Jean-Auguste-Dominique Ingres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Auguste-Dominique Ingres
Autoportrait à vingt-quatre ans (1804), huile sur toile, 77 × 64 cm.
Chantilly, musée Condé[1].
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Élève
Lieux de travail
Mouvement
Mécène
Influencé par
A influencé
Père
Conjoints
Madeleine Chapelle (d) (de à )
Delphine Ramel (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Œuvres principales
signature de Jean-Auguste-Dominique Ingres
Signature
Vue de la sépulture.

Jean-Auguste-Dominique Ingres /ʒɑ̃ ogyst dɔminik ɛ̃gʁ/, né le à Montauban et mort le à Paris, est un peintre français.

Après un premier apprentissage à Montauban, sa ville natale, il devient à Paris élève de Jacques-Louis David. Lauréat en 1801 du Grand prix de Rome en peinture, il se rend en Italie en 1806 et y reste jusqu'en 1824. À son retour à Paris, il connaît une reconnaissance officielle, apparaissant comme le champion de la doctrine du beau et de la primauté du dessin sur la couleur, en opposition successive aux courants romantiques et réalistes. Nommé directeur de l'Académie de France à Rome, il y retourne de 1835 à 1842.

Ingres a d'abord et à plusieurs étapes de sa carrière vécu de ses portraits, peints ou dessinés. Réputé peu sociable, il fut souvent mal traité par la critique. Les tenants d'un style plus libre et d'une exécution plus rapide condamnaient sa manière tout comme les académiques, qui lui reprochaient notamment les déformations expressives qu'il faisait subir aux corps dans ses nus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Jean-Auguste-Dominique Ingres est né à Montauban le [2]. Il est l'ainé des cinq enfants d'Anne Moulet et du peintre et sculpteur Jean-Marie-Joseph Ingres, qui favorise ses penchants artistiques, lui inculque les rudiments de son art et lui fait apprendre le violon[3].

Il entre en 1791 à l’Académie royale de Toulouse où il est formé par Jean Suau et suit les cours du peintre Joseph Roques et du sculpteur Jean-Pierre Vigan[4]. Il se consacre uniquement au dessin[5]. Il se rend à Paris, en 1796, avec le fils de son maître Roques[4], pour étudier sous la direction de Jacques-Louis David. Il s’éloigne de son néo-classicisme par son dévouement à un idéal de beauté fondé sur de difficiles harmonies de lignes et de couleurs. Il peint le portrait d'amis ainsi que de Pierre-François Bernier, qu'il connaît de Montauban. Il fréquente Girodet dans l'ancien couvent des Capucines où il a son atelier, et devient ami avec le sculpteur florentin Lorenzo Bartolini[5].

Deuxième finaliste du prix de Rome en 1800 grâce à Scipion et le fils d'Antiochus, Ingres remporte le prix de Rome en peinture d'histoire à sa seconde tentative en 1801 avec Les ambassadeurs d'Agamemnon (Beaux-Arts de Paris), mais il ne peut s'y rendre immédiatement, en raison des évènements politiques[4] et du manque de financement. Il s'installe avec d'autres élèves de David à l'ancien couvent des Capucines où il peint principalement des portraits, entre autres celui de son père, aujourd'hui au musée Ingres-Bourdelle[6], et son Autoportrait à vingt-quatre ans (1804, Chantilly, musée Condé)[4], caractérisés par des fonds bruns très davidiens, des poses des trois quarts et des regards perçants tournés vers le spectateur. Il dessine d'après des œuvres du Louvre, principalement des statues antiques[5].

Premier séjour à Rome (1806-1820)[modifier | modifier le code]

Portrait en médaillon de Julie Forestier, 1806, dessiné par son fiancé
Madeleine Chapelle enceinte, 1814
Musée Ingres-Bourdelle

Ingres n'expose que des portraits au Salon de 1806 (Autoportrait à l'âge de vingt-quatre ans, portraits de Mme Rivière et de sa fille Caroline, Napoléon Ier sur le trône impérial), que la critique juge « secs » et « gothiques »[4].

En , il se fiance avec l'artiste peintre française Marie-Anne-Julie Forestier, mais sa relation ne résiste pas à son absence après son départ pour l'Académie de France à Rome en septembre.

En 1806, Ingres découvre à Rome, Raphaël, son « Dieu » qu'il ne connaissait que par de médiocres gravures et qui l'inspirera sa vie durant, et le Quattrocento, qui marquent définitivement son style. Il visite fébrilement musées, palais et églises[7].

Avec une certaine lenteur qui lui est reprochée, il envoie les productions exigées de tout pensionnaire, dont La Baigneuse Valpinçon et un autre nu alangui très érotique, disparu, surnommé La Dormeuse de Naples à la suite de son achat rapide par Joachim Murat. Seul son Œdipe explique l'énigme du sphinx parait respecter les canon esthétiques de l'époque[7].

Ces années de travail sont les plus fécondes avec les nus, les paysages, les dessins, les portraits, agrémentés en arrière-plan de paysages romains, et les compositions historiques de format plus modeste retraçant des épisodes de la vie de personnages célèbres du Moyen Âge et de la Renaissance. Les portraits dessinés constituent l'essentiel de ses revenus. Ses modèles sont principalement de riches voyageurs effectuant le Grand Tour de l'Europe[7].

Il est en pleine possession de son art et son séjour à Rome est aussi l'occasion de tisser des liens amicaux avec les grands commis de l'administration impériale : le comte de Tournon et sa mère, Edme Bochet et sa sœur, Cécile Bochet, épouse Henry Panckoucke, Hippolyte-François Devillers, le baron de Montbreton de Norvins. En France, cependant, ses toiles peintes en Italie ne plaisent pas. En 1810, à la fin de son séjour à la Villa Médicis, il décide donc de rester à Rome et de travailler pour l'administration impériale et la colonie française de Rome[4]. Il s'installe près de l'église de la Trinité-des-Monts, où il peint Romulus, vainqueur d'Acron (1812) et Le Songe d'Ossian destinés au palais du Quirinal. Il peint encore Virgile lisant l'Énéide pour la Villa Aldobrandini du général Miollis[7].

