Twilight

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Twilight
Image illustrative de l’article Twilight
Dos des 4 tomes originaux.

Auteur Stephenie Meyer
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Romance
Fantastique
Version originale
Langue Anglais américain
Titre Twilight
Éditeur Little, Brown and Company
Lieu de parution New York
Date de parution 2005 - 2020
Ouvrages du cycle 1. Twilight
2. New Moon
3. Eclipse
4. Breaking Dawn
5. Midnight Sun
Version française
Traducteur Luc Rigoureau
Éditeur Hachette Jeunesse
Collection Black Moon
Lieu de parution Paris
Date de parution 2005 - 2020
Ouvrages du cycle 1. Fascination
2. Tentation
3. Hésitation
4. Révélation
5. Midnight Sun

La saga Twilight, d'abord publiée en France sous le nom de Saga du désir interdit, est une série de romans fantastiques et sentimentaux de Stephenie Meyer publiés entre 2005 et 2020. Elle est composée de quatre tomes principaux intitulés Fascination, Tentation, Hésitation et Révélation, et a fait l'objet d'une adaptation cinématographique entre 2008 et 2012 ; en 2020 sort un roman supplémentaire, Midnight Sun, qui est la réécriture du premier tome du point de vue d'un autre personnage.

Les romans de la série racontent l'histoire d'Isabella Swan, une adolescente qui emménage à Forks pour vivre chez son père et tombe amoureuse d'un vampire de 104 ans, Edward Cullen. L'histoire est essentiellement racontée du point de vue de Bella, avec deux sections racontées du point de vue de Jacob Black, un zoomorphe ou loup-garou.

Elle raconte l'histoire de Bella Swan, une humaine, et du triangle amoureux qu'elle forme avec le vampire Edward Cullen et le métamorphe Jacob Black, son meilleur ami, qui se transforme en loup géant, symbole de sa tribu d'Amérindiens.

D'autres livres font partie de la série. En 2010, Stephenie Meyer publie une nouvelle, L'Appel du sang, qui raconte l'existence vampirique de Bree Tanner, un personnage secondaire du troisième tome. Une encyclopédie détaillée du monde de Twilight est publiée en 2011.

Depuis la sortie du premier tome en 2005, la série Twilight a rapidement gagné énormément de notoriété, devenant un succès commercial dans le monde entier. En , on compte plus de 120 millions d'exemplaires vendus en au moins 38 langues. Les romans principaux ont été adaptés sous forme de films sous le nom Twilight par Summit Entertainment de 2008 à 2012.

Genèse et rédaction[modifier | modifier le code]

Stephenie Meyer affirme que l’idée de la série lui vient en rêve le . Le rêve met en scène une jeune femme humaine et un vampire qui est amoureux d’elle, mais assoiffé de son sang. L'adolescente est dans une clairière ensoleillée et parle à un homme magnifique dont la peau brille[1]. Sur la base de ce livre, Meyer rédige une première version de ce qui deviendra plus tard le chapitre 13 du premier tome[2][3].

Il lui faut trois mois pour rédiger l’ensemble du premier tome de la série, bien qu’elle n’ait aucune expérience de romancière[4]. Elle s'affirme plus tard exaltée par la naissance de son troisième enfant, juste avant le début de la rédaction du roman[5].

Son agente littéraire, Jodi Reamer, de Writers House, ne la découvre que parce que l’assistante débutante qui a reçu le manuscrit ne sait pas que la littérature Young Adult doit comporter 40 000 à 60 000 mots, et non les 130 000 mots du livre de Meyer[6]. Meyer signe un contrat d’édition avec Little, Brown and Company pour une trilogie à 750 000 dollars (soit environ 553 575 euros*), un montant particulièrement élevé pour une première œuvre[7] ; elle-même dit avoir espéré 10 000 dollars (soit environ 7 381 euros*)[1]. Megan Tingley, l’éditrice de Little, Brown qui relit le livre de Meyer, affirme qu’au milieu de sa lecture du premier tome, elle comprend qu’elle a un futur best-seller entre les mains[8]. Le roman Fascination est publié en anglais en 2005. En , Hachette Livre rachète Little, Brown and Company[1].

Meyer publie Tentation en 2006, Hésitation en 2007 et Révélation en 2008. Les livres portent en version originale les noms de phénomènes célestes, plus précisément en lien avec l'obscurité : Twilight (« crépuscule »), New Moon (« nouvelle Lune »), Eclipse (« éclipse »), Breaking Dawn (« aube naissante »). Les premiers livres non-publiés connus sont Forever Dawn (« aube éternelle ») et Midnight Sun (« jour polaire »). Après la sortie de Révélation, Stephenie Meyer annonce qu’il n’y aura pas d’autres romans du point de vue de Bella Swan[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Série principale[modifier | modifier le code]

Fascination[modifier | modifier le code]

Bella, une lycéenne de dix-sept ans, décide de quitter sa mère et la ville de Phoenix pour vivre à Forks avec vit son père. Elle n'est pas proche de ce dernier, qu'elle ne voit habituellement que deux semaines par an, et hait la ville de Forks, mais souhaite laisser sa mère vivre seule avec son nouveau compagnon, Phil[T 1]. À son premier jour de lycée, elle rencontre la famille Cullen et est fascinée[T 2]. En cours de biologie, elle s’assoit à côté d'Edward Cullen, qui la traite avec hostilité et colère, refusant de lui adresser la parole[T 3]. Après une semaine d'absence, il revient cependant, se montrant très poli et faisant comme si cette première rencontre n'avait pas eu lieu[T 4].

Un jour de neige, elle a un accident sur le parking du lycée : un étudiant, Tyler, perd le contrôle de son fourgon et lui fonce dessus. Edward, qui se tient à quatre voitures d'elle, se retrouve soudain à côté d'elle et arrête l'impact de la voiture à mains nues[T 5]. Lors d'une visite à la plage de la réserve quileute de La Push, Bella rencontre Jacob Black et Sam, un jeune homme qui laisse entendre que les Cullen ne sont pas les bienvenus à la réserve[T 6]. Bella demande des détails à Jacob, qui lui parle des légendes quileutes et affirme que selon la mythologie locale, les Cullen sont des vampires[T 7].

Jessica, Angela et Lauren invitent Bella à les rejoindre faire les magasins à Port Angeles[T 8]. Bella se perd en ville, se retrouvant dans une rue désaffectée où quatre hommes commencent à la harceler[T 9]. Edward arrive soudain à la rescousse, la prenant dans sa voiture et la conduisant à l'abri[T 10]. Après avoir rassuré ses amies, il l'emmène dîner[T 11]. Elle lui annonce alors qu'elle pense qu'il lit dans les pensées, ce qu'il lui confirme[T 12]. Il lui confirme ensuite que les Cullen sont des vampires[T 13]. Le soir, de retour chez son père, Bella résume la situation :

« J'étais à peu près certaine de trois choses. Un, Edward était un vampire ; deux, une part de lui - dont j'ignorais la puissance - désirait s'abreuver de mon sang ; et trois, j'étais follement et irrévocablement amoureuse de lui. »

— Fascination, chapitre 9.[T 14]

Bella annule un voyage à Seattle, à la demande d'Edward qui veut lui montrer ce que le soleil fait réellement aux vampires[T 15]. Elle découvre alors que la peau des vampires brille au soleil, et Edward lui déclare ses sentiments[T 16]. Edward invite ensuite Bella à rencontrer sa famille au domicile des Cullen[T 17]. Or, Alice a une vision d’un groupe de vampires nomades en voyage, passant par Forks : Edward veut alors absolument protéger Bella[T 18].

Pendant sa visite au domicile des Cullen, Bella est invitée à les rejoindre à un match de base-ball familial[T 19]. Le clan de vampire nomades arrive cependant plus tôt que prévu, pendant la partie. Il est composé de trois personnes, James, Victoria et Laurent. Un coup de vent trahit la nature de Bella et attire l'attention de James, qui décide de la traquer[T 20]. Bella s'enfuit à Phoenix, près de chez sa mère qui est en déplacement en Floride avec Phil[T 21]. Elle est accompagnée d'Alice et Jasper. James appelle Bella, lui faisant croire qu'il tient sa mère en otage, et lui ordonne de le rejoindre dans un studio de danse de son enfance[T 22]. Bella parvient à fuir Alice et Jasper à l'aéroport où ils attendent l'arrivée Edward et se rend immédiatement au studio de danse où James lui a donné rendez-vous [T 23]. Elle découvre alors que James a juste fouillé la maison et pris une vidéo d'enfance où la mère de Bella l'appelait d'un ton inquiet[T 24].

James lui casse la jambe et elle perd connaissance[T 25]. Edward et ses frères arrivent à temps pour tuer James, mais se rendent compte que Bella a été mordue à la main. Carlisle ordonne alors à Edward d'aspirer le sang de Bella jusqu'à en retirer tout le venin, ce qu'il parvient à faire[T 26].

Elle se réveille à l'hôpital plusieurs jours plus tard, aux côtés de sa mère et d'Edward[T 27]. Renée lui annonce alors que Phil a été engagé à Jacksonville à long terme, et qu'ils ont acheté une maison dans laquelle Bella pourra avoir sa propre chambre, mais cette dernière annonce vouloir rester à Forks[T 28]. Dans l'épilogue, Bella et Edward se rendent au bal de fin d'année[T 29]. Au bal, Jacob Black lui envoie un avertissement de la part de son père : Billy Black lui fait dire de quitter Edward, et que les Quileutes ne relâcheront pas leur garde. Bella ignore l'avertissement[T 30].

Tentation[modifier | modifier le code]

Les Cullen invitent Bella à une soirée d'anniversaire pour ses dix-huit ans[T 31]. Discutant de Roméo et Juliette, Edward avoue à Bella qu'il comptait se suicider si James l'avait tuée à la fin du premier roman, en allant en Italie provoquer les Volturi pour qu'ils le tuent[T 32]. En ouvrant son deuxième cadeau, Bella s'entaille le doigt avec l'emballage. L'odeur du sang fait perdre le contrôle à Jasper, qui tente de l'attaquer[T 33]. Edward ramène ensuite Bella chez elle[T 34].

Le lendemain, Edward dit à Bella que Jasper et Alice sont partis à Denali, rejoindre un clan ami de vampires végétariens[T 35]. Le soir, il se rend chez Bella, mais regarde seulement un match de sport avec Charlie avant de repartir, en n'adressant presque pas la parole à sa petite amie[T 36]. Le jour suivant, il annonce à Bella que les Cullen s'en vont de Forks et la quitte sur-le-champ. Il lui fait promettre de ne pas commettre « d'acte téméraire ou stupide »[T 37].

Elle se perd dans la forêt en tentant de regagner son domicile. Sam Uley la retrouve et la ramène à Charlie[T 38]. Les Cullen disparaissent[T 39]. Le livre contient ensuite plusieurs pages vides, correspondant aux mois d'octobre à janvier. En février, Charlie annonce à Bella qu'il la renvoie chez sa mère, s'inquiétant de son apathie[T 40]. Pour rester à Forks, Bella va au cinéma à Port Angeles avec Jessica[T 41][T 42][T 43]. En sortant de la séance, les deux jeunes femmes croisent les quatre hommes qui l'ont agressée l'année précédente. Quand Bella s'approche d'eux, elle entend clairement la voix d'Edward qui la sermonne[T 44]. Bella passe ensuite en voiture devant la maison de la famille Marks, qui annonce le don de deux motos délabrées. Se souvenant que Charlie couvre de nombreux accidents de la circulation, elle estime pouvoir se mettre en danger facilement et donc souvent entendre la voix d'Edward[T 45]. Elle se souvient alors que Jacob Black a réparé sa camionnette et saura sûrement réparer les motos aussi[T 46]. Jacob est en effet ravi[T 47].

Bella se remet lentement de sa dépression grâce à son amitié avec Jacob[T 48]. Elle retrouve ses anciens amis du lycée. Mike l'invite au cinéma[T 49]. Jacob dit que Sam veut qu'il rejoigne sa bande, alors que lui n'en a pas envie[T 50]. Il s'inquiète pour Embry, qui avait très peur du groupe de Sam, puis a soudain cessé d'aller en cours pendant une semaine et se comporte depuis « comme s'il appartenait à Sam »[T 51]. Bella invite tous les membres de sa bande d'amis du lycée, ainsi que Quil et Jacob, à voir le film d'horreur dont Mike lui a parlé, mais tous finissent par annuler sauf Mike et Jacob[T 52]. Après le film, Jacob annonce ses sentiments à Bella[T 53]. Elle le repousse et Jacob ne donne aucun signe de vie pendant plusieurs jours malgré de nombreux appels manqués[T 54].

Bella randonne vers la clairière où elle a vu Edward briller pour la première fois. Or, Laurent s'y trouve[T 55]. Il lui raconte que Victoria a décidé de la tuer en représailles du meurtre de son compagnon, James[T 56]. Au moment où il se prépare à tuer Bella, un loup noir apparaît, suivi de quatre autres, et Laurent s'enfuit [T 57]. Bella découvre que Jacob est tombé à son tour sous l'emprise de Sam Uley[T 58], ce que Quil lui confirme[T 59].

Elle se rend alors chez Jacob[T 60], qui lui dit qu'il ne peut pas lui expliquer ce qu'il se passe, mais que tout est de la faute des Cullen, puis ajoute qu'il ne veut plus la voir[T 61]. Un peu plus tard, Jacob entre cependant chez Bella par la fenêtre[T 62]. Il lui fait comprendre qu'il est désormais un loup-garou[T 63]. Il ajoute que les disparitions de randonneurs depuis quelques mois sont l'œuvre d'un vampire, et Bella lui explique pourquoi Victoria est dans la région[T 64]. Les loups se mettent alors à monter la garde pour ne pas rater le retour de Victoria[T 65].

Bella décide de tester un plongeon depuis une haute falaise de First Beach[T 66]. Or, elle est emportée par le courant et se noie. Elle est sauvée par Sam et Jacob[T 67]. Plus tard dans la journée, Emily annonce aux loups que Harry Clearwater a eu une attaque cardiaque[T 68]. De retour à Forks, Jacob et Bella voient Alice[T 69].

Une fontaine sur une place.
La fontaine de Montepulciano, lieu de tournage des scènes italiennes du film Tentation.

Alice dit à Bella qu'elle l'a vue sauter de la falaise et s'est inquiétée[T 70]. Le lendemain, Jacob rend visite à Bella. Pendant qu'il est là, Edward, se faisant passer pour Carlisle au téléphone, lui demande si Charlie Swan est présent : il répond que ce dernier est « à l'enterrement », sans préciser qu'il s'agit de celui de Harry Clearwater, et raccroche brutalement[T 71]. Alice a alors une vision d'Edward cherchant à se suicider, convaincu que Bella est morte en sautant de la falaise[T 72]. Elle a une vision de lui se rendant en Italie pour se suicider en provoquant les Volturi[T 73]. Les deux femmes s'envolent immédiatement pour l'Italie afin de tenter de le joindre à temps[T 74]. Bella retrouve Edward à l'instant exact où il veut se montrer au soleil devant des humains pour forcer les Volturi à le tuer. Elle parvient à le retenir in extremis, mais des membres de la garde des Volturi les ont rejoints et les mènent à leur chef, Aro[T 75]. Aro propose aux trois visiteurs de rejoindre les rangs des Volturi, et tous déclinent. Caïus exige la mort de Bella, les humains n'étant pas autorisés à connaître les secrets des vampires. Aro accepte de lui donner un délai avant de forcer sa transformation[T 76].

Edward ramène Bella chez elle : son père est furieux de sa disparition de plusieurs jours[T 77]. Edward dit à Bella que pour les Volturi, le temps s'écoule très lentement, et qu'il ne serait pas surpris qu'ils ne pensent pas à vérifier que Bella est une vampire avant plusieurs décennies[T 78]. Or, Bella veut toujours devenir vampire, que les Volturi soient ou non impliqués[T 79]. Contrairement au reste de sa famille, à l'exception de Rosalie, Edward reste fermement opposé à la proposition[T 80],[3]. Bella accepte qu'il la transforme après la fin du lycée l'année scolaire suivante[T 81]. La situation revient très rapidement à la normale : les Cullen reviennent à Forks et Bella se prépare à candidater à différentes universités[T 82]. Jacob rappelle enfin à Edward le contenu du traité de paix entre les loups-garous et les vampires : il est rompu si un vampire mort, et non tue, un humain, ce qui causera une guerre si Bella est transformée[T 83].

Hésitation[modifier | modifier le code]

Charlie s'inquiète d'une sorte de guerre des gangs qui aurait causé plusieurs meurtres à Seattle[T 84]. Edward interdit à Bella de fréquenter Jacob, estimant qu'il est trop dangereux qu'elle s'approche d'un loup-garou et ne pouvant pas l'accompagner lui-même sur le territoire quileute à moins de briser la trêve entre les espèces[T 85]. Bella parvient à se rendre par surprise chez Jacob malgré la surveillance d'Edward[T 86]. Quelques jours plus tard, Edward part chasser pendant une journée. Alice invite Bella chez elle et Bella comprend rapidement qu'Edward a prévu ce plan pour l'empêcher d'aller voir Jacob[T 87]. Le lendemain, Jacob l'enlève à moto et ils s'enfuient ensemble pour La Push[T 88]. Edward admet que ses réticences sont dues à ses préjugés plutôt qu'à la raison et décide de l'autoriser à lui rendre visite[T 89].

Bella se rend compte que certaines de ses affaires ont disparu[T 90]. Les Cullen en déduisent qu'un vampire a fait irruption dans sa chambre pendant son absence[T 91]. Les loups-garous et les vampires définissent alors de nouvelles frontières afin de mieux protéger Bella et son père[T 92]. Edward affirme que les morts mystérieuses de Seattle sont dues à des vampires nouveaux-nés[T 93]. Les Volturi ont pour rôle de traiter ce genre de cas : leur intervention à Seattle les encouragerait à se rendre à Forks pour vérifier que Bella est bien transformée en vampire, ce qui inquiète Edward[T 94]. Jasper affirme que Seattle est en proie à une armée de moins de vingt nouveaux-nés. Il prédit que la situation va empirer et que les Volturi vont intervenir, à moins qu'ils ne détruisent immédiatement les troupes eux-mêmes[T 95].

Lorsque Bella revoit Jacob, il lui déclare qu'il est amoureux d'elle. Il l'embrasse ensuite de force. En le frappant, Bella se brise la main[T 96]. Alice confirme ensuite que l'armée des nouveaux-nés cherche à détruire Bella, ce dont elle a eu la preuve pendant une de ses visions[T 97]. Les Cullen et Bella savent cependant qu'ils ont du temps avant l'attaque finale, et Bella se rend sans encombre à sa cérémonie de remise des diplômes[T 98]. Jacob, Embry et Emmett se rendent à la soirée organisée par Alice chez les Cullen pour la remise des diplômes. Jacob offre à Bella un bracelet orné d'une amulette de bois représentant un loup, qu'il a taillée lui-même, suivant l'enseignement de son père[T 99]. Alice leur dévoile qu'ils vont combattre les nouveaux-nés, provoquant l'enthousiasme des garçons, et Jasper invite les loups à un entraînement commun[T 100]. À la formation organisée par Jasper pour combattre des nouveaux-nés, Bella découvre que les loups-garous sont désormais au nombre de dix[T 101]. Bella dit à Edward qu'avant d'être transformée en vampire, elle tient à avoir un rapport sexuel avec lui. Edward refuse, affirmant qu'il ne peut pas céder sa virginité avant le mariage, le seul péché qu'il n'a pas commis[T 102]. Bella finit par accepter d'épouser Edward[T 103][T 104][3].

Bella part en montagne avec Jacob et Edward afin d'être le plus loin possible du combat final. Avec sa chaleur corporelle extrême, Jacob la sauve de l'hypothermie pendant une tempête[T 105]. Le lendemain matin, Edward discute des fiançailles avec Bella, à portée d'écoute de Jacob[T 106]. Jacob explique à Bella qu'il compte se sacrifier dans le combat contre les nouveaux-nés. Elle lui demande alors de l'embrasser afin de le convaincre qu'elle veut vraiment qu'il survive. Après le baiser, elle se rend compte qu'elle est amoureuse de Jacob, bien qu'elle préfère toujours sans aucun doute Edward[T 107]. Alors que la bataille commence dans la pleine, Seth, Edward et Bella sont toujours en montagne[T 108]. Or, Edward et Seth se rendent compte que Victoria et son second sont à proximité[T 109]. Ils parviennent à les battre[T 110].

Alors que le trio redescend en plaine, les combats étant terminés, Alice a une vision de l'arrivée d'un contingent des Volturi[T 111]. Edward fait remarquer que leur arrivée est parfaitement chronométrée, et qu'ils espéraient clairement la mort de quelques Cullen[T 112]. Les loups partent pour La Push afin de ne pas croiser le chemin des Volturi[T 113]. Jane arrive et affirme que Caïus leur rendra probablement visite quelques mois plus tard, Bella étant toujours humaine[T 114].

Bella décide finalement qu'elle veut une vraie cérémonie de mariage, par devoir envers ses parents qui ne la reverront plus lorsqu'elle sera vampire[T 115]. Comprenant que le choix de Bella est définitif, Jacob se transforme en loup et part le plus loin possible, sans intention de revenir[T 116].

Révélation[modifier | modifier le code]

Révélation s'ouvre quelques jours avant le mariage de Bella et Edward[T 117]. Le clan de Denali se rend au mariage et Bella les rencontre. Seule Irina, qui en veut toujours aux Quileute d'avoir tué son partenaire Laurent, est absente ; les autres présentent leurs excuses pour avoir refusé d'intervenir face aux Volturi et aux nouveaux-nés dans le tome précédent[T 118]. Carlisle raconte à Bella que le clan est terrifié par les Volturi, qui ont tué leur mère, coupable d'avoir créé un enfant immortel[T 119]. Pendant la soirée suivant la cérémonie, Jacob fait irruption pour féliciter Bella, après des mois d'absence. Or, Bella laisse échapper qu'elle veut perdre sa virginité alors qu'elle est encore humaine, et il menace Edward de le tuer avant de quitter la fête[T 120]. Bella et Edward passent leur lune de miel sur l'île d'Esmé, qui appartient aux Cullen[T 121]. Les époux consomment le mariage[T 122][T 123]. Quelques jours plus tard, Bella souffre de nausées matinales[T 124]. Elle se rend compte que ses règles sont en retard de cinq jours et comprend qu’elle est enceinte[T 125][T 126][3]. Edward organise le rapatriement immédiat de Bella à Forks[T 127] pour la faire avorter contre son gré[T 128].

La suite du roman se déroule du point de vue de Jacob Black. Il a réintégré la meute des Quileutes[T 129]. Apprenant que Bella est malade, ils la croient transformée en vampire[T 130]. Sam refuse d'attaquer les Cullen, estimant que Bella était consentante et que le traité est donc respecté. Jacob refuse de se plier à cet ordre[T 131]. Il se rend donc chez les Cullen pour les attaquer, mais y voit Bella enceinte et souffrante et discute avec Edward ; tous deux veulent un avortement, mais Rosalie monte la garde[T 132]. Bella explique à Jacob qu'elle a pour objectif de faire battre son cœur le plus longtemps possible et d'être transformée en vampire au tout dernier moment, si possible après l'accouchement[T 133]. Jacob retourne voir sa meute pour leur raconter ce qu'il a vu, et Sam change d'avis : sachant que les Cullen attendent une créature inconnue, manifestement puissante, et trop jeune pour comprendre le traité, ils estiment qu'il faut l'exterminer avant la naissance[T 134]. Jacob se rend compte, quelques instants plus tard, qu'il est l'Alpha légitime en raison de sa lignée, et qu'il peut donc s'opposer à Sam, mais qu'il n'aura plus de meute[T 135]. Seth le rejoint dans sa nouvelle meute[T 136]. Jacob retourne chez les Cullen pour les prévenir de l'attaque imminente[T 137]. Leah Clearwater intègre la meute à son tour[T 138]. Jacob pense à sa haine du fœtus qui est en train de tuer Bella, le traitant de « buveur de sang », une insulte qu'il réserve normalement aux vampires. Or, Edward lit dans ses pensées et a soudain l'idée de faire boire du sang à Bella pour voir si elle rejette également l'alimentation vampire[T 139]. Voyant le sang humain, qui a été acheté par Carlisle en sa qualité de médecin, Bella se rend compte qu'il sent bon, puis le goûte et le trouve également bon à boire. Elle reprend très rapidement des forces[T 140]. Bella accouche ; blessée à mort par le foetus, elle est transformée en vampire par Edward[3][T 141].

