Richard Anthony

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anthony.
Richard Anthony
Description de cette image, également commentée ci-après
Richard Anthony en 2006.
Informations générales
Surnom « Le père tranquille du twist »
Nom de naissance lbrahim Richard Btesh
Naissance
Le Caire (Égypte)
Décès (à 77 ans)
Pégomas, Alpes-Maritimes (France)
Activité principale Chanteur
Genre musical Twist, rock, chanson française
Années actives 1958-2015
Labels Columbia / I.M.E. Pathé-Marconi
Site officiel richard-anthony.fr.gd Site officiel

lbrahim Richard Btesh, alias Richard Anthony, né le au Caire (Égypte) et mort le à Pégomas[1],[2],[3] (Alpes-Maritimes), est un chanteur français.

Pionnier du twist en France, il est surnommé « le père tranquille du twist » et compte plus de 600 titres enregistrés et plus de 50 millions de disques vendus[4]. Il a enregistré des titres dans six langues : français, anglais, allemand, espagnol, italien et arabe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille, enfance et débuts[modifier | modifier le code]

Le père de Richard Anthony, Ezra lbrahim Btesh, de confession juive et originaire de la province d'Alep en Syrie (à l'époque sous mandat français depuis 1918), est un industriel dans le textile en Égypte. Sa mère Marguerite dite Margaret d'origine anglaise est la fille de Samuel Shashoua Bey, consul honoraire d'Irak (officiellement indépendant depuis 1930) à Alexandrie. Le jeune Richard passe une enfance cossue en Égypte, mais la montée des nationalismes obligera sa famille à l'exil. D'abord en Argentine puis en Angleterre, à neuf ans il intègre le prestigieux Brighton College où il sera soliste de la chorale.

Son premier passage télé sera aux actualités ; à onze ans il est présenté au maréchal Montgomery comme meilleur élève en préparation militaire d'Angleterre[5].

À treize ans il arrive en France, en 1951 et entre au lycée Janson-de-Sailly de Paris. Sa petite sœur, Manuela, fera partie de « Tangerine »[6], un groupe folk français des années 1970, et continuera plus tard une carrière solo sous le pseudo de Manu Le Prince, chanteuse reconnue pour ses reprises de classiques brésiliens.

Après son baccalauréat et le début de ses études de droit, il refuse de suivre ses parents à Milan, préférant rester avec Michelle rencontrée sur les bancs du lycée, qui deviendra sa première femme et avec qui il aura trois enfants, Nathalie, Jérôme et Johanne. Il devient représentant de commerce en réfrigérateurs, tout en jouant du saxophone dans les clubs de jazz, il se produit notamment les jeudis soirs au Vieux-Colombier, dont le patron Claude Wolf, est le mari de Petula Clark.

Carrière[modifier | modifier le code]

1958 à 1970[modifier | modifier le code]

En 1958, influencé par la pop anglophone qu'il connaît bien (polyglotte parlant 6 langues)[a], Richard Anthony décide d'adapter ce nouveau son à des textes français. Il enregistre You Are My Destiny de Paul Anka et Peggy Sue de Buddy Holly et fait le tour des maisons de disques sans dire qu'il en est le chanteur, il se décide à l'avouer devant l'enthousiasme des directeurs artistiques. Il prend comme nom d'artiste la réunion de ses deux prénoms de l'état-civil, la firme Columbia Records lui donne sa chance mais ces deux titres passent inaperçus. Jacques Poisson alias Jacques Plait, futur producteur et directeur artistique de Joe Dassin, est le premier à le faire signer dans une maison de disques[7].

Il doit attendre son troisième 45 tours avec Nouvelle Vague, une reprise du Three Cool Cats des Coasters, pour connaître le succès à vingt ans, et atteindre la septième place du hit-parade[8]. Suit alors une série de tubes, enregistrés entre Paris et Londres, dont le célèbre J'entends siffler le train, en 1962, qui reste un de ses plus gros succès français. Cette année-là, il est 21 semaines durant, le no 1 des ventes avec les titres La leçon de twist et J'entends siffler le train.

Les médias de l'époque mettent en concurrence les deux plus gros vendeurs de disques, Johnny Hallyday et lui, leurs fans respectifs se déchirent, en viennent souvent aux mains et saccagent les salles de concert. Pourtant, en privé, ils sont les meilleurs amis du monde.

En 1964, il est à nouveau no 1 avec À présent tu peux t'en aller[8]. Au rythme de 300 galas par an, il décide de passer son brevet de pilote. Il a été le premier chanteur à adopter l'avion privé, plus rapide et moins dangereux que la route, comme mode de déplacement ; il en acquiert un, comme le chanteur Marcel Amont, qu'il pilote lui-même pour ses tournées, embarquant musiciens et matériel. Il rejoint ainsi, dès qu'il le peut, sa famille dans ses villas de Saint-Tropez ou de Marbella, sa maison de la vallée de Chevreuse ou son chalet à Crans. Il se fait construire un hôtel à la Jamaïque où il s'accorde quelques moments de vacances.

En France, en 1965, il est de nouveau en tête des charts avec Je me suis souvent demandé, une adaptation d'une chanson belge (en néerlandais) de Bobbejaan Schoepen, il en fera aussi un hit en Argentine sous le titre A veces me pregunto yo.

À cette époque, il vit entre Marbella où réside sa famille et Londres où il enregistre aux studios Abbey Road en même temps que les Beatles avec qui il s'est lié d'amitié[b]. Il consacre à cette époque, comme les Beatles, plusieurs soirées au Palais d'Hiver de Lyon, le plus grand Music Hall d'Europe, et à l'Olympia.

En 1967, Guy Bontempelli écrit des paroles sur le Concerto d'Aranjuez de Joaquín Rodrigo, et Aranjuez, mon amour devient un de ses plus grands succès (no 1 en France et en Espagne, no 3 en Grèce et au Brésil, n°8 en Argentine...)[8]. Ce titre est resté pour lui sa plus grande fierté, son compositeur ayant refusé toute adaptation, c'est sans l'accord de sa maison de disque de l'époque qu'il l'enregistre sur ses deniers personnels avec l'Orchestre philharmonique de Londres. Il va le présenter lui-même à Joaquín Rodrigo, à Madrid, et obtient sa permission de le sortir.

Années 1970 et 1980[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Fatigué par plus de 10 ans de tournées et ne s'adaptant pas à la mode montante du disco, son succès s'épuise dans les années 1970 ; après son tube Le Sirop Typhon, Richard Anthony s'éloigne une première fois du public et divorce d'avec Michelle. Voulant profiter de la vie, il s'installe avec Josiane Pabion (Iris Franck) pendant 4 ans à Saint-Paul-de-Vence, voisin d'Yves Montand et de Simone Signoret. Josiane et lui ont un fils, Julien Pabion[réf. nécessaire].

Il atteint la seconde place des ventes en France en 1974, avec Amoureux de ma femme (une reprise de la chanson italienne Nessuno mi può giudicare de Caterina Caselli[9],[10]), et en 1978, après l'album Non Stop, il s'installe à Los Angeles avec sa nouvelle femme Sabine et leurs trois enfants Xavier, Alexandre et Cédric[réf. souhaitée] pour y faire de la production. Il veut à présent exporter des mélodies françaises pour le public américain. Il y produit notamment Indian Summer, adaptation anglaise de L'Été indien de Joe Dassin. Il y enregistre aussi un album en anglais resté inédit jusqu'à maintenant.

Il revient en France en 1982 pour quelques mois, mais se fait rattraper par le fisc pour un redressement fiscal sur « éléments de train de vie », ce qui l'amène à passer quatre jours à la maison d'arrêt de Pontoise en 1983[11].

À la fin des années 1980, il divorce de Sabine et s'éloigne une nouvelle fois du public. Il part s'installer sur la Côte d'Azur où il a un grave accident de bateau l'obligeant à rester alité plusieurs semaines, Elizabeth, son infirmière, devient sa dernière compagne[réf. souhaitée].

Années 1990 et 2000[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 1993, la firme EMI sort un coffret de 300 de ses chansons, qui redonne à Richard Anthony l'envie de revenir sur scène. Il sort le titre La barrière des générations, enregistré en Belgique, et fait un retour sur les plateaux télé, l'émission Sacrée Soirée lui offre une spéciale Richard Anthony au Cirque d'hiver de Paris.

En 1994, il enregistre la collection Atlas Spéciale Chansons Françaises. En 1996, il ré-enregistre ses tubes pour la France mais aussi pour l'Espagne avec l'album Sentimental .

En 1997, il publie son autobiographie aux éditions Michel Lafon, Il faut croire aux étoiles, d'après le titre d'une de ses chansons.

Richard Anthony en 2014.

En 1998, il fête ses 40 ans de carrière au Zénith de Paris et reprend Victoire je t'aime, en hommage aux bleus, et le rap Pas innocents pour les boites de nuits.

Dernières réalisations[modifier | modifier le code]

Malgré un rythme de 30 galas par an, Richard Anthony fait un nouveau retour médiatique en 2006 en tête d'affiche des tournées Âge tendre et Têtes de bois. Il participe jusqu'à la saison 4, soit jusqu'en 2010, avant de revenir pour la saison 7 en 2012-2013, où il en profite pour l'annoncer comme tournée d'adieux.

En 2010, sort la deuxième édition de son autobiographie intitulée Quand on choisit la liberté. Il fait à l'occasion plusieurs passages télé, dont une des meilleures audiences de l'année pour l’émission de Mireille Dumas où il avouera avoir vaincu un cancer du côlon[12].

Le , il fait salle comble pour un concert sur la scène de l'Olympia[13] où il invite Jeane Manson en première partie.

Mort[modifier | modifier le code]

Après avoir souffert en 2010 d'un cancer du côlon, Richard Anthony meurt le à l'âge de 77 ans à Pégomas (Alpes maritimes), des suites d'un cancer généralisé. Lors de son dernier séjour à l'hôpital, il avait souhaité rentrer chez lui pour mourir près des siens. Ses obsèques ont lieu le à Cabris, dans l'intimité familiale[14].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Richard Anthony s'est marié deux fois et a reconnu neuf des onze enfants qu'il aurait eu.[réf. nécessaire]

Apolitique, il n'a jamais exprimé ses opinions, mais il a été pourtant quelquefois reconnu comme chanteur engagé en chantant La Terre promise, Inch'Allah, Le Déserteur ou encore Je me suis souvent demandé.

Liste de ses principales chansons[modifier | modifier le code]

Reprises et hommages[modifier | modifier le code]

Le , Richard Anthony reçoit la rosette d'officier des Arts et des Lettres.

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici. Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Il faut croire aux étoiles, autobiographie, 1997
  • Quand on choisit la liberté, autobiographie, 2010. En fin d'ouvrage on trouve la discographie de Richard Anthony établie par Olivier Delavault.

Décoration[modifier | modifier le code]

En janvier 2011, Richard Anthony est promu au grade d'Officier des Arts et des Lettres. Il est décoré le par le ministre de la culture Frédéric Mitterrand[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ses six langues : français, anglais, arabe, italien, espagnol et hébreu.
  2. La Michelle des Beatles leur a été inspirée par Michelle, sa femme. Ils voulaient que Richard la chante, mais il a pensé, au contraire et avec raison, que le refrain en français leur assurerait le succès en France.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le chanteur Richard Anthony est mort à Pégomas », Nice-Matin,
  2. « Le chanteur Richard Anthony est mort », Le Figaro,
  3. acte de décès n°35/2015 de Pégomas « lbrahim Richard Btesh dit Richard Antony » est mort 955 avenue Lord Astor Of Hever Pégomas le 19 avril 2015, domicilié au 65 avenue de Boutiny, studio Christine à Peymeinade, fils de Ezra, lbrahim Btesh et de Marguerite, divorcé de Ghislaine Jeanne Maryse Bocquet
  4. « Richard Anthony n'entendra plus siffler le train ! », sur Le Point.fr,
  5. « Richard Anthony - Articles de magazines », sur richard-anthony.chez-alice.fr (consulté le 26 octobre 2017)
  6. « Tangerine »rockmadeinfrance.com, 14 novembre 2009 (consulté le 26 octobre 2017).
  7. Richard Anthony, Quand on choisit la liberté…, Florent Massot, 2010, p. 49.
  8. a, b et c http://artisteschartsventes.blogspot.fr/2015/04/richard-anthony.html
  9. Jérôme Pintoux, Les Chanteurs français des années 60. Du côté de chez les yéyés et sur la Rive Gauche, Camion blanc, (ISBN 9782357797796, lire en ligne)
  10. (en) « Cover versions of "Nessuno mi può giudicare" de Daniele Pace, Luciano Beretta, Mario Panzeri, Miki Del Prete », sur secondhandsongs.com (consulté le 27 novembre 2016)
  11. « Problèmes fiscaux des chanteurs de variétés » [vidéo], sur ina.fr, journal de 20 heures sur France 2, (consulté le 20 avril 2015)
  12. « Richard Anthony opéré d'urgence d'un cancer ! », sur Hellocoton.fr, Puretrend,
  13. « Photos de l'Olympia 2012 », sur richard-anthony.fr.gd (consulté le 20 avril 2015)
  14. « Obsèques de Richard Anthony : ses fils bouleversés et en larmes », Tele Star.fr,‎ (lire en ligne)
  15. « Marion B - Les inRocks Lab », Les Inrocks.com,‎ (lire en ligne)
  16. « Officier des Arts et des Lettres », sur richard-anthony.fr.gd (consulté le 20 avril 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]