Nicolas-Auguste Hesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicolas-Auguste Hesse
Hesse, Nicolas Auguste, par Galimard, BNF Gallica.jpg

Nicolas Auguste Hesse

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Fratrie
Henri-Joseph Hesse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Nicolas-Auguste Hesse, né le à Paris, mort le dans cette même ville est un peintre et dessinateur français.

Il peint des œuvres d'histoire, des sujets mythologiques, des compositions religieuses, des sujets allégoriques, des portraits, des compositions murales et des cartons de vitraux[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicolas-Auguste Hesse est l'élève de son frère Henri Joseph Hesse et du baron Antoine-Jean Gros. Il est l'oncle du peintre Alexandre Hesse. Il entre à l'École des beaux-arts de Paris en août 1811 et obtient le prix de Rome de 1818 avec Philémon et Baucis recevant Jupiter et Mercure.

Il débute au Salon de 1824 et dès lors prend une place marquante parmi les peintres les plus réputés de son époque. En 1827, il expose au Salon : Fondation du Collège de Sorbonne vers l'an 1256, qui décore l'église de la Sorbonne. En 1838 il expose le Christ au Sépulcre (cathédrale de Périgueux) et Séance Générale des États-Généraux le 23 juin 1789 (musée d'Amiens).

C'est encore La mort d'Adonias, vitrail pour l'église Saint-Pierre-de-Chaillot (1843), L'Évanouissement de la Vierge (1845), conservé au Grand-duché de Luxembourg, Jacob luttant avec l'ange (cathédrale d'Avranches, 1851), Clytie mourante (musée de Picardie à Amiens, 1853). Il obtient une médaille de première classe en 1838, décoré en 1840 et nommé membre de l'Institut, où il succède à Eugène Delacroix en 1863.

À ces œuvres achetées par l'État, exposées aux Salons, il convient d'ajouter: L'Adoration des bergers, La Conversion et le Martyre de Saint Hippolyte, à Notre-Dame-de-Lorette, d'importantes décorations de monuments, dont : la décoration de la chapelle des Catéchismes à Sainte-Élisabeth, la décoration de la chapelle de la Vierge, dans léglise Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, des peintures dans l'église Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux et de l'église Saint-Pierre-de-Chaillot où il peint la coupole du cœur et les sujets des vitraux qu'il exécute lui-même, les cartons des vitraux de la chapelle de la Vierge, à l'église Saint-Eustache, cinquante-cinq cartons pour les baies ogivales de la basilique Sainte-Clotilde, les peintures décoratives pour l'ancien Hôtel de ville de Paris et pour la chapelle Saint-Laurent, à Saint-Gervais, Le Sermon sur la montagne à l'église Sainte-Élisabeth-de-Hongrie de la rue du Temple, des figures allégoriques pour l'ancien Conseil d'État.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 7, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030176), p. 14
  • (fr) Gérald Schurr, Valeurs de demain. Les petits Maîtres de la peinture 1820-1920, vol. 7, éditions de l'Amateur. Paris, , 1120 p. (ISBN 2859173781)

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 7, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030176), p. 14