Jean-Baptiste Regnault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Regnault.
Jean-Baptiste Regnault
Regnault, Jean-Baptiste, d'après Bera.jpg

J.M.N. Frémy, Portrait de Regnault,
gravé d'après le tableau de Bera.

Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Maîtres
Élèves
Mouvement
Influencé par
Distinctions
Prix de Rome en peinture de 1776
Œuvres réputées
La Liberté ou la Mort (1795), Kunsthalle de Hambourg.

Jean-Baptiste Augustin, baron Regnault, né le à Paris, où il est mort le , est un peintre néoclassique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est tout d'abord mousse pendant cinq ans, puis, de retour à Paris, il devient l'élève de Jean Bardin, qu'il accompagne en Italie, ainsi que de Nicolas-Bernard Lépicié et Joseph-Marie Vien. Son Alexandre et Diogène lui vaut le prix de Rome en 1776. Il séjourne au palais Mancini en compagnie de Jacques-Louis David et de Pierre Peyron, puis il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1782. En 1787, il habite cour du Commerce à Paris et a pour élève Louis Lafitte. Il va initier sa jeune voisine, Constance-Marie Bondelu, à la peinture.

Il multiplie les sujets antiques, puis se passionne pour la Révolution et peint pour le Salon de 1795 La Liberté ou la Mort : au centre, le Génie de la France aux ailes tricolores survole le globe terrestre exprimant l'universalité des idées de 1793 ; à sa gauche, la Mort ; à sa droite, la République avec les symboles de la liberté, de l'égalité et de la fraternité.

Sous l'Empire, Jean-Baptiste Regnault, qui signe ses toiles « Renaud de Rome », exécute de grands formats avec un formalisme hérité de l'antique. Le , il est nommé professeur de peinture à l'École des beaux-arts de Paris, poste qu'il occupait depuis le , mais sans appointements. Il succédait à Clément-Louis-Marie-Anne Belle et aura pour successeur Ingres en 1829[1]. De 1816 à 1822 il est professeur de dessin à l'École polytechnique[2]. Il reçoit le titre de baron le 19 juillet 1829.

Jean-Baptiste Regnault a épousé en premières noces Sophie Meyer[3], dont il a trois fils : le baron Antoine Louis Regnault[4], Jean François Regnault[5] et Carles Louis Regnault[6].

Jean-Baptiste Regnault est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Alexandre et Diogène, ou Diogéne Visité par Alexandre (1776)
  • L'Éducation d'Achille, (1782), Musée du Louvre.
  • Déscente de Croix, (1789), Musée du Louvre.
  • Oreste et Iphigénie en Tauride, (1787).
  • Le Déluge, (1789/91)? Musée du Louvre.
  • Socrate arrachant Alcibiade des bras de la Volupté, (1791), Musée du Louvre.
  • La Liberté ou la Mort, (1795), Kunsthalle de Hambourg.
  • La mort de Cléopâtre, (1796-1797), Stiftung Museum Kunstpalast, Düsseldorf.
  • Les Trois Grâces, (1797-1798), Musée du Louvre.
  • Desaix recevant la mort à la bataille de Marengo, (1801) Musée du château, Versailles.
  • Portrait de Napoléon au camp de Boulogne, (1804), La Havane, Museo napoleonico.
  • La Marche triomphale de Napoléon Ier vers le temple de l'immortalité, (1804).
  • Mariage du prince Jérôme et de la princesse de Wurtemberg, (1810), Château de Versailles.
  • L'Amour et l'Hymen buvant dans la coupe de l'Amitié, (1820), Meaux, Musée Bossuet, don du Professeur Changeux.
  • Jupiter et Io (1827), Brest, Musée des Beaux-Arts
  • Cupidon et Psyché, (1828).
  • Pygmalion et sa statue, Château de Maisons-Laffitte.
  • L'origine de la peinture, Château de Maisons-Laffitte.
  • La Justice arrêtée dans son cours par la Clémence, Château de Fontainebleau
  • Ariane et Thésée, (1829), Rouen, Musée des Beaux-Arts

Galerie[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Source partielle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Chappey, « Les Professeurs de l'École des Beaux-Arts (1794-1873) », in Romantisme, no 93, 1996, p. .95-101.
  2. « Regnault Jean-Baptiste » sur le site cths.fr
  3. Morte le 25 janvier 1825.
  4. Né à Paris le 14 mars 1788, mort le 13 septembre 1846, colonel au 38e de Ligne, élevé au grade de commandeur de la Légion d'honneur le 28 avril 1841.
  5. Né à Paris le 15 juin 1789, mort le 6 août 1843 à Montereau (Seine et Marne), capitaine à la Légion de l'Aube, nommé chevalier de la Légion d'honneur le 28 novembre 1813, puis promu officier du même ordre le 8 novembre 1834.
  6. Alias baron Charles Louis Regnault, né le 15 juin 1792 à Paris, mort le 25 mai 1868 à Paris, demeurant au 6 rue Richer à Paris. Employé au Trésor Royal, chevalier de la Légion d'honneur, chevalier des ordres de Malte et de Saint-Sylvestre.
  7. Jacques Macé, Le général Gourgaud, Nouveau monde éditions, Paris, 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :