Salon des artistes français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres Salons parisiens, voir Salon.

Salon des artistes français
Un vendredi au Salon des artistes français (1911), Jules Grün, musée des beaux-arts de Rouen.
Un vendredi au Salon des artistes français (1911), Jules Grün, musée des beaux-arts de Rouen.
Type Art
Pays Drapeau de la France France
Localisation Paris
Date de la première édition 1880
Organisateur(s) Société des artistes français
Site web www.artistes-francais.com

Le Salon des artistes français est une exposition d'art qui se tient chaque année, début février, à Paris dans le cadre d'Art Capital.

Il présente des peintures, de la photographie, etc.

Se tenant depuis 1880[1], il a succédé au Salon de l'Académie des beaux-arts, héritière de l'Académie royale de peinture et de sculpture. La Société des artistes français est reconnue d'utilité publique par décret le 11 mai 1883. Le Salon annuel est organisé par la Société des artistes français seulement depuis 1881.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 1er mai 1880, s'ouvre au palais des Champs-Élysées, le « Salon des artistes français », premier du nom, remplaçant le Salon de peinture et de sculpture.

Le , Jules Ferry, ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts demande aux artistes ayant été admis à ce salon en mai de se constituer en « Société des artistes français », laquelle est désormais destinée à gérer cet événement, à savoir « l'exposition annuelle des Beaux Arts en lieu et place de l'État ». La fin du monopole public est entérinée en 1881 et d'autres salons vont pouvoir naître au fil des années suivantes à Paris.

Dès 1890, en effet, des jeunes peintres comme Lucien Simon, conduits par des maîtres tels que Auguste Rodin et Pierre Puvis de Chavannes, lassés de l'autoritarisme académique du Salon des artistes français, créent un nouveau salon et rejoignent la Société nationale des beaux-arts, plus ouverte aux idées nouvelles[2].

En 1893, Raymond Poincaré précisait d'ailleurs face aux sociétaires la vision du ministre Ferry et la mission publique : « Jules Ferry avait voulu messieurs que vous fussiez libres et que le gouvernement n'étendit pas sur vous l'apparence même de son autorité. Mais pas plus que vous, il n'avait admis que la neutralité de l'Etat pût dégénérer en indifférence. Il n'entendait pas que l'administration s'avisât de vous régenter, de vous surveiller ou de vous contrôler; il considérait, en revanche, qu'elle ne devait rien épargner pour vous aider et pour contribuer, d'accord avec vous, au développement de l'art français. Tels sont les sentiments dans lesquels ont persévéré tous ses successeurs et dont est également pénétré, messieurs, le ministre actuel[3]. »

En 1895, le même Poincaré rappelait que « […] L'État, messieurs, est impartial et éclectique. Il ne donne pas de conseils, il ne propage pas de théories. […] La tâche de l'État n'est donc pas de favoriser des genres, de donner des directions, d'immobiliser la vie dans le cadre des leçons artificielles.[…][4] »

En 1909, le sous-secrétaire d'État aux beaux-arts, Étienne Dujardin-Beaumetz, passe commande à Jules Grün de la vaste fresque qui célébre en 1911 le 30e anniversaire du Salon des artistes français. Le peintre représente dans Un vendredi au Salon des artistes français une centaine de personnalités de l'époque : les peintres Henri Harpignies, Fernand Cormon, Léon Bonnat, Charles Léandre, Clémentine-Hélène Dufau ; l'architecte Victor Laloux ; la chanteuse Yvette Guilbert ; le compositeur Gabriel Fauré ; le caricaturiste Sem ; les comédiennes Geneviève Lantelme et Renée Maupin ; l'inventeur du vin Mariani, bibliophile et mécène, Angelo Mariani, debout au premier plan, à gauche de Geneviève Lantelme[5].

Fonctionnement de la Société des artistes français[modifier | modifier le code]

La Société des artistes français est composée d'un bureau élu par le comité. Les sociétaires élisent les membres du comité et un jury pour chaque section. Le jury est élu pour trois ans parmi les sociétaires médaillés d'or.

La photographie a été introduite dans les statuts de la société en 2014. Les sections peinture, sculpture, architecture, gravure étaient constituées dès l'origine.

Grand Palais et la Société des artistes français[modifier | modifier le code]

Depuis 1901, la Société des artistes français expose sous la nef du Grand Palais à Paris.

Elle tenait Salon auparavant au Palais de l'Industrie démoli pour l'Exposition universelle de 1900 et remplacé par le Grand Palais. Un concours d'architecture est lancé en 1894. Il est destiné à concevoir un Palais des Arts. Ce concours est remporté par des architectes sociétaires des artistes français : Albert-Félix-Théophile Thomas, Charles Girault, Henri Deglane et Albert Louvet. Le chantier commence en 1898, la construction dure deux ans et le bâtiment est inauguré pour l'Exposition universelle de Paris de 1900. Ce monument est maintenant classé monument historique.

Liste des sociétaires des artistes français ayant participé à la construction du Grand Palais[6][modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Les expositions ont lieu tous les ans au Grand Palais, sauf pendant les dernières guerres mondiales.

L'édition 2013 du Salon des artistes français s'est déroulée du mercredi 5 au 9 décembre. L'édition 2014, du 25 au 30 novembre. En 2015, du 24 au 29 novembre. En 2018, du 14 au 18 février.

Quelques exposants célèbres[modifier | modifier le code]

Peintres[modifier | modifier le code]

Photographes[modifier | modifier le code]

Sculpteurs[modifier | modifier le code]

Architectes[modifier | modifier le code]

Graveurs[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Le système des récompenses du Salon des artistes français est institué depuis 1880 selon un système rendu effectif en 1849[31].

Les médailles d'honneur, de 1re classe, 2e et 3e classe ont été instituées dans un souci d'encouragement aux artistes. Ces médailles subissent des évolutions au cours des ans. Depuis 1946, elles deviennent des médailles d'or, argent et bronze. La médaille d'honneur récompense l'ensemble d'une œuvre.

Des médailles de bronze, argent et or sont attribuées par le jury pendant chaque Salon dans les cinq sections : peinture, sculpture, gravure, architecture, photographie. La médaille d'honneur récompense l'ensemble du travail d'un artiste sociétaire.

Les médailles sont éditées par la Monnaie de Paris et gravée par des sociétaires graveurs en médailles.

Des prix privés, fondés pour faire perdurer la mémoire d'un artiste défunt ou des dotations pour encourager un travail artistique, sont attribués à chaque salon par le jury. L'Académie des Beaux-arts décerne également des prix remis sous la coupole. De nombreux prix privés sont également attribués sur des dotations faites à la Société des artistes français. Certaines d'entre elles sont très anciennes. De nouveaux prix sont encore créés régulièrement.

Médaille d'honneur[modifier | modifier le code]

Médaille d'or ou de Ire classe[modifier | modifier le code]

Médaille d'argent ou de 2e classe[modifier | modifier le code]

Médaille de bronze ou de 3e Classe[modifier | modifier le code]

Mention honorable[modifier | modifier le code]

Elle fut instituée en 1857 pour pallier le nombre insuffisant de médailles pour ceux qui l'avaient mérité.

Autres récompenses[modifier | modifier le code]

Des bourses d'étude furent également attribuées, comme la bourse de voyage.

Photographie[modifier | modifier le code]

La photographie a fait son apparition en 1992 au Salon des artistes français. Cette section n'a été pérennisée dans les statuts de la société qu'en décembre 2014[37].

Archives[modifier | modifier le code]

Les archives sont conservées par la Société des artistes français dans ses bureaux du Grand Palais, régulièrement consultées pour une recherche de renseignements sur un artiste ayant exposé au Salon ou la trace d'une œuvre figurant dans les fichiers d'inscription, catalogues et livrets d'exposition, disponibles depuis 1699.

Les archives sont également constituées de livres de compte-rendu d'assemblées, réunions de comités, discours, bulletins internes, lettres de liaisons, courriers et parutions diverses.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Base Salons, année 1880, musée d'Orsay
  2. luciensimon.fr.
  3. Extrait du discours de Raymond Poincaré au Palais de l'Industrie en 1893 adressé aux artistes.
  4. « Discours de Raymond Poincaré, ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts à la remise des Prix du Salon des Artistes Français de 1895 », Journal officiel, 2 juillet 1895.
  5. « Un vendredi au Salon des artistes français », sur le site du musée des beaux-arts de Rouen.
  6. Univers des Arts, Hors série no 3, juin 1994.
  7. Le Salon et ses artistes: une histoire des expositions du Roi-Soleil aux Artistes français, Claire Maingon, Daniel Bergez, Hermann 2009. Pages 131, 143 et 144.
  8. Le Salon et ses artistes: une histoire des expositions du Roi-Soleil aux Artistes français, Claire Maingon, Daniel Bergez, Hermann 2009. Pages 123, 127, 130, 133, 144, 149 et 145.
  9. Le Salon et ses artistes: une histoire des expositions du Roi-Soleil aux Artistes français, Claire Maingon, Daniel Bergez, Hermann 2009. Page 131.
  10. a et b Spécial Salon - Salon des Artistes Français 1663-1996, Univers des Arts - Hors série n°1, 1996.
  11. Le Salon et ses artistes: une histoire des expositions du Roi-Soleil aux Artistes français, Claire Maingon, Daniel Bergez, Hermann 2009. Page 165.
  12. Société des Artistes Français, Catalogue illustré du Salon de 1901.
  13. Catalogue d'exposition 2010, Rétrospective.
  14. 1880 - Catalogue illustré du Salon.
  15. Blouin art infoAntony Troncet
  16. Le Radical, 14 avril 1912 disponible sur Gallica
  17. Catalogue d'exposition 1857.
  18. Catalogue d'exposition 2006, Rétrospective. Pages 48 et 49.
  19. Le Grand Palais, Gilles Plum, Editions du Patrimoine.
  20. Catalogue d'exposition 2004, Rétrospective. Page 19.
  21. Notice INHA, en ligne.
  22. Spécial Salon - L'histoire du Grand Palais, Univers des Arts - Hors série n°3, Juin 1998.
  23. Catalogue d'exposition 1838-1840.
  24. Catalogue d'exposition 1863 et 1884.
  25. Catalogue d'exposition 2000, Rétrospective.
  26. Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 4.
  27. a et b Catalogue d'exposition 2003, Rétrospective.
  28. Catalogue d'exposition 1969,1972.
  29. a et b http://www.louismonzies.fr/piwigo/index.php?/category/Expositions
  30. Catalogues d'exposition de 1878 à 1905.
  31. « Spécial Salon - Salon des Artistes Français 1663-1996 », Univers des Arts, Hors série, no 1, 1996.
  32. agorha.inha.fr.
  33. Paysage à Auménancourt - Champagne, Paris, musée d'Orsay
  34. Notice no ARC00629, base Archim, ministère français de la Culture.
  35. concarneau-peintres.fr.
  36. artedelphia.com.
  37. Parution au Journal officiel[réf. incomplète].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Lobstein, Les catalogues des Salons de la Société des Artistes Français, Dijon, L'Échelle de Jacob
  • David de Pénanrun, Roux et Delaire, Les architectes élèves de l'école des beaux-arts (1793-1907), Paris, Librairie de la construction moderne, 2e éd., 1907, p. 148-151 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]