Sfântu Gheorghe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sfântu Gheorghe
ROU CV Sfantu Gheorghe CoA.svgROU CV Sfantu Gheorghe Flag.png
Image dans Infobox.
Noms locaux
(ro) Sfântu Gheorghe, (hu) Sepsiszentgyörgy, (de) Sankt GeorgenVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Județ
Chef-lieu
Sfântu Gheorghe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Capitale de
Covasna, Háromszék (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
555 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Sfantu Gheorghe jud Covasna.jpg
Démographie
Population
56 006 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Municipalité de Roumanie (en), chef-lieu du comté (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Chef de l'exécutif
Árpád-András Antal (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Contient les localités
Sfântu Gheorghe (d), Chilieni (d), Coșeni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages
Identifiants
Code postal
520003–520093Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Prononciation

Sfântu Gheorghe (en hongrois : Sepsiszentgyörgy, en allemand : Sankt Georgen) est une ville du centre de la Roumanie, en Transylvanie, dans le Pays sicule, sur l'Olt.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se situe dans une vallée entre les monts Baraolt (en) et les monts Bodoc (ro). Sfântu Gheorghe est le chef-lieu du județ de Covasna.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sfântu Gheorghe est l'une des plus anciennes cités de Transylvanie : un document de 1332 mentionne déjà une colonie à cet endroit. Le nom de la ville est dérivé du saint patron local, Georges de Lydda.

Elle était déjà un centre économique et administratif au temps du comté hongrois de Háromszék, devenu aujourd'hui le județ de Covasna et, en partie, celui de Brașov. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Sepsiszentgyörgy a développé des industries textile et cigarière. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le régime dictatorial de Miklós Horthy enferme les 850 Juifs de la ville et des villages voisins dans un ghetto avant de les déporter vers celui de Szászrégen et, de là, vers camp d'extermination d'Auschwitz[1]. Sfântu Gheorghe est aujourd'hui, pour les Sicules, un centre culturel important du Pays sicule (en hongrois : Székelyföld) et abrite le musée national sicule (ro).

La ville organise deux foires commerciales par an.

Politique[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1992 2008 Albert Álmos UDMR  
2008   Árpád-András Antal UDMR  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
AnnéePop.±%
19128 665—    
193010 818+24.8%
194814 224+31.5%
195617 638+24.0%
196620 768+17.7%
197740 804+96.5%
199268 359+67.5%
200261 543−10.0%
201156 006−9.0%

Elle compte 56 006 habitants en 2011, contre 60 900 en 2002, dont 73,62 % de Hongrois, 21,08 % de Roumains et 0,7 % de Roms[2].

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Église fortifiée (en hongrois : Vártemplom, en roumain : Biserică Fortificată), construite au XIVe siècle dans un style gothique
  • Palais Beör (en hongrois : Beör Palota, en roumain : Palatul Beör), en ce moment, ce l'hôtel de UDMR, et construite au XIXe siècle dans un style neoclassique
  • Archives de l'État, anciennement quartier général des bataillons de Hussards
  • Bibliothèque municipale, construite en 1832, siège du conseil municipal
  • Théâtre, utilisé de 1854 à 1866 comme hôtel de ville
  • Bazar construit en 1868, avec un clocher datant de 1893
  • Chapelle funéraire de l'réformée, œuvre d'Imre Makovecz (1996)

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sport[modifier | modifier le code]

La ville de Sfântu Gheorghe possède une équipe de football professionnelle, le Sepsi Sfântu Gheorghe, qui a atteint la première division roumaine en 2017.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Sfântu Gheorghe est jumelée avec[3] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ro) « Ghetouri », sur Muzeul Memorial al Holocaustului din Transilvania de Nord (consulté le 1er avril 2016).
  2. (ro) « Tab8. Populația stabilă după etnie – județe, municipii, orașe, comune », sur recensamantromania.ro.
  3. Localităţi înfrăţite

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :