Omer Pacha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Omer Pacha
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Janja Gora (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom de naissance
Михајло ЛатасVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Chef militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Emin Bülent Serdaroğlu (en) (petit-fils)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Arme
Grade militaire
Conflits
Distinction
Omar Pacha

Omer Pacha Latas (1806-1871), d'origine serbe[1],[2],[3], est un général ottoman. Né Mihajlo Latas, il est aussi connu en tant que Michael Latas, Michel Latas[4], Michel Lattas[5], Michael Lats ou Michael Lattus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît dans l'Empire austro-hongrois à Janja Gora dans la municipalité de Plaski, située en Croatie, dans une famille serbe chrétienne orthodoxe. Son père est lieutenant d'administration de l'armée autrichienne à Ogulin, en Croatie.

Se passionnant pour les armées, le jeune Mihajlo Latas est élevé dans une école militaire de Zadar. Ses supérieurs jugeant qu'il avait une belle écriture, il est affecté à des tâches de bureau[6]. Au sortir de l'école, il est accepté dans le régiment de son père. Accusé de détournement de fonds (il a volé 180 florins du coffre-fort militaire), il échappe aux poursuites en s'enfuyant en 1828 en Bosnie, pays alors sous occupation ottomane, où il se convertit à l'islam et prend le nouveau prénom de Omar[7].

Exploits militaires[modifier | modifier le code]

Omer Pacha photographié par Roger Fenton

Le tournant a lieu lorsqu'il s'installe à Constantinople (actuel Istanbul). Il y est nommé professeur à l'Académie militaire turque et devint le professeur d'écriture de l'héritier du sultan ottoman Abdülmecit Ier. Sur les recommandations de ce dernier, il est nommé colonel. Il travaille afin de réorganiser l'armée. Il prépare les futures campagnes militaires dans les Balkans. Son mariage avec la fille d'un riche pacha turc[8] marque le début d'une ascension fulgurante dans la carrière militaire. Il est d’abord nommé gouverneur militaire de Constantinople puis gouverneur du Liban en 1842. Il réprime les rébellions anti-ottomanes albanaises (1843), kurdes (1846) et bosniaques (1850). Mais c'est contre les Russes qu'il va s'illustrer lors de la guerre de Crimée : il réussit à défendre la ville roumaine de Kalafat en 1853, entre à Bucarest en 1854 et inflige une défaite à quatre mille Russes à Eupatoria en Crimée en 1855. Un de ses derniers exploits de guerre a été la capture de la ville de Cetinje (Monténégro) en 1862, victoire difficilement acquise.

Trois hommes en uniformes militaires autour d'une petite table recouverte d'une nappe
Les commandants alliés durant le siège de Sébastopol. De gauche à droite : Lord Raglan, Omer Pacha et Aimable Pélissier.

En 1867, il participe à la répression de la révolte crétoise de 1866-1869, puis est nommé ministre de la Guerre en 1869. Il meurt en 1871.

Penseur militaire clair et précis, Omar Pacha allait toujours implacablement au bout des décisions audacieuses qu’il prenait. Réputé strict et impitoyable en matière de discipline, il était néanmoins respecté et admiré par ses hommes. Grâce à sa connaissance des pays, il s’avérait grand professionnel là où les troupes alliées avaient du mal à cerner les conditions des campagnes militaires dans des régions mal connues d'elles[9].

La vie romanesque d'Omer Pacha a été retracée dans un feuilleton télévisé franco-allemand : Omer Pacha (1971).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) [Stevan K. Pavlowitch, "Serbia : The History behind the name" - p. 49. (ISBN 1-85065-476-X), 9781850654766].
  2. (en) [Barbara Jelavich, "History of the Balkans: Eighteenth and nineteenth centuries", 1983, p. 349 : « A Serbian convert from Lika, Omer Pasha » - (ISBN 0-521-27458-3) ; (ISBN 978-0-521-27458-6)].
  3. Alfred de Bessé ; Edward Morris (1854). The Turkish empire, embracing the religion, manners and customs of the people, with a memoir of the reigning sultan and Omer Pasha. Lindsay & Blakiston. p. 24 : OMAR PASHA, the commanding general of the Turkish forces on the Danube, is a Croat, and was born in 1801, in Vlaski, a village in the district of Ogulin, thirteen miles from Fiume..
  4. http://turquie-culture.fr/pages/histoire/anecdotes-recits.../omer-pacha-general-ottoman-1806-1871.html.
  5. Victor Duruy, Histoire populaire contemporaine de la France, , 424 p. (lire en ligne), p. 38.
  6. Dictionnaire de la conversation et de la lecture..., volume 13 de Dictionnaire de la conversation et de la lecture, William Duckett (fils), Firmin Didot, 1860, page 729 Lire en ligne.
  7. (de) Georg Martin Thomas, August von Jochmus' gesammelte Schriften, herausg. von G.M. Thomas, (lire en ligne).
  8. Adviye Hanım, héritière de Çerkes Hafız Mehmed Pasha.
  9. Pages 26-27 The Turkish Empire, embracing the religion, manners and customs of the people, with a memoir of the reigning sultan and Omer Pasha écrit par Alfred de Bessé et Edward Morris (1854).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Omer Pacha Latas, biographie romancée écrite par Ivo Andric, parue en France en 1999 aux Éditions Motifs, Serpent à plumes - (ISBN 2-84261-147-0)
  • (en) The Turkish Empire, embracing the religion, manners and customs of the people, with a memoir of the reigning sultan and Omer Pasha de Alfred de Bessé et Edward Morris (1854)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :