Hymne à l'amour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hymne à l'amour
Description de cette image, également commentée ci-après
Edith Piaf par les Studio Harcourt en 1950.
Chanson de Édith Piaf
Sortie 1950
Enregistré 1950
2 mai 1950
Durée 3 min 28 s
Genre chanson française
Auteur Édith Piaf
Compositeur Marguerite Monnot

Hymne à l’amour est une chanson d'Édith Piaf sortie en 1950, dont les paroles ont été écrites par Édith Piaf et la musique par Marguerite Monnot.[1]

Devenue un classique de la chanson française, elle compte parmi les plus grands succès d’Édith Piaf.

Histoire[modifier | modifier le code]

Édith Piaf écrit Hymne à l’amour en pensant à l’homme qu’elle aime, le boxeur Marcel Cerdan, rencontré en 1948 à New York, où elle est en tournée. Au début de 1949, le couple achète une maison à Boulogne-Billancourt : c’est dans cet intérieur qu’elle écrit ce qui va devenir l’un de ses plus grands succès.

Arrangé par Albert Lasry, la chanson est déposée le 28 juillet 1949 et approuvée par la SACEM le 8 août[2]. Marguerite Monnot se serait inspiré de la Lied Frühlingsnacht de Robert Schumann en composant la musique[3].

Initialement, Edith Piaf aurait offert L'Hymne à l'amour à Yvette Giraud, qui l'enregistrera seulement après sa mort, en 1965.[4]

Finalement, Édith Piaf chante cette chanson pour la première fois le au « Versailles », un cabaret de New York. Le , Marcel Cerdan meurt dans le crash du vol 009 Air France, et elle monte symboliquement le soir même pour lui rendre hommage en chantant cette chanson.

Elle l'enregistrera finalement avant le 2 mai 1950 avec l'orchestre de Robert Chauvigny.

Édith Piaf interprète la chanson dans le film Paris chante toujours de Pierre Montazel, en 1952.

En 2016, un sondage réalisé par l'institut BVA la désigne « chanson d'amour francophone préférée des Français[5]. »

Reprises[modifier | modifier le code]

Depuis, la chanson a été reprise plusieurs fois et adaptée dans diverses langues, avec quelques adaptations du texte quand l’interprète est un homme, comme Johnny Hallyday (lors de son spectacle Lorada Tour en 1995-1996), « je me ferais teindre en blonde » devenant « j’oublierais brunes et blondes »[6].

En français[modifier | modifier le code]

Au Québec, la chanteuse Nicole Martin en a fait le titre de l’un de ses albums (« L'Hymne à l'amour » en 1976) et Hymne à l’amour est devenu l’un de ses plus grands succès. Elle le reprend même à nouveau en 2010 et l’incorpore à son album Cocktail de douceur.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

A la télévision[modifier | modifier le code]

En littérature[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • Elle a été enregistrée en 1954 par la chanteuse Kay Starr sous le titre If You Love Me (Really Love Me).
  • Elle a été traduite en anglais par Brenda Lee en 1961 sur l’album Emotions, sous le titre If You Love Me.
  • En 1976 aussi Mary Hopkin l’enregistre et connaît un succès en Grande-Bretagne.
  • En 2015, version reggae de Kiddus I sur l'album Take a Trip. Une version différente est incluse en 2019 sur l'album Inna de Yard.
  • En 2017, Phil Collins reprend la chanson dans sa tournée Not Dead Yet sous le même titre que Kay Starr.

En japonais[modifier | modifier le code]

La chanson est adaptée en japonais dans les années 1950 sous le titre Ai no Sanka (愛の讃歌?), version reprise de nombreuses fois par la suite. Hikaru Utada sort en 2010 sa propre adaptation de la chanson, Hymne à l'amour ~Ai no Anthem~.

Single d'Hikaru Utada[modifier | modifier le code]

Hymne à l’amour
~Ai no Anthem~

Single de Hikaru Utada
extrait de l'album Single Collection Vol.2
Sortie Drapeau du Japon Japon :
Enregistré Drapeau du Japon Japon
Genre J-pop
Format Single digital
Label EMI Music Japan

Singles de Hikaru Utada

Singles par Utada

Hymne à l'amour ~Ai no Anthem~ (Hymne à l'amour ~愛のアンセム~?) est une chanson d’Hikaru Utada, sortie en "single digital" en 2010. C’est une nouvelle adaptation en japonais de la chanson Hymne à l’amour d’Édith Piaf. Hikaru Utada a écrit pour l’occasion de nouvelles paroles sur la musique de Marguerite Monnot, différentes de celles de l’adaptation de 1951 habituellement reprise au Japon, Ai no Sanka (愛の讃歌?).

La chanson d’Utada sort en téléchargement au Japon sur le label EMI Music Japan, d’abord le en sonnerie pour téléphone portable dans une version courte, puis en « single digital » le suivant dans sa version complète. Elle atteint la 7e place du classement Billboard Japan Hot 100. Elle sort également en téléchargement aux États-Unis le suivant.

La chanson d’Utada est utilisée comme thème musical pour une publicité pour la marque Pepsi Nex dans laquelle apparait la chanteuse, dans le cadre d'une campagne publicitaire composée d’une série de clips mettant en scène des vedettes reprenant des chansons célèbres, dont Kumi Koda, Perfume ou L'Arc-en-Ciel. La reprise d’Utada sert aussi à promouvoir sa double-compilation Single Collection Vol.2 qui sort le mois suivant et sur laquelle elle figure, sur le disque supplémentaire consacré aux nouveautés. Une autre des nouvelles chansons de cet album, Can’t Wait ’Til Christmas, lui succédera dans une seconde publicité pour Pepsi Nex avec Utada en décembre.

Autres langues[modifier | modifier le code]

  • Himno al amor, en espagnol, par Paloma San Basilio, Dyango, Brenda Asnicar
  • Hino ao amor, en portugais, par Dalva de Oliveira, Maysa Matarazzo (album Maysa É Maysa... É Maysa... É Maysa/ 1959), par Samuel Julião (2012)
  • Inno all'amore, en italien, par Milva (1961)
  • Himna Ljubavi en serbe, par Senka Veletanlić (1962)
  • Hymni Rakkaudelle, en finnois, par Tuulikki Eloranta (album Hymni Rakkaudelle/ 1974), Irmeli Mäkelä, Ragni Malmstén, Marjatta Leppänen
  • Loflied Der Liefde en néerlandais, par Conny Vandenbos
  • Til Dig, en danois, par Bamse (album Din Sang/ 1977)
  • Kap Nei (給你 To You), en cantonais, par Anthony Wong (album Yeuk Seui/ 2006)
  • Innu à l'Amore, en corse, par le groupe "I Campagnoli" (2015)

Versions instrumentales[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Édith Piaf, Hymne à l'amour : blues chant et piano ou accompagnement, Edimarton, (lire en ligne)
  2. « Musée SACEM : Bulletin de déclaration "Hymne à l'amour" », sur musee.sacem.fr (consulté le 31 octobre 2020)
  3. « Quelques exemples », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2020)
  4. « "C'est l'amour qui fait rêver" : Edith Piaf, parolière », sur France Culture, (consulté le 26 mai 2020)
  5. « BVA - Sondages : Les Français et l'amour », sur www.bva.fr (consulté le 28 novembre 2018)
  6. Daniel Lesueur L’argus Johnny Hallyday discographie mondiale et cotations, Éditions Alternatives, 2003, page 166 citation : Les paroles originales du plus grand succès d’Édith Piaf ont été légèrement modifiées. En effet, on imagine mal Johnny chanter « Je me ferais teindre en blonde si tu me le demandais ».
  7. (en) « Closer by Josh Groban », sur Josh Groban Official Website (consulté le 19 janvier 2019)
  8. (P) 2014 Universal Music Spain, S.L., bajo licencia exclusiva de Sílvia Pérez Cruz y Raül Fernadez Miró
  9. « Du cabaret au music-hall pour "Plus de Vie" (France 3) - Leblogtvnews.com », sur Leblogtvnews.com (consulté le 26 septembre 2020).