Le Républicain lorrain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Républicain Lorrain)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec L'Est républicain.

Le Républicain Lorrain
Image illustrative de l’article Le Républicain lorrain

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quotidien
Format Tabloïd
Genre Presse régionale
Prix au numéro 1 € et 1,30 € le mercredi et le vendredi.
Diffusion 97 833 ex. (2017[1])
Date de fondation 19 juin 1919
Ville d’édition Metz

Propriétaire BFCM (Banque fédérative du Crédit mutuel)
Directeur de publication Christophe Mahieu
Directeur de la rédaction Sébastien Georges
Rédacteur en chef Sébastien Georges
ISSN 2262-4856
Site web www.republicain-lorrain.fr

Le Républicain lorrain est un quotidien régional français, appartenant au groupe de presse de la banque Crédit Mutuel (Groupe EBRA), dont le siège se trouve à Woippy dans la banlieue de Metz. Il est diffusé en Lorraine en sept éditions locales grâce à sept rédactions, dont celle de Metz-Centre sise à Metz, rue Marguerite Puhl-Demange.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancien siège de la rédaction locale de Metz du quotidien régional Le Républicain lorrain.

Fondation du journal[modifier | modifier le code]

Le , quelques mois après le retour de l’Alsace-Lorraine à la France, paraît pour la première le Metzer Freies Journal, sous-titré Le Lorrain républicain en langue allemande (langue officielle en Alsace-Moselle depuis 1871 mais langue traditionnelle de l'écrit en Lorraine germanophone depuis le 16e siècle). Le lendemain, le sous-titre est changé en Républicain lorrain. La volonté de Victor Demange, créateur du journal, est de publier un journal « pro-français ».

Le , un journal rédigé entièrement en français commence à paraître sous le titre de Le Républicain lorrain. Le Metzer Freies Journal germanophone continue à paraître ; après la pause forcée pendant l'occupation allemande, le titre de cette édition est changé en France Journal, dont la parution cesse en 1989.

En 1932, le quotidien tire à 45 000 exemplaires par jour, puis en 1939, il dépasse les 50 000 exemplaires (le département de la Moselle comptant alors près de 700 000 habitants) .

Arrêt de la publication[modifier | modifier le code]

Le , Victor Demange ordonne l'arrêt de la publication du journal. Il confie à son neveu Albert Demange et au sous directeur du journal la mission de soustraire à l'ennemi le matériel nécessaire à la confection de son quotidien, caché dans un premier temps à Ruffec et par la suite à Bordeaux afin de servir à la résistance pour l'impression du Journal des réfugiés qui étaient fort nombreux dans le sud du pays. Le journal reparaît le 1er février 1945.

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En , de terribles inondations sévissent dans l'Est de la France. La Meurthe, la Moselle, la Sarre et la Seille sortent de leurs lits et provoquent des dégâts sans précédent[2]. Le journal initie un vaste élan de générosité en faveur des accidentés de la vie et des sinistrés des inondations. L'issue de cette action est la création du mouvement de solidarité Noël de Joie[3], toujours existant.

En 1958, la fille de Victor Demange, Marguerite Puhl-Demange, prend la tête du Républicain lorrain. Après la lutte pour assurer son existence, Le Républicain lorrain commence à prendre de l'importance dans la vie de la région. En 1971, la direction du journal soutient la candidature à la mairie de Metz de Jean-Marie Rausch, pour lequel elle fait campagne. Le Républicain lorrain restera fidèle à Rausch, souvent contre l'avis de sa rédaction, jusqu'au départ de la famille Puhl en 2007. Jean-Marie Rausch sera battu l'année suivante.

Développement technique de l'impression[modifier | modifier le code]

En 1962, le journal tire à 40 000 exemplaires par heure avec l'apparition de la quadrichromie. En 1969, les machines modernes achetées par le journal permettent un tirage à 45 000 exemplaires/heure. Enfin, en 1979, ce sont 50 000 exemplaires qui sont imprimés par heure, sur deux rotatives de marque Wifag. L'évolution technique permet la parution de la première une en couleurs, le 13 mars. Ce centre d'impression est définitivement arrêté le 27 mars 2018, date à laquelle l'impression est sous-traitée à L'Est Républicain.

Changements de directions[modifier | modifier le code]

Le lancement du site internet republicain-lorrain.fr a lieu le 12 juin 1996.

Marguerite Puhl-Demange meurt le 11 février 1999. Le 9 mars 1999, Claude Puhl, son mari, reprend la présidence du Républicain lorrain avec son fils Mathieu, qui en était déjà le directeur général.

Début 2006, Claude et Mathieu Puhl, les héritiers du fondateur, annoncent la vente de 100 % des actifs au Crédit mutuel Centre Est Europe[4]. L'opération se réalise en mars 2007. Le chiffre d'affaires du Républicain lorrain était alors d'environ 100 millions d'euros, pour des pertes de 5,7 millions entre 2002 et 2004, avec toutefois des capitaux propres élevés (45 millions d'euros)[5].

Dans les mois qui suivent cette vente, le potentiel rédactionnel du quotidien est considérablement amputé. Sur 155 journalistes, 36 ont choisi de quitter l'entreprise en bénéficiant de la clause de conscience garantie aux journalistes français, et quatorze embauches seulement ont été effectuées à la fin 2007. En mai 2008, quatre nouvelles titularisations de journalistes, précédemment employés à titre provisoire (CDD), ont été annoncées[réf. nécessaire].

À partir de 2010, date à laquelle il a également acquis le quotidien nancéien L'Est républicain, l'actionnaire prépare activement l'intégration du Républicain Lorrain à un groupe régional des journaux de Lorraine[6],[7]. Les deux journaux subissent ainsi l'autorité d'un directeur général et d'un rédacteur en chef communs.

Le journal actuel[modifier | modifier le code]

En 2007, Pierre Wicker est nommé directeur du Républicain lorrain. Jean-Marc Lauer, jusqu'alors secrétaire général de la rédaction, reprend le poste de rédacteur en chef, assisté de Michel Klekowicki, précédemment grand reporter à La Liberté de l'Est.

Le , le Républicain lorrain est déclaré « à vendre » par Michel Lucas, PDG du groupe propriétaire du journal. Une annonce qui fait suite à un mouvement de grève suivie largement par les salariés peu de temps auparavant, à la suite d'un appel national[8]. Le , le président du Crédit mutuel annonce qu'il renonce à vendre l'entreprise, après n'avoir rencontré que deux acheteurs potentiels. La déception au sein de l'entreprise est immense.

Le , les trois imprimeries de labeur du Groupe républicain lorrain, filiale du Crédit mutuel, Est imprimerie, Imprimerie Michel et Interprint, sont vendues au groupe des Imprimeries Morault[9].

En juillet 2014, Pierre Wicker est poussé par Michel Lucas à faire valoir ses droits à la retraite. Il est remplacé par Christophe Mahieu, jusqu'alors PDG du Journal de Saône-et-Loire et du Bien Public, dont il a organisé la fusion en une seule entreprise[10].

En mars 2016, Michel Lucas est démis de la présidence du Crédit Mutuel au profit de Nicolas Théry[11]. Dans un premier temps, celui-ci se désintéresse de la branche "presse" de la banque, avant de charger le cabinet June Partners de réaliser un audit de l'ensemble des journaux concernés, sous l'autorité de Philippe Carli, ancien président de Siemens France et ex-directeur général du groupe Amaury (L'Équipe). Celui-ci est chargé en septembre 2017 de mettre en œuvre ses propres préconisations et prend de facto la tête du groupe de presse EBRA [12]. Philippe Carli et Christophe Mahieu lancent un vaste plan d'économies consistant dans un premier temps à arrêter les rotatives du Républicain Lorrain, installées jusqu'alors au siège de Woippy, et à faire imprimer le journal sur la rotative de L'Est Républicain, à Houdemont, près de Nancy. Cette opération est jumelée au passage du journal au format tabloïd. 59 emplois sont supprimés[13],[14]. Parallèlement, Philippe Carli met en place à l'échelle du groupe EBRA la réorganisation des rédactions dans la perspective de transformer les journaux en sites de presse tout en ligne, sur le modèle du "digital first", ce qui devrait entraîner de nouvelles suppressions d'emplois [15].

Le 13 juin 2018, la direction du journal annonce le départ de Jean-Marc Lauer, rédacteur en chef, sans en préciser la raison ni les modalités, et son remplacement par Sébastien Georges, précédemment directeur du quotidien Vosges Matin.

Les éditions locales[modifier | modifier le code]

En 2004, le RL compte 20 rédactions[16].

La nouvelle direction du Républicain lorrain annonce en septembre 2007 la réduction du nombre d'éditions de dix à sept par la fusion des éditions de Metz avec celle de la vallée de l'Orne, de Thionville avec Hayange, et de Briey avec Longwy.

En mars 2008, le journal édite les éditions de :

  • Metz-Vallée de l'Orne [12];
  • Thionville-Hayange ;
  • Meurthe-et-Moselle Nord ;
  • Forbach ;
  • Sarreguemines-Bitche ;
  • Sarrebourg-Château-Salins ;
  • Saint-Avold-Creutzwald.

Le Républicain lorrain compte treize agences locales sur sa zone de diffusion. Le bureau régional à Nancy est fermé le 31 août 2012.

Édition du vendredi[modifier | modifier le code]

Depuis 2012, le magazine Version Femina est ajouté dans le journal, de la même manière que TV MAG depuis 1984. Il est édité par Hachette Filipacchi Médias, TV MAG par Groupe Figaro.

