Arvanites

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte allemande des langues dans les Balkans au début du XXe siècle, avec la répartition de l'albanais en Albanie même, au Kosovo et chez les Arvanites de Grèce
Carte du Péloponnèse de 1890. Les zones en rose correspondent aux régions majoritairement ou en partie albanophones à cette époque
Poème en grec et en arvanite, à l'occasion du mariage de la princesse Alexandra, n° 56 du magazine Apollon.
Carte ethnique de la Grèce de 1897
les migrations des albanophones, 1300-1350.

Les Arvanites (grec moderne : Αρβανίτες, albanais : Arbëreshë, roumain : Arnăuți) sont un groupe ethnique de Grèce, aujourd’hui hellénophones mais parlant à l’origine un dialecte tosque de la famille de l’albanais. Parmi les albanophones installés depuis longtemps en Grèce, le nom d’Arvanites désigne spécifiquement les chrétiens orthodoxes, par opposition aux Tsámides (Τσάμηδες) musulmans. Dans les principautés roumaines vassales de l'Empire ottoman (grec : παραδουνάβιες χώρες) ils formaient, en tant qu'orthodoxes, la garde princière des Hospodars phanariotes, les traités de vassalité entre des états et la « Sublime Porte » interdisant la présence de troupes musulmanes dans ces principautés en temps de paix.

Origine et répartition[modifier | modifier le code]

Ces populations, originaires d’Épire (Albanie et Grèce du Nord-Ouest) ont migré pendant le Moyen Âge vers le sud-est, et ainsi peuplé notamment l’Attique, le nord de l’île d'Andros, le sud de l’Eubée et de la Béotie, la région de l’isthme de Corinthe, et des îles du golfe Saronique comme Hydra et Salamine. Dans ces régions, ils sont parfois majoritaires (est de l’Attique, nord d’Andros) au XIXe siècle.

Les autres zones de peuplement d’origine albanophone sont la Grèce du Nord-Ouest et la Thrace. Les mêmes vagues de migration auraient donné naissance en Italie à la communauté arberèche. On ne connaît pas avec exactitude la cause de ces migrations, mais il est possible que, s’agissant de populations restées chrétiennes, elles soient liées à la conversion à l’islam de la majorité des Albanais durant la période ottomane et aux difficultés de cohabitation qui en ont découlé en Albanie. La question de leur origine exacte, de leur appartenance nationale et ethnique, est bien sûr discutée, les nationalismes albanais et grec s’affrontant parfois sur la question : pour le premier, il s’agit d’Albanais hellénisés par l’église orthodoxe ; pour le second, il s’agit de Grecs épirotes ayant adopté la langue albanaise dans sa forme tosque (méridionale) en raison d’une longue cohabitation avec les Albanais depuis l’arrivée de ces derniers en Épire à partir du VIe siècle, sous la poussée des Slaves. Les deux « écoles » ont des arguments valables[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Arvanites ont joué un grand rôle pendant la guerre d’indépendance (parmi les Souliotes et dans les îles d’armateurs comme Hydra et Spetses), et se définissent comme « hellènes » et composante de l’« helleniki ethniki koinonia », la nation grecque moderne. Néanmoins, jusqu’à la fin du XIXe siècle, les voyageurs occidentaux les désignent souvent comme « albanais »[2]. Au XXe siècle, une partie de la population moderne de la ville d’Éleusis est constituée d'une population grecque de langue arvanite.

Langue[modifier | modifier le code]

Actuellement, la langue (arvanitika ou arvanitique, code de langue IETF aat) est de moins en moins parlée, comme les autres langues minoritaires de Grèce. Lorsqu'il a été écrit, le parler des Arvanites a, le plus souvent, utilisé les caractères grecs, comme dans le magazine Apollon par exemple.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  • Biris, Kostas (1960): Αρβανίτες, οι Δωριείς του νεότερου Ελληνισμού: H ιστορία των Ελλήνων Αρβανιτών. ["Arvanites, the Dorians of modern Greece: History of the Greek Arvanites"]. Athens. (3rd ed. 1998: ISBN 960-204-031-9
  • Dede, Maria (1987): Οι Έλληνες Αρβανίτες. ["The Greek Arvanites"]. Ioannina: Idryma Voreioipirotikon Erevnon.
  • Nasa Patapiou "Η κάθοδος των ελληνοαλβανών Stratioti στην Κύπρο (16αι)" ('The migration of the Greek-Albanian Stratioti to Cyprus, 16th century'). Επετηρίδα του Κέντρου Επιστημονικών Ερευνών 24 (1998) 161-209.
  • Κ. Ν. Sathas, Documents inédits relatifs à l'histoire de la Grèce au Moyen Âge, publiés sous les auspices de la Chambre des députés de Grèce. Tom. VI.
  • "Ανθολογία Αρβανίτικων τραγουδιών της Ελλάδας", Θανάσης Μωραΐτης, 2002, (ISBN 960-85976-7-6).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dans une perspective paléolinguistique ou phylogénétique, les linguistes Eqrem Çabej, Eric Hamp, Georgiev, Kortlandt, Walter Porzig ou Sergent considèrent que le proto-albanais, qui appartient à l’ensemble géographique thraco-illyrien des langues indo-européennes, s’est formé vers le VIe siècle à l’intérieur des terres, dans le Kosovo et la Serbie actuelle. Ils expliquent que le proto-albanais a subi un début de romanisation encore sensible dans la langue moderne, et que les emprunts les plus anciens de l’albanais aux langues romanes proviennent du roman oriental balkanique et non de l’illyro-roman qui était la langue romane anciennement parlée en Illyrie à la suite de la romanisation de l’illyrien, que les toponymes albanais ayant conservé leur appellation antique, ont évolué selon des lois phonétiques propres aux langues slaves et que l’albanais a emprunté tout son vocabulaire maritime au latin et au grec. C’est pourquoi ces auteurs pensent que les ancêtres des Albanais ont vécu à l’est de l’actuelle Albanie et que régions côtières de ce pays (thème du Dyrrhacheion) étaient initialement gréco-latines. De nos jours, l’existence en albanais de mots empruntés au roman oriental balkanique et la présence dans les langues aroumaine et roumaine de mots de substrat proches des mots albanais, corrobore cette manière de voir, ce qui n’empêche pas que l’église grecque a, durant le Moyen Âge, hellénisé des populations albanophones (et autres), comme en atteste par exemple la prédication de l’anachorète Kosmas l'Étolien en Épire, citée par l’ethnologue Kostas Krustallis
  2. J.T.Bent, The Cyclades (préface)