Souvenirs, Souvenirs (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souvenirs, Souvenirs.
Souvenirs, Souvenirs

Single de Johnny Hallyday
extrait de l'album Hello Johnny
Sortie 3 juin 1960
Enregistré studio Vogue
Durée 2:10
Genre Rock 'n' roll
Format Super 45 tours, 33 tours 25cm
Auteur Fernand Bonifay
Compositeur Cy Coben (en)
Producteur Jacques Wolfsohn
Label Vogue

Singles de Johnny Hallyday

Souvenirs, Souvenirs, adaptation française, par Fernand Bonifay du titre Souvenirs de Cy Coben (en), est une chanson interprétée par Johnny Hallyday et Rita Cadillac en 1960.

Titre phare du deuxième disque de Johnny Hallyday, Souvenirs, souvenirs est son premier grand succès.

Histoire[modifier | modifier le code]

Souvenirs écrit par Cy Coben (en) et interprété par deux inconnus Bill Ramsey et Barbara Evans est inédit en France. Découverte exclusive de la maison de disque Vogue, l'adaptation par Fernand Bonifay (immédiatement confiée à Johnny Hallyday et Rita Cadillac), est réalisée à partir d'une partition en allemand[1].

Hit du deuxième EP d'Hallyday, Souvenirs, souvenirs est son premier grand succès et la chanson grâce à laquelle il acquiert le statut de vedette. Ce titre lui colle totalement à la peau, souligne Daniel Lesueur, au point qu'on en oublie qu'il s'agit d'une adaptation. Souvenirs, souvenirs très vite devient la chanson-phare de toute une génération. Chanson emblématique de l'artiste, elle s'impose aujourd'hui comme l'hymne français des années 1960[2].

Après 1961, l'artiste délaisse totalement l'ensemble des titres enregistrés chez Vogue ; seul Souvenirs, souvenirs fait figure d'exception, encore qu'il n'aie été inscrit en tour de chant qu'inclus en medley. Unique exception, en 1974, lors d'une tournée de promotion pour l'album Rock'n'Slow, dans laquelle Johnny Hallyday commence son récital avec Souvenirs, souvenirs.

La chanson[modifier | modifier le code]

Souvenirs, souvenirs est l'évocation des années d'insouciance, de l'adolescence, des copains, des premières amours, parsemées de chansons, par un jeune homme qui promet qu'il n'en oubliera aucun. Un propos tenu par quelqu'un qui n'a pas encore 17 ans et évoque son passé amoureux s'étonne Jacques Leblanc[3]. D'autant, que Souvenirs, souvenirs, telle une rétrospective se chante au passé, comme si par anticipation, Johnny Hallyday avait deviné qu'entre lui et le public cela ne faisait que commencer et que longue serait la route. Depuis Souvenirs, souvenirs, dans la mémoire collective remplit parfaitement le rôle de chanson nostalgique.

Réception et postérité[modifier | modifier le code]

Le titre de la chanson fut maintes fois emprunté dans des émissions/rubriques, de radios, de télévisions, de magazines ; il sera le titre d'une émission de télé (consacré à différents artistes - américains pour la plupart - qui ont fait l'histoire du rock dans les années 1950-1960), présenté en 1983 par Johnny Hallyday lui-même. En 1984, Ariel Zeitoun en fait le titre éponyme d'un film.

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.En 1991, la chanson figure parmi les musiques additionnelles du film Génial, mes parents divorcent !.

discographie[modifier | modifier le code]

3 juin 1960 :

  • super 45 tours Vogue EPL 7755 : Souvenirs, souvenirs, Pourquoi cet amour, Je cherche une fille, J'suis mordu
  • 45 tours promo Vogue 45-741 : Souvenirs, souvenirs, Je cherche une fille

30 juin 1960 :

31 octobre 1960 :

En 1982, Johnny Hallyday réenregistre l'ensemble des chansons Vogue, à l'occasion de la sortie d'une intégrale (voir Version 82).

Avril 1983 :

  • 45 tours Philips 812860-7 : Souvenirs, souvenirs, Je cherche une fille (versions 1982).

1984

Discographie Live :

Souvenirs, souvenirs est incluse dans un medley dans les enregistrements public :

Reprises[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Lesueur, L'Argus Johnny Hallyday discographie mondiale et cotations, 2003, p. 28, Éditions Alternatives.
  2. Daniel Lesueur, L'argus Johnny Hallyday discographie mondiale et cotations, 2003, Éditions Alternatives, p. 27 et 28, citation : « Souvenirs, souvenirs est, non seulement, un titre majeur de Johnny, mais reconnu aujourd'hui comme étant l'hymne français des années soixante [...]. Avec Souvenirs, souvenirs, Johnny a véritablement gagné ses galons de star. Cette chanson lui colle totalement à la peau et [...] Souvenirs, souvenirs va devenir, ne serait-ce que par son thème, la chanson-phare, la chanson-clin d'œil, la chanson référence de toute une génération. Impossible de dénombrer les émissions de radios, de télés, les rubriques de magazines, [...], qui furent affublés du titre Souvenirs, souvenirs. [...] À tel point que la France s'est véritablement appropriée la chanson. ».
  3. Jacques Leblanc, livret du coffret Les EP Vogue 781 414, 2012, p.7, citation : « Ce tube accroche les teenagers et permet à Johnny d'attendrir les adultes, bien qu'il soit surprenant d'entendre un jeune qui n'a pas encore fêté ses dix-sept ans, évoquer son passé amoureux. ».