En avril 2018, le supplément hebdomadaire Le Mag, jusqu'alors diffusé le dimanche, est distribué avec le journal du vendredi. Ce magazine est pour l'essentiel réalisé par la rédaction de L'Est Républicain.

Structures affiliées du groupe Républicain lorrain[modifier | modifier le code]

Tout Info

Entre avril 2005 et 2009, le Républicain lorrain publie un hebdomadaire gratuit, Tout Info, diffusé à 50 000 exemplaires[17] à Metz et Thionville.

Le Quotidien

Le Quotidien est un journal luxembourgeois en langue française dont le Républicain lorrain détient 50 % du capital.

Autres activités[modifier | modifier le code]

RL Communication

Agence de communication et de publicité dirigée par un ancien journaliste.

Les éditions Serpenoise

Depuis 1977, les éditions Serpenoise, fondées par le père Serge Bonnet, assuraient la promotion des auteurs et du patrimoine lorrains en publiant de nombreux ouvrages[réf. nécessaire]. De 2008 à 2013, elles ont été animées par Antonella Krebs, grand reporter[réf. nécessaire]. Les éditions Serpenoise sont dissoutes en 2013[18] et leur activité intégrée aux Éditions du Quotidien, qui regroupent les activités similaires du Crédit mutuel [18].

RL TV News

RL TV News couvre l'actualité du Grand Est de la France pour LCI (Groupe TF1), I-Télé (Groupe Canal+) et produit des reportages sur des sujets d'actualité ou sportifs pour les principaux diffuseurs français (Arte Infos, M6 Actu, L'OM TV, Infosports…). Cette société est mise en sommeil en 2012[19].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Formats[modifier | modifier le code]

Le format de la version papier (540 x 385 mm) devait passer au format berlinois en 2008, selon le souhait du directeur général Mathieu Puhl. Son successeur Pierre Wicker, issu du groupe Crédit mutuel, a abandonné ce projet en septembre 2007.

Un changement de formule est intervenu le , avec une nouvelle une et le passage à deux cahiers dont un consacré aux éditions locales. Cette évolution a été rendue possible grâce à l'achat d'une encarteuse.

Le journal est passé au format tabloïd le 27 mars 2018, et est depuis imprimé par la rotative de L'Est Républicain à Houdemont, près de Nancy. La forme et le contenu du Républicain Lorrain ont été alignés sur ceux de son ancien concurrent.

Finances[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des titres de presse français, Le Républicain lorrain touche de fortes subventions de l’État. Ainsi, il a perçu 2,74 millions d’euros de la part du fonds d'aide à la modernisation de la presse de 2003 à 2010[20].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.acpm.fr/Chiffres/Diffusion/La-Presse-Payante/Presse-Quotidienne-Regionale
  2. « http://www.lorraine.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/Ban_St_Martin_RAP_cle28631f.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Voir l'exemple de la commune du Ban-Saint-Martin, en Moselle (page 24)
  3. Site de Noël de Joie
  4. Le Crédit Mutuel étend son empire sur le site de L'Humanité
  5. Le Monde, 6 décembre 2006.
  6. Le Nouvel Obs.com, 27 juin 2008
  7. ESJ Doc
  8. « Le Crédit mutuel va céder Le Républicain lorrain », Challenges.fr, mis en ligne le 25 février 2011
  9. Le groupe des imprimeries Morault s'étoffe sur Industrie.com
  10. http://www.tous-les-faits.fr/le_journal_de_sa%C3%B4ne-et-loire
  11. « Nicolas Théry prend la présidence de la Confédération du Crédit Mutuel », sur lesechos.fr, (consulté le 16 juin 2018)
  12. a et b Bertille Bayart, « Philippe Carli à la tête de la presse du Crédit mutuel », sur lefigaro.fr, (consulté le 16 juin 2018)
  13. « VIDEO. Républicain Lorrain : le silence définitif des rotatives », sur republicain-lorrain.fr, (consulté le 16 juin 2018)
  14. « Le Républicain Lorrain : « Une fête gâchée » », sur republicain-lorrain.fr, (consulté le 16 juin 2018)
  15. « ?? », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  16. Agences locales, Républicain-lorrain
  17. Le Républicain lorrain, ESJ-Lille.fr
  18. a et b « Quand les Editions Serpenoise deviennent les Editions du Quotidien », sur hector-bd.com,
  19. http://www.e-alsace.net/index.php/smallnews/detail?newsId=12309
  20. L’heure des fuites sur les subventions à la presse ?, Rue89, publié le 11 août 2010, consulté le 26 octobre.[Quand ?]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Thull, Victor Demange, 1888-1971, Éd. Serpenoise, Metz, 1988.

Liens externes[modifier | modifier le code]