Edmond Heuzé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Heuzé.
Edmond Heuzé
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Amédée-Honoré LetrouvéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Genre artistique
Influencé par
Distinctions

Edmond Heuzé, pseudonyme d'Amédée-Honoré Letrouvé, né le dans le 15e arrondissement de Paris et mort dans la même ville le [1], est un peintre, dessinateur, graveur, illustrateur et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amédée Letrouvé voit le jour au 29, rue Violet dans le 15e arrondissement de Paris. Il est le fils du gardien de la paix Victor Letrouvé et d'Émiienne Tessier, chemisière, installés dans le quartier de Grenelle[2]. Le couple va divorcer en 1893. En 1895, la famille Heuzé s'installe à Montmartre. Ses parents l'inscrivent à la communale de la rue Caulaincourt, son instituteur: le père Farigoule, n'est autre que le père de Jules Romain[3]. Le couple se sépare en 1893 et la mère d'Amédée se remarie en 1897 avec Émile Heuzé, tailleur au 11, rue Custine à Montmartre. Il décide de changer de nom vers l'âge de quinze ans et de prendre celui de son beau-père Heuzé[3]. Jeune peintre amateur autodidacte, il fait la rencontre, avec André Utter, de Suzanne Valadon qui l'encourage dans sa vocation et lui permettra de fréquenter les artistes de la butte Montmartre dont Maurice Utrillo[4].

Son beau-père le destinait à son métier, mais Edmond Heuzé quitte le domicile paternel de la rue Custine pour rejoindre à Montmartre son ami d'enfance André Utter. Il peint alors sur le motif en compagnie de David Laksine dit « Laxine » (1888-1911), un jeune sculpteur russe. Ils s'installent dans une mansarde au 8, rue Cortot. Cette cohabitation dura deux années, jusqu'à l'entrée de Laxine à l'atelier de Fernand Cormon et son suicide dans la Seine[5]. « Au bout de quelques jours, la misère devient plus complète, et plus affreuse. Il partageait avec moi, ce qu'il n'avait pas. [C'est Heuzé qui parle] Nous guettâmes le moment où la concierge partirait. Elle avait un chien ; dans son écuelle il restait encore de la soupe de la veille. Nous sautâmes sur cette soupe et nous mangeâmes ce qu'il en restait[5] ». De retour à la maison, son beau-père le fait admettre comme coupeur au grand magasin La Samaritaine, mais surpris à quitter son travail pour aller peindre il est renvoyé[6].

En 1908, il découvre la peinture d'Émilie Charmy (1878-1974) qui l'impressionne beaucoup[3].

Pendant une trentaine d'années, Edmond Heuzé vivra de 17 petits métiers divers : « une carrière aventureuse et pittoresque » qui le fait comparer par son ami Pierre Mac Orlan à Jack London[7] ; remarqué lors d'une soirée ou il est allé danser au bal Tivoli, par Nénesse-tête-de-mouton, danseur du Moulin Rouge le fait entrer sous le nom de scène de « William » comme danseur dans la troupe du Moulin Rouge avec La Goulue, ce qui lui permet de faire le tour du monde[6]. Il devient également marchand, intermédiaire, camelot, régisseur de cirque ambulant, danseur de claquettes chez Maxim's, au Monico, etc[8],[9]. Réformé en 1904, il s'engage comme volontaire en 1914[6]. Avant la déclaration de la Première Guerre mondiale, il était conservateur de la collection d'émaux du grand-duc Nicolas Mikhaïlovitch de Russie[10].. Il est incorporé au bout de six tentatives infructueuses comme gardien au magasin d'habillement du 22e régiment d'infanterie, comme André Utter, et s'en inspira pour une série de peintures intitulée Les Masques[3].

En 1918, après divers métiers, il devient directeur de la galerie Sagot, rue Laffitte à Paris, où il vend des toiles de ses amis Maurice Utrillo, Suzanne Valadon, André Thomas Rouault, ainsi que les siennes. Les douze tableaux de la série Les Masques sont vendus durant les deux premiers jours[11]. Il conserva des liens étroits avec Utrillo, Jules Depaquit et Georges Tiret-Bognet.

Grâce à la générosité de Gustave Coquiot, marchand de tableaux, entre autres, il peut recommencer à peindre[12]. À partir de 1920, il expose à la galerie Bernheim-Jeune ainsi qu'à la galerie Chéron en 1923, où il présente ses Filles de joie, et peut désormais vivre de son art qu'il consacre alors aux portraits, notamment dans le milieu du cirque[3] que lui fait découvrir son ami le mime Maurice Farina[13] (1883-1943) chez Medrano en 1922. Il épouse Nina Bacquet, la directrice du cirque Médrano. Il expose ses toiles circassiennes en 1930 à la galerie Chéron[3].

En 1938, il obtient le prix Paul-Guillaume pour le portrait du mime Farina'[14]..

En 1941, il acquiert un appartement au 38, rue Ramey à Paris[3] mais habite au 58, rue Custine de 1937 à 1963[15].

En 1948, Edmond Heuzé devient membre de l'Académie des beaux-arts, élu au fauteuil no 5 de la section peinture[16]. En 1951, il est nommé professeur à l'École des beaux-arts de Paris pour remplacer Jean Dupas devant subir une intervention chirurgicale[17]. Selon Jean-Paul Crespelle (1910-1994), il devient par ailleurs un maître pour Francis Carco [18].

En 1953, deux panneaux[Par qui ?] sont placés dans l'entrée du Moulin rouge : Hommage à Lautrec et Prière aux Artistes, où figurent les portraits de Piéral et d'Edmond Heuzé.

Edmond Heuzé meurt le à Paris, rue Charles-Dickens[19].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

Décors[modifier | modifier le code]

1925 : décors pour La Boscotte[25],[26].

Écrits (livres, articles)[modifier | modifier le code]

  • Monsieur Victor, roman dialogué, préface d'André Billy, Éditions de France, 1931[27],[28],[29].
  • « Du Moulin-Rouge à l'Institut », Paris-Comœdia, 1953.
  • Maurice Utrillo - Œuvres importantes de 1905 à 1914, mille exemplaires numérotés, Galerie Paul Pétridès, 1953.
  • « Gaston Couté », L'Information artistique, n°27, 1956[30].
  • Henri Rousseau, Crédit national, Paris, 1956.
  • Sacha Guitry, Pierre Benoit, André Maurois, Edmond Heuzé, Fernand Crommelynck et Jean Cocteau, Maurice Utrillo V, lithographies originales de Maurice Utrillo, Suzanne Valadon et Lucie Valore, 207 exemplaires numérotés, Joseph Foret, Paris, 1956.
  • François des Aulnoyes (préface d'Edmond Heuzé), Histoire et philosophie du strip-tease - Essai sur l'érotisme au music-hall, Pensée moderne, Paris, 1957.
  • Paul Pétri, Edmond Heuzé et Florence G. Poisson, L'œuvre complet de Maurice Utrillo (cinq volumes), Galerie Paul Pétridès, Paris, 1959.
  • « Utrillo », La Galerie des arts, juillet-août 1968.
  • « Maurice Utrillo », Médecines Peintures, n°73, éditions Laboratoire Chanteau, non daté

Ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie Berthe Weill, rue Victor Massé, Paris, 1908.
  • Galerie Bernheim-Jeune, Paris, 1920.
  • Galerie Chéron, Paris, 1921, 1923 (Les Filles de Joies), novembre-décembre 1924, 1930 (Le Cirque).
  • Galerie de l'Élysée, Paris, 1938 (Portraits), 1941 (Cirque), 1943 (Fleurs), 1944 ( Pêcheurs à la ligne).
  • Moulin-Rouge, Paris, 1955.
  • Edmond Heuzé, paintings and drawings, Galerie Wildenstein, Londres, mai-juin 1963.
  • Galerie de Paris, Paris, 1965.
  • Rétrospective Edmond Heuzé, musée de Montmartre, Paris, mai-octobre 1972.
  • Rétrospective Edmond Heuzé, Château d'Hauterives (Drôme), juillet-septembre 1989[32].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Ventes publiques[modifier | modifier le code]

  • Atelier Edmond Heuzé, Claude Robert commissaire-priseur, Paris, Hôtel Drouot, 12 décembre 1969.
  • Le temps des découvertes. Edmond Heuzé, vente de l'atelier Edmond Heuzé, Millon et associés, commissaires-priseurs, Paris, hôtel Drouot[37].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Heuzé, curieux homme, à l'origine fort redevable à Rouault et l'un des meilleurs chroniqueurs du cirque, avant de retrouver cette technique que l'on pouvait croire perdue : l'art du portrait. » - Raymond Escholier[38]
  • « Ses filles, ses clowns, ses bourgeois grotesques me l'avaient fait connaître comme un des artistes les mieux doués de sa génération. Il y a en lui un magnifique tempérament où s'allie un sens généreux des coloris, ce qui est l'essentiel, à un don d'observation à la fois sévère et douloureux qui, orienté différemment, aurait pu être celui d'un très grand caricaturiste. » - André Billy[39]
  • « Heuzé a fréquenté à Montmartre tous les locataires du Bateau-Lavoir ; ce personnage d'exception a exercé tous les métiers : danseur, tailleur, fort des Halles, ce bohême pittoresque est élu à 65 ans membre de l'Institut. Formé par le cubisme, il montre dans ses paysages, et surtout dans ses clowns et ses scènes de cirque, des dons d'observation qu'il exprime avec une sensibilité où se confrontent la discipline plastique, la générosité et l'humour. » - Gérald Schurr[32]
  • « C'est au cirque qu'il prit le goût de peindre des clowns. Depuis, il ne dédaigna pas les portraits officiels,d'un membre de l'Académie Goncourt au chef d'État-major général de l'armée ; tous ces portraits sont également pleins de vie ; ils sont aussi exécutés selon un souci cinématique convenant parfaitement à l'artiste qui n'a pu se résoudre à ne pas traduire l'humain mais qui commença par "méditer sur la géométrie" à l'aube du cubisme dont il fut un des premiers à avoir la révélation. » - Dictionnaire Bénézit[31]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Institut de France, le second siècle, 1895-1995, volume 2, Jean Leclant, Éditions Institut de France, p. 660.
  2. Dans leur ouvrage Alphonse Quizet et ses amis , Martine et Bertrand Willot disent que le père était un militaire devenu gardien de la paix et que la mère était chemisière.
  3. a b c d e f et g « Biographie du Peintre Edmond Heuzé », sur Galerie Roussard.
  4. Jeanne Champion, Suzanne Valadon, Fayard, 2004.
  5. a et b Martine et Bertrand Willot, Alphonse Quizet et ses amis , Édition HC, la Vie d'Artiste, p. 19, 28 et 29].
  6. a b et c Robert Eymard, « Montmartre d'hier : le fabuleux destin du peintre Edmond Heuzé », La Gazette de Montmartre, n°30, avril-mai-juin 2007, p.4
  7. a et b Gérald Schurr, « Les expositions - Cannes : Heuzé et ses amis », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°20, 17 mai 1974, page 21.
  8. Roland Dogelès, Bouquet de Bohême, Albin Michel.
  9. Louis Léon Martin, Edmond Heuzé , La revue des arts in Les Annales politiques et littéraires, 1er novembre 1927.
  10. Le Delarge, Heuzé Edmond.
  11. Lucien Seroux, « Les Illustrateurs de Gaston Couté », Les Amis de Gaston Couté, no 35, 1976, p. 2.
  12. (en)Jeffrey Winter Fine Arts, Edmond Amédée Heuzé.
  13. A .Tabarant, Edmond Heuzé p. 199 à 203 in  L'Art et les artistes, mars 1929].
  14. Le Petit Journal, 6 décembre 1938 (en ligne.
  15. Alain Dautriat, Guide des plaques commémoratives de Paris, Éditions de l'Inventaires, 1999, p. 144-167.
  16. Académie des beaux-arts, membres, 1948, sur academiedesbeauxarts.fr.
  17. Alain Valtat, Catalogue Raisonné du peintre Geoffroy Dauvergne (1922-1977).
  18. Jean-Paul Crespelle, Montmartre vivant, Paris, Hachette, 1964, 283 p.
  19. J.-M. D. « Le peintre Edmond Heuzé est mort », Le Monde, 7 mars 1967
  20. Musée d'art moderne Richard-Abacréon, Le cirque dans les collections
  21. Musée national d'art moderne, Edmond Heuzé dans les collections
  22. a et b Musée de Montmartre, Lieux et ateliers mythiques, présentation de l'exposition, 2018
  23. a et b « Lodève : Exposition Bonnard, Renoir, Vuillard : la collection Arkas », ID-Hérault TV, 2013
  24. a et b Pierre Aimar, « Les chefs-d'œuvre de la collection Arkas au Musée de Lodève », Sortir ici et ailleurs, 28 novembre 2013
  25. Le Figaro, 5 octobre 1925 (en ligne).
  26. Le Rappel, (en ligne).
  27. Paris midi, (en ligne).
  28. Les Nouvelles littéraires, (en ligne).
  29. Paris Soir, (en ligne).
  30. a et b Lucien Séroux, « Les illustrateurs de Gaston Couté : Edmond Heuzé », Les Amis de Gaston Couté, no 35, 29e année, 1976
  31. a et b Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.7, page 22.
  32. a et b Gérald Schurr, « Les expositions en France », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°29, 21 juillet 1989, page 24.
  33. Béatrice Mousli, Max Jacob, collection « Grandes biographies », Flammarion, 2005.
  34. Catalogue Les peintres du cirque - 77 peintres au cirque d'hiver, couverture constituée d'un bois gravé de Robert Joël (1894-1974), Cirque d'hiver, 1926.
  35. Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du Monde, 1992.
  36. « "Le cirque illustré" : une nouvelle exposition à la Tohu », MonoNews, 2019
  37. La Gazette de l'Hôtel Drouot, .
  38. Raymond Escholier, « Vingt ans de peinture française » dans Les problèmes de la peinture, ouvrage collectif sous la direction de Gaston Diehl, Éditions Convergences, 1945, page 111.
  39. André Billy, Le balcon au bord de l'eau, Librairie Arthème Fayard, 1949
  40. « Collamarini portraitiste de François Villon à Pierre Mendès-France », La Tribune de l'art, 12 octobre 2014
  41. Musée Carnavalet, Roger Guit dans les collections
  42. Musée d'art moderne de la ville de Paris, Paul Pierre Lemagny dans les collections
  43. Site Albert Chavanon, biographie

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Édouard-Joseph Dictionnaire des artistes contemporains 1910-1930, Art et édition, Paris, 1931, p.190.
  • Pierre Darras, Edmond Heuzé, H. Colas, Paris, 1945.
  • Ouvrage collectif sous la direction de Gaston Diehl, Les problèmes de la peinture, Éditions Convergences, 1945.
  • André Billy de l'Académie Goncourt, Le balcon au bord de l'eau, Librairie Arthème Fayard, 1949.
  • Jean-Paul Crespelle, Montmartre vivant, Hachette, 1964.
  • Georges Rohner, Notice sur la vie et les travaux d'Edmond Heuzé, Publications de l'Institut de France, 1968.
  • Edmond Heuzé, Éditions du Musée de Montmartre, 1972.
  • Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain, vol.2, Les Éditions de l'Amateur, 1972.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du Monde, 1992.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993.
  • Jean Leclant, Institut de France, le second siècle, 1895-1995, volume 2, Éditions Institut de France, 1995.
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Éditions André Roussard, 1999 (lire en ligne).
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, t.V, Gründ, 1976, p.529 ; réédition en 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001.
  • Jeanne Champion, Suzanne Valadon, Fayard, 2004.
  • Millon et associés, commissaires priseurs à Paris, Le temps de la découverte. Edmond Heuzé, catalogue de la vente de l'atelier Edmond Heuzé, Hôtel Drouot, .
  • G. Rohner, Publications de l'Institut de France, n°1, 1968, 4 p.
  • Edmond Heuzé, Paris, Musée de Montmartre, 1972.
    Catalogue de l'exposition du musée de Montmartre du 16 mai au .

Liens externes[modifier | modifier le code]