Ça ne change pas un homme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ça ne change pas un homme

Album de Johnny Hallyday
Sortie
Enregistré mai-octobre 1991
Drapeau : États-Unis Power Station Studio, New York
Drapeau : États-Unis Hit Factory Studio, New York
Drapeau : France Studio Gang, Paris
Drapeau : France Studio Guillaume Tell, Paris
Drapeau : France Studio Mega, Paris
Drapeau : Suisse Mountain Studios, Montreux
Durée 64:17
Genre Rock
Blues
Ballade
Producteur Mick Lanaro
Label Philips

Albums de Johnny Hallyday

Singles

  1. Ça ne change pas un homme
    Sortie : 19 novembre 1991
  2. Dans un an ou un jour
    Sortie : 25 février 1992
  3. Et puis je sais
    Sortie : 17 juin 1992
  4. True to you - La guitare fait mal
    Sortie : 7 septembre 1992

Ça ne change pas un homme est le 37e album studio de Johnny Hallyday sorti en 1991.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au printemps 1991, à Paris, Johnny Hallyday travaille avec Tony Joe White sur de nouvelles chansons. Il est un temps envisagé qu'il écrive et réalise le prochain album d'Hallyday, mais finalement l'entreprise s'avère compliquée pour l'Américain et le projet tourne court[1]. De cette collaboration ne subsistent que deux chansons, Une journée et La guitare fait mal écrites par Étienne Roda-Gil.

Porté par les vers d'Art Mengo « ça ne change pas un homme un homme ça vieillit  », l'album prend le contre-pied des trois précédents, écrits par un unique auteur-compositeur pour deux d'entre-eux (Berger et Goldman) et unique auteur (Roda-Gil) pour le troisième, en proposant des titres écrits par diverses personnalités françaises mais aussi internationales. Ce faisant, Johnny Hallyday envisage un temps de nommer l'opus « Patchwork[2] ».

Jacques Cardona compose deux chansons. Mort Shuman, célèbre interprète du Lac Majeur et anciennement auteur pour Elvis Presley, compose Dans un an ou un jour. Il signe ici sa neuvième collaboration avec Johnny Hallyday[N 1] et aussi sa dernière chanson. L'artiste décède le 3 novembre 1991, d'un cancer du foie. Johnny, lors des obsèques, dépose sur la tombe de son ami, une cassette contenant l'enregistrement qu'il n'a pas pu écouter.

Pour exister et Et puis je sais est la première collaboration de Patrick Bruel pour Hallyday. L'auteur reprend à son compte quelques années plus tard, les deux chansons en concert : En 1995, ce sera Pour Exister (album live On s'était dit…) et en 2000, il chante en duo avec Johnny Hallyday Et puis je sais (album live Rien ne s'efface...). Hallyday lui rend ici la politesse, Bruel a été précédemment son invité en 1998 au Stade de France, où pour la toute première fois, ils interprétèrent ensemble Et puis je sais (album live Stade de France 98 Johnny allume le feu).

Les chansons Le Nom Que Tu Portes et Cadillac Man sont composées par Jon Bon Jovi et Richie Sambora. Ysa Shandy signe l'adaptation du titre Le Nom Que Tu portes composé par le groupe Bon Jovi pour son album Slippery When Wet mais qu'il n'utilisa pas (elle s'appelait alors You'Re Not My Lover). Cadillac Man, adapté par Philippe Labro (qui n'a plus écrit pour Hallyday depuis 1984), date de la même période. Richie Sambora est à la guitare sur les deux chansons.

Bryan Adams et Chris Rea proposent chacun un titre.

L'album s'achève sur Tien An Mien, une chanson qui évoque la répression brutale par les autorités chinoises des Manifestations de la place Tian'anmen en . Les paroles sont écrites par Isa Shandy, une étudiante Coréenne âgée de 19 ans[2]. Elle signe également les paroles de Dans un an ou un jour, Ce jeu-là et Le nom que tu portes.

Claude Nougaro a proposé un texte nommé J'ai mené ma vie à tombeau ouvert et à guichet fermé , mais faute d'être accompagné d'une musique il ne fut pas retenu[3].

Autour de l'album[modifier | modifier le code]

Le disque est diffusé en vinyle, en CD et aussi, c'est une première, en Digital Compact Cassette.

L'album est réalisé par Mick Lanaro, (sauf titres 8 et 13 réalisation : Patrick Bruel, Mick Lanaro et titres 11 et 12 réalisation : Tony Joe White).

Philippe Saisse signe les arrangements des cuivres.

Titres[modifier | modifier le code]

Nota, à propos du titre La guitare fait mal :

À l'origine Joe Dassin et Claude Lemesle ont écrit, en 1979, une chanson nommée Le marché aux puces (voir l'album de J. Dassin Blue Country). L'année suivante, le chanteur grave sur un 45 tours le titre en anglais, qui adapté par Tony Joe White devient The Guitar Don't lie. Elle est alors créditée Dassin, Lemesle, White (l'américain est à la guitare sur les deux versions ; il joue également sur le titre de Johnny).

Si la première édition de l'album d'Hallyday évince Dassin et Lemesle, la seconde les rétablit dans leurs droits, mais cette fois au détriment de Tony Joe White[4].

14 titres
No TitreParolesMusique Durée
1. Tout pour te déplaire J. Vallance - adaptation Kent CokenstockBryan Adams 4:12
2. Roxy babyPiranhaZaak 3:22
3. Dans un an ou un jour (à mon ami Mort Shuman)Ysa ShandyMort Shuman 5:08
4. Ce jeu-làYsa ShandyJacques Cardona 4:42
5. Le nom que tu portesJon Bon Jovi - adaptation Ysa ShandyRichie Sambora 4:32
6. Ça ne change pas un hommePatrice GuiraoArt Mengo 4:52
7. Cadillac manJon Bon Jovi - adaptation Philippe LabroRichie Sambora 6:04
8. Et puis je saisPatrick BruelPatrick Bruel 3:58
9. True to youChris ReaChris Rea 4:22
10. Amour facileThunder - adaptation : Jean SchultheisThunder 4:12
11. La guitare fait mal(Voir nota)(voir nota) 4:25
12. Une journéeÉtienne Roda-GilTony Joe White 4:42
13. Pour existerPatrick BruelPatrick Bruel 5:06
14. Tien An MenYsa ShandyJacques Cardona 4:40

Musiciens[modifier | modifier le code]

  • Tout pour te déplaire :

Claviers : Serge Perathoner
Guitares : Nick Moroch - Norbert Krief
Basse : Jannick Top
Batterie : Steve Ferrone
Trompettes : Alan Rubin - Lew Soloff
Trombone : Tom Malone - Ronnie Cuber
Saxophone alto : Lou Marini
Arrangements des cuivres : Philippe Saisse
Choristes : Yvonne Jones - Debbie Davis - Carole Fredericks

  • Roxi Baby :

Claviers : Serge Perathoner
Guitares : Nick Moroch
Basse : Jannick Top
Batterie : Steve Ferrone
Trompettes : Alan Rubin - Lew Soloff
Trombone : Tom Malone
Saxophone baryton : Ronnie Cuber
Saxophone alto : Lou Marini
Arrangements des cuivres : Philippe Saisse
Choristes : Yvonne Jones - Debbie Davis

  • Dans un an ou un jour :

Claviers : Serge Perathoner
Guitares : Nick Moroch
Basse : Jannick Top
Batterie : Steve Ferrone
Voix harmo : Érick Bamy

  • Ce jeu-là :

Claviers : Serge Perathoner
Guitares : Nick Moroch - Norbert Krief
Basse : Jannick Top
Batterie : Steve Ferrone
Trompettes : Alan Rubin - Lew Soloff
Trombone : Tom Malone
Saxophone baryton : Ronnie Cuber
Saxophone alto : Lou Marini
Arrangements des cuivres : Philippe Saisse
Voix harmo : Érick Bamy
Choristes : Curtis King - Brenda King - Lani Groves, Ariella

  • Le nom que tu portes :

Claviers : Jeff Bova
Guitares : Nick Moroch - Richie Sambora
Basse : Carl James
Batterie : Steve Ferrone
Voix harmo : Érick Bamy

  • Ça ne change pas un homme :

Claviers : Serge Perathoner
Guitares : Nick Moroch - Norbert Krief
Basse : Jannick Top
Batterie : Steve Ferrone
Trompettes : Alan Rubin - Lew Soloff
Trombone : Tom Malone
Saxophone baryton : Ronnie Cuber
Saxophone alto : Lou Marini
Arrangements des cuivres : Philippe Saisse

  • Cadillac man :

Claviers : Jeff Bova
Guitares : Richie Sambora _ Nick Moroch
Basse : Carl James
Batterie : Steve Ferrone
Voix harmo : Érick Bamy

  • Et puis je sais :

Claviers : Serge Perathoner
Guitares : Nick Moroch - Norbert Krief
Basse : Jannick Top
Batterie : Steve Ferrone
Tambourin : Mick Lanaro
Violon : Christophe Guiot - Hervé Chevalier
Alto : Agnes Toussaint-Audin
Cello : Jean-Philippe Audin

  • True to you :

Claviers : Jeff Bova
Guitares : Nick Moroch - Chris Rea
Basse : Carl James
Batterie : Steve Ferrone
Trompette : Alan Rubin
Trompette et Bugle : Lew Soloff
Trombone : Tom Malone
Saxophone baryton : Ronnie Cuber
Saxophone alto : Lou Marini
Arrangements des cuivres : Philippe Saisse
Choristes : Curtis King - Brenda King - Lani Groves, Ariella

  • Amour facile :

Claviers : Serge Perathoner
Guitares : Nick Moroch - Norbert Krief
Basse : Jannick Top
Batterie : Steve Ferrone
Trompettes : Alan Rubin - Lew Soloff
Trombone : Tom Malone
Saxophone baryton : Ronnie Cuber
Saxophone alto : Lou Marini
Arrangements des cuivres : Philippe Saisse
Choristes : Yvonne Jones - Debbie Davis - Carole Fredericks
Voix harmo : Érick Bamy

  • La guitare fait mal :

Claviers : Steve Nathan - Jeff Bova
Guitares : Tony Joe White
Basse : David Hood
Batterie : Roger Hawkins
Percussions : Marc Chantereau

  • Une journée :

Claviers : Steve Nathan
Guitares et harmonica : Tony Joe White
Basse : David Hood
Batterie : Roger Hawkins
Tambourin : Larry Alexander
Choristes : Marina Albert - Sylvie N'Doumbe - Yvonne Jones

  • Pour exister :

Claviers : Serge Perathoner
Guitares : Nick Moroch - Norbert Krief
Basse : Jannick Top
Batterie : Steve Ferrone

  • Tien An Men :

Claviers : Serge Perathoner
Guitares : Nick Moroch
Basse : Jannick Top
Batterie : Steve Ferrone
Trompette : Alan Rubin
Trompette et Bugle : Lew Soloff
Trombone : Tom Malone
Saxophone alto : Lou Marini
Tubz : Dave Bargeron
Arrangements des cuivres : Philippe Saisse
Choristes : Curtis King - Brenda King - Lani Groves - Ariela

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mort Shuman a précédemment composé pour Johnny Hallyday, en 1981 : Excusez-moi de chanter toujours du rock'n'roll, Le blues, ma guitare et moi (album En pièces détachées), Le cœur fermé (face B d'un 45 tours), Il ne faut pas me ressembler, Comme une femme (album Pas facile).
    En 1982 :
    Mercredi matin (album Quelque part un aigle) et en 1983 : Quand un homme devient fou, Hey femme (album Entre violence et violon).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (Lesueur 2003, p. 157)
  2. a et b Daniel Lesueur, L'argus Johnny Hallyday discographie mondiale et cotations, 2003, Éditions Alternatives, p. 157.
  3. Lesueur 2003, p. 157-158
  4. L'argus Johnny Hallyday, Daniel Lesueur, édition Alternatives, 2003, p.158

Bibliographie[modifier | modifier le code]