Fernand Sabatté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fernand Sabatté
Image dans Infobox.
Fernand Sabatté à la villa Médicis, à Rome.
Photographie anonyme (1901, détail),
Roubaix, La Piscine.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ChamignyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Conflit
Maître
Genre artistique
Distinctions
Œuvres principales
Intérieur de la cathédrale d'Arras en ruines, en 1916 (d), La Crypte (d), L'Intérieur de l'église Saint-Germain-des-Prés (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jérôme Guillaume Fernand Sabatté né à Aiguillon (Lot-et-Garonne) le et mort à Chamigny (Seine-et-Marne) le est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les parents de Fernand Sabatté se séparent en 1880 et il s'installe avec sa mère à Bordeaux. Après avoir suivi les cours de l'École des beaux-arts de Bordeaux, il entre en 1893 à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Gustave Moreau. Il expose pour la première fois au Salon des artistes français en 1895. En 1900, il obtient le grand prix de Rome pour son tableau Un Spartiate montre à ses fils un Ilote ivre. En octobre 1912, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur.

Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, il reçoit la croix de guerre [1]. En 1916, il est chargé de diriger les évacuations des collections des musées du Nord de la France. Il habite alors à Arras. Fin 1920, il est promu officier de la Légion d'honneur et confie à Léon Bonnat la charge de sa réception. Sabatté réside alors 36, rue Gros à Paris.

À partir de 1926, il enseigne la peinture, d'abord à l'École des beaux-arts de Lille jusqu'en 1929, puis à l'École des beaux-arts de Paris. Il a pour élève Louise Cottin[2] lauréate d'un second prix de Rome en 1934[3] ; Irène Kalebjian, née en 1910 à Paris, premier deuxième grand prix de Rome de peinture en 1935[4],[5] ; Paul Aïzpiri (1919-2016) ; Pierre-Yves Trémois (1921-).

En 1929, il fonde la revue bimestrielle L'Art : revue illustrée et rédigée par les artistes eux-mêmes, qui paraîtra jusqu'en 1931[6].

En 1935, il est élu membre de l'Académie des beaux-arts, section peinture, au fauteuil 5.

Le , il meurt dans un accident de voiture sur la route nationale à l'entrée de la ville de Meaux[7].

Expositions[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]