Johnny Hallyday au Zénith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Johnny Hallyday au Zénith

Live de Johnny Hallyday
Sortie (faux live)
(enregistrement public réel)
Enregistré studio Harry Son (version faux live) - Zénith de Paris
Format double album 33 tours
Producteur Pierre Billon
Label Philips
Universal Music Group

Albums de Johnny Hallyday

Johnny Hallyday au Zénith est le 11e album live de Johnny Hallyday. Il sort dans une première version le 24 octobre. Une seconde version sort le 12 novembre 1984.

L'album est réalisé par Pierre Billon. Débuté en 1982, leur collaboration s'achève avec cette dernière réalisation de Pierre Billon pour Johnny Hallyday.

Histoire[modifier | modifier le code]

Johnny Hallyday est annoncé au Zénith du 25 octobre 1984 au 3 février 1985[N 1], soit un peu plus de trois mois de scène.

Pour ce spectacle, 4000 projecteurs sont requis. Une main géante articulée par vérin ouvre le spectacle, laissant apparaître le chanteur au-dessus du public. Pour cela, l'architecture du Zénith fut modifiée et un mur abattu afin que s'articule l'ensemble[1]. Des danseurs et des cascadeurs s'activent sur certains titres et pour la première fois des violons accompagnent Johnny Hallyday sur scène. Une créature à la plastique superbe, danse autour de Johnny sur la chanson La garce. Une autre, d'abord femme de ménage, après avoir jeté seau et balai, se révèle et se libère sur Gabrielle et il ne s'en faut d'un rien qu'elle ne se livre à un effeuillage total. La mise en scène ne néglige ni l'humour, ni l'émotion. Johnny donne une poignante interprétation du classique de Jacques Brel Ne me quitte pas. La chanson Ne tuez pas la liberté, clos la première partie du show, dans une mise en scène où la tête d'Hallyday tombe sous le couperet d'une guillotine - l'action se passe en ombre chinoise. Après les (précédents) spectacles L'ange aux yeux de lasers (1979) et FantasmHallyday (1982), c'est la troisième fois que Johnny meurt (de mort violente et spectaculaire), en fin de première partie.

Le récital résolument rock fait la part belle aux derniers albums Entre violence et violon et Drôle de métier et est entrecoupé de (rares) morceaux lents. Pour la première fois (dans un tour de chant parisien), Johnny Hallyday interprète J'ai oublié de vivre. Les chansons La musique que j'aime et Hey Joe (absentent dans un spectacle parisien depuis le Palais des Sports 1976), sont au programme, tout comme Excuse-moi partenaire (qu'il n'a plus chanté depuis l'Olympia de 1964). Il interprète l'inédit Je me sens si seul, qu'il a lui-même adapté du standard Heartbreak Hotel.

Le spectacle s'achève sous un déluge de lumières et de décibels sur Le bon temps du rock and roll qui précède Mon p'tit loup (ça va faire mal) (durant lequel accrochés à un fil s'envolent au-dessus du public les guitaristes). Après rappel, Hallyday conclut avec Whole Lotta Shakin' Goin' On.

Ce spectacle, mit en scène par Hilton Mc Connico (chef opérateur sur le film de Jean-Jacques Beineix Diva), reste la plus grande « machinerie » jamais montée par Johnny Hallyday. Son coût plonge les finances dans le rouge et pour assurer le show sur la longueur, le besoin d'argent se fait sentir. Nécessité oblige, il est décidé d'anticiper sur les évènements afin de pouvoir assurer la production du show dans la durée.

C'est ainsi que :

  • Le double album Johnny Hallyday au Zénith sort dans les bacs le 24 octobre, soit la veille de la première. Cette première édition est en fait un « faux live », enregistré durant les répétitions au studio Harry Son[2], auquel on a joint des applaudissements.
  • Le 12 novembre sort une seconde édition de Johnny Hallyday au Zénith, cette fois enregistré en live.

Rien ne signale l'existence et les différences de ces deux versions d'un même album : « Faux » et « vrai » live ont en commun leurs titres, leurs pochettes et leurs références[2]. Ils sont semblables en tous points, à un détail visuel près :

  1. Côté verso, sur le « faux live », on distingue en bas le dessin d'un poing traversant un cœur, l'ensemble est de couleur rouge en dessous le nom de Johnny Hallyday est écrit en blanc.
  2. Inversement, c'est un cœur blanc traversé par un poing rouge qui illustre le « vrai live », Johnny est également écrit en rouge.

Ce sont là les seuls signes visuels qui permettent de distinguer « faux » et « vrai » live[3].

À l'écoute les deux éditions présentent également plusieurs différences :

  • Sur le « vrai live », un commentaire de Johnny rendant hommage à Jacques Brel précède la chanson Ne me quitte pas. Et avant Rien à personne, il déclare « qu'à part au public, il ne doit rien, non vraiment rien à personne, sauf... peut-être au fisc ! ».
  • Sur le « faux live », la chanson Rien à personne comporte un couplet supplémentaire avec des paroles différentes de la version studio et de la version enregistrée en public. Cette différence reste méconnue, elle n'est que très rarement, voire jamais citée dans les discographies officielles[N 2]. Elle demeure inédite en CD jusqu'en 1999, où elle apparait sur la compilation Johnny Hallyday - Les talents du siècle vol.1 (Universal 832049-2), ainsi que de façon plus pérenne sur l'édition 2003 Johnny Hallyday au Zénith incluse au coffret intégrale live (édité à l'unité en 2004)[4], sans aucune mention distinctive.

Autour de l'album[modifier | modifier le code]

Références des disques précédemment cité :

  • Johnny Hallyday au Zénith - sortie le 24 octobre 84 - " Faux live " - Référence Originale : Philips 824 045-1 - (20 titres).
  • Johnny Hallyday au Zénith - sortie le 12 novembre 84 - " Vrai live " - Référence originale : Philips 824 045-1 - (20 titres).
  • Double CD Johnny Hallyday au Zénith - édition 1992 - Référence originale : Philips 510 367-2 - (20 titres).
  • Double CD Johnny Hallyday au Zénith - édition 2003 - Référence originale : Mercury Universal Philips 077204-2 - (27 titres).
    • Les titres sont données en respectant la chronologie du tour de chant.
      • Cette édition est présentée à tort comme une intégrale du récital, alors qu'il manque la chanson Gabrielle, qui, demeure dans sa version live Zénith 84 totalement inédite en CD.
  • Seul le DVD Johnny Hallyday au Zénith - référence originale : 983655 - 6 - permet d'écouter le récital dans son intégralité (soit un total de 28 chansons). Pour autant ce n'est pas non plus une intégrale du spectacle, sont ici supprimés le solo de batterie faisant la transition entre le Medley rock'n'roll et Je me sens si seul, ainsi que la bagarre au fouet au final de Excuse-moi partenaire. Il n'existe donc pas (à ce jour - 2019), d'authentique intégrale pour ce spectacle.

Et aussi :

  • 45 tours Ne tuez pas la liberté - Rien à personne (versions studio) - sortie le 31 août 1984
    • Référence originale : 880281 - 7
  • 45 tours Ne me quitte pas (live) - La garce (version studio) - sortie le 5 décembre 1984
    • Référence originale : 880504 - 7

On a pu également écouter partiellement le tour de chant au Zénith, sur deux simples albums :

  • Hallyday en concert au Zénith - (10 titres)
    • Référence originale 33 tours : Polygram 830600-1 - Référence originale CD : Polygram 830600-2
  • CD Une heure au Zénith - (15 titres)
    • Référence originale : Philips 824 045-2

Note :

Le soir de la première, Johnny Hallyday a interprété un medley rock 'n'roll très différent de celui dont le détail est donné plus bas. Abandonné dès la première représentation, ce medley (resté inédit), proposait les chansons suivantes :

Titres[modifier | modifier le code]

nota :

  1. Nous donnons ici la chronologie de l'édition double CD de 2003, où pour la première fois l'ordre des titres suit fidèlement celui du tour de chant[N 3].
  2. Rappel : Bien que cette édition 2003 soit présentée comme une intégrale du show, ce n'est pas le cas puisque Gabrielle (originellement incluse dans le tour de chant entre Nashville Blues et le Medley rock'n'roll) est absente.
  3. Les titres en gras ne sont pas inclus dans le double album vinyle de 1984.
  4. En 1979, la musique du titre Ma gueule est créditée Pierre Naçabal[5]. Depuis les années 1990, Philippe Bretonnière est crédité comme compositeur - (Pour plus de détails voir ici).
27 titres
No TitreParolesMusique Durée
1. Intro Zénith (instrumental)Pierre Billon, Éric Bouad
2. Poing cœurGeorges AberJohnny Hallyday, Érick Bamy
3. Je sais que tu ne peux pas trouver mieux ailleurs (I Betcha You Gonna Like It)Pierre Billon, Long Chris (adaptation)Jerry Lee Lewis
4. Le pénitencier (The House of the Rising Sun)Hugues Aufray, Vline Buggy (adaptation)Alan Price
5. J'ai oublié de vivrePierre BillonJacques Revaux
6. La musique que j'aimeMichel MalloryJohnny Hallyday
7. L'amour violent (The magnificently Mad)Georges Aber (adaptation)Tony Cole
8. Signes extérieurs de richesseJohnny Hallyday, Claude LemesleÉric Bouad, Pierre Billon
9. Ma gueuleGilles Thibaut (pour le crédit du compositeur voir nota 4)
10. Ne me quitte pasJacques BrelJacques Brel
11. Entre violence et violonClaude Lemesle, Pierre BillonÉrick Bamy , Éric Bouad
12. Quand un homme devient fouClaude LemesleMort Shuman
13. Rien à personneGeorges AberJohnny Hallyday, Érick Bamy
14. Ne tuez pas la libertéPhilippe LabroJohnny Hallyday, Pierre Billon
15. Le cœur du rock'n roll (The Heart of Rock'n'Roll)Pierre Billon (adaptation)Huey Lewis, John Lolla
16. Toi tais toiPierre Billon, Claude Lemesle, Johnny HallydayÉric Bouad, Érick Bamy
17. Drôle de métierJohnny Hallyday, Pierre BillonÉric Bouad
18. La garceGilles ThibautPierre Billon, Édouard Bouad, Johnny Hallyday
19. Hey JoeGilles Thibaut (adaptation)Billy Roberts
20. J'aimerai pouvoir souffrir encore comme ça (I Wish That I Could Hurt This Way Again)Pierre Billon, Long Chris (adaptation)Curly Putman, Rafe VanHoy, Don Cook
21. Nashville blues (Nashville Blues)Pierre Billon (adaptation)Felice Bryant, Boudleaux Bryant
22. Medley rock'n'roll :
Je suis né dans la rue
Elle est terrible (Somethin' Else)
La fille de l'été dernier (Summertime Blues)
Souvenirs, souvenirs (Souvenirs)
37e étage (Twenty Flight Rock)
O Carole (Carol)
Johnny reviens (Johnny B. Goode)
Blue Suede Shoes
Rien que 8 jours (Forty Days)
Tutti Frutti

Long Chris
Jil et Jan (adaptation)
Long Chris (adaptation)
Fernand Bonifay (adaptation)
Long Chris (adaptation)
Manou Roblin (adaptation)
Manou Roblin (adaptation)
Carl Perkins
Manou Roblin (adaptation)
Dorothy LaBostrie (en), J. Lubin

Mick Jones, Tommy Brown
Eddie Cochran, Sharon Sheeley (en)
Eddie Cochran, Jerry Capehart
Cy Coben (en)
Ned Fairchild (en), Eddie Cochran
Chuck Berry
Chuck Berry
Carl Perkins
Chuck Berry
Richard Penniman
23. Je me sens si seul (Heartbreak Hotel)Johnny Hallyday (adaptation)Tommy Durden (en), Mae Boren Axton (en)
24. Excuse-moi partenaire (Cuttin' In)Ralph Bernet (adaptation)Johnny Watson
25. Le bon temps du rock and roll (Old Time Rock and Roll)Michel Mallory (adaptation)George Jackson, Thomas Earl Jones III
26. Mon p'tit loup (ça va faire mal) (Betty Lou Is Going Out Tonight)Pierre Billon, Johnny Hallyday (adaptation)Bob Seger
27. Whole Lotta Shakin' Goin' OnDave Williams, Sunny DavidDave Williams, Sunny David

Musiciens[modifier | modifier le code]

  • Coordination musicale : Pierre Billon.
  • Arrangements : Éric Bouad.
  • Guitares : Marc Demesleter "Rocky" / Mike Bazzani / Éric Bouad.
  • Basse : Jimmy Gibson / Éric Bouad.
  • Claviers : Nick Muir.
  • Batterie : Alain Weiss " Doudou ".
  • Percussions : Jean-Louis Hennequin.
  • Claviers et programmation synthé : Jean Mora / Jean-Louis Hennequin.
  • Harmonica : Jean-Louis Mongin.
  • Violons : Evrard, Linares, Haudin, Pierre-Louis.
  • Cuivres : Christian Fourquet, Georges Courpet, Jean-Pierre Ramirez, René Morizur.
  • Chœurs : Julie et Tracy Collins / Érick Bamy / Eric Bouad

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le 23 décembre, Johnny Hallyday donne sa dernière représentation pour 1984. Le spectacle reprend le vendredi 4 janvier 1985. Il a déjà chanté au Zénith soixante trois fois, dans un tour de chant qui dure deux heures et demie, soit quelque deux cents heures passées sous les projecteurs. Le mardi 8 janvier, alors qu'il vient de commencer Le bon temps du rock and roll, il est victime d'un malaise et s'écroule sur scène. Hospitalisé pour quelques jours, il doit interrompre le spectacle jusqu'au 29 janvier - Source : Jean-François Brieu Intégrale live 1960-2003 - le livre. Le mercredi 30 janvier, il reprend la scène pour les trois derniers récitals. Le 2 février, soir de la dernière, il chante avec Eddy Mitchell Be-Bop-A-Lula et avec Sheila Mon p'tit loup (ça va faire mal) (la chanteuse qui doit prochainement se produire au Zénith, inscrira la chanson à son répertoire). Le 16 février, Johnny Hallyday donne le coup d'envoi d'une tournée en province d'une durée de deux mois.
  2. Dans l'album Johnny Hallyday au Zénith, sortie le 24 octobre 1884 en version « faux live », sur le titre Rien à personne on peut entendre, après un solo de saxo le couplet suivant :

    « Il faut marcher sans défaillance
    Au combat sans indulgence
    Au finish à l'endurance
    Chaque jour j'avance
    J'avance
    Un jour attaque, un jour défense
    J'me fous de la médisance, plus ça fait mal plus j'crie vengeance... »

    Alors que dans la version studio (45 tours 880281-7), ainsi que sur le « vrai live » (après le solo de saxo), les paroles (du couplet plus court), sont :

    « Un jour attaque un jour défense
    J'me fous de la médisance, plus ça fait mal plus j'crie vengeance
    Je m'engueule avance
    Avance... »

    Différence volontaire ou pas ? Est-ce une improvisation de Johnny ou quelque chose de calculé ? Le fait est qu'il y a bien deux versions différentes de ce titre.

  3. L'ordre des titres proposés sur le double album de 1984 est :
    Disque 1 :
    Intro Le Zénith (instrumental)
    Poing cœur
    Je sais que tu ne peux pas trouver mieux ailleurs
    J'ai oublié de vivre
    L'amour violent
    Signes extérieurs de richesse
    Ne me quitte pas
    Entre violence et violon
    Quand un homme devient fou
    Disque 2 :
    Rien à personne
    Ne tuez pas la liberté
    Le cœur du rock'n'roll
    Toi tais-toi
    Drôle de métier
    Hey Joe
    J'aimerais pouvoir encore souffrir comme ça
    Nashville blues
    La garce
    Je me sens si seul
    Mon p'tit loup (ça va faire mal)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Intégrale live 1960-2003 - le livre, Jean-François Brieu.
  2. a et b Daniel Lesueur L'argus Johnny Hallyday, éditions Alternatives, p. 143.
  3. http://www.hallyday.com/Son/Disco/disco84.html / consulté le 24 décembre 2017.
  4. http://www.hallyday.com/Son/Disco/disco03c.html / consulté le 12 octobre 2019.
  5. http://www.encyclopedisque.fr/disque/7628.html / consulté le 15 septembre 2017.