

Adaptations en français[modifier | modifier le code]

André Salvet et Lucien Morisse écrivent pour Dalida une version en français, intitulée Itsy bitsy petit bikini. Le disque de Dalida sort en [1].

Une version par Johnny Hallyday, parait en octobre[2]. Une concurrence qui n'est pas du goût de Lucien Morisse, compagnon de la chanteuse et directeur des programmes de la radio Europe n° 1 ; le , dans l'émission Le Discobole, qu'il anime, Lucien Morisse casse en direct le disque de Johnny Hallyday en déclarant « c'est la dernière fois que vous l'entendez »[3],[N 1].

En novembre, Richard Anthony s'ajoute à concurrence, en faisant paraître sa version[4], bientôt rejoint par Dario Moreno[5].

Katia Valère, Ginette Garcin, Alice Dona, Aimable (dans une version instrumentale), Kessler Sisters, Les Stéréo's, Jan et Rod, [...] (la liste n'est pas exhaustive), ont également enregistré Itsy bitsy petit bikini.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une légende (tenace, généralement reprise dans la plupart des biographies - voir quelques exemples plus bas), veut que Lucien Morisse ait cassé le premier disque de Johnny Hallyday en direct à l'antenne et déclaré : « C'est la première et la dernière fois que vous entendez Johnny Hallyday ». Ce fait est faux soutient Jacques Leblanc : si Lucien Morisse a bien cassé un disque à l'antenne ce n'est pas le premier mais le troisième paru à l'automne. Jacques Leblanc rappelle le fait que dès la sortie du premier disque de Johnny Hallyday, le chanteur est largement soutenu par Daniel Filipacchi et Frank Ténot dans l'émission Salut les copains quotidiennement programmée sur la radio dont Lucien Morisse dirige les programmes ce qui rend improbable qu'il ait cassé le disque d'Hallyday à cet instant (source : Jacques Leblanc, livret du coffret CD Johnny Hallyday les EP Vogue, 2012, p. 5, citation : « À sa parution, il fait l'effet d'une bombe et Johnny devient le chouchou de Salut les copains [...] sur Europe °1. [...] Johnny Hallyday chaque jour un peu plus devient l'emblème de Salut les copains, programme quotidien qui bat tous les records d'écoute. »). Biographies (non exhaustives), évoquant l'incident en l'attribuant au premier disque de Johnny Hallyday (sorti en mars 1960, avec la chanson T'aimer follement en concurrence avec la version de Dalida) :
    Daniel Lesueur, L'argus Johnny Hallyday, 2003, Éditions Alternatives, p. 24, citation : « T'aimer follement est l'adaptation en français de Makin' Love, également enregistré par Dalida. [...] On se souvient encore de la crise de nerfs piquée par Lucien Morisse, directeur des programmes de la radio Europe n°1. Il avait cassé le disque en direct à l'antenne... » François Jouffa, Johnny story, 1979, p. 26, citation : « Le disque (T'aimer follement), est distribué dans les radios et l'accueil est très tiède. Lucien Morisse [...], casse le disque en direct sur l'antenne d'Europe n°1, en disant : « C'est la première et dernière fois que vous entendez ce Johnny ». Rémi Bouet, Johnny Hallyday mille et... une vie, 2003, Éditions Sala, p. 26, citation : « Dalida interprète également le titre T'aimer follement, dans un registre fort différent, Lucien Morisse, puissant directeur d'antenne d'Europe n°1, alors fiancé à Dalida, brise en direct, le disque de Johnny dans son émission Le Discobole, jurant qu'on entendra bientôt plus parler du jeune Hallyday. Il reviendra rapidement sur ce jugement, l'anecdote ayant finalement ajouté avec le temps à la légende de Johnny. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.encyclopedisque.fr/disque/4932.html / consulté le 24 août 2015.
  2. Daniel Lesueur, L'argus Johnny Hallyday discographie mondiale et cotations, Éditions Alternatives, 2003, p. 28 : 11 octobre 1960, parution du super 45 tours Itsy bitsy petit bikini.
  3. Jacques Leblanc, livret du coffret CD Johnny Hallyday les EP Vogue, 2012, p. 10, 11.
  4. http://www.encyclopedisque.fr/disque/19010.html / consulté le 29 août 2015.
  5. http://www.encyclopedisque.fr/disque/22735.html / consulté le 29 août 2015.