La narration revient ensuite à Bella[T 142]. Jasper s'émerveille de la voir contrôler sa soif[T 143]. Bella découvre que Jacob s'est imprégné de Renesmée et attaque Jacob, sans conséquences graves[T 144]. Plusieurs mois plus tard, jouant dans une clairière avec Renesmée et Jacob, Bella aperçoit Irina[T 145]. Alice voit alors qu'Irina a cru que Renesmée est une enfant immortelle et se prépare à les dénoncer[T 146]. Les Cullen décident de regrouper tous les vampires qu'ils connaissent afin de gagner du temps et de tenter de témoigner de l'innocence de Renesmée avant que les Volturi ne tuent l'ensemble de la famille[T 147]. Alice et Jasper s’enfuient en secret, tandis que les modificateurs apportent leur soutien aux Cullen[T 148]. Le clan de Denali rencontre Renesmée et comprend qu’elle n’est pas un enfant immortel. Edward leur annonce que tous les Volturi sont en route[T 149]. Eleazar prend conscience qu’une fois par siècle environ, Aro se déplace en personne pour rendre justice et épargne un vampire dont il souhaite s’approprier le pouvoir[T 150].

Trente-deux Volturi arrivent, soit largement plus que les dix-neuf alliés (et sept témoins passifs) du côté Cullen[T 151]. Edward prévient ses alliés que Caïus et Aro viennent dans l’objectif d’exécuter les Cullen et non de rendre justice : ils ont préparé plusieurs stratégies pour les provoquer à l’attaque et justifier la sanction[T 152]. Caïus interroge Irina, qui a dénoncé les Cullen. Irina admet s’être trompée[T 153]. Aro, Caïus et Marcus délibèrent, le jugement des enfants immortels n’étant plus applicable[T 154]. Aro affirme alors que si la création d’un enfant hybride n’est pas interdite, elle peut quand même être un danger puisqu’on ne connaît rien de son espèce ; les Cullen et leurs alliés comprennent que la bataille est inévitable[T 155]. Alice et Jasper apparaissent en lisière du champ, accompagnés de trois amazones inconnus[T 156]. Deux de leurs compagnons sont Huilen, une vampire, et Nahuel, un hybride comme Renesmée[T 157]. Nahuel donne de nombreux détails sur sa vie d’hybride, prouvant l’innocence de Renesmée[T 158].

Les vampires quittent donc la région, rendant leur vie normale aux Cullen[T 159].

Midnight Sun[modifier | modifier le code]

Le roman raconte l'histoire de Fascination, du point de vue d'Edward Cullen.

Alors qu'ils n'étaient pas entièrement écrits, les 12 premiers chapitres ont été publiés sur Internet. Stephenie Meyer annonce alors sur son site web que cette action l'a provisoirement dissuadée de continuer l'écriture. Comme la diffusion des premiers chapitres était impossible à arrêter, elle préféra les rendre elle-même téléchargeables[10]. En 2008, elle envisage de reprendre l'écriture du livre une fois suffisamment de temps écoulé[11]. Elle n’en donne aucune nouvelle jusqu’à , quand elle annonce soudainement la sortie du roman le [12].

Fictions dérivées[modifier | modifier le code]

L'Appel du sang, la seconde vie de Bree Tanner[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, cette nouvelle se focalise sur Bree Tanner — il est d'ailleurs écrit de son point de vue, une vampire apparaissant dans Hésitation, roman dans lequel elle est tuée (au sens de l'élimination définitive d'un vampire) peu après son apparition. La nouvelle raconte la difficile cohabitation des vampires nouveau-nés créés par Victoria dans le but de détruire Bella. Bree doit survivre dans cet univers de violence. Elle parvient tout de même à se faire un ami : Diego[13].

Il a été publié en France le [14]. Deux jours plus tard, Meyer en met gratuitement une version électronique en ligne sur son site web[15].

Vie et mort : Twilight[modifier | modifier le code]

Le , Little, Brown and Company publie une réédition des romans Twilight sous le nom Vie et Mort. Cette nouvelle édition comporte une réécriture de près de 400 pages du premier roman, dans lequel Edward et Bella changent de genre et deviennent Edythe et Beau[16].

Secrets de la saga Twilight : le Guide officiel illustré[modifier | modifier le code]

Le , Little, Brown et Company annoncent la sortie de Secrets de la saga Twilight, une encyclopédie de référence sur la série incluant des profils de personnages, des cartes, des passages supprimés, des interviews de Meyer, des arbres généalogiques et près de 100 illustrations en couleur. Le livre est publié le [17]. Il est en première place de la liste des best-sellers du New York Times dès la semaine de sa publication et y reste trois semaines d’affilée[18],[19],[20].

Forever Dawn[modifier | modifier le code]

Forever Dawn est le prototype de la suite de Fascination. Son intrigue a finalement été en grande partie reprise dans Révélation. Stephenie Meyer ne le publie pas, d'une part parce qu'elle souhaite finalement écrire plus de deux tomes, d'autre part parce qu'il est trop sombre pour son lectorat ; elle offre le manuscrit à sa sœur[21]. Elle mentionne sa volonté publier des extraits, sans le faire[22].

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Bella Swan : Isabella Marie Swan a 17 ans au début de la série. Personnage principal de la série, elle est vue comme un « aimant à danger » avec des cheveux bruns et des yeux marron. Elle est vue comme ayant peu d'estime pour elle-même, ne comprenant pas l'attraction qu'Edward Cullen éprouve envers elle. Après sa transformation en vampire, Bella acquiert le pouvoir de protéger les autres comme elle-même des pouvoirs des autres vampires[23].
  • Edward Cullen : Edward Anthony Masen Cullen est un vampire qui vit au sein de la famille Cullen. Il se nourrit de sang animal. Dans les romans, Edward tombe amoureux et finit par épouser et avoir un enfant avec Bella. Au début, il hait Jacob Black, qui est aussi amoureux de Bella, mais dans Révélation, il finit par considérer Jacob comme son ami. Il a un pouvoir de télépathie, qui fait effet à plusieurs kilomètres[23]. Bella est la seule personne immunisée contre son pouvoir lorsqu'elle est humaine, et elle apprend à retirer sa protection contre lui après être transformée en vampire.
  • Jacob Black : Jacob Black est un personnage secondaire dans le premier roman. Il appartient à la tribu des Quileutes. Dans Tentation, il est le meilleur ami de Bella et la soutient dans sa dépression quand elle perd Edward, tombant amoureux d'elle pendant cette période. Il découvre également qu'il peut se transformer en loup à volonté, comme d'autres membres de sa tribu. Dans Hésitation, Bella comprend qu'elle est amoureuse de Jacob, mais qu'elle lui préfère quand même Edward. Dans Révélation, Jacob s'imprègne de la fille de Bella et Edward, Renesmée, ce qui lui permet d'oublier ses sentiments pour Bella.

Univers[modifier | modifier le code]

Espèces[modifier | modifier le code]

L'univers de fiction s'inscrit dans le monde réel (contemporain, principalement aux États-Unis), mais des créatures bien plus puissantes cohabitent avec les humains (les vampires et les loups-garous). Ils sont très différents des légendes, les vampires ayant quasiment toutes les forces que leur prêtent les récits, mais aucune de leurs faiblesses. Par exemple, la lumière du jour ne les tue pas mais les fait scintiller, rendant évident leur caractère surnaturel. Par ailleurs, les loups-garous de Twilight peuvent se transformer à volonté, ce qui est en contradiction avec l'image traditionnelle du lycanthrope (le dernier roman précise que, dans cet univers de fiction, il existe des loups-garous aux pouvoirs liés à la Lune mais ils ont été chassés par les vampires il y a longtemps, et Edward indique que les métamorphes ne sont pas des loups-garous).

Vampires[modifier | modifier le code]

La vulnérabilité des vampires au soleil est un mythe. Les vampires ne dorment par ailleurs jamais[T 160]. Les vampires sont les ennemis naturels des loups-garous et en sont les uniques prédateurs, d'après les légendes quileutes, qui leur donnent le nom de Sang-froid[T 7].

Edward explique que le terme de « vampires végétariens » est une blague de la famille Cullen[T 161]. Les vampires peuvent manger de la nourriture humaine, mais y prennent autant de plaisir qu'un humain à manger de la terre[T 162].

Modificateurs[modifier | modifier le code]

D'après les mythes de la réserve l'arrière-grand-père de Jacob Black aurait lui-même négocié l'accord bannissant les vampires, ou Sang-froid, des terres quileutes. Ces vampires ne s'attaquent pas aux humains : l'aïeul Black conclut donc un traité avec eux, s'engageant à ne pas les chasser tant qu'ils ne s'aventurent pas sur les terres de la réserve. Jacob révèle alors que ces vampires sont la famille Cullen[T 7].

Leur forme animale est décrite comme « cinq fois plus grosse » que leur forme humaine[T 163]. À la transformation, leurs vêtements sont détruits[T 164]. Les loups peuvent être blessés, mais guérissent très vite[T 165].

Loups-garous[modifier | modifier le code]

Les Enfants de la Lune, ou loups-garous, sont décrits comme les plus farouches ennemis des vampires depuis la nuit des temps. Caïus affirment que les vampires ont dû les chasser jusqu’à les exterminer, au moins en Europe et en Asie. Edward les différencie des modificateurs quileutes, qui se transforment quand ils le veulent et ne peuvent pas infecter quelqu’un pour le transformer à son tour[T 154]. Les Enfants de la Lune sont généralement solitaires et ne peuvent pas se contrôler. Ils terrifient Caïus, qui a failli perdre un combat contre l’un d’entre eux. Ils se transforment à la pleine lune, mais ne peuvent pas être arrêtés par des balles d’argent : il s’agit d’un mythe inventé par les humains pour se rassurer[T 166].

Lieux[modifier | modifier le code]

Forks[modifier | modifier le code]

Centre-ville[modifier | modifier le code]

Le père de Bella, Charlie, vit à Forks, une ville décrite comme « une bourgade insignifiante appelée Forks où la couverture nuageuse est quasi-constante »[T 167]. C'est là que se déroule l'essentiel de l'histoire. La ville de Forks a amélioré son économie grâce au tourisme des fans des romans[24]. Forks reçoit en moyenne 8 000 touristes chaque mois[25] et a été décrite comme la Mecque des Twilighters[26]. À l’annonce des plans de rénovation du lycée de Forks, les fans de Twilight ont participé à une collecte de dons pour sauvegarder les murs en brique du bâtiment[27].

Le magasin des Newton s'appelle Chez Newton. Au Nord de la ville, il se targue d'être « Le Spécialiste des activités de plein air »[T 168].

Le Lodge est le seul restaurant à proprement parler de Forks, que Bella trouve trop cher et vulgaire, tandis que son père adore s'y rendre. Il est décoré d'un wapiti empaillé et sert des côtelettes[T 169].

Maison des Swan[modifier | modifier le code]

Les Swan vivent dans une maison de trois pièces, achetée par Charlie et Renée, les parents de Bella, au début de leur mariage[T 170]. Dans cette maison, Bella a la grande chambre à l'ouest du premier étage. Elle a des « murs bleu clair, [un] plafond incliné, [des] rideaux de dentelle jaunie à la fenêtre »[T 171].

Maison des Cullen[modifier | modifier le code]

La maison des Cullen est au Nord de Forks, au milieu de la forêt, au bout d’un chemin de terre dissimulé. Il s’agit d’une villa blanche à trois niveaux, rectangulaire et visiblement ancienne[T 172]. Le rez-de-chaussée est entièrement ouvert. La façade sud est remplacée entièrement par des vitres, le jardin s’étendant jusqu’à la rivière. Un escalier à révolution occupe l’ouest de la salle. La pièce entière est dans des tons très clairs, y compris les hauts plafonds dont les poutres sont apparentes. La pièce est décorée de tapis. Une estrade soutient un immense piano à queue[T 173].

Le bureau de Carlisle a un plafond haut et des grandes fenêtres donnant sur l'Ouest. Les murs sont couverts de bois sombre et d'imposantes bibliothèques. Un mur en particulier est orné de nombreux tableaux de styles et de tailles très variables[T 174].

La chambre d'Edward donne sur le Sud et a une façade toute en verre. Un mur est entièrement tapissé d'étagères de CD, avec une chaîne sophistiquée dans un coin. Il n'y a pas de lit, mais un canapé en cuir noir. Le sol est couvert d'une épaisse moquette dorée et les murs sont décorés de tentures également dorées[T 175]. Edward réaménage complètement sa chambre pour Bella dans le troisième tome. Il déplace les meubles et y installe un lit à baldaquin immense[T 176].

Cottage des Cullen[modifier | modifier le code]

Le cottage de Bella et Edward se situe dans une clairière perdue dans les bois entourant Forks. Il est tout en pierre et un de ses murs est couvert de chèvrefeuille ; les tuiles sont en bois. Un petit jardin décore les abords du cottage. Il s'agit d'une vieille maison, qui tombe en ruine depuis plus d'un siècle mais qu'Esmé a rénovée pour le plaisir. Le sol est fait de pavés bruts et le plafond, assez bas pour que Jacob doive s'y déplacer voûté, est constitué de grosses poutres. Les meubles sont éclectiques, pourtant harmonieux, avec notamment une bibliothèque italienne très fournie et quelques tableaux provenant de la collection de Carlisle[T 177].

Clairière[modifier | modifier le code]

La clairière où Bella découvre que la peau des vampires brille au soleil est un lieu rêvé par Stephenie Meyer ; c'est ce rêve qui pousse l'autrice à se lancer dans l'écriture d'un roman[1]. La clairière se trouve à dix kilomètres de marche de la route la plus proche[T 178]. Elle est décrite ainsi :

« Franchissant la dernière rangée de fougères, j'entrai dans l'endroit le plus ravissant du monde. La clairière, petite et parfaitement ronde, était tapissée de fleurs violettes, jaunes et blanches. À quelques mètres de là, murmurait un ruisseau. Le soleil tombait droit sur nous, noyant la place sous un halo de lumière mordorée. Intimidée, j'avançai lentement dans l'herbe tendre, les pétales chatoyants, l'air tiède et doré. »

— Fascination, Chapitre 12[T 179]

La Push[modifier | modifier le code]

La Push est « la minuscule réserve indienne située sur la côte »[T 180] où vivent les Quileutes. Les lycéens se rendent à la réserve pour sortir à la plage[T 181]. La Push semble comporter plusieurs plages ; celle où se rendent les lycéens pour fêter le printemps s'appelle First Beach[T 182]. Elle mesure deux kilomètres de longueur[T 183].

La réserve se trouve à 25 km de Forks. La route menant de la ville à La Push est bordée de forêts et croise deux fois la rivière Quillayute[T 184].

La maison en rondins des Black se situe à La Push. Elle est petite et ornée de fenêtres étroites ; ses façades étaient peintes en rouge, mais la peinture est abîmée[T 185].

La maison d'Emily et Sam Uley est minuscule. Elle a des murs gris défraîchis et une porte bleue délavée, ainsi qu'une unique fenêtre. Emily s'y consacre au jardinage, faisant pousser des soucis colorés sous sa fenêtre[T 186]. La pièce principale est un salon ouvert sur la cuisine, qui a un plancher et des placards clairs. Elle décore sa table à manger d'un broc rempli de fleurs des champs[T 187].

Autres lieux de l'État de Washington[modifier | modifier le code]

Plusieurs scènes des romans se déroulent à Port Angeles, présentée comme un « joli petit piège à touristes » et ville commerçante la plus proche de Forks[T 188].

Pour certaines occasions, les personnages se rendent à Seattle.

Volterra[modifier | modifier le code]

Une ville à flanc de colline.
La ville de Volterra, en Italie.

Volterra est une ville perchée sur une colline, entourée de remparts antiques et de tours couleur sienne[T 189].

L'antre des Volturi est accessible en se glissant dans un trou de la chaussée, similaire à une bouche d'égout donnant sur un ensemble de tunnels sombres. Au bout du souterrain, il y a une grille imposante ainsi qu'une petite porte grillagée débouchant dans une grande salle lumineuse. De l'autre côté de la pièce, il y a une nouvelle porte de bois[T 190]. Un ascenseur mène ensuite à une réception de bureau chic, décorée d'une épaisse moquette vert foncé et de tableaux représentant des paysages toscans et sans fenêtres[T 191]. Un ensemble de couloirs et de pièces somptueuses mène enfin à une salle en pierre sombre et froide qui donne sur une pièce caverneuse ronde et bien éclairée par des longues meurtrières très hautes. Les seuls meubles sont des trônes de bois épousant l'arrondi des murs et une légère dépression dans le sol[T 192].

Autres lieux[modifier | modifier le code]

La mère de Bella, et sa fille avant le début des romans, vit à Phoenix. Au début des romans, elle déménage temporairement en Floride avec son nouveau compagnon, Phil, un joueur de base-ball professionnel[T 193].

Genre littéraire[modifier | modifier le code]

La série Twilight est au croisement des genres littérature Young Adult, fantasy et romance. Meyer elle-même qualifie son premier roman de « suspense romance horreur comédie ». Elle ajoute qu’elle considère que ses romans tombent surtout dans la catégorie romance[28]. L’histoire se concentre en effet essentiellement sur l’histoire d’amour difficile entre Bella et Edward, ainsi que sur le triangle amoureux formé avec Jacob[29]. Les romans évitent de parler de sexualité, de drogue ou d’utiliser du langage obscène, Meyer estimant que « les adolescents n’ont pas besoin qu’on leur raconte du sexe »[30]. Meyer affirme que ses livres parlent « de vie, pas de mort » et « d’amour, pas de désir »[31].

Le terme de bit lit est inventé en 2008 par les directeurs éditoriaux de la maison d'édition française Milady pour définir à posteriori la série Twilight et les ouvrages qu'elle a inspirés ou remis sur le devant de la scène[32]. Si Twilight est à l'origine du courant[33], la série est rapidement rejetée par une partie des fans de ce courant, le genre étant vu comme très érotisé et donc adapté à un public très différent[34]. Si le terme est inventé à la suite de la réussite de Twilight, il s'applique à de nombreuses séries plus anciennes, comme Journal d'un vampire, La Communauté du Sud ou encore Buffy contre les vampires[3].

Meyer affirme avoir eu beaucoup de mal à catégoriser l’histoire : elle raconte qu’on attend quelque chose de beaucoup plus sombre de la part d’une histoire de vampires, ou de plus léger si on parle d’un roman se passant au lycée, ce qui l’a longtemps empêchée de décrire son œuvre[35].

Twilight est aussi comparé à la chick lit, qui ne touche cependant normalement pas aux sujets fantastiques. Il s'apparente plutôt à la romance paranormale, dans la continuité des romans Harlequin[34]. Il s'inspire également de la littérature courtoise, qui date du Moyen-Âge, en particulier avec sa figure du puer senex, le « jeune homme vieux » que représente Edward avec son siècle de sagesse et sa beauté d'adolescent[36].

Thèmes[modifier | modifier le code]

Inspiration[modifier | modifier le code]

Chaque livre de la série s’inspire librement d’un classique littéraire. Le premier tome se base sur Orgueil et Préjugés de Jane Austen, Tentation s’appuie sur Roméo et Juliette de William Shakespeare. Hésitation s’inspire de l’ouvrage Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë et le dernier tome reprend les idées de la comédie Le Songe d'une nuit d'été, également par Shakespeare[37].

Meyer affirme également avoir été très influencée par Orson Scott Card et par le roman Anne… la maison aux pignons verts[38]. Les Cullen sont créés à partir de la propre famille de Meyer[39] et des X-Men[40]. Meyer mentionne enfin l’influence de Jane Eyre, de la chaîne de télévision HGTV et des films Iron Man, Baby Mama, L'Incroyable Destin de Harold Crick et Quelque part dans le temps[40].

Isabelle Rachel Casta, chercheuse en littérature notamment fantastique[41], affirme que l'œuvre se réclame de la littérature courtoise moyenâgeuse, récupérant en particulier les thèmes de vie et de mort comme dans Tristan et Iseut[36].

Religion[modifier | modifier le code]

Meyer appartient à l’église de Jésus-Christ des saints des derniers jours et affirme que la foi a influencé ses écrits. Elle dit que ses personnages tendent à faire preuve de beaucoup d’introspection en raison de cette influence religieuse[42]. Elle évite également le sujet de la sexualité, malgré la nature romantique des romans. Elle affirme qu’elle ne cherche pas à ajouter une influence mormone à ses romans, ni à promouvoir l’abstinence sexuelle et la pureté spirituelle, mais que ses romans sont naturellement influencés par ses convictions[43].

Angela Aleiss, de Religion News Service, souligne que la religion mormone autorise l’avortement en cas de danger pour la mère, ce qui est bien le cas dans les romans : le message anti-avortement du dernier tome n'est donc pas d'ordre purement religieux[44].

Lucie Bernard, chercheuse en littérature jeunesse anglophone[45], note l'influence de la religion mormone en particulier dans la préparation des noces et du mariage par la famille du marié ; en effet, Alice, la sœur du marié, s'occupe de toute la préparation de Bella, allant jusqu'à choisir la lingerie qu'elle doit porter pendant le voyage de noces[36].

Rapport à l'amour[modifier | modifier le code]

L’idée de choix et de libre arbitre est au cœur de la série[46],[47]. Meyer affirme que les romans tournent autour de deux choix principaux : celui de Bella, qui veut vivre comme elle l’entend, et celui des Cullen, qui refusent d'accéder à sa volonté d'être transformée. Elle affirme qu’il s’agit de « la métaphore suivie de [ses] vampires » : le fait qu’où qu’on soit et quelle que soit notre nature innée, on peut toujours choisir de s’en éloigner[47].

Les romans analysent également en détail les conduites à risque associées aux problématiques de séparation forcée entre Bella et Edward. Bella se met en effet en danger parce qu'elle est en profonde détresse en raison de l'incapacité d'Edward à la protéger lorsqu'il se sépare d'elle[48].

Isabelle Rachel Casta explique le succès de la série par sa description de l'amour éternel. Le cœur de cible des romans appartient, statistiquement, à deux-tiers à des familles monoparentales ou recomposées. Les lectrices voient les adultes de leur entourage échouer à maintenir leurs relations amoureuses, et Stephenie Meyer leur propose, avec Twilight, une fable d'amour éternel et inconditionnel avec le prince charmant[36].

Comparaison avec Harry Potter[modifier | modifier le code]

La popularité de Twilight est souvent comparée avec celle de la série Harry Potter[49],[50]. Le Phoenix New Times estime que les fans de Meyer rappellent les fans de Harry Potter[51]. Le Daily Telegraph qualifie Twilight de successeur spirituel de Harry Potter[52]. Rebekah Bradford, du The Post and Courier, ajoute que la série touche de nombreux publics, comme les romans Harry Potter avant eux[53]. D’après le Daily Telegraph, de nombreux fans pourraient dire que la série Twilight a « comblé le vide laissé par Harry Potter »[54].

Meyer a refusé ces comparaisons. Elle y répond que s’il est flatteur d’être comparée à J. K. Rowling, il n’y aura jamais une autre Rowling. Elle ajoute que leurs audiences sont effectivement plus proches l’une de l’autre que les autrices, étant toutes deux motivées à voyager et à s’investir dans les mondes fictifs créés pour elles[55].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L’accueil de Twilight est particulièrement inégal : les romans deviennent très populaires et tout aussi critiqués. The Times fait l’éloge de la série, affirmant qu’elle retranscrit parfaitement le sentiment adolescent de tension sexuelle et d’aliénation[56]. D’autres critiques qualifient les romans de fantasy exquise[57] ou de mélange fascinant de romance et d’horreur[58]. Lev Grossman affirme que les livres rappellent le monde de la fanfiction, mais reste positif et compare la série à celles du Seigneur des Anneaux et de Harry Potter.[réf. nécessaire]

Le Seattle Post-Intelligencer qualifie le roman de nouveau roman ado à la mode[59]. Entertainment Weekly appelle Meyer l’autrice de romans de vampires la plus populaire depuis Anne Rice[60], tandis que le New York Times décrit Twilight comme un phénomène littéraire[61]. Matt Arado, du Daily Herald, affirme que les romans Twilight sont le phénomène littéraire le plus connu depuis les romans Harry Potter[62].

De nombreux critiques remarquent aussi la communauté de fans des ouvrages, très active en ligne et parfois comparée à une secte[63]. En dehors de ces larges groupes de fans, le plus souvent composés d’adolescentes, les romans ont une audience plus étendue : Crystal Mack, du Daily Herald, affirme que les garçons et les adultes de tous les genres participent à leur popularité[64].

Ventes[modifier | modifier le code]

La semaine de sa sortie, Tentation est en cinquième position de la New York Times Best Seller list pour les livres jeunesse à chapitres, et prend la première place la semaine suivante, y restant onze semaines. Au total, l’ouvrage passe plus de 50 semaines sur la liste[65]. Après la sortie d’Hésitation, les trois premiers tomes passent 143 semaines en cumulé dans la liste des best-sellers du New York Times[66]. Le quatrième tome est imprimé à 3,7 millions d’exemplaires[67], dont 1,4 millions sont vendus le premier jour, un record pour Hachette Livre[68]. La saga, très populaire parmi les lectrices adolescentes, s'est vendue à plus de 100 millions d'exemplaires dans le monde[69] dont 48 millions aux États-Unis et 4,6 millions en France[14]. Si la série est presque immédiatement populaire en Europe, elle tarde à se faire connaître en France, où elle gagne en notoriété seulement à la sortie de Révélation[1].

En France, le premier tome sort sans aucun plan marketing chez Hachette Jeunesse, d'où le succès tardif dû exclusivement au bouche-à-oreille[34]. Le bouche-à-oreille sur Internet est un élément très important de la popularité des romans dans le monde entier. La place d'Internet marque un tournant dans le marketing de la littérature jeunesse, dépassant de loin l'impact de tous les efforts marketing envisageables[1]. L'histoire se diffuse via des blogs, des forums et des fanfictions[34]. La série s'appelle Saga du désir interdit, mais les fans utilisent son nom anglais et le nom français finit par disparaître y compris chez Hachette[36].

Le succès de Twilight cause une forte hausse des ventes des éditions des Hauts de Hurlevent, que Stephenie Meyer cite régulièrement dans les romans ; une réédition du roman en anglais professe en page de couverture qu'il s'agit du roman favori de Bella et d'Edward[48].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2008 et 2009, les quatre tomes de la série prennent les quatre premières places de la liste des best-sellers de USA Today, faisant de Meyer la première autrice à remplir le podium[70],[71].

En 2009, la série gagne le Kids' Choice Awards du Meilleur Livre, battant la série Harry Potter[72].

Le , BBC News ajoute la série Twilight à sa liste des 100 romans qui ont eu le plus d’influence[73].

Critiques[modifier | modifier le code]

Mauvaise image des romans[modifier | modifier le code]

À la sortie des premiers livres, les commentaires du lectorat sont unanimement positifs. De 2006 à 2007 paraissent les premiers avis négatifs, et en 2009 l'œuvre reçoit des avis généralement négatifs, les personnes ayant apprécié leur expérience de lecture commençant à s'en excuser[34]. Un décalage conséquent entre expérience de lecture et image publique apparaît sur les sites de lecture comme Babelio, où les avis les plus négatifs sont beaucoup plus recommandés que les avis positifs[34].

Sur YouTube s'organisent des Book Burning Parties (« Autodafés festifs ») lors desquelles des personnes se filment en train de brûler les livres de la saga. Des mouvements d'anti-fan se développent et s'organisent en communautés. Ils ont lu tous les romans, vu tous les films, et les critiquent et s'en moquent ouvertement. Souvent, ces personnes critiquent les fans de Twilight, par exemple en s'appuyant sur leurs fautes d'orthographes, ou utilisent des figures d'autorité, en particulier Stephen King qui a critiqué la saga[34].

Du côté des universités, la tradition peine à laisser la place à la littérature de divertissement adolescent contemporain. Les études de Twilight et d'œuvres similaires se résument souvent au travail des aca-fans[36].

Les critiques faites aux romans s'expliquent en partie par le discrédit qui touche l'ensemble de la littérature sentimentale pour jeunes filles. De nombreux commentaires homophobes et sexistes peuvent être retrouvés dans les critiques des anti-fans les plus excessifs. La passivité de Bella est immédiatement imputée aux lectrices, souvent également accusées d'hystérie[34]. La série appartient également plus généralement à un genre peu respecté, celui du roman d'amour'"`UNIQ--nowiki-0000037F-QINU`"'3'"`UNIQ--nowiki-00000380-QINU`"'.

Faiblesse de l’écriture[modifier | modifier le code]

Le style d’écriture de Stephenie Meyer a été critiqué[74]. Stephen King affirme que Stephenie Meyer ne sait pas écrire[75],[76]. Il ajoute cependant comprendre l’intérêt des fans pour la série, voyant que Meyer parvient à concilier amour et sexualité de façon excitante mais non menaçante pour toute une génération d’adolescentes[76].

Robin Browne compare Harry Potter et Twilight[77], disant que le premier parle de confronter ses peurs, de trouver sa force intérieure et de combattre l’adversité, tandis que Twilight parle de l’importance d’avoir un copain[78]. Laura Miller, de Salon.com, écrit que les personnages n’ont aucune personnalité et que l’histoire serait bien plus convaincante si elle n’associait pas l’importance de la beauté intérieure tout en insistant sur la beauté bien extérieure d’Edward[79].

Isabelle Rachel Casta, quant à elle, commente que les repères utilisés par Stephenie Meyer sont « extrêmement lettrés et subtils » et que la faiblesse du style s'explique au moins en partie par les contraintes imposées par des maisons d'éditions, qui imposent l'utilisation de phrases courtes et simples dans les romans pour jeunes femmes américaines[36].

Misogynie[modifier | modifier le code]

Les livres ont souvent été qualifiés de misogynes, surtout parce qu’ils idéalisent une relation de maltraitance émotionnelle et physique. La relation de Bella et d’Edward remplit l’intégralité des quinze critères de la National Domestic Violence Hotline (en) pour identifier une relation abusive[80]. Un bibliothécaire affirme ne pas vouloir mettre Twilight en prêt, estimant que les romans normalisent des comportements abusifs et en particulier le stalking[81]. Plusieurs psychologues s’insurgent eux aussi contre les violences conjugales présentées dans les romans[82],[83],[84],[85],[86]. D'autres auteurs commentent que Bella illustre le complexe de Cendrillon, restant une « gentille fille » très passive, à l'opposé d'autres figures du genre comme Hermione Granger et Katniss Everdeen[34].

De nombreux médias féministes ou féminins affirment que Twilight est une œuvre sexiste[87],[88],[89]. Bitch Magazine affirme que l’abstinence forcée de Bella l’objectifie autant que si l’ouvrage était ouvertement érotique : la perte de virginité de Bella lui fait perdre son identité et jusqu’à sa vie[90]. Bella n'est par ailleurs jamais décrite comme belle jusqu'à l'occasion de son mariage, et quelques jours plus tard, la perte de sa virginité la rend hideuse et maladive[33]. Bella Swan est fragile, délicate, désirable et s'épanouit dans la sphère du foyer, entre lecture et activités ménagères, en particulier en cuisinant tous les dîners de son père. Edward, quant à lui, est décrit comme fort, dangereux, désirant et dominateur[32].

Ms. déclare que Twilight promeut une relation abusive et une morale anti-avortement[91]. Cependant, d’autres critiques dont Angela Aleiss de Religion News Service soulignent que la religion mormone autorise l’avortement en cas de danger pour la mère, ce qui est bien le cas dans les romans[44].

Meyer, qui revendique son choix d'être femme au foyer'"`UNIQ--nowiki-000003CA-QINU`"'3'"`UNIQ--nowiki-000003CB-QINU`"', répond à ces critiques que les romans se concentrent sur le choix de Bella, ce qu’elle perçoit comme fondamentalement féministe, et que l’image de demoiselle en détresse de Bella n’est due qu’à sa nature humaine et non à sa personnalité[92]. Elle ajoute que Bella ne mérite pas d’être critiquée « juste parce qu’elle ne fait pas de kung fu et qu’elle cuisine pour son père »[93]. Bella fait effectivement de nombreux choix indépendants, dont celui de déménager, celui de combattre des personnes qui veulent la tuer, et celui de devenir une vampire pour pouvoir être à égalité avec son compagnon[94],[95].

L'histoire n'est finalement pas tant sexiste qu'ancrée dans un monde où le patriarcat, la violence dans les relations amoureuses et l'objectification sexuelle sont tenus pour acquis. Dans Twilight, la femme est l'héroïne, échappant à des tropes extrêmement communs comme celui de la femme dans le frigo. Lucie Bernard ajoute, au sujet de cette approche active dans un monde sexiste, bien que sans remise en cause de l'ordre établi, que « les adolescentes auront besoin de ces histoires tant qu'elles se sentiront exposées à la violence dans le cadre de relations hétérosexuelles »[36]. Dans sa thèse, Bernard indique que Twilight ne cherche pas à questionner le genre féminin mais à mettre en scène « une féminité présentée comme absolue et naturelle » [32]; le discours sur le genre est très normatif[3].

Critique de l'image des vampires[modifier | modifier le code]

De nombreux critiques ont reproché à Twilight de dénaturer l'image des vampires[34]. Les romans parlent de vampires, mais les vampires de Twilight sont différents de ceux des mythes classiques. Les vampires de Twilight ne craignent pas le soleil, ils y brillent ; ils peuvent boire du sang d’animal ; et ils ont des dents très fortes, plutôt que des crocs. Meyer commente qu’elle ne s’est pas renseignée sur la nature des vampires, n’ayant pas cherché à les comparer à ceux d’autres auteurs avant de savoir que ses romans seraient publiés et ne voulant pas recommencer son travail une fois qu’elle l’avait confirmé[96].

Des critiques ont reproché à la saga de Stephenie Meyer d'avoir sorti le vampire des cercles de connaisseurs, le rendant par le fait même "banal" et "commun"[97]. En effet, les fans de la saga ne lisant généralement ces livres que pour l'histoire d'amour, car en général, ils ne liront pas de romans plus "classiques" sur le vampirisme, propageant ainsi une vision faussée et édulcorée du mythe dans la société[98].

Si chaque auteur parlant de vampires a créé ses propres spécificités, la différence essentielle entre les vampires de Meyer et ses prédécesseurs est une différence de genre : on n'est plus dans le domaine de l'horreur mais dans celui de la romance, ce qui rejoint l'humanisation des vampires déjà amorcée par Anne Rice[34].

Accusation de plagiat[modifier | modifier le code]

En , l’actrice Jordan Scott accuse Stephenie Meyer d'avoir plagié son roman The Nocturne dans son tome 4, Révélation (Breaking Dawn). Sa plainte vise, dans l'immédiat, à faire suspendre les ventes du tome 4 et geler son adaptation en film. Toutefois, ses chances d'aboutir apparaissent faibles, essentiellement parce que Meyer avait déposé Forever, Dawn sous droits d'auteur dès 2004, alors que les éléments d'intrigue de The Nocturne n'ont été publiés qu'en 2008. Or, les éléments-clés de l'intrigue du tome 4 apparaissaient déjà dans le prototype de Forever, Dawn[99].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Logo de la franchise

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le manga Twilight[modifier | modifier le code]

La saga a aussi été retranscrite sous forme de roman graphique par Young Kim sur le scénario de Stephenie Meyer. Le premier volume est sorti en France chez Pika Édition, sous le titre Twilight : Fascination, volume 1 le , en sortie simultanée avec la version américaine chez Yen Press. Stephenie Meyer a déclaré : « La transformation en images par Young Kim des mots que j'ai écrit est formidable. Les personnages et les scènes sont très proches de ce que j'imaginais pendant que je rédigeais la série »[100].

Cette adaptation est donc directement inspirée des romans originaux. Young Kim a travaillé en noir et blanc principalement, mais aussi introduit quelques pages en couleur disséminées à travers le premier volume afin d'accentuer certaines scènes fortes[101].

Livres audio[modifier | modifier le code]

Les romans sont disponibles en livres audio, édition Audiolib[102].

Postérité[modifier | modifier le code]

Effet sur l'économie[modifier | modifier le code]

Courant de littérature[modifier | modifier le code]

Twilight fait naître tout un courant littéraire mélangeant vampires et romantisme pour adolescentes, ce qui était jusque-là réservé au Journal d'un vampire. En fait notamment partie Les Vampires de Manhattan, qui reçoit un accueil très positif[36].

Parodies et références[modifier | modifier le code]

De nombreuses parodies de Twilight sont créées sur différents supports. Elles jouent souvent sur l'homosexualité supposée des personnages, vampires à l'esthétique dandy ou loups-garous rappelant l'esthétique des chippendales, en particulier dans Mords-moi sans hésitation, film de Aaron Seltzer sorti en 2010[33]. La même année sort le film pornographique gay Twinklight, réalisé par Afton Nills pour Xtrème productions[33].

En 2012, E. L. James publie Cinquante nuances de Grey, une adaptation de sa fanfiction de Twilight dont les personnages principaux étaient Bella et Edward[103].

Notes et références[modifier | modifier le code]


Références générales[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « "Twilight" sur les traces d'Harry Potter », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mai 2020)
  2. Michael R. Walker, « A Teenage Tale With Bite », BYU Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 1er août 2008)
  3. a b c d e f g h et i Bernard 2016.
  4. Lev Grossman, « Stephenie Meyer: A New J.K. Rowling? », Time,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2008)
  5. Rassial, Jean-Jacques, (1950- ...). et Chevalier, Fanny, (1983- ...)., Genre et psychanalyse : la différence des sexes en question, Érès éditions, dl 2016, cop. 2016 (ISBN 978-2-7492-5047-2 et 2-7492-5047-1, OCLC 946508151, lire en ligne)
  6. Kathleen Rosman, « The Death of the Slush Pile », Wall Street Journal, Dow Jones & Company,‎ (lire en ligne, consulté le 27 janvier 2015)
  7. Cecelia Goodnow, « Harry Potter and the Last Flight », Seattle Post-Intelligencer,‎ (lire en ligne, consulté le 27 avril 2009)
  8. Megan Irwin, « Charmed », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2008)
  9. Stephenie Meyer, « Breaking Dawn », (consulté le 12 décembre 2008)
  10. (en) Midnight Sun: Edward's Version of Twilight sur stepheniemeyer.com.
  11. Stephenie Meyer va reprendre l’écriture de "Midnight Sun" sur elbakin.net.
  12. « Twilight : le nouveau tome prévu pour le 4 août 2020 », sur fr.wikinews.org (consulté le 7 mai 2020)
  13. « Twilight author Meyer to publish next book for free », The Australia Times,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2010)
  14. a et b Stephenie Meyer annonce la sortie du 5e volet de la saga Twilight sur cosmopolitan.fr.
  15. « Twilight Series | The Short Second Life of Bree Tanner », StephenieMeyer.com (consulté le 29 juillet 2011)
  16. (en) Stephenie Meyer, Twilight Tenth Anniversary/Life and Death Dual Edition, Little, Brown Books for Young Readers, (ISBN 9780316268394, lire en ligne)
  17. « The Twilight Saga: The Official Illustrated Guide » [archive du ], The Twilight Saga, (consulté le 27 mai 2011)
  18. Jennifer Schuessler, « Best Sellers - The New York Times », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2011)
  19. Jennifer Schuessler, « Best Sellers - The New York Times », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2011)
  20. Jennifer Schuessler, « Best Sellers - The New York Times », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2011)
  21. (en) The Story Behind the Writing of New Moon sur stepheniemeyer.com.
  22. (en) Frequently Asked Questions: Breaking Dawn sur stepheniemeyer.com.
  23. a et b (en-US) « Every Major Twilight Character From Weakest To Most Powerful, Officially Ranked », sur ScreenRant, (consulté le 8 mai 2020)
  24. Marc Ramirez, « Fans of "Twilight" vampire series pump new blood into Forks », The Seattle Times,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2008)
  25. Kay O'Sullivan, « Small English town becomes Twilight zone », The Age, Melbourne,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juillet 2009)
  26. Jane Margolies, « 'Twilighters' Put Small Town in the Spotlight », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2009)
  27. Paige Dickerson, « Twilight fans campaign to donate to help save brick building of Forks High School », Peninsula Daily News,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2008)
  28. Gregory Kirschling, « Stephenie Meyer's 'Twilight' Zone », EW.com, Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2008)
  29. Bob Meadows et Kari Lydersen, « Stephenie Meyer