C'est la vie (album de Johnny Hallyday)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir C'est la vie.
C'est la vie
Album de Johnny Hallyday
Sortie 1977
Enregistré au Studio 92
Genre chanson française
Rock
Producteur Jacques Revaux
Label Philips

Albums de Johnny Hallyday

Singles

  1. Tant pis… C'est la vie
    Sortie : 16 novembre 1977
  2. J'ai oublié de vivre
    Sortie : 1er février 1978

C'est la vie est le 23e album studio de Johnny Hallyday, sorti le 18 octobre 1977.

Enregistré à Boulogne-Billancourt au Studios 92, l'album est réalisé par Jacques Revaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section n’est pas rédigée dans un style encyclopédique. Améliorez sa rédaction !

« C'est la vie », avec ses hauts, avec ses bas et en cet automne 1977, la vie vue par Johnny, cela ressemble au « trente sixième dessous[1],[2] ».

Triste jour que ce 16 août, où une étoile s'éteint[3]. Et pas n'importe laquelle, cette étoile-là, c'est celle qui a montré le chemin, celle à qui on a voulu ressembler... mais même les icônes sont mortelles, alors : « Le King est mort, vive le King ! ».

À l'annonce de la mort d'Elvis, Johnny déclare :

« Avec la mort d'Elvis Presley, c'est toute ma jeunesse qui meurt. Je n'ai aucune honte, encore maintenant à reconnaître m'être inspiré de lui. Le génie spontané n'existe pas. On s'inspire, puis on améliore.[4] »

Presley rejoint au Panthéon du Rock les nombreux destins trop tôt interrompus tels : Eddie Cochran, Gene Vincent, Buddy Holly… « Tant pis… c'est la vie ».

C'est précisément par là que commence l'album, par cette chanson Tans pis… c'est la vie (adaptée du titre C'est la vie, extrait de l'album Works Volume I d'Emerson, Lake and Palmer), où une fois encore on nous raconte l'histoire d'une rupture. Les amours brisés Hallyday les a souvent chantés et sur bien des rythmes, mais rarement avec autant de tristesse et de gravité dans la voix.

C'est pas comme ça que tu l'oublieras est une chanson rock qui évoque l'errance alcoolisée d'un qui veut oublier celle qui… et d'un ami qui est là pour le clamer :

« … C'est pas comme ça, qu'tu l'oublieras - viens on va faire la route à pied, on va marcher le nez dans ciel et on va rire à en pleurer et c'est seulement comme ça que tu… »

L'auteur, Gilles Thibaut, s'inspire de la chanson de Jacques Brel Jef[5], les paroles expriment le même désespoir, la même tristesse, seul le rythme diffère.

La croisière des souvenirs, c'est avec quelques années de plus Souvenirs, souvenirs qui aurait perdu toutes ses illusions. Avec ce titre, Hallyday évoque tous ces destins brisés sur la route du rock[6] :

« On va faire un tour sur le boulevard du Rock'n'roll / un clin clin d'œil à Gene et Be Bop a Lula - […] - et le rictus d'Elvis sera mon seul sourire - […] - la tête de mort aux yeux qui brillent c'est ça la croisière de mes souvenirs. »

C'est là que l'idole, face à lui-même redevient Un homme comme les autres :

« Je ne suis pas qu'une photo qu'on accroche au mur / je ne suis pas ce Superman pour des aventures de cinéma / j'ai moi aussi envie de vivre libre au soleil / Moi aussi je vois briller les stars dans le ciel, les stars les vrais et leurs secrets…[7] »

J'ai oublié de vivre chante-t-il alors, dans ce qui est l'unique tube de l'album ; un « méga » tube qui devient l'un de ses plus grand succès des années 1970[8].

Les mots de Je suis vraiment très bien tranchent comme des couteaux :

« Tu t'en vas, pauvre fille cracher ton poison
je sais la morsure que fait le serpent
j'ai le cœur marqué de tes dents
au fond de ton regard l'envie de crever
va traîner au hasard ton ventre affamé
moi maintenant je suis bien ». »

Le Rock, ça se joue au Paradis ? Et d'ailleurs, des rockeurs, y en a-t-il là-haut ? En tout cas il y en est un qui est déjà au purgatoire et qui avant de franchir le pas, vers son éventuelle admission chez Saint-Pierre pose ses conditions, (parce qu'il ne voudrait pas être « roulé boulé » dans la farine) :

« Mon dieu j'arrive du purgatoire après deux siècles de repentis
où sont les filles du paradis ?
L'ange qui rigole derrière mon dos m'a pourtant dit
que pour m'être tenu à carreau, je verrai les plus belles filles du monde
Comment se fait-il qu'un de vos saint puisse ainsi sous vos yeux parjurés ?
Mais où sont les filles du paradis… »

À cette heure, le rock 'n' roll semble bien être la seule chose qui lui mette un peu de baume au cœur à ce « chanteur triste », alors il y retourne, telle une cure de jouvence[9] et une fois encore le proclame « à tue tête » :

« Le Rock'n'roll est né
Les enfants se sont réveillés
Quand la musique devient sauvage
Fini le temps des enfants sages. »

Autour de l'album[modifier | modifier le code]

  • Référence originale : Philips 9120 245
  • Référence CD (édition 2000) : 546 946-2

Il a été extrait de l'album les 45 tours suivants:

  • Promo Hors Commerce / Tant pis… c'est la vie - Les filles du paradis / sortie le 16 novembre 1977 / référence originale : 68337448
  • C'est la vie - Au secours / sortie le 16 novembre 1977 / référence originale : 6172071
  • J'ai oublié de vivre - Les filles du paradis / sortie le 1er février 1978 / référence originale : 6172092 / (existe sous 2 pochettes différentes).

Le CD (édition 2000) propose deux titres bonus : Le cœur en deux (Version longue 5'30) / Il neige sur Nashville.

Ces chansons parurent en 45 tours le 13 avril 1977 / référence originale : 60422290 :

  • Le cœur en deux (version courte 4'52 / Pierre Billon - Jacques Revaux)
  • Il neige sur Nashville / (Long Chris - Franck Langolff)
  • Un titre issue des sessions d'enregistrements de l'album est toujours inédit à ce jour : Rien qu'un homme.
  • Pierre Billon écrit ici pour la première fois pour Johnny Hallyday. Il en est de même pour Franck Langolff et le choriste Éric Bamy.
  • Un homme comme les autres est la troisième chanson des quatre écrites par Pierre Delanoé pour Hallyday.
  • Georges Aber n'avait plus écrit pour Johnny depuis l'album Rêve et amour de 1968.
  • On signalera enfin, deux compositions de l'ancien batteur de Johnny Hallyday, Tommy Brown. (S'agit-il de compositions récentes, ou furent-elles sorties des tiroirs ? (Tommy Brown fut batteur de Johnny de 1965 à 1974).

Le rock La Croisière des souvenirs évoque ses idoles disparus, Gene Vincent, Buddy Holly et Elvis Presley ; tandis que Le Rock'n'roll est né devient le thème générique de l'émission radio Music Story, série de Pierre Lescure sur Europe no 1 présenté par Dick Rivers[4].

Les titres[modifier | modifier le code]

No Titre Auteur(s) Durée
1. Tant pis… c'est la vie (C'est la vie) - (A) Greg Lake, Peter Sinfield - Georges Aber 4:17
2. C'est pas comme ça que tu l'oublieras - (A) Jacques Revaux - Gilles Thibaut 4:37
3. Vivre - (B) Richard Seff - Daniel Seff 3:30
4. La croisière des souvenirs (Sea Cruise (en)) - (B) Huey "Piano" Smith / adaptation Long Chris, Pierre Billon 3:02
5. Un homme comme les autres - (B) Pietro Felisatti - Pierre Delanoé 3:19
6. Au secours - (B) Tommy Brown - Michel Mallory, Pierre Billon 3:05
7. J'ai oublié de vivre - (A) Jacques Revaux - Pierre Billon 4:42
8. Les filles du paradis - (A) René Pratx - Patrick Larue 3:27
9. Je suis vraiment très bien - (B) Tommy Brown - Long Chris 3:42
10. Le rock'n'roll est né - (C) Éric Bamy - Long Chris 2:36

Musiciens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Lesueur, L'argus Johnny Hallyday, discographie mondiale et cotations, Éditions Alternatives, , 224 p. (ISBN 978-2-8622-7375-4), p. 124 :

    « Johnny semble bien déprimé (c'est tout au moins ce qu'il ressort de l'étude des trois pochettes des disques mis en circulation cette année (1977). »

  2. Jean-François Brieu, Livret du CD C'est la vie, Mercury Universal 546946-2, , p. 4 :

    « [...] le monde de Johnny quand il chante, est toujours plus ou moins gris. Et plutôt plus que moins. [...] Une fois encore, Johnny s'interroge sur le sens à donner à une vie qui ne sera jamais tranquille... »

  3. « Dans le rétro. Le 16 août 1977, disparaissait le King », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  4. a et b François Jouffa, « Johnny story », Supplément au nº95 Hit Magazine (hors série),‎ , p. 129, 130
  5. Jean-William Thoury, Johnny en chansons - Dictionnaire des chansons de Johnny Hallyday, Éditions Semic Music, , p. 61 :

    « On ne sera pas étonné d'apprendre que pour ce texte, Gilles Thibaut s'est inspiré du fameux Jef de Jacques Brel. Le chanteur s'adressant à un copain en état d'ébriété, le prévient que l'alcool n'est pas un remède contre le chagrin d'amour. »

  6. Jean-William Thoury, Johnny en chansons - Dictionnaire des chansons de Johnny Hallyday, Éditions Semic Music, , 398 p. (ISBN 978-2-9142-3710-9), p. 81 :

    « Ce nouveau texte constitue un regard en arrière, à l'époque du rock, [...] et des bagues à tête de mort. Elvis Presley, Gene Vincent, Jerry Lee Lewis ainsi que Buddy Holly sont cités. »

  7. Jean-William Thoury, Johnny en chansons - Dictionnaire des chansons de Johnny Hallyday, Éditions Semic Music, , p. 334 :

    « Dans l'esprit du public, il [Johnny Hallyday] est évidemment tout sauf un homme comme les autres. C'est sur cette base que Pierre Delanoë bâtit subtilement son texte a contrario, faisant dire à Johnny [...] qu'il n'est rien qu'un homme comme les autres hommes. Les vrais stars ? Ce sont celles qui brillent dans le ciel ! »

  8. Daniel Lesueur & Dominic Durand, « Liste des titres de Johnny Hallyday », sur infodisc.fr (consulté le 2 janvier 2018)
  9. Jean-François Brieu, Livret du CD C'est la vie, Mercury Universal 546946-2, , p. 4 :

    « Alors, ce disque qui s'appelle C'est la vie, comment s'étonner qu'il parle [...] de ceux qui partent [...] Peut-on être surpris qu'il célèbre ce rock'n'roll qui console comme il peut les âmes perdues en chemin ? »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Jouffa, « Johnny Story », Hit Magazine, no 95 (hors-série),‎