Adolphe Beaufrère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adolphe Beaufrère
Beaufrère chapelle Pitié Guidel.jpg

Gravure représentant la chapelle Notre-Dame-de-la Pitié,
à Guidel.

Naissance
Décès
Nationalité
Activités
peintre, graveurVoir et modifier les données sur Wikidata
Beaufrere Adolphe Marie Timotee 1876-1960.jpg

signature

Adolphe Beaufrère, né le à Quimperlé (Finistère) et mort le (à 83 ans) à Larmor-Plage (Morbihan), est un peintre et graveur français. Une grande partie de son œuvre est inspirée par la Bretagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre en 1897 à l’École des beaux-arts de Paris où il est l'élève de Gustave Moreau puis de Fernand Cormon[1]. Outre la peinture, il est particulièrement intéressé par la gravure. Sa première exposition date de 1898, au Salon.

En 1911, une bourse lui permet de voyager en Algérie où il réside à la Villa Abd-el-Tif, en Italie et en Espagne. Durant la Première Guerre mondiale, il est affecté dans l’infanterie. En 1922, il décide de s’installer définitivement à Larmor-Plage. Il utilise essentiellement l’eau-forte et la pointe sèche, tout en faisant quelques tentatives de gravure sur bois.

En 1949, il illustre Forêt Voisine de Maurice Genevoix[2].

Il collabore au livre Almanach, cahier de vers d'Émile Verhaeren (Société de Saint-Éloy, 1951). Il participe également à la série de livres Châteaux d'Île-de-France d'Ernest de Ganay (Société de Saint-Éloy, 1957), et à Vieilles Abbayes d'Île-de-France de Louis Réau (Société de Saint-Éloy, 1955) avec les illustrateurs Paul Lemagny, Henry Cheffer, Fernand Hertenberger, André Valhl, Aymar de Lézardière, Paul Baudier, Paul Adrien Bouroux, Charles Hallo, René Cottet, Alain Decaris, Camille Josso, Maurice Victor Achener.

Expositions et reconnaissance[modifier | modifier le code]

  • Prix Abd El Tif 1911 ;
  • Grand prix de l’Exposition internationale de la gravure à Los Angeles, 1924 ;
  • Prix de la gravure française au Salon des peintres graveurs français, 1943 ;
  • Expositions : Alger 1911, et salon d'Automne, Concarneau 1979, Galerie Giroux « Adolphe Beaufrère, 141 gravures de 1905 à 1951 »
  • Musée des Beaux Arts d'Alger La fuite en Égypte (don le l'auteur 1927), A la porte de la mosquée, Colline de la Villa Abd-el-Tif, Village du Hamma, cabinet des Estampes Bibliothèque Nationale.
  • Musée des Beaux-Arts de Rennes, Adolphe Beaufrère, 1961.
  • Musée des Beaux-Arts de Rennes, Adolphe Beaufrère, gravures, du 21 juin au 30 septembre 1984.
  • Le Musée des beaux-arts de Pont-Aven lui a consacré une exposition du 25 juin au 26 septembre 2005 ;
  • Plusieurs villes de Bretagne ont donné son nom à une rue, on peut citer notamment Clohars-Carnoët, Concarneau, Doëlan, Groix, Larmor-Plage, Lorient, Pont-Aven, Quimperlé, Riec-sur-Belon[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site du Musée des Beaux-Arts de Pont-Aven museepontaven.fr
  2. Le Livre contemporain, 1949.[réf. incomplète]
  3. Les noms qui ont fait l'histoire de Bretagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Clément-Janin, Adolphe Beaufrère dans Gazette des Beaux-Arts, août-septembre 1920, p.181-188.
  • Armand Dayot, Adolphe Beaufrère aquafortiste dans L' Art et les Artistes, n°12, décembre 1920, p.112-118.
  • Campbel Dodgson, Adolphe Beaufrère, dans The Print Collector Quaterly, 1926, p.156-175.
  • Jean Laran, Beaufrère, dans Bibliothèque Nationale, Département des Estampes, Inventaire du Fonds Français après 1800, Paris, 1930, tome 1.
  • Yves Peres, Beaufrère ou la Comédie Végétale, dans Les Cahiers de l'Iroise, octobre 1961, p.23-27.
  • Charles-Guy Le Paul, Beaufrère, le Nabi breton, dans Bulletin des amis du Musée de Rennes, n°2,1978, p.101-110.

Liens externes[modifier | modifier le code]