Râmnicu Vâlcea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Râmnicu Vâlcea
ROU VL Ramnicu Valcea CoA1.jpg
TudorVladimirescuStrRV.JPG
Nom officiel
(ro) Râmnicu VâlceaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom local
(ro) Râmnicu VâlceaVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Județ
Localisation géographique
Chef-lieu
Râmnicu Vâlcea (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Capitale de
Superficie
89,52 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
250 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Ramnicu Valcea in Romania.png
Démographie
Population
98 776 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
1 103,4 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Municipalité de Roumanie (en), Chef-lieu de județ (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Chef de l'exécutif
Rm. Vâlcea (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelage
Identifiants
Code postal
240011–240763Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Râmnicu Vâlcea est une ville située au centre-sud de la Roumanie, en Olténie, dans le județ de Vâlcea, sur la rive droite de la rivière Olt.

Géographie[modifier | modifier le code]

Râmnicu Vâlcea, Rîbnic, Rimnik ou Rimni-Vilcea selon les sources, est une ville située au confluent de l'Olt — qu'elle longe — et de son petit affluent : l'Olănești[1].

Elle dispose d'une position stratégique majeure : sur les contreforts collinéens des Alpes de Transylvanie, elle est incontournable sur la E81 (La route nationale 7 appelée en Roumanie la DN7), route qui relie la capitale Bucarest à la ville de Sibiu. Cet axe principal du territoire roumain emprunte l'étroite vallée du cours moyen de l'Olt appelée « le defilé de la Tour rouge ». Râmnicu Vâlcea en est la porte sud.

À 185 kilomètres de Bucarest et 100 kilomètres de Sibiu, la ville abrite une population de 111 437 habitants selon le référendum du .

Elle constitue une ville carrefour de moyenne importance dont l'activité urbaine repose essentiellement sur sa fonction administrative de chef-lieu de « département » et sur la présence du groupe industriel « Oltchim ». Elle est aussi proche de plusieurs stations de cure thermale dont les plus réputées sont celles de Călimănești-Căciulata et celles de Bains de Govora (Băile Govora).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il n'existe aucune source historique témoignant d'une occupation humaine sur le site de Râmnicu Vâlcea pendant les débuts de l'Antiquité[1].

Le site dace de Buridava le long de la Via Traianus semble constituer la première trace d'implantation humaine dans le secteur de Râmnicu Vâlcea. Dès la conquête de la Dacie par les Romains en 105-106 apr. J.-C., Buridava constitue un castrum pour les troupes auxiliaires de l'empire.

La ville est citée pour la première fois le .

Comme toute la Roumanie, Râmnicu Vâlcea a subi les régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989, mais connaît à nouveau la démocratie depuis 1990.

En 2011 la ville a été considérée comme un point chaud du cybercrime : elle fut surnommée « Hackerville »[2],[3],[4].

Politique[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2000   Traian Sabău PDSR  
Les données manquantes sont à compléter.
2014 en cours Mircia Gutău PER  
Élections locales de 2016[5]
Parti Conseillers
Parti écologiste roumain (PER) 8
Parti social-démocrate (PSD) 8
Parti national libéral (PNL) 4
Alliance des libéraux et démocrates (ALDE) 3

Vie culturelle et sportive[modifier | modifier le code]

L'équipe féminine de handball du C.S. Oltchim Vâlcea a été le meilleur club roumain et l'un des meilleurs clubs européen dans les années 2000. Il détient le record du nombre de titres de champion avec 19 couronnes, dont 8 consécutives entre 1993 et 2000. Le club a également remporté la coupe de Roumanie à 14 reprises. Sur la scène européenne, Oltchim a remporté trois coupes d'Europe (dont la Coupe des coupes en 2007) et a atteint la finale de Ligue des champions en 2010. En proie à d'importantes difficultés financières, le club est contraint de se déclarer en faillite le .

Personnages en relation avec ce lieu[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

Vilmar[modifier | modifier le code]

Parmi les entreprises dont le siège est à Râmnicu Vâlcea, la société Vilmar (pour Vilcea - Marseille) est une société industrielle créée en 1991, suite à la privatisation de la société IUCFOR qui rendit le groupe Genoyer actionnaire majoritaire. le 18 novembre 1991, la société Vilmar est la première société roumaine privatisée après la révolution de 1990[7].

Oltchim[modifier | modifier le code]

Voisine de Vilmar, située sur le plateau industriel, cette société est le premier exportateur roumain de produits chimiques[8].

Éclipse solaire du 11 août 1999[modifier | modifier le code]

Billet de 2 000 lei spécial, pour l'éclipse totale de Soleil de 1999, montrant la bande de l'éclipse au travers de la carte de la Roumanie.

Râmnicu Vâlcea (45° 06′ N, 24° 18′ E) était sur le point maximum de la ligne de centralité du passage de l'ombre de l'éclipse solaire de 1999 à midi, le 11 août.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Site de la ville
  2. How a Remote Town in Romania Has Become Cybercrime Central
  3. (en) Yudhijit Bhattacharjee, « How a Remote Town in Romania Has Become Cybercrime Central », Wired,‎ (lire en ligne)
  4. Mirel Bran, « Les pirates roumains d'Hackerville tiennent tête aux polices du monde entier », Le Monde, no 20820,‎ , p. 6 (ISSN 0395-2037, lire en ligne)
  5. (ro) « Rezultate finale 5 iunie 2016 », sur www.2016bec.ro (consulté le 19 juin 2016).
  6. Nominis : Saint Callinique de Cernica
  7. « La Phocéenne de Métallurgie rachète une entreprise d'Etat en Roumanie », sur lesechos.fr, (consulté le 18 juin 2016)
  8. « Prima pagina - Oltchim », sur www.oltchim.ro (consulté le 18 juin 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Ressource relative à la géographie : GeoNamesVoir et modifier les données sur Wikidata
  • (en) Yudhijit Bhattacharjee, « How a Remote Town in Romania Has Become Cybercrime Central », Wired,‎ (lire en ligne)