Aiguillon (Lot-et-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aiguillon.
Aiguillon
La mairie.
La mairie.
Blason de Aiguillon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Agen
Canton Le Confluent
Intercommunalité Communauté de communes du Confluent
Maire
Mandat
Jean-François Sauvaud
2014-2020
Code postal 47190
Code commune 47004
Démographie
Gentilé Aiguillonais
Aiguillonaises
Population
municipale
4 314 hab. (2012)
Densité 153 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 18′ 01″ N 0° 20′ 30″ E / 44.3002777778, 0.34166666666744° 18′ 01″ Nord 0° 20′ 30″ Est / 44.3002777778, 0.341666666667
Altitude Min. 22 m – Max. 168 m
Superficie 28,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Aiguillon

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Aiguillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aiguillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aiguillon
Liens
Site web Site de la mairie

Aiguillon es t une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Bastide située dans l'Agenais, en Guyenne, au confluent du Lot et de la Garonne, et non loin du confluent de la Baïse et de la Garonne entre Agen et Tonneins.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Aiguillon
Monheurt Nicole Bourran
Saint-Léger Aiguillon Galapian
Lagarrigue
Buzet-sur-Baïse Port-Sainte-Marie

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1345-1346 pendant la guerre de Cent Ans, la ville, alors à la couronne d'Angleterre, est assiégée par le duc Jean de Normandie.

Article détaillé : Duché d'Aiguillon.

Aiguillon n'avait autrefois que le titre de baronnie. Le roi Henri IV par ses lettres données à Blois au mois d'août 1599, registrées au parlement de Paris le , érigea les baronnies d'Aiguillon, Montpezat, Sainte-Livrade et Dolmayrac en duché-pairie en faveur d'Henri de Lorraine, fils aîné de Charles de Lorraine, duc de Mayenne, pair de France, et de ses successeurs et ayants cause. Ce duché et pairie fut éteint par son décès sans enfant, le . Voir Liste des ducs d'Aiguillon

Le duché d'Aiguillon est recréé à plusieurs reprises en 1634 au bénéfice de Antoine de l'Age et en 1638 pour Marie-Madeleine de Vignerot dans la famille de laquelle il restera jusqu'à la Révolution.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Aiguillon Blason De gueules aux trois bandes d'or[1].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Pierre Polivka UDF Inspecteur général de l'Éducation nationale
mars 2008 en cours Jean-François Sauvaud DVG[2] Professeur d'histoire et géographie
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 4 314 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 280 3 037 3 541 4 010 4 080 3 919 4 079 3 994 4 020
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 173 3 781 3 876 3 577 3 596 3 370 3 160 3 119 3 094
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 988 2 886 2 811 2 597 2 748 2 644 2 778 3 002 3 135
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
3 409 3 754 3 867 4 121 4 169 4 219 4 325 4 283 4 314
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château d'Aiguillon construit par les ducs d'Aiguillon : 2e moitié du XVIIIe siècle, anciennement résidence ducale puis magasin des tabacs au début du XXe siècle, et restauré en 1958 pour devenir le lycée Stendhal[5]. Le château est précédé d'une place encadrée des anciens communs, côté droit en regardant le château, et du pavillon de la Comédie, côté gauche, inauguré en 1780[6].
  • Caves gallo-romaines[7] (privées) : il s'agit de vastes entrepôts gallo-romains appelés horrea et destinés au stockage de marchandises qui devaient transiter par le fleuve la Garonne. Ces caves sont au nombre de trois, deux sont encore accessibles. Elles sont voûtées et construites en opus vittatum alternant des assises de petit appareil et de briques. L'ensemble réalise un vaste monument cubique de 20 mètres de côté et de 12 mètres de hauteur rigidifié dans sa partie ouest par des grands contreforts. Ces caves font partie d'un vaste monument de 80 mètres de longueur dont une partie a servi de substruction au château de Lunac (XIIe siècle)[8]
  • Château de Lunac[9],[10].
  • Mur du Ravelin (fortifications) : le mur du Ravelin est une fortification récente de la ville érigé à l'est du bourg au XVe siècle. Ce mur était destiné à la protection du secteur est, une partie de l'actuel "quartier du Lot", après qu'un des bras du Lot qui passait au bas d'Aiguillon, se fut retiré. Ce mur était flanqué de deux tours à ses extrémités. L'une d'entre elles, à l'extrémité sud du mur, a servi d'assise pour l'édification de la sénéchaussée d'Aiguillon au XVIIe siècle.
  • Musée Raoul-Dastrac[11], ancienne chapelle Notre-Dame-du-Lot, construite dans le deuxième quart du XVIIIe siècle[12]. Sa façade actuelle est la façade refaite au XVIIIe siècle devant l'ancienne église Saint-Félix.
  • Médiathèque du Confluent[13]; 68 rue Gambetta. Un premier corps de bâtiment porte la date de 1590. Un deuxième corps de bâtiment a dû être construit après 1637 quand Richelieu a acheté le duché d'Aiguillon pour sa nièce et y a installé le présidial d'Aiguillon ou parlement de justice.
  • Église Saint-Félix, reconstruite en 1858 dans le style néogothique d'après les plans de l'architecte bordelais Gustave Alaux. L'église a été consacrée en octobre 1861. L'église possède un orgue de Jules Magen, inauguré en décembre 1877. Les vitraux sont réalisés entre 1859 et 1860 par Joseph Villiet[14].
  • Église Saint-Côme, à Saint-Côme, inscrite au titre des monuments historiques en 1925[15],[16].
  • Église Saint-Vincent, dite des Gouts, construite au XVe siècle, restaurée en 1762-1764 par André Mollié[17].
  • Église Sainte-Radegonde[18] reconstruite à partir de 1824. La décoration néo-classique a été terminée en 1829.
  • Église Notre-Dame, dite chapelle de Pélagat[19] se trouvant dans une boucle du Lot avant la confluence. Le site présente des traces de constructions gallo-romaines. L'église a été restaurée en 1875. Le décor peint a été réalisé par le peintre Jean-Bertrand Quérillac (1828-1893).
  • Église du couvent des Carmes. Le couvent des Carmes est devenu la mairie[20], l'église a été transformée en salle de spectacle. La façade avait été reconstruite en 1786. Le couvent des Carmes est transforme en locaux municipaux. Un incendie se déclare dans la mairie en 1922. L'église est restaurée en 1924 suivant les plans de l'architecte Georges Pujol et transformée en salle de spectacle[21].
  • La Tourasse : monument circulaire plein, la pile de La Tourasse était un monument funéraire érigé à proximité d'une nécropole gallo-romaine et certainement au bord de la voie romaine d'Agen à Bordeaux. Ce monument a fait l'objet d'une restauration en 2001, après avoir été libéré d'une construction moderne dans laquelle il était englobé depuis plus d'un siècle. Il figure désormais au sein d'un jardin d'agrément.
  • Gare d'Aiguillon construite pour la compagnie des chemins de fer du Midi par les architectes Georges Bourrières et Léopold Payen[22].
  • Pont Napoléon Ier dont la construction avait été décidé par Napoléon Ier lors de sa visite dans la région en 1808. Il a été construit sous la direction de l'ingénieur des ponts et chaussées Jacques-Samuel de Bourrousse de Laffore entre 1813 et 1827[23],[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Aiguillon a vu naître le troubadour Lantelmet d'Aiguillon au XIIe siècle, au XIXe siècle les peintres Fernand Sabatté, Raoul Dastrac et le musicien Marc de Ranse Au XXIee siècle le peintre Louis Lamarque. Un célèbre écrivain du XXIee siècle, Robert Merle repose au cimetière d'Aiguillon. Une incertitude plane sur le lieu de naissance de Théophile de Viau, poète libertin du XVIIe siècle.

Divers[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Armorial de France
  2. Ministère de l'Intérieur
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  5. Ville d'Aiguillon : Lycée Stendhal, ancien château ducal d'Aiguillon
  6. « Inventaire général : lieu de spectacle dit pavillon de la comédie », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Ville d'Aiguillon : caves gallo-romaines
  8. Raymond-Louis Alis, Histoire de la ville d'Aiguillon et de ses environs : depuis l'époque gallo-romaine jusqu'à nos jours, plan du château de Lunac et caves gallo-romaines, Ferran frères, Agen, 1895 ( lire en ligne )
  9. « Inventaire général : Château Lunac », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Ville d'Aiguillon : château de Lunac
  11. Ville d'Aiguillon : Musée Raoul Dastrac
  12. « Inventaire général : Chapelle Notre-Dame du Lot, actuellement musée Raoul-Dastrac », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Ville d'Aiguillon : Médiathèque du Confluent, ancien présidial dit parlement d'Aiguillon
  14. « église paroissiale Saint-Félix », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Eglise Saint-Côme », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Inventaire général : église paroissiale Saint-Côme, prieuré », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Inventaire général : église paroissiale Saint-Vincent dite église de Gouts », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Ville d'Aiguillon : église paroissiale Sainte-Radegonde
  19. Ville d'Aiguillon : église paroissiale Notre-Dame, dite chapelle de Pélagat
  20. Ville d'Aiguillon : Hôtel de ville
  21. « Inventaire général : couvent de carmes, actuellement hôtel de ville, halle et salle de spectacle », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Ville d'Aiguillon : gare d'Aiguillon
  23. « Inventaire général : pont sur le Lot dit pont Napoléon Ier », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. Ville d'Aiguillon : Pont Napoléon Ier
  25. Aiguillon 47 : Raoul Dastrac