Elisa Leonida Zamfirescu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zamfirescu.
Elisa Leonida Zamfirescu
Elisa Leonida Zamfirescu.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
BucarestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Elisa LeonidaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Gheorghe Leonida
Natalia Leonida (d)
Dimitrie Leonida
Adela Leonida-Paul (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Institut de Géologie de Roumanie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Domaines

Elisa Leonida Zamfirescu, née Elisa Leonida le à Galați et morte le à Bucarest, est une ingénieure chimiste, une chercheuse, une enseignante et une militante pacifiste roumaine.

C'est la première femme ingénieur diplômée en Roumanie, et la première femme acceptée dans l'Association générale des ingénieurs de Roumanie (ro) (AGIR).

Biographie[modifier | modifier le code]

Elisa Leonida a dix frères et sœurs, dont certains se feront connaitre dans les domaines de l'ingénierie, de la sculpture, du cinéma et de la médecine : son frère Dimitrie Leonida fonde en 1909 à Bucarest le musée roumain des techniques qui porte son nom, le « Muzeul Tehnic Dimitrie Leonida » ; son frère Gheorghe Leonida est le sculpteur qui a réalisé la tête de la statue du Christ Rédempteur à Rio de Janeiro.

Après son baccalauréat, elle souhaite étudier à l'École nationale des ponts et chaussées (actuelle École polytechnique de Bucarest), mais elle est refusée parce qu'elle est une femme[1]. En 1909, elle s'inscrit à l'École technique royale de Charlottenbourg (actuelle Université technique de Berlin), en construction de machines, non sans être informée par le doyen Hoffman que les femmes ont d'autres vocations.

Lorsqu'elle obtient son diplôme en 1912, elle devient une des premières femmes ingénieures diplômées en Europe. Elle décline une offre d'emploi chez BASF et se bat pour obtenir un poste de directrice de laboratoire à l'Institut géologique de Roumanie (ro).

Pendant la Première Guerre mondiale, elle travaille pour la Croix-Rouge comme gestionnaire des hôpitaux du secteur de Mărășești.

En 1918, elle épouse l'ingénieur Constantin Zamfirescu et en a deux enfants.

En tant qu'ingénieure chimiste, elle travaille dans la recherche sur les ressources minérales roumaines. Elle mène de vastes études sur le terrain, en particulier sur l'exploitation de nouvelles ressources énergétiques de charbon, de schiste bitumineux et de gaz, ainsi que de chrome, de bauxite et de cuivre. Ses publications comprennent le dosage du germanium dans le charbon et les minerais, la terre décolorante, les additifs pour huiles minérales, les résines acryliques et la composition chimique du pétrole dans les gisements roumains.

En tant que présidente du comité de la paix de son institut, elle participe au comité du désarmement de Lancaster House à Londres.

Publications scientifiques[modifier | modifier le code]

  • 1931 : Contribuţiuni la studiul bauxitelor din România
  • 1939 : Studiul chimic al cromitelor din Munţii Orşovei

Hommages[modifier | modifier le code]

Depuis 1993, une rue du premier arrondissement de Bucarest porte son nom[1].

Depuis 1997, un prix nommé « Premiul Elisa Leonida-Zamfirescu » est attribué par l'organisation des femmes roumaines aux femmes distinguées par leur travail en science et en technologie.

En 2018, pour son 131e anniversaire de naissance, le moteur de recherche Google lui consacre un doodle[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (ro) « Elisa Leonida Zamfirescu », sur Enciclopedia României (consulté le 13 juillet 2012).
  2. (de) Jens, « Elisa Leonida Zamfirescu: Google Doodle zum 131. Geburtstag der rumänischen Ingenieurin », .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Alice Perry, première femme ingénieur au monde (1906)

Liens externes[modifier | modifier le code]