Jean-Gabriel Domergue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Gabriel Domergue
Image dans Infobox.
Jean-Gabriel Domergue en 1933
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Formation
Maître
Fratrie
Conjoint
Odette Maugendre-Villers (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Charles-Édouard Maugendre-Villers (d) (beau-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Joseph Charles Louis Jean Gabriel Domergue, né le à Bordeaux et mort le à Paris, est un peintre et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Gabriel Domergue est le petit-cousin du peintre Henri de Toulouse-Lautrec. Son frère, René Domergue, deviendra nouvelliste, critique d'art, puis rédacteur à La Liberté et à L'Écho de Paris.

Il est élève au lycée Montaigne à Bordeaux puis au lycée Rollin à Paris. Il est passionné de dessin et entre aux Beaux-Arts de Paris où il est élève de Jules Lefebvre, Tony Robert-Fleury, Jules Adler, Ferdinand Humbert et François Flameng[1].

Il expose au Salon des artistes français dès 1906 et y obtient une mention honorable en 1908, une médaille de 3e classe en 1912 et une médaille d'or en 1920, année où il passe en hors-concours[1].

Il est lauréat d'un deuxième grand prix de Rome de peinture en 1913[2].

En 1938, il exécute une composition comportant une jeune femme nue destinée à la campagne du nouveau parfum Féerie de Rigaud et cette même année, il est également membre du jury pour l'élection de Miss France[3], comme en 1936.

icône image Image externe
Affiche de Jean-Gabriel Domergue pour le Festival de Cannes 1939

Il crée la célèbre affiche de la première édition du Festival de Cannes qui montre une femme applaudissant, le dos nu, la chevelure luxuriante, aux côtés d'un homme en habit, les deux premiers spectateurs du Festival[4],[5],[6].

En 1950, il est élu membre de l'Institut de France (Fauteuil 14), et devient conservateur du musée Jacquemart-André à Paris de 1955 à 1962, où il organisera des expositions sur la peinture de Van Gogh, Toulouse-Lautrec, Goya.

Jean-Gabriel Domergue raconte dans l'émission de télévision de l'ORTF du , En direct de Cannes, avoir engagé Lénine en 1911 comme « homme de ménage »[7]. En 1966, Claude Lelouch place l'anecdote dans les dialogues (vers la 20e minute) d'Un homme et une femme où Anne Gauthier (Anouk Aimée) apprend à Jean-Louis Duroc (Jean-Louis Trintignant) qui la raccompagne et ne connaît pas la rue Lamarck : « C'est pourtant dans cette rue que Jean-Gabriel Domergue un peu avant 1917 engagea un domestique russe qui s'appelait Vladimir Oulianov. Il a appris bien après que c'était Lénine. » Dans Stedevaart naar Paris, l'écrivain et journaliste néerlandais Jan Brokken rapporte l'anecdote sous la forme de l'engagement de Vladimir Ilitch Oulianov par Jean-Gabriel Domergue pour livrer ses commandes à vélo depuis son atelier de la rue Lamarck. Pour Jan Brokken, le fait que Lénine, qui vivait à cette époque avec sa famille dans le 14e arrondissement de Paris, ait livré les commandes du peintre est peu plausible[8].

Il vit avec sa femme[9], la sculptrice Odette Maugendre-Villers (1884-1973), dans la villa Fiesole du quartier Californie - Pezou à Cannes. Après la mort du peintre survenue le dans le 8e arrondissement de Paris, l'habitation est baptisée villa Domergue et, en 1990, est inscrite au titre des monuments historiques[10].

En , le peintre et sa femme sont inhumés dans le mausolée de style étrusque conçu à cet effet dans le jardin de la villa par Odette Maugendre elle-même[11],[12].

Sa peinture[modifier | modifier le code]

La Parisienne est l'un des sujets favoris de ce peintre « mondain » et pléthorique[13] : « Je suis l’inventeur de la pin-up », dit-il[14]. Il eut pour modèle, entre autres, Nadine Lhopitalier, future Nadine de Rothschild.

C'est un peintre qui n'est guère apprécié de la majorité des critiques et des historiens d'art. Ils décrivent un artiste qui peint dans une « facture stéréotypée » des couples aux courses, à l'opéra, au théâtre… ou encore des femmes nues ou demi-nues, toujours très coquettes, au cou démesurément long et à la pointe de la mode, dont le traitement rapidement exécuté, dans la lignée d'un Giovanni Boldini, souffre parfois de « maladresses de dessin »[15] [réf. nécessaire].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

Plusieurs de ces toiles sont conservées au musée des beaux-arts de Bordeaux ainsi que dans d’autres établissements muséaux[16], dont :

Estampes[modifier | modifier le code]

  • Les Atrocités Allemandes (1915).
  • Les Après-midi d'un faune, quarante eaux-fortes originales (Paris, 1924).

Décors[modifier | modifier le code]

Vers 1932, il peint les décors du salon vénitien du château de Thorenc à Cannes.

Après-guerre, il utilisa un de ses portraits féminins, celui du buste d'une jeune femme aux épaules nues vêtue d'une robe verte, de longs gants noirs et d'un chapeau à voilette nommée Chou, pour illustrer la couverture de la carte du "Cabaret" - maison G.H. Rabu, 4, avenue Franklin-D.-Roosevelt à Paris (exemplaires datés de 1949 et du ).

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 419
  2. « CTHS - DOMERGUE Jean-Gabriel », sur cths.fr (consulté le )
  3. Fabricio Cardenas, Vieux papiers des Pyrénées-Orientales, Miss Pyrénées-Orientales élue Miss France en 1938, 7 décembre 2014
  4. Alomée Planel, 40 ans de Festival. Cannes, le cinéma en fête, Londreys, , p. 26
  5. « Cannes 1939 », sur franceculture.fr
  6. « Naissance d'un Festival », sur festival-cannes.com
  7. « En direct de Cannes », INA,
  8. (nl) Jan Brokken, Stedevaart naar Paris, Amsterdam, Uitgeverij Atlas Contact, , 415 p. (ISBN 9789045040141, OCLC 1130760871, lire en ligne)
  9. Leur mariage a lieu le .
  10. « Villa Domergue », notice no PA00080954, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Villa Domergue et ses jardins », sur www.cannes.com, (consulté le )
  12. « A la découverte de la Villa Domergue, lieu mythique de Cannes », sur Propriétés Le Figaro (consulté le )
  13. « Week-end : Patrimoines ventes », Les Échos no 18498 du 28 septembre 2001, page 108.
  14. « « Je suis l’inventeur de la pin-up ». Et Domergue créa la Parisienne », sur Artscape
  15. L'artiste a souvent du mal à aligner les yeux de ses modèles au même niveau
  16. « Jean-Gabriel Domergue », base Joconde, ministère français de la Culture
  17. « Portrait de René Domergue par Jean-GabrielDomergue », sur www.artnet.fr (consulté le )
  18. « Jean-Gabriel Domergue 1936 Josephine Baker, Nude », sur hprints.com (consulté le )
  19. « Nadine de Rothschild von Jean-Gabriel Domergue auf artnet », sur www.artnet.de (consulté le )
  20. Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 2, page 630.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]