Jean-Georges Cornélius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Georges Cornélius
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Nationalité
Activité

Jean-Georges Cornélius, né le à Strasbourg[1] et mort le à Ploubazlanec dans les Côtes-d'Armor, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Gustave Moreau, puis de Luc-Olivier Merson, il a réalisé une peinture à la fois mystique et allégorique. Il sera profondément marqué par sa conversion au catholicisme en 1931. Il fut également un illustrateur des poèmes de Baudelaire et d'Oscar Wilde. À partir de 1940, il vécut retiré en Bretagne à Ploubazlanec[2].

Son petit-fils Jean-Nicolas Cornelius est également peintre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Quarante-huit tableaux et six dessins de Jean-Georges Cornélius ont fait l'objet d'une donation par la fille de l'artiste au Musée eucharistique du Hiéron, en 2007, après une exposition monographique du peintre. Ses œuvres sont en partie exposées dans le musée.

Le musée de la Révolution française conserve le tableau Marie-Antoinette[3].

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Georges Ducrocq, les matins lumineux, bibliothèque de l'occident, Paris, 1909, compositions gravées sur bois par J.C.G. M. Beltrand
  • Oscar Wilde, La Ballade de la Geôle de Reading, Javal et Bourdeaux, Paris, 1927, compositions gravées sur cuivre en couleurs par Ch. Thévenin
  • Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, Paris, aux Éditions Colbert, 1951

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Cabanne et Gérald Schurr, Dictionnaire des Petits maîtres de la peinture, 2003, Les Éditions de l'Amateur, (ISBN 2-85917-378-1)
  • Éditions du Cerf 1998, Lettres à une carmélite (correspondance avec sa sœur, sans les lettres de celles-ci inhumées en son cercueil selon ses dernières volontés).
  • Olivier Levasseur, Jean-Georges Cornélius, un primitif du XXe siècle, 2009, Apogée.
  • Jean-Pierre Kintz, « Jean Georges Cornélius », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 6, p. 537

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives du Bas-Rhin, commune de Strasbourg, acte de naissance no 244, année 1880 (sans mention marginale de décès) (consulté le 30 octobre 2014)
  2. Biographie de Cornélius dans le cadre de la donation de sa fille
  3. Musée de la Révolution française

Liens externes[modifier | modifier le code]