Il se marie en 1813 avec Madeleine Chapelle (1782-1849), une jeune modiste venant de Guéret[8]. En 1814, Madeleine tombe enceinte mais l'enfant, un garçon, meurt à la naissance. Au total, Ingres réalisa dix portraits de sa femme. Mais le plus célèbre tableau sur lequel elle apparait est Le Bain turc. Madeleine pose pour l'odalisque aux bras levés qui s'étire au premier plan. Le tableau a été réalisé en 1862, après la mort de Madeleine. Elle fut peinte d'après un croquis qu'Ingres avait réalisé en 1818. En 1850, il va à Châlons chez sa belle-mère pour connaître les lieux où sa femme a vécu, et y rencontre le notaire Louis Changy. Il semble y être retourné l'année suivante[9].

Il séjourne à Naples en 1814[4] afin d'effectuer un portrait de Caroline Murat[7].

À la chute de Napoléon Ier en 1815, il perd sa clientèle[4] ; des difficultés économiques et familiales l’entraînent dans une période financièrement difficile pendant laquelle il peint, avec acharnement, tout ce qu’on lui commande, notamment des portraits, ce qu'il déteste mais réussit à merveille, ainsi que de petits tableaux historiques[4].

Il sollicite ses amitiés romaines et ses bonnes relations avec les Panckoucke et les Bochet lui présentent Charles Marcotte d'Argenteuil, ami de Jacques-Édouard Gatteaux, ami proche d'Ingres. Très vite, Charles Marcotte d'Argenteuil devient un proche du peintre, jusqu'à devenir un de ses principaux mécènes jusqu'à son décès en 1864. Après la mort de Madeleine, ce dernier ira même jusqu'à lui présenter sa nièce, Delphine Ramel, qu'Ingres épousera le . De ce mariage, viendra la décision d'acheter la maison de Meung-sur-Loire avec son nouveau beau-frère, Jean-François Guille, notaire et conseiller général du Loiret, où il se retirera tous les étés pour bénéficier de la douceur et de la lumière de la Loire.

Nombre de membres de la famille Marcotte seront de fidèles acheteurs, comme Philippe Marcotte de Quivières et ses frères Marcotte de Sainte-Marie et Marcotte de Genlis, le baron Charles Athanase Walckenaer, Alexandre Legentil et le baron Hubert Rohault de Fleury (tous deux initiateurs du projet de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre), Cécile Bochet, devenue madame Henry Panckoucke et baronne Morande-Forgeot, et le clan Ramel.

Présentés au Salon de 1819, sa Grande Odalisque et Roger et Angélique y sont mal reçus[7].

Séjour à Florence (1820-1824)[modifier | modifier le code]

Ses revenus diminuent encore du fait de la concurrence de Xavier Fabre dans le domaine du portrait dessiné[7]. En 1820, il quitte Rome pour Florence où il réside jusqu'en 1824[10], appelé par son ami Lorenzo Bartolini, qu'il a connu dans l'atelier de David et dont il partage l'atelier malgré une tension permanente entre les deux hommes. Il y étudie Raphaël, les Anciens et les Grecs. Il obtient alors la commande du Vœu de Louis XIII pour la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption de Montauban, grâce à son ami avocat à Montauban, Jean-françois Gilibert, revenu au pays[4].

Reconnaissance officielle (1824-1835)[modifier | modifier le code]

Il trouve finalement le succès en France avec son Vœu de Louis XIII exposé au Salon de 1824, où l'influence de Raphaël semble évidente. Il apparait alors comme le tenant du classicisme face aux Massacres de Scio de Delacroix, exposés au même salon. Il reçoit à partir de 1824, honneurs et commandes officielles : il reçoit la Légion d'honneur, est reçu à l'Institut de France et accueille de nombreux élèves dans son atelier[4]. Il accepte en 1829 de devenir professeur à l'École des Beaux-Arts, mais entend désormais se consacrer principalement à de grandes commandes[11].

Homère déifié est l'une de ses premières commandes d'État, destinée au plafond d'une des nouvelles salles ouverte au Louvre et présenté au Salon de 1827[11].

Il peint de moins en moins de portraits dont il a horreur, mais en 1833, il expose le Portrait de Mme Ducaucey (1807) et le Portrait de Monsieur Bertin (1832) au Salon, qui surprend tout le monde[11]. L'année suivante, le duc d'Orléans lui commande Stratonice[12].

Second séjour romain (1835-1841)[modifier | modifier le code]

L'accueil mitigé de la critique et du public, de sa dernière peinture d'histoire Le Martyre de saint Symphorien exposée au Salon de 1834, l'affecte particulièrement. Il décide de ne plus exposer au Salon et repart à Rome fin novembre[13]. Il accepte la direction de l'Académie de France à Rome, où il reste jusqu'en 1841, et où il est considéré comme ayant été un bon directeur[11].

En 1839, le prince royal acquiert Œdipe explique l'énigme du sphinx[13]. La réception enthousiaste de Stratonice par le prince royal le conduit à commander son portrait avant même le retour d'Ingres en France[11].

Paris (1841-1867)[modifier | modifier le code]

Le Bain turc (1862), huile sur toile, 108 × 110 cm, Paris, musée du Louvre.

De retour à Paris, il peint à nouveau des portraits et reçoit à nouveau des commandes de grandes œuvres décoratives (DP).

Après la mort du prince royal le 13 juillet 1842, Louis-Philippe lui commande les cartons des vitraux de la Église Notre-Dame-de-Compassion de Paris et Jésus parmi les docteurs pour la chapelle privée du château de Bizy (Montauban, musée Ingres Bourdelle). Deux ans plus tard, il réalise les cartons des vitraux du transept de la chapelle royale de Dreux[13].

En 1843, il accepte l'invitation du duc Honoré Théodoric d'Albert de Luynes de venir s'installer pendant plusieurs mois par an pour peindre, en vis à vis, deux immenses compositions – L'Âge d'Or et L'Âge de Fer – sur les murs de la salle de bal de son château de Dampierre. Au bout de cinq ans, découragé à la suite de la mort de son épouse en 1849, il y renonce, laissant L'Âge d'Or inachevé, et sans avoir commencé L'Âge de Fer. Quand il est à Paris, il se consacre principalement au portrait, souvent avec l'aide de collaborateurs[14].

En 1846, il expose onze œuvres à l'exposition des Artistes au Bazar Bonne-Nouvelle, dont Stratonice, Œdipe explique l'énigme du sphinx qui appartient à la duchesse d'Orléans, le Portrait de la vicomtesse d'Haussonville et Paolo et Francesca, propriété de Lancelot-Théodore Turpin de Crissé[13].

En 1848, la révolution de février chasse Louis-Philippe du trône. Son épouse meurt en 1849 ; il se remarie en 1852 avec la prude Delphine Romet[13].

Il décore le salon de la Paix de l'Hôtel de ville de Paris, avec une Apothéose de Napoléon Ier de cinq mètres de diamètre (disparue pendant l'incendie de l'édifice lors de la Commune de Paris), présentée dans la salle entière qui lui est consacrée lors de l'exposition universelle de 1855[14].

Appelé, le , à faire partie du Sénat impérial, il y vote jusqu'à sa mort conformément aux vœux du pouvoir[15]. Il est élevé à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur le [16].

Il réalise dès lors une importante série de toiles religieuses et achève Jésus parmi les docteurs, restée inachevée à la chute de la monarchie de Juillet. Mais, dans cette période tardive, il se révèle surtout dans le genre du nu[14]. Il achève la Vénus Anadyomène commencée à Rome en 1807-1808, qui est refusée par Benjamin Delessert et entre dans la collection Frédéric Reiset. L'année suivante, il achève avec ses élèves Paul Balze et Alexandre Desgoffe, La Source (musée d'Orsay), commencée à Florence en 1820[13]. Il réalise enfin Le Bain turc, qu'il vend quelques semaines avant sa mort à Khalil Chérif Pacha, le sulfureux propriétaire, entre autres, de L'Origine du monde de Gustave Courbet[14].

Mort et hommages[modifier | modifier le code]

Il meurt le au 11, quai Voltaire dans le 7e arrondissement de Paris[17], où une plaque lui rend hommage. Il est enterré à Paris au cimetière du Père-Lachaise (23e division)[18].

Conformément à la volonté de l'artiste de léguer à sa ville natale une grande partie de ses dessins (4 500) ainsi que certains objets personnels, le musée Ingres ouvre ses portes au milieu du XIXe siècle dans l'enceinte de l'ancien palais épiscopal de Montauban ; Armand Cambon, Montalbanais élève d'Ingres, fut son exécuteur testamentaire et le premier conservateur du musée.

Henry Lapauze (1867-1925), historien d'art spécialiste d'Ingres, conservateur du Petit Palais à Paris, mais surtout président du comité Ingres, organise en [19] avec la municipalité de Montauban les festivités en hommage à Ingres et de l'inauguration du musée Ingres : de nombreuses célébrités littéraires et artistiques entouraient Alfred Roll, président de la Société nationale des beaux-arts, et Léon Bérard, sous-secrétaire d'État aux beaux-arts. Un poème de Daniel Lesueur intitulé Ingres de Montauban sera dit par Louis Brémont.

Dominique Ingres est aussi violoniste et devient, durant un temps, deuxième violon à l’Orchestre du Capitole de Toulouse. De ce loisir est née l’expression « violon d’Ingres ».

Ingres et les Orléans[modifier | modifier le code]

Portrait de Ferdinand-Philippe d'Orléans, musée du Louvre RF 2005-13

Il semble qu'Ingres se réjouit de la révolution de 1830, mais il refuse les commandes au début du règne de Louis-Philippe, s'estimant mal traité. Le , Adolphe Thiers lui propose les six tableaux pour l'église de la Madeleine, qu'il refuse. Seul Ferdinand-Philippe d'Orléans, le prince royal, le soutient. Grand mécène, il achète Œdipe explique l'énigme du sphinx, ce qui flatte le peintre, et lui commande la Stratonice et son portrait, alors que la famille royale pose devant Franz Xaver Winterhalter[20].

À la mort accidentelle du prince, le roi et la reine lui commandent les vitraux de la chapelle Notre-Dame de-la-Compassion, dont quatorze grandes figures en pied à grandeur d'exécution pour la manufacture de Sèvres. En 1842, Louis-Philippe lui commande un tableau pour la chapelle du château de Bizy, Jésus parmi les docteurs (musée Ingres Bourdelle, Montauban). L'aquarelle préparatoire est offerte à Louise-Fernande de Bourbon, duchesse de Montpensier, au moment de son mariage en 1846. L'année suivante, le prince Antoine d'Orléans (1824-1890), duc de Montpensier, lui commande une copie de Virgile lisant l'Énéide[20].

Henri d'Orléans (1822-1897), couramment désigné sous son titre de duc d'Aumale, fils du roi Louis-Philippe, également l'un des premiers bibliophiles et collectionneurs d'art de son époque, acquiert plusieurs œuvres du peintre.

Il achète Stratonice 92 000 francs à la vente du prince Demidoff en 1863, par l'intermédiaire d'Édouard Bocher. En 1867-1870, il tente d'acquérir le grand dessin Homère déifié (Musée du Louvre). En 1879, il acquiert en bloc la collection des quarante tableaux de Frédéric Reiset, dont trois chefs-d'oeuvre de l'artiste : Autoportrait à l'âge de vingt-quatre ans, Portrait de Mme Duvaucey et Vénus anadyomène[13].

Les princes de la maison d'Orléans lui restent attachés en raison principalement de ses liens avec le défunt prince royal[21].

Style[modifier | modifier le code]

Ingres se détache du néo-classicisme par la subordination de la forme à l'expression, simplifiant ou déformant l'anatomie pour se rapprocher de l'expression du caractère individuel (DP). Il s'oppose aussi à l'enseignement officiel sur la nature du beau idéal. Pour l'Académie, celui-ci se traduit par un jeu de proportions canoniques, et la profondeur du savoir du peintre s'obtient par la connaissance de l'anatomie artistique, tandis qu'Ingres réprouve l'étude de l'intérieur du corps humain au profit de l'observation fine de la morphologie[22], qui aboutit à représenter non pas un idéal générique, mais celui correspondant à l'individualité du modèle, et pratique la simplification des formes, condamnant la représentation du détail à l'intérieur du modelé (DP).

Réception critique par quelques contemporains[modifier | modifier le code]

« M. Ingres soulève contre lui les intelligences médiocres ; il en est de sa nature comme du caractère des hommes supérieurs qu'un défaut de concession aux usages de la société travestit en orgueilleux ou en sauvage », écrit Charles Lenormant[23].

Eugène Delacroix a d'abord applaudi Ingres ; il s'est montré, dans ses écrits, respectueux, voire admirateur de son ainé. Son Journal, publié après sa mort, le montre parfois satisfait de lui[24], mais après quarante ans de concurrence dans les Salons et les commandes publiques[25], plus polémique, lui reprochant son « goût mêlé d’antique et de raphaëlisme bâtard », auquel il dit préférer encore celui de l'École de David entendant sans doute par là que Ingres commet l’erreur de « se [croire] semblable à Raphaël en singeant certains gestes, certaines tournures qui lui sont habituelles[26] ».

Charles Baudelaire , grand admirateur de Delacroix, a plusieurs fois formulé le reproche que : « Le grand défaut de M. Ingres […] est de vouloir imposer à chaque type qui pose sous son œil un perfectionnement plus ou moins complet […] emprunté au répertoire des idées classiques. » Lorsque Ingres entreprend de peindre « un modèle grand, pittoresque, séduisant », il tombe « victime d’une obsession qui le contraint sans cesse à […] altérer le beau », à « [ajouter] quelque chose à son modèle […] par impuissance de le faire à la fois grand et vrai [27]. » Il reconnait il aussi ses réussites : le primat du dessin et l'art du portrait, "un genre dans lequel il a trouvé ses plus grands et légitimes succès[28].

Vincent van Gogh écrivait à son frère Théo : « Un Ingres, un David, des peintres dont vraiment la peinture n’est pas toujours belle, combien ils deviennent intéressants, quand mettant de côté leur pédantisme, ils s’oublient à être vrais, à rendre un caractère[29]. »

Edmond de Goncourt, volontiers cinglant, dénigrera le tableau Bain antique vu à l’exposition Khalil-Bey de 1867 en évoquant : « une mêlée de corps mannequinés, avec des disproportions presque caricaturales, une assemblée de sauvagesses de la Terre de Feu, découpées dans du pain d’épice, des corps qui retournent à la primitivité embryonnaire des premières académies de l’art. » Quelque vingt ans plus tard, son avis n’a pas changé : « Et les pauvres petites misérables mines de plomb de M. Ingres, est-ce de l’art assez gringalet à côté des préparations de La Tour, de la préparation de Chardin […][30]! »

En revanche, Édouard Manet affirmait que « dans notre siècle, M. Ingres avait été le maître des Maîtres » et vouait une grande admiration à La Source, tableau de 1856[31].

Paul Gauguin écrit à propos de Ingres que « cette froideur apparente qu’on lui reproche cache une chaleur intense, une passion violente. » Il admire chez le maître « un amour des lignes […] grandiose, et une recherche de la beauté dans sa véritable essence, la forme[32]. »

Postérité[modifier | modifier le code]

Tombe d'Ingres à Paris au cimetière du Père-Lachaise. Buste réalisé par Jean-Marie Bonnassieux (1810-1892).
Antoine Bourdelle, Buste de Jean-Auguste-Dominique Ingres (1908), musée Ingres-Bourdelle.

Des courants hostiles aux principes qu'Ingres défendait marquent la génération qui le suit. Peu de ses peintures sont exposées. Celles qui sont au musée du Louvre y sont entrées après sa mort. Son influence croît à la fin du XIXe siècle alors que les jeunes peintres tentent de se dégager de l'influence de leurs prédécesseurs impressionnistes[33].

Son influence se ressent cependant dans la peinture académique[réf. souhaitée] et jusque chez les impressionnistes comme Auguste Renoir, lequel qualifie de « période ingresque » la manière de ses œuvres de 1881 à 1889[34].

Edgar Degas, élève de Louis Lamothe[35], élève d'Hippolyte Flandrin, disciple d'Ingres, ne cache pas son admiration pour le maître[36]. Il a possédé près de vingt tableaux du peintre.

Au XXe siècle, Pablo Picasso fait plusieurs fois référence à son œuvre avec, en particulier, une Grande odalisque d’après Ingres peinte en 1907 et déclare : « Il est notre maître à tous »[réf. nécessaire]. Il trouve dans Ingres « la simplification des formes et la pureté du trait[35] ».

Henri Matisse se réfère à sa « couleur presque compartimentée et entière », notant qu'il fut le premier à « utiliser des couleurs franches, sans les dénaturer[37] ».

Dans un autre genre, Man Ray lui rend hommage sur le thème des nus féminins de dos dans son célèbre Violon d’Ingres (vers 1920), photographie d’une modèle dénudée sur laquelle il a dessiné les ouïes de l’instrument de musique. D’autres artistes contemporains, dont Martial Raysse, font référence à ses peintures les plus célèbres. On peut aussi citer Gérard Collin-Thiébaut et son œuvre Ingres, La Grande Odalisque, Transcription, un puzzle en carton de 69 × 84 cm, de 1 500 pièces, réalisé en 2008.

Ingres est l'un des artistes les plus cités dans les compositions interpicturales du peintre péruvien Herman Braun-Vega[38],[39]. Ce dernier lui consacre d'ailleurs une exposition tout entière en 2006 à l'occasion de l'année Ingres[40].

Élèves[modifier | modifier le code]

Ingres a formé plus de trois cents élèves[11], parmi lesquels :

Principales œuvres picturales[modifier | modifier le code]

Louise de Broglie, Comtesse d’Haussonville (1845), huile sur toile, 131,8 × 92 cm, New York, The Frick Collection.
Jupiter et Thétis (1811), huile sur toile, 324 × 260 cm, Aix-en-Provence, musée Granet.

Son œuvre recouvre essentiellement trois genres, la peinture d’histoire, principalement exécutées lors de son séjour italien, les portraits et les nus féminins.

Dessins[modifier | modifier le code]

Ingres attache au dessin une grande importance et déclarait à ce sujet : « Une chose bien dessinée est toujours assez bien peinte[71]. » La galerie de portraits réalistes qu’il laisse, constitue un miroir de la société bourgeoise de son temps, de l’esprit et des mœurs d’une classe à laquelle il appartient et dont il trace les vertus et les limites. Ingres s’intéresse beaucoup à la texture des vêtements et des étoffes (velours, soie, satin, cachemire…) qu’il intègre dans ses œuvres afin de noter la classe sociale du personnage. Il s’inspire, à ses débuts, de l'esthétique de l’art grec, avant de se tourner vers une approche plus souple des courbes et des drapés. Ingres n'hésitait pas à accentuer l'anatomie de ses modèles pour atteindre son idéal de beauté ; ainsi, il rajouta trois vertèbres à sa Grande Odalisque (DP).

  • Paris, Beaux-Arts de Paris[72] :
    • Hector et Andromaque (?), graphite et lavis gris, H. 0,353; 0,510 m[73]. Il est d'usage de considérer ce dessin comme une étude pour l'épreuve du concours du prix de Rome de 1801 dont le sujet est les adieux d'Hector et d'Andromaque. Cette composition traduit sa formation dans l'atelier de Jacques-Louis David.
    • Feuille de croquis, plume, encre brune sur calque brun. H. 0,200 ; L. 0,179 m[74]. Alors pensionnaire de l'Académie de France à Rome, Ingres réalise ces croquis qui témoignent d'un projet d'envoi, une représentation d'Hercule et les Pygmées. Il délaisse cette idée pour une Vénus anadyomène, puis pour Jupiter et Thétis.
    • Etude de figures, plume, encre brune sur calque. H. 0,057 ; L. 0,087 m[75]. Ce dessin pourrait être une première pensée pour Œdipe expliquant l'énigme du Sphinx, peint en 1808 comme envoi de Rome. C'est à la plume, d'un trait rapide, qu'Ingres traçait les premières lignes d'une composition.
    • Intérieur de l'église Sainte-Praxède à Rome, graphite, plume, encre brune, aquarelle, gouache et rehauts d'or. H. 0,254 ; L. 0,184 m[76]. Cette ambitieuse aquarelle reflète l'éblouissement d'Ingres lors de son séjour à Rome entre 1806 et 1820. Il y représente plus particulièrement la chapelle Saint-Zénon, avec son riche décor de mosaïque, témoignant de son goût pour le genre historique et pour l'architecture des premiers siècles de la chrétienté.
    • Etude de jeune homme nu assis [Raphaël peignant sur des tableaux de son maître], graphite. H. 0,360 ; L. 0, 270 m[77]. Cette feuille est une esquisse pour un des tableaux qui devaient composer un cycle sur la vie de Raphaël, jamais achevé. Cette étude fut exécutée d'après un modèle vivant dans lequel Ingres avait sans doute vu l'incarnation du type raphaélesque.
    • Etude de drapé pour Jésus remet à saint Pierre les clefs du Paradis, pierre noire et rehauts de craie sur calque brun. H. 0,348 ; L. 0, 223 m[78]. Cette étude est à rattacher à l'abondante série de dessins préparatoires exécutés par Ingres pour ce tableau. La disposition des plis présente des similitudes avec le manteau de saint Paul placé derrière Jésus dans l'œuvre définitive.
    • Femme nue couchée et études de têtes et de bras, graphite. H. 0,210 ; L. 0,343 m[79]. Verso: reprise de la même figure par transparence. La position de la femme nue n'est pas sans rappeler celle des allégories de huit villes au sein de l'Apothéose de Napoléon Ier, peinte au plafond du salon de l'Empereur dans l'ancien hôtel de ville à Paris (brûlé en 1871). Cette feuille témoigne du retour d'Ingres au thème des odalisques vers 1854, et de ses recherches à la fois réalistes et idéalisées du corps.
    • Portrait de madame Leblanc, graphite. H. 0,295 ; L. 0,220 m[80]. Inscription en bas à droite: offert à Madame Leblanc par son très humble serviteur Ingres. Ce portrait est traditionnellement identifié comme étant celui de sa destinataire, Françoise Leblanc (1788-1839). Cette hypothèse est étayée par la dédicace et la comparaison du visage avec d'autres portraits, notamment celui réalisé par Ingres et conservé au Metropolitan Museum of Art à New-York.
    • Portrait de madame Ingres, née Madeleine Chapelle, cousant, graphite. H. 0,151 ; L. 0,125 m[81]. C'est à la dérobée qu'Ingres observe sa femme dans cette étude, livrant un rare exemple de portrait intime. Marie-Madeleine Chapelle, qui était modiste, est ici saisie dans une mise en page qui n'est pas sans évoquer la peinture hollandaise du Siècle d'or, et notamment La Dentellière de Johannes Vermeer.
    • L'Iliade, graphite. H. 0,312 ; L. 0,214[82]. Cette feuille est une étude pour la figure de l'Iliade, assise à la droite d'Homère dans l'Apothéose d'Homère, qui était à l'origine un plafond réalisé pour le musée Charles X. Pour cette figure précise, Ingres s'inspira vraisemblablement d'un relief votif antique reproduit par Galestruzzi dans une estampe dont il possédait un exemplaire.
    • Etude pour le vœu de Louis XIII, pierre noire, graphite et rehauts de craie blanche[83]. Cette étude de tête et de bras d'enfant est à rattacher aux recherches menées par Ingres pour Le vœu de Louis XIII, recherches exigeantes sur la forme, reprise et perfectionnée.
    • Etude de draperies: deux variantes pour les plis d'un manteau, graphite. H. 0,353 ; L. 0,231 m[84]. Cette double étude de draperie fait partie du corpus des dessins préparatoires au Martyre de saint Symphorien, et montre les recherches du peintre pour le mouvement du manteau de saint Symphorien. Pour sa composition peinte, Ingres privilégie l'étude d'après le modèle vivant, multipliant les dessins préparatoires où chaque figure et drapé sont étudiés avec soin.
    • Saint Philippe, graphite. H. 0,400 ; L. 0,171 m[85]. Et Sainte Radegonde, graphite. H. 0,372 ; L. 152 m[86]. Ces deux études sont préparatoires aux vitraux de la chapelle commémorative Saint-Ferdinand bâtie pour rendre hommage au duc d'Orléans, fils de Louis-Philippe et Marie-Amélie de Bourbon, mort en 1842, et à un vitrail de la chapelle royale de Dreux consacrée à sainte Radegonde, épouse de Clotaire Ier. La fabrication des vitraux, d'après les cartons d'Ingres, fut confiée aux peintres verriers de la manufacture de Sèvres.
    • Feuille d'études, plume sur papier vergé. H. 0,152 ; L. 0,114 m[87]. Verso : figure drapée à mi-corps à la plume, encre brune. Ce dessin rapide à la plume évoque la figure de Jupiter chevauchant un aigle qui apparaît dans l'aquarelle collée sur cuivre La Naissance de la dernière muse (Louvre), présentée au Salon de 1859.
    • Autoportrait de l'artiste à la fin de sa vie, graphite. H. 0,194 ; L. 0,147[88]. Ce dessin est à rapprocher de trois de ces autoportraits peints au cours de la dernière décennie de sa vie et notamment celui de 1859 conservé au Fogg Art Museum, conçu comme un pendant de celui de sa femme Delphine Ramel. La pose choisie est empruntée à l'Autoportrait à l'âge de 63 ans de Rembrandt.
  • Orléans, musée des Beaux-Arts :
    • Jean Charles Auguste Simon, dit Simon fils (23 septembre 1802- 23 septembre 1803), pierre noire, estompe et rehauts de craie banche sur papier vélin crème, 40,8 x 35,9 cm[89].
    • Jean Charles Auguste Simon, dit Simon fils, 1806, crayon de graphite-antimoine sur papier vélin crème, 26,9 x 21,5 cm[90].

Vitrail[modifier | modifier le code]

Saint Raphaël, Notre-Dame-de-Compassion.

Après la mort accidentelle du prince d'orléans le 13 juillet 1842, le roi et la reine décident d'élever une chapelle sur les lieux de l'accident, la chapelle Saint-Ferdinand, aujourd'hui église Notre-Dame-de-Compassion de Paris. Ils chargent Ingres de la réalisation de l'ensemble des vitraux. Ce dernier réalise dix-sept cartons en moins de deux mois, dont quatorze grandes figures en pied à grandeur d'exécution pour la manufacture de Sèvres[20].

Très satisfait, Louis-Philippe lui commande dès juillet 1843, neufs cartons pour la chapelle royale de Dreux. Il en réalise sept pour 7 000 francs[91].

Le duc d'Aumale lui commande une suite de vitraux pour la chapelle du château de Chantilly en octobre 1847 qui ne sera jamais réalisée[20].

Lorsqu'en septembre 1847, les cartons de ses différents vitraux sont exposés au musée du Luxembourg, les critiques condamnent la ressemblance des visages des saints avec ceux de la famille royale, le journal légitimiste L'Ami de la religion évoquant« une espèce de canonisation usurpée ». Les médiévalistes lui reprochent le fait que les études soient grises, un vitrail devant être coloré, en verre épais. Ils ne comprennent pas ce nouvel art du vitrail, loant tout au mieux le dessin du maître. Ingres réalise un tour de force en réalisant ces vitraux avec une rapidité d'exécution inhabituelle et une variété stupéfiante dans les compositions[91].

Les figures ont très variées dans leurs attitudes et compositions. Elles présentent toutes un même fond bleu, sont dignes et hiératiques, à l'exception de l'archange Raphaël, à la silhouette dansante, représenté dans un geste d'orant, les mains au-dessus de la tête[92].

Ces commandes conduisent Ingres à s'intéresser à l'art du vitrail, travaillant avec les maîtres verriers de la manufacture de Sèvres, collaborant avec Louis Robert, directeur de l'atelier de peinture, l'amenant à apporter une contribution majeure au renouveau de l'art du vitrail au XIXe siècle et à l'élaboration d'une nouvelle école du vitrail[93].

Galerie[modifier | modifier le code]


Collections publiques[modifier | modifier le code]

En Algérie
En Belgique
Aux États-Unis
En France

Expositions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Portrait d'Ingres par lui-même, à l'âge de vingt-quatre ans », notice no 00000076458, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Joconde, ministère français de la Culture.
  2. Dossier Légion d'honneur.
  3. Vigne 2023, p. 17.
  4. a b c d e f g h i j et k Deldicque 2023, p. 14.
  5. a b et c Vigne 2023.
  6. Michel Laclotte (dir.), Jean-Pierre Cuzin (dir.) et Arnauld Pierre, Dictionnaire de la peinture, Paris, Larousse, (lire en ligne), p. 396-398.
  7. a b c d e f et g Vigne 2023, p. 49.
  8. « Fille de Mathieu Lambert Chapelle, menuisier, et de Jeanne Nicaise, elle a été baptisée en l'église Saint-Alpin de Châlons le . » Cité par François Lefèvre in « Le peintre Ingres et Châlons-en-Champagne », Bulletin de la Société d'Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne, n°49, printemps 2017.
  9. François Lefèvre, op. cit., p.11.
  10. (DP).
  11. a b c d e et f Deldicque 2023, p. 105.
  12. Deldicque 2023, p. 14-15.
  13. a b c d e f et g Deldicque 2023, p. 15.
  14. a b c et d Deldicque 2023, p. 205.
  15. « Ingres (Jean-Auguste-Dominique) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition].
  16. « Cote LH/1335/27 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  17. Paul Le Vayer, Recueil des inscriptions parisiennes : 1881-1891 (lire en ligne).
  18. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, , 867 p. (ISBN 978-2-914611-48-0), p. 427-428
  19. Le Temps | 1913-10-06 | Gallica.
  20. a b c et d Deldicque 2023, p. 161.
  21. Deldicque 2023, p. 198.
  22. Amaury-Duval, L'atelier d'Ingres — Souvenirs, (lire en ligne), p. 65.
  23. Cité en exergue dans Louis de Loménie, Galerie des contemporains : illustrés par un homme de rien. 19e livraison, M. Ingres, Paris, (lire en ligne).
  24. « Ingres et Delacroix », Revue des Deux Mondes,‎ (lire en ligne).
  25. « Ingres », sur correspondance-delacroix (consulté le ).
  26. Eugène Delacroix, Journal, Plon, 1980, p. 721 et 791 (ISBN 2-259-00646-9).
  27. Charles Baudelaire, Œuvres complètes, Éditions du Seuil, 1968, p. 554 (ASIN B0000DOL59).
  28. « Ingres », sur mini-site.louvre.fr (consulté le )
  29. Vincent van Gogh, Lettres de Vincent Van Gogh à son frère Théo, Grasset, 1972, 304 p. (ISBN 978-2246002222).
  30. Edmond de Goncourt, Journal, Tome II, Robert Laffont, 1989, pp. 124 et 1051 (ISBN 978-2221059449).
  31. Édouard Manet, Souvenirs, L'Échoppe, 1988, p. 93 (ISBN 978-2905657398).
  32. Paul Gaugin, Oviri - Ecrits d'un sauvage, choisis et présentés par D. Guérin, Paris, Gallimard - Folio essais, , 350 p. (ISBN 978-2-07-032533-7), p. 66.
  33. Henri Matisse, Écrits et propos sur l'art, Paris, Hermann, , p. 198.
  34. « La peinture de Renoir », notice sur grandpalais.fr.
  35. a et b Avigdor Arikha, « Jean-Auguste-Dominique Ingres : écrits sur l'art », dans Peinture et regard, Paris, Hermann, , p. 39-60, p. 59.
  36. Paul Valéry, Degas, danse, dessin, Gallimard, coll. « Folio », (1re éd. 1938), tout au long de l'ouvrage.
  37. Matisse 1972, p. 198 et 199.
  38. Jean-Pierre Cuzin et Dimitri Salmon, Ingres, regards croisés, Paris, Mengès - RMN, , 288 p. (ISBN 978-2-84459-129-6), p. 208

    « [Les] références picturales privilégiées [de Braun-Vega sont] Matisse, Ingres, Cézanne, Picasso, Goya, Rembrandt »

  39. a et b Ingres et les modernes (Catalogue de l'exposition organisée conjointement par le Musée national des beaux-arts du Québec et le musée Ingres de Montauban en 2009), Paris, Somogy, éditions d'art, , 336 p. (ISBN 978-2-7572-0242-5), p. 264

    « L'œuvre de Braun-Vega regorge d'allusions ingresques depuis qu'il a découvert les dessins du Montalbanais au Louvre en 1972 »

  40. « Exposition : Le peintre Braun‑Vega à Beurnier », Le Pays,‎ (lire en ligne) :

    « À l'occasion de l'année Ingres, Bernard Fauchille, le directeur des musées de Montbéliard, a choisi de présenter « Bonjour Monsieur Ingres » au musée d'art et d'histoire Beurnier-Rossel. Cette exposition se compose de dessins et de peintures réalisés entre 1982 et 2006 par Braun‑Vega à partir des tableaux de jean-Auguste-Dominique Ingres. »

  41. Georges Vigne et M-H Lavallée, Les élèves d'Ingres, [catalogue de l'exposition du musée Ingres de 1999].
  42. Prix de Rome en sculpture en 1832, devient son élève à la demande d'Ingres.
  43. Openbibart.
  44. Second grand prix de Rome de gravure en 1834.
  45. [PDF] beaux-rts.dijon.fr.
  46. « Napoléon Bonaparte, Premier Consul », sur www.numeriques.be (consulté le ).
  47. « Napoléon Ier sur le trône impérial », sur Musée de l'Armée Invalides, (consulté le ).
  48. « Les incontournables », sur Domaine de Chantilly (consulté le ).
  49. Jean-Auguste-Dominique INGRES, Oedipe explique l'énigme du sphinx, 1808. salon de 1827 (lire en ligne).
  50. « Joconde - catalogue - dictionnaires », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le ).
  51. « Site officiel du musée du Louvre », sur cartelfr.louvre.fr (consulté le ).
  52. « Site officiel du musée du Louvre », sur cartelfr.louvre.fr (consulté le ).
  53. « Site officiel du musée du Louvre », sur cartelfr.louvre.fr (consulté le ).
  54. « Joconde - catalogue - dictionnaires », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le ).
  55. « Joconde - catalogue - dictionnaires », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le ).
  56. « François Ier reçoit les derniers soupirs de Léonard de Vinci | Paris Musées », sur parismuseescollections.paris.fr (consulté le ).
  57. musees.angers.fr.
  58. « Wadsworth Atheneum Collection », sur argus.wadsworthatheneum.org (consulté le ).
  59. « Site officiel du musée du Louvre », sur cartelfr.louvre.fr (consulté le ).
  60. « Site officiel du musée du Louvre », sur cartelfr.louvre.fr (consulté le ).
  61. Jean-Auguste-Dominique INGRES, Louis-François Bertin, 1832salon de 1833 (lire en ligne).
  62. « Site officiel du musée du Louvre », sur cartelfr.louvre.fr (consulté le ).
  63. « Œuvre: Le Voeu de Louis XIII - Jean-Auguste-Dominique Ingres (Musées d'Occitanie) », sur musees-occitanie.fr (consulté le ).
  64. « Site officiel du musée du Louvre », sur cartelfr.louvre.fr (consulté le ).
  65. « Joconde - catalogue - dictionnaires », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le ).
  66. (en) Harvard, « From the Harvard Art Museums’ collections Odalisque with a Slave », sur www.harvardartmuseums.org (consulté le ).
  67. (en) « Comtesse d'Haussonville », sur collections.frick.org (consulté le ).
  68. « Joconde - catalogue - dictionnaires », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le ).
  69. « Jean-Auguste-Dominique Ingres | Madame Moitessier | NG4821 | National Gallery, London », sur www.nationalgallery.org.uk (consulté le ).
  70. « Joconde - catalogue - dictionnaires », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le ).
  71. [PDF] Ingres par le CNDP.
  72. Les Beaux-Arts de Paris possèdent une importante collection de dessins d'Ingres. Voir, Emmanuelle Brugerolles (dir.), Ingres et ses élèves, Carnets d’études 39, Beaux-arts de Paris éditions, 2017.
  73. « Hector et Andromaque, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  74. « Feuille de croquis, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  75. « Etude de figures, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  76. « Intérieur de l'église Sainte-Praxède à Rome, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  77. « Étude de jeune homme nu assis [Raphaël peignant sur des tableaux de son maître] », sur Cat'zArts
  78. « Etude de drapé, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  79. « Femme nue couchée et études de têtes et de bras, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  80. « Portrait de madame Leblanc, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  81. « Portrait de madame Ingres, Madeleine Chapelle, cousant, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  82. « L'Iliade, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  83. « Etude pour le vœu de Louis XIII, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  84. « Etude de draperies, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  85. « Saint-Philippe, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  86. « Sainte Radegonde, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  87. « Feuille d'études, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  88. « Autoportrait de l'artiste à la fin de sa vie, Jean-Auguste-Dominique Ingres », sur Cat'zArts
  89. Dominique Brême et Mehdi Korchane, Dessins français du musée des Beaux-Arts d’Orléans. Le Trait et l’Ombre, Orléans, musée des Beaux-Arts, , 470 p. (ISBN 9 788836 651320), n°153
  90. Dominique Brême et Mehdi Korchane, Dessins français du musée des Beaux-Arts d’Orléans. Le Trait et l’Ombre, Orléans, musée des Beaux-Arts, , 470 p. (ISBN 9 788836 651320), n°154
  91. a et b Garnier-Pelle 2023, p. 171.
  92. Garnier-Pelle 2023, p. 173.
  93. Garnier-Pelle 2023, p. 171-173.
  94. Musée de l'Armée, « Fiche-objet "Napoléon Ier sur le trône impérial, par Ingres" » [PDF], sur www.musee-armee.fr/ (consulté le )
  95. Rebecca Young, Trad. Marie de Bruchard, « NAPOLÉON IER SUR LE TRÔNE IMPÉRIAL », sur www.napoleon.org, (consulté le )
  96. Jérémie Benoît, « PORTRAITS DE L’EMPEREUR NAPOLÉON », sur histoire-image.org, (consulté le )
  97. Critique de l'exposition par Didier Rykner, sur le site de La Tribune de l'Art, 30 avril 2006.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Alazard, « Ce que J.-D. Ingres doit aux Primitifs italiens », Gazette des beaux-arts, 78e année, t. XVI 6e période,‎ 1936 2e semestre, p. 167-175 (lire en ligne).
  • Sébastien Allard et Marie-Claude Chaudonneret, Ingres : la réforme des principes : 1806-1834, Lyon, Fage, , 168 p. (ISBN 2-84975-073-5).
  • Amaury-Duval, L'atelier d'Ingres — Souvenirs, (lire en ligne), p. 65.
  • Valérie Bajou, Monsieur Ingres, Paris, Adam Biro, , 383 p. (ISBN 2-87660-268-7).
  • Emmanuelle Brugerolles (dir.), Ingres et ses élèves, Carnets d’études 39, Beaux-arts de Paris éditions, .
  • Jean-Pierre Cuzin et Dimitri Salmon, Ingres, regards croisés (Catalogue exposition), Mengès - RMN, , 287 p. (ISBN 978-2-84459-129-6).
  • Mathieu Deldicque et Nicole Garnier-Pelle, Ingres : L'artiste et ses princes, Paris/Chantilly/impr. en Lettonie, In Fine éditions d'art, château de Chantilly, , 289 p. (ISBN 978-2-38203-119-3).
  • Marie-Louis Desazars de Montgailhard, « Ingres (1780-1867) », dans Les artistes toulousains et l'art à Toulouse au XIXe siècle, Toulouse, Librairie-Marqueste/E.-H. Guitard, , 477+XVII (lire en ligne), p. 41-95.
  • Uwe Fleckner (trad. de l'allemand par Catherine Vacherat), Jean-Auguste-Dominique Ingres, Paris, H. F. Ullmann, coll. « Maîtres de l'art français », , 140 p. (ISBN 978-3-8331-3733-4).
  • Jacques Fouquet, La Vie d'Ingres, Paris, Gallimard, , 2e éd. (lire en ligne).
  • Jean-Auguste-Dominique Ingres, Écrits sur l'art, Grasset, .
  • Manuel Jover, Ingres, Pierre Terrail, coll. « PEINTURE/SCULPT », , 255 p. (ISBN 978-2-87939-287-5).
  • Henry Lapauze, Les dessins de J-A-D. Ingres du Musée de Montauban, préface de Henry Roujon, édit. JE. Bulloz, 1901, 308 p.
    Ouvrage couronné par l'Académie française, prix Charles Blanc 1902.
  • Henry Lapauze, Le roman d'amour de M. Ingres, Éd. P. Laffitte, 1910, 226 p.
  • Henry Lapauze, Ingres, sa vie et son œuvre (1780-1867) : D'après des documents inédits, Paris, Imprimerie Georges Petit, (BNF 30738139, lire en ligne), chap. II.
  • Henry Lapauze, Jean Briant, paysagiste (1760-1799), maître de Ingres et le paysage dans l'œuvre de Ingres, Imp. G. Petit, 1911, 54 p.
  • Catherine Lépront, Ingres, ombres permanentes. Belles feuilles du musée Ingres de Montauban (Catalogue de l'exposition du musée Ingres à Montauban), Paris/New York/Montauban, Éditions Le Passage, , 157 p. (ISBN 978-2-84742-114-9).
  • Bohumir Mraz, Ingres, dessins, Éditions du Cercle d'Art, 2003 (ISBN 9782702201725).
  • Eugène Montrosier, Peintres modernes : Ingres, Flandrin, Robert-Fleury, Ludovic Baschet, 1882.
  • Gaëtan Picon, Ingres, Genève/Paris, Skira, , 151 p. (ISBN 2-605-00003-6).
  • Vincent Pomarède, Stéphane Guégan, Louis-Antoine Prat, Eric Bertin (dir.), Ingres (1780-1867), coédition Gallimard / musée du Louvre Éditions, 408 pages, 325 illustrations en couleurs, Paris, 2006 (ISBN 2-35031-051-5).
  • Jérôme Prieur, Ingres en miroir, Éditions Le Passage, Musée de Montauban, .
  • Robert Rosenblum, Ingres, Paris, Cercle d'Art, coll. « La Bibliothèque des Grands Peintres », , 176 p. (ISBN 2-7022-0192-X).
  • N. Schlenoff, Ingres, ses sources littéraires, Paris, 1956.
  • N. Schlenoff, Les Cahiers littéraires inédits de J.A.D. Ingres, Paris, 1957.
  • D. Ternois et P. Nesplé, Ingres et ses maîtres, [catalogue d'exposition], Montauban-Toulouse, 1955.
  • D. Ternois et J. Lacambre, Ingres et son temps, [catalogue d'exposition], musée Ingres, 1967.
  • Daniel Ternois, Ingres, Paris, Fernand Nathan, (ISBN 2-09-284557-8).
  • Daniel Ternois et Ettore Camesasca (trad. de l'italien), Tout l'œuvre peint de Ingres, Paris, Flammarion, , 130 p. (ISBN 2-08-010240-0).
  • Georges Vigne, Les dessins secrets de Monsieur Ingres, Toulouse, Le Pérégrinateur Éditeur, 1997.
  • Georges Vigne, « Ingres de 1700 à 1806 Enfance et adolescence Montauban, Toulouse et paris, 1780-1806 », dans Mathieu Deldicque et Nicole Garnier-Pelle, Ingres. L'artiste et ses princes, In Fine éditions d'art, château de Chantilly, (ISBN 978-2-38203-119-3).
  • Georges Vigne, « Premier séjour italien - Rome et Florence, 1806-1824 », dans Mathieu Deldicque et Nicole Garnier-Pelle, Ingres. L'artiste et ses princes, In Fine éditions d'art, château de Chantilly, (ISBN 978-2-38203-119-3).
  • Ingres et sa postérité jusqu'à Matisse et Picasso, [catalogue d'exposition], Montauban, musée Ingres, 1980.
  • Ingres et les modernes (Catalogue d'exposition), Québec (Canada)/Paris/Montauban, Somogy, Musée national des beaux-arts du Québec, Musée Ingres, , 336 p. (ISBN 978-2-7572-0242-5)

Iconographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bases de données et dictionnaires[modifier | modifier le code]