Jean Cortot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cortot.
Jean Cortot
Jean Cortot (1995).png
Jean Cortot en 1995.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Autres informations
Membre de
Distinction

Jean Cortot, né à Alexandrie le et mort le à Paris[1], est un artiste peintre et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du pianiste français Alfred Cortot, Jean Cortot fréquente jeune les milieux littéraires, et notamment Paul Valéry. Elève d'Othon Friesz à l'Académie de la Grande Chaumière à Paris, il contribue à la fondation, en octobre 1942, du Groupe de l'échelle avec Jacques Busse, Jean-Marie Calmettes, Michel Patrix, Geneviève Asse et quelques autres camarades d'atelier. En 1943, il est recruté par l'administration des Beaux-Arts et réalise l'inventaire d'oeuvres mises à l'abri au château de Brissac, en Maine-et-Loire[2].

A la Libération, il s'installe dans un atelier du quartier de Montparnasse, rue Lebouis, qu'il occupe tout au long de sa carrière. En 1948 lui est attribué le prix Drouant-David de la Jeune peinture, suivi en 1954 du prix de l'Union méditerranéenne pour l'art moderne de Menton.

Il participe au Salon des jeunes peintres en 1950 et 1951, au Salon de mai de 1946 à 1968 puis, à partir de 1972, au Salon des réalités nouvelles.

Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts le 28 novembre 2001 au fauteuil numéro 4, y succédant à Olivier Debré, et promu commandeur dans l'ordre des Arts et des Lettres.

Peinture[modifier | modifier le code]

De l'après-guerre aux années 1960, Jean Cortot produit à travers une série de variations thématiques une peinture qui s'éloigne progressivement de la figuration :

  • variations sur le chantier naval de La Ciotat (1947-1950), les paysages de l'Ardèche
  • Natures mortes (1955-1956)
  • La Table du peintre
  • la série des Villes (1957-1958)
  • la série d'Antiques (1962),
  • la série des Brouillards
  • la série des Reflets.

A partir de la série Correspondance (1957-1959), sa peinture s'oriente vers l'usage de la calligraphie, de pictogrammes et finalement l'invention de formes unissant peinture et littérature[3]. la série des Combats, d'où découle celle des Écritures (1967) qui se poursuit pendant une longue période. À partir de 1974, les écritures se font lisibles ; c'est la série des Tableaux-poèmes et des Poèmes épars.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Jean Cortot a illustré de nombreux ouvrages, le premier, en 1946. Il est aussi auteur de tapisseries et de fresques.

Expositions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Hortense Longequeue, L'éloquence du pinceau : écritures peintes et livres d'artiste dans l'oeuvre de Jean Cortot. Thèse pour le diplôme d'archiviste-paléographe, Paris, Ecole Nationale des Chartes, 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adrien Goetz, "Jean Cortot, peintre et gentilhomme", Le Figaro, 6 janvier 2019
  2. Longequeue, Hortense, position de thèse
  3. https://www.canalacademie.com/ida2972-Jean-Cortot-peintre-et-poete.html
  4. Cortot, Calmettes, Patrix, catalogue d'exposition écrit par Maximilien Gauthier.
  5. Jean Cortot, peintre. Érik Desmazières, graveur, catalogue d'exposition sous la direction de Charles Villeneuve de Janti, avec les contributions d’Anne-Marie Garcia et Hortense Longuequeue, coédition Snoeck / Musée des Beaux-Arts de Nancy, Nancy, 2014, 64 p. (ISBN 978-94-6161-191-8).

Liens externes[modifier | modifier le code]