Traité d'Andrinople (1829)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traité d'Andrinople.
L'arc de triomphe de Moscou fut érigé en 1834 pour célébrer la victoire de la Russie.
Changements territoriaux au traité d'Andrinople de 1829[1].

Le traité d'Andrinople (actuellement Edirne en Turquie) est signé le entre l'Empire ottoman et la Russie. Il met fin à un conflit commencé en 1828 entre les deux puissances.

Clauses[modifier | modifier le code]

Par ce traité, la Russie obtient d'importants avantages tant à l'est qu'à l'ouest de la mer Noire.

À l'est, elle se voit reconnaître la souveraineté sur la rive orientale de la mer Noire, en particulier sur l'actuelle Géorgie et une grande partie du territoire actuel de l'Arménie.

À l'ouest, la Russie, qui occupait la Bessarabie depuis 1812, annexe le delta du Danube, tandis que la Valachie récupère les ports danubiens de Turnu Măgurele, Giurgiu et Brăila, et la Serbie voit son autonomie accrue et reconnue.

Suites[modifier | modifier le code]

De leur côté, les insurgés grecs, qui étaient en partie à l'origine de cette guerre russo-ottomane (par solidarité entre nations orthodoxes), n'obtenaient pas encore l'indépendance pour leur pays, mais la voyaient poindre à l'horizon, ce qui fut entériné en juillet 1832 par le traité de Constantinople.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. H. E. Stier (dir.), Grosser Atlas zur Weltgeschichte, Westermann 1984, p. 134, (ISBN 3141009198).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]