Sulina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sulina (homonymie).
Sulina
ROU TL Sulina CoA.png
RO TL Sulina Danube Comission palace.jpg
Géographie
Pays
Județ
Localisation géographique
Chef-lieu
Sulina (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
14,16 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
4 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Sulina judetul Tulcea.jpg
Démographie
Population
3 663 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
258,7 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Ville roumaine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Chef de l'exécutif
Nicolae Răduș (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Code postal
825400Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Sulina vue depuis l'espace.

Sulina est une ville portuaire de Roumanie, située sur le bras danubien du même nom, aux bouches du Danube, ouvrant sur la mer Noire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Connue à l'époque byzantine sous le nom de Selenas (qui évoque le nom grec de la Lune), elle devint valaque en 1332, dobrogéenne en 1359, à nouveau valaque en 1390, puis moldave en 1421 et finalement turque en 1484 sous le nom de Selimyia. Russe en 1829 au traité d'Edirne, elle revint à l'Empire ottoman en 1856 à la suite de la Guerre de Crimée. C'était là que les bolozanes du Danube (péniches à voile, pouvant aussi être remorquées depuis la rive par des chevaux) et les tartanes et caraques de la Mer Noire déchargeaient et chargeaient leurs marchandises. Modernisée par le français Michel Pacha qu'en rénova le phare, et par les Britanniques qui équipèrent de grues les quais (d'où la présence d'une minorité maltaise), elle fut le siège de la Commission du Danube de 1865 à 1939[1]. Elle devint roumaine en 1878 et atteignit 15 000 habitants. Pendant la Seconde Guerre mondiale, c'est ici que les bateaux danubiens (paquebots à aubes NMS Titu Maiorescu, Tudor Vladimirescu, Regele Carol II et Stefan cel Mare de la N.F.R.) se mettaient bord à bord avec les paquebots du SMR (NMS Împaratul Traian, Dacia, Carol I, România, Polonia, Transilvania, Basarabia, Alba-Iulia et Suceava) pour transborder les milliers de réfugiés fuyant le nazisme : les paquebots maritimes les emmenaient à Istanbul (la Turquie était neutre)[2], non sans pertes dues aux torpillages soviétiques[3]. Devenue zone militaire après la guerre, démilitarisée en 1990, elle connaît actuellement une forte crise économique et compte moins de 5 000 habitants.

Temps présent[modifier | modifier le code]

L'ancien phare de Sulina, construit sur les plans du français Michel Pacha, marque le point zéro du Danube, à partir duquel sont comptées les distances sur le fleuve vers l'amont (les marins comptent en mille, les mariniers en kilomètres). Jadis loin en mer, ce phare est aujourd'hui situé sur le bras de Sulina à l'intérieur des terres et à plusieurs kilomètres de la mer, les alluvions fluviatiles prolongent vers l'est le bras du Danube et l'embouchure. Celle-ci est l'objet d'un litige frontalier avec l'Ukraine qui a déplacé unilatéralement en 2009 sa frontière maritime vers Sulina, en posant une bouée-borne à l'extrémité de la digue nord du port.

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2011, 81,92 % de la population se déclarent roumains et 9,88 % comme lipovènes, 1,69 % comme grecs et 1,22 ukrainiens (0,46 % déclarent une autre appartenance ethnique et 4,8 % ne déclarent pas d'appartenance ethnique)[4].

Politique[modifier | modifier le code]

Élections municipales de 2016[5]
Parti Sièges
Parti social-démocrate (PSD) 4
Parti national libéral (PNL) 3
Alliance des libéraux et démocrates (ALDE) 2
Parti Mouvement populaire (PMP) 2
Parti de la Grande Roumanie (PRM) 1
Indépendant 1

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Ion Barnea et Ștefan Ștefănescu, Byzantins, roumains et bulgares sur le Bas-Danube, Bucarest, Editura Academiei Române, 1971 (OCLC 1113905)
  2. Annales du Musée naval de Constanta, (ISBN 973-98883-6-4).
  3. Voir : Tragédie du Struma.
  4. (ro) « Tab8. Populația stabilă după etnie – județe, municipii, orașe, comune », sur recensamantromania.ro.
  5. (ro) « Rezultate finale 5 iunie 2016 », sur www.2016bec.ro (consulté le 12 juin 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]