Hetman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'hetman Stanisław Koniecpolski de l'union polono-lituanienne

Hetman est un titre désignant historiquement le commandant en chef des armées du Grand-duché de Lituanie et du Royaume de Pologne. Ce titre sera conservé dans le cadre de l'entité née de leur union, la République des Deux Nations. On le retrouve également dans d'autres contextes, mais toujours avec cette signification de chef.

Hejtman en Tchéquie[modifier | modifier le code]

Au cours des guerres hussites hejtman désignait le chef du Tábor. Le premier hejtman fut Jan Žižka en 1420. Les Taborites avaient trois autres hejtmans, mais Ziska était le premier d'entre eux.

Hetman en Pologne et Lituanie[modifier | modifier le code]

Grand Hetman était le titre porté par le chef des forces militaires dans ces deux pays. Il était d'office membre du gouvernement, remplissant les fonctions de ministre de la défense et commandant général des armées en temps de guerre. Le premier grand-hetman du grand-duché de Lituanie fut Constantin Ostrogski en 1497. Le premier grand-hetman de Pologne fut Nicolas Kamieniecki en 1503. Le grand-hetman était souvent secondé par un hetman du champ (de bataille) qui lui commandait les troupes uniquement au cours des campagnes, seul ou sous l'autorité du grand-hetman. Ces postes disparaitront avec la fin de la République des Deux Nations.

Hetman chez les Cosaques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hetmanat cosaque.

Les Cosaques désignaient également leur commandant élu par hetman à partir du XVIe siècle. Le premier hetman cosaque fut Dimitri Wisniowiecki. Comme souvent pour les mots provenant de l'ukrainien plusieurs translittérations ont coexisté en français ; citons « hettman » et « hetmann ».

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les avis sont partagés sur le sujet, mais aujourd'hui la plupart des spécialistes pensent qu'hetman est un mot d'origine allemande, soit du Haut-allemand Hauptmann (haupt signifiant principal ou tête, mann homme), soit du Bas-allemand hōd-man qui a la même signification.

  • Gustave Aucouturier (spécialiste de l'Europe de l'est)[1] : Hetman provient de l'allemand Hauptmann. Emprunté par les Polonais pour désigner le chef de leur armée puis encore réapproprié par les cosaques pour désigner leur chef. A ne pas confondre avec le mot ataman qui désigne un autre chef d'unité cosaque et qui lui serait d'origine turc.
  • La définition du dictionnaire Bouillet[2] est citée ci-dessous.

Bouillet[modifier | modifier le code]

Article tiré du Dictionnaire universel d'histoire et de géographie :

« Hetman ou Attamann, nom que porte le chef des cosaques. Cette dignité fut créée en 1576 par Étienne Bathory, roi de Pologne, en faveur de Bogdan Rozynski. Les insignes étaient un drapeau, une queue de cheval, un bâton de commandement et un miroir. Les hetmans étaient toujours choisis parmi les chefs les plus distingués des cosaques ; cependant l'empereur Nicolas conféra cette dignité à l'héritier de la couronne, le grand-duc Alexandre (auj. empereur). ---- Dans l'ancien royaume de Pologne il y avait deux grands hetmans : le grand hetman de la couronne et le grand hetman de Lituanie. Ces grands dignitaires parvinrent à une très-haute autorité : par la constitution de 1768 il prirent place parmi les ministres d'État, et l'un d'eux devait toujours avoir le portefeuille de la guerre.»

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans ses notes publiés dans la version folio de « Les Soirées du hameau » de Gogol.
  2. Dictionnaire universel d'histoire et de géographie par M.-N. Bouillet (1878)

Liens externes[modifier | modifier le code]