Auguste Brouet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auguste Brouet
Selfportrait Auguste Brouet.jpg

Auguste Brouet, Autoportrait (vers 1920), eau-forte, Claremont, Pomona College.

Naissance
Décès
(à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
aquafortiste et illustrateur
Formation

Auguste Brouet (Paris, - ) est un dessinateur, graveur et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu pauvre - il naît d'ailleurs à l'Hôtel-Dieu (Paris 4ème), de père inconnu, avant d'être reconnu quelques années plus tard[1] - Auguste Brouet devient l'élève de Gustave Moreau à l'École des beaux-arts de Paris, puis il reçoit l'enseignement d'Auguste Delâtre et se lance dans la gravure à l'eau-forte, s'y montrant particulièrement doué. Il expose son travail à la Biennale de Venise de 1910.

Après diverses expositions, il connaît un certain succès en 1922 et 1923. Gustave Geffroy lui consacre un catalogue raisonné en deux volumes répertoriant 270 entrées en 1929.

Il meurt en 1941 à l'hôpital Bichat (Paris 18ème)[2], juste à côté des puces de Saint-Ouen qu'il a si souvent représentées. Une exposition posthume se tint à la galerie Drouant-David à Paris en 1946.

Style[modifier | modifier le code]

Cantine américaine au Bois Belant (1919), eau-forte, Londres, British Museum[3].

Brouet a laissé plus de quatre cents estampes. Il subit l'influence de Rembrandt dont il s'inspire fortement pour sa technique de gravure. Il puise ses sujets dans les milieux populaires et notamment dans le village de Montmartre avec ses prostituées, danseurs, cirques, intérieurs modestes, etc.

Graveur d'interprétation au début de sa carrière, il traduit dans le cuivre, en noir ou en couleur, les œuvres de peintres comme Rembrandt, Velasquez, Watteau, Chardin, Turner, Millet, Corot, Whistler[4] ou Woog[5]. Il illustre de nombreux livres dont ceux de Joris-Karl Huysmans (La Bièvre et Saint-Séverin[6], Le Drageoir aux épices[7], Marthe[8]), Francis Carco (Jésus la Caille[9]), André Suarès (Le Livre de L’émeraude[10]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Etat civil de Paris, 4ème arrondissement, acte n° 2711 daté du 11 octobre 1872.
  2. Etat civil de Paris, 18ème arrondissement, acte n° 4998 daté du 9 novembre 1941.
  3. Notice du British Museum
  4. [Gustave Geffroy, introduction aux Cinq Paysages de Paris, Pierrefort, 1902.]
  5. Site Auguste Brouet, Auguste Brouet, graveur de reproduction
  6. catalogue.bnf.fr
  7. Alain Vircondelet, Huysmans, entre grâce et péché, Éditions Beauchesne, 1995, p. 174.
  8. catalogue.bnf.fr
  9. catalogue.bnf.fr
  10. André Suarès, 1868-1948, 2 novembre-2 décembre 1968, François Chapon, Musée Bourdelle, 1968, p. 18.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ferdinand L. Leipnik, A History of French Etching, Londres, 1924, p. 169-170
  • Gustave Geffroy, Auguste Brouet, catalogue raisonné, Paris, 1929
  • Janine Bailly Heizberg, Dictionnaire de l'estampe en France. 1830-1950, Paris, 1985, pp. 48-50

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :