Épître aux Galates

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Galates
Auteur traditionnel Paul
Datation traditionnelle vers 50-52[réf. nécessaire]
Datation historique Plus de 14 ans après son passage à Jérusalem, qu'il situe 3 ans après sa conversion. Donc plus de 17 ans après sa conversion, que les historiens placent en général en 37. Donc après 54 et avant son arrestation à Jérusalem vers 58.
Nombre de chapitres 6
Canon chrétien Épître pauliniennes
Précédent II Corinthiens Éphésiens Suivant

L'Épître aux Galates est un livre du Nouveau Testament.

Cette lettre est envoyée par l'apôtre Paul aux églises de Galatie. Elle est probablement écrite après 54 et avant 58 de notre ère, soit une vingtaine d'années après la crucifixion de Jésus. Il se qualifie comme « apôtre, non de la part des hommes ni par l'intermédiaire d'un homme, mais par Jésus Christ et Dieu le Père qui l'a ressuscité des morts ».

Thème[modifier | modifier le code]

Cette épître, une lettre, s'adresse à des non-Juifs (des païens) que Paul avait évangélisés mais qui avaient ensuite été visités par des chrétiens judéisants. Ceux-ci les avaient incités à se soumettre à la loi divine, la Thora juive (la genèse, le deutéronome, etc.). Cette lettre marque bien la différence entre l'hétéronomie et l'appel à la liberté humaine inhérente au christianisme non fondamentaliste. Paul qualifie la soumission à la loi divine de «malédiction» (Galates, chapitre 3). « Ainsi, la loi a été notre surveillant jusqu'à la venue du Christ. Maintenant que le temps de la foi est venu, nous ne dépendons plus de ce surveillant (Galates 3:24) ». Dans son appel à la liberté, Paul affirme que toute la loi se résume à ce seul commandement: «Tu dois aimer ton prochain comme toi-même». Mais comme l'amour ne se contraint pas, elle est un état d'esprit. Aussi, le christianisme n'est-il pas une religion de commandements. Par ce mot, il faut entendre des exemples de situations ou des modèles de comportement[1].

Cette épître énonce les « fruits de l'esprit » à savoir les qualités (appelées vertus théologales) que le chrétien est en mesure de développer lorsqu'il a reçu le Saint-Esprit (Galates 5:22). Elle inscrit aussi la vie chrétienne comme une liberté vécue dans l'amour. Le thème de cette lettre est qu'on ne peut trouver la vraie liberté qu'en vivant l'Évangile de Jésus-Christ. Si les « saints » (soit les chrétiens disciples de Paul) adoptaient les enseignements des judéo-chrétiens qui tenaient à observer la loi de Moïse (à commencer par la circoncision), ils limiteraient ou anéantiraient la liberté qu'ils avaient trouvée dans le Christ. Dans l'épître, Paul se définit comme apôtre, expliquant la doctrine de la justification par la foi et affirme la valeur d'une religion spirituelle.

Saint Paul affirme dans ce texte sa conviction que la « justification » de l'Homme vis-à-vis de Dieu ne peut venir de ses œuvres mais de sa foi en Jésus-Christ ressuscité. Il développera plus longuement ce thème dans l'Épître aux Romains.

Résumé[modifier | modifier le code]

Aux chapitres 1 et 2, il exprime son regret d'apprendre que nombreux quittent le " fleurissant chemin de la religion". clarifie sa place parmi les apôtres. Les chapitres 3 et 4 commentent la doctrine de la foi et des œuvres. Les chapitres 5 et 6 contiennent un sermon sur les résultats pratiques de la doctrine de la foi.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Dominique Dognin, « La foi étant venue… » L'épître aux Galates, coll. Connaître la Bible, no 25, Bruxelles, Lumen Vitae, 2001, 80 p. ISBN 2-87324-168-3.
  • Alain Gignac, « Introduction et notes de la Lettre aux Galates », dans Frédéric Boyer, Jean-Pierre Prévost et Marc Sévin (dir.), Bible. Nouvelle traduction, Paris; Montréal, Bayard; Médiaspaul, 2001, p. 3052-3054.
  • Alain Gignac, « Une approche narratologique de Galates. État de la question et hypothèse générale de travail. », Science et Esprit, 58, 2006, p. 5-22.
  • Alain Gignac, « La gestion des personnages en Ga 1–2. Pour que les narrataires s’identifient au héros “Paul” », dans Pierre Létourneau et Michel Talbot (dir.), Et vous, qui dites-vous que je suis? La gestion des personnages dans les récits bibliques. Actes du 3e symposium du RRENAB - 62e congrès annuel de l'ACÉBAC, 29 mai au 1er juin 2005, Montréal, Médiaspaul, 2006, p. 203-228.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]