Piatra Neamț

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de Roumanie
Cet article est une ébauche concernant une commune de Roumanie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Piatra Neamț
Kreuzburg an der Bistriz, Karácsonkő
Blason de Piatra Neamț
Héraldique
La vieille ville.
La vieille ville.
Administration
Pays Drapeau de la Roumanie Roumanie
Région Coat of arms of Moldavia.svg Moldavie
Județ Stema Neamt.svg Neamț
Maire
Mandat
Dragoș Victor Chitic (PNL)
depuis 2016
Code postal 610101
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 85 055 hab. (2011[1])
Densité 1 098 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 42″ Nord, 26° 22′ 12″ Est
Altitude 310 m
Superficie 7 747 ha = 77,47 km2
Divers
Cours d'eau Bistrița
Localisation
Localisation du chef-lieu dans son județ
Localisation du chef-lieu dans son județ

Géolocalisation sur la carte : Roumanie

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Piatra Neamț

Géolocalisation sur la carte : Roumanie

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Piatra Neamț
Liens
Site web http://www.primariapn.ro

Piatra Neamț (Karácsonkő en hongrois soit « stèle de Korochoun »[2], Kreuzburg an der Bistritz en allemand soit « forteresse de la Croix sur la Bistrița »[3]) est une ville pittoresque du nord-est de la Roumanie en Moldavie. Elle est le chef-lieu du județ de Neamț et le chef-lieu de la région de développement du nord-est et comptait 85 055 habitants en 2011[1].

La ville de Piatra Neamț inclut administrativement les villages de Ciriței, Doamna et Văleni.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville est dérivé des mots piatra (pierre en roumain) et neamț (allemand en roumain).

Elle a d'abord été nommée Piatra lui Crăciun (« stèle de Korochoun »), puis Târgu Piatra (« Marché, bourg de la stèle ») et enfin Piatra auquel fut adjoint Neamț en raison de la présence de maîtres-architectes et tailleurs de pierre d'origine allemande en Moldavie au Moyen Âge, notamment sous le règne d'Étienne le Grand qui en fait le chef-lieu d'un ținut (comté)[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de la ville.

Piatra Neamț est située à la limite des Carpates orientales, dans la vallée de la Bistrița, sur la rive gauche de la rivière qui est un affluent du Siret, à son confluent avec le Cuejdiu, au long duquel la ville se prolonge vers le nord. Elle se situe à une altitude moyenne de 315 m, entre plusieurs massifs de moyenne montagne comme le Mont Cozla (altitude 679 m), le Mont Cernegura (point culminant de la cité 852 m), le Mont Cârloman (617 m), le Mont Petricica (590 m) et le Mont Bâtca Doamnei (590 m.

Piatra Neamț est située à 350 km au nord de Bucarest, à 130 km à l'ouest de Iași et à 60 km au nord-ouest de Bacău[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Tour de Ștefan cel Mare.

Le site de Piatra Neamț fait partie des lieux les plus anciennement peuplés de Roumanie. On a trouvé des traces de peuplement datant de la période paléolithique (Paléolithique moyen, -100 000 ans). De nombreuses traces ont également été trouvés datant de la civilisation de Coucouteni-Tripolie (-3 600 à -2 600) ainsi que du Néolithique et de l'Âge du bronze[5].

Pendant l'antiquité, elle faisait partie de la Dacie et était habitée par les Carpiens dont les Carpates ont gardé le nom. Lors de campagnes de fouilles archéologiques ont été exhumées les traces de la ville dace de Petrodava citée par Ptolémée dans sa Géographie. On a aussi trouvé une fortification dace sur le mont Bâtca Doamnei. Suivent les invasions barbares : après le passage des Goths et de nombreux peuples cavaliers nomades d'origines diverses, quatre cultures vont dominer la région de Piatra Neamț : celle des Slaves (arrivés au VIe siècle et qui, d'après l'ancien nom de la ville, devaient avoir ici un sanctuaire dédié à Korochoun), celle des Iasses (des Alains arrivés au XIIe siècle et dont la ville de Iași perpétue le nom), celle des Magyars (arrivés au IXe siècle, qui appellent la région Etelköz et dont l'actuelle minorité des Csángós perpétue la présence) et celle des Coumans (arrivés au XIIIe siècle), tous assimilés au fil du temps par les Proto-roumains qui finissent, en 1359, par émanciper leur principauté de Moldavie des tutelles ruthène et hongroise.

Flottage du bois sur la Bistrița, en 1910.

Le premier noyau urbain de la ville actuelle a été fondé sous le règne de Petru Ier de Moldavie entre 1375 et 1391. Sous le règne d'Étienne le Grand furent construits le palais de la Cour princière en 1491, la basilique en 1497-1498 et la Tour d’Étienne le Grand (Turnul lui Ștefan cel Mare) en 1499. Les voïvodes séjournaient souvent dans la ville à l'occasion de leurs chasses.

En 1859, la Moldavie, en s'unissant à la Valachie, forme la Roumanie : Piatra Neamț est depuis lors une ville roumaine. En 1885, le chemin de fer arrive à Piatra Neamț et en 1894, on installe l'éclairage public, fourni par une centrale hydroélectrique. Des scieries s'installent en ville, pour réceptionner le bois descendu des Carpates par flottage sur la Bistrița. Quelques années plus tard, en 1897 était fondé le premier lycée « Petru-Rareș » qui existe toujours.

Pendant la Première et la Seconde guerre mondiale, Piatra Neamț subit destructions et pillages car elle se trouve à chaque fois sur la ligne de front, prise en étau entre d'un côté, à l'Ouest, les armées allemandes (impériale, puis Wehrmacht) et de l'autre côté, à l'Est, les armées roumaines et russes (tsariste puis soviétique).

Comme toute la Roumanie, Piatra Neamț a subi les régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989, mais connaît à nouveau la démocratie depuis 1990.

Démographie[modifier | modifier le code]

Historique des recensements
Ann. Pop.  %±
1912 18 965
1930 29 827 57,3%
1941 34 896 17,0%
1948 26 303 −24,6%
1956 32 648 24,1%
1966 45 852 40,4%
1977 78 100 70,3%
1992 123 360 58,0%
2002 104 914 −15,0%
2011 85 055 −18,9%

Ethnies[modifier | modifier le code]

La ville de Piatra Neamț a abrité une prospère et importante communauté juive (8 489 personnes en 1907 soit 50 % de la population, 7 595 personnes en 1930, 24 % de la population totale)[6] qui a en grande partie échappé aux persécutions et crimes de la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, alors qu'ils étaient encore 7 000 en 1948, la plupart d'entre eux, fuyant le régime communiste, a émigré vers Israël et l'Occident.

En 2011, la ville de Piatra Neamț a une population très majoritairement roumaine (89,0 %)[1], 9,8 % de la population de souhaitant pas répondre à cette question, et 1,27 % appartenant à une autre ethnie.

Religions[modifier | modifier le code]

En 2011, la composition religieuse de la commune était la suivante[7] :

Politique[modifier | modifier le code]

Élections municipales de 2016[8]
Parti Sièges Statut
Parti national libéral (PNL) 9
Parti social-démocrate-Union nationale pour le progrès de la Roumanie (PSD-UNPR) 8
Alliance des libéraux et démocrates (ALDE) 3

Économie[modifier | modifier le code]

Pendant la période communiste, Piatra Neamț a été industrialisée, avec d'énormes combinats de produits chimiques dont les effluents ont éradiqué toute vie dans la Bistrița, nécessitant une restauration écologique difficile après la chute de la dictature. Ces usines surdimensionnées se sont révélées vétustes et non-rentables dans l'économie de marché : la plupart ont fermé leurs portes, quelques-une ont été privatisées, et l'activité des zones industrielles situées dans le village de Săvinești, à 11 km au sud de la ville, s'est fortement réduite. Certaines activités ont été reprises par le groupe italien « Radici ». Des usines de fabrication d'engrais, de pâte à papier, de produits alimentaires, de fibres synthétiques (Rifil), de fabrication de peinture (Köber), de téléphones mobiles (Dasimpex) et d'électronique (Media Galaxy, filiale du groupe américain Altex) sont encore en activité à Piatra Neamț.

La ville mise d'autre part sur le développement du tourisme car elle possède de nombreux atouts tant culturels que naturels.

Transports[modifier | modifier le code]

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Piatra Neamț dispose d'un réseau de transports public urbain (autobus et trolleybus) géré par une Régie Municipale. Le trolleybus de Piatra Neamț entretient ses véhicules anciens ou et en a acheté d'occasion, pour faire des économies. Les autobus de Piatra Neamț sont gérés par la même compagnie que les trolleybus, tandis que les services de minibus sont offerts par ces compagnies privées.

Liaisons routières[modifier | modifier le code]

Piatra Neamț est traversée par la route nationale DN15 qui permet de rejoindre Târgu Mureș à l'ouest et Bacău puis Bucarest au sud. Les principaux autres itinéraires partant de Piatra Neamț sont les suivants :

Liaisons ferroviaires[modifier | modifier le code]

Piatra Neamț est desservie par les Chemins de fer roumains (CFR, Căile Ferate Române) et elle est située sur la ligne Bacău-Piatra Neamț-Bicaz.

Liaisons aériennes[modifier | modifier le code]

C'est l'aéroport international Georges-Enesco à Bacău qui est le plus proche de Piatra Neamț, la géographie de la ville n'étant pas compatible avec une telle infrastructure.

Culture[modifier | modifier le code]

Théâtre de la jeunesse (Teatrul Tineretului).

La ville dispose de nombreux équipements culturels dont les plus réputés sont :

  • Le Théâtre de la Jeunesse (Teatrul Tineretului), très célèbre en Roumanie pour la qualité de ses spectacles.
  • La Bibliothèque « G. T. Kirileanu », crée en 1869.
  • L'École des Beaux-Arts « Victor Brauner ».

De nombreux festivals sont organisés dans la ville durant l'année :

  • mai, « Festival international de théâtre » ;
  • juin, « Vacances en musique » ;
  • août, « Festival international de folklore ».

Plusieurs musées de premier ordre existent à Piatra Neamț :

  • Le Musée d'Histoire (Muzeul de Historie), créé en 1934, offrant au visiteur ses collections archéologiques, Âge du bronze et culture dace notamment.
  • Le Musée d'Art néolithique de Coucouteni (Muzeul de Artă eneolitică a culturii Cucuteni), ouvert en 2005 dans une belle construction datant de 1930 et qui présente la plus vaste et la plus riche collection d'œuvres d'art de la civilisation de Coucouteni-Tripolie.
  • La Cour Princière (Exposiția Muzeală Curtea Domnească), où sont présentés les objets trouvés sur le site durant les fouilles archéologiques.
  • Le Musée d'Art (Muzeul de Artă), ouvert en 1980, qui possède de nombreuses œuvres de Lascăr Vorel.
  • Le Musée d'Ethnographie (Muzeul de Etnografie) qui présente les costumes et objets populaires et de nombreux aspects de la vie des paysans de la vallée de la Bistrița.
  • Le Muséum d'Histoire naturelle (Muzeul de Științe Naturale), qui possède une grande collection ichtyologique.

Information[modifier | modifier le code]

Piatra Neamț dispose de quatre chaînes de télévision locale, de trois stations de radio émettant en modulation de fréquence, plusieurs journaux et un site internet informatif pour les jeunes : CityNeamț.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

L'ensemble touristique et monumental le plus visité de Piatra Neamț est la Cour Princière, construite sous le règne d'Étienne le Grand (Ștefan cel Mare) dans la deuxième moitié du XVe siècle au cœur de la vieille ville : on y voit les vestiges de la Cour Princière (Curtea Domnească), de la Tour du Clocher (Turnul Clopotniței), (19 m de haut) et de l'église St-Jean-Baptiste (Biserica Sf. Ioan de style moldave avec des éléments byzantins, gothiques et des ornements locaux, disques de céramique).

Autres monuments historiques :

  • La synagogue, édifice en bois construit en 1766 à la limite orientale de la Cour Princière et préservée des destructions des années 1940.
  • L'église de la Bonne Nouvelle de 1740.
  • L'église St-Nicolas de 1796.
  • L'ermitage de Doamna de 1790, sur la rive droite de la Bistrița.

Piatra Neamț possède aussi plusieurs maisons remarquables comme la Maison Ivașcu (XIXe siècle) ou la Maison Lalu (1912).

Autres sites[modifier | modifier le code]

Un téléphérique, offrant de belles vues sur la ville et son environnement, permet d'accéder au Mont Cozla, site naturel tout à fait remarquable et doté de pistes de ski enneigées tout l'hiver.

Sports[modifier | modifier le code]

Piatra Neamț est le siège de plusieurs clubs sportifs.

  • Le HCM Piatra Neamț, club masculin de handball.
  • Le CV Unic Piatra Neamț, club féminin de volley-ball.

De nombreux concours hippiques nationaux et internationaux sont organisés à l'hippodrome (Baza hipică) de la ville.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Naissance à Piatra Neamț.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Piatra Neamț est jumelée avec[10] :

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (ro) « Tab8. Populația stabilă după etnie – județe, municipii, orașe, comune », sur Institutul Național de Statistică din România (consulté le 7 juillet 2015)
  2. Korochoun, dieu slave de l'hiver, a donné en roumain le mot Crăciun signifiant « Noël » depuis la christianisation.
  3. Kreuzburg atteste de la christianisation.
  4. a et b « http://piatra-neamt.info/referate/files/Monografia_Localitatii_Piatra_Neamt.doc » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  5. (ro) « Istoric Piatra Neamț », sur piatra-neamt.net (consulté le 10 septembre 2016)
  6. L'histoire de la communauté juive de Piatra Neamț
  7. (ro) « Tab13. Populația stabilă după religie – județe, municipii, orașe, comune », Institutul Național de Statistică din România (consulté le 7 juillet 2015)
  8. (ro) « Rezultate finale 5 iunie 2016 », sur www.2016bec.ro (consulté le 12 juin 2016)
  9. Vie de Calistrat Hogaș
  10. ORASE INFRATITE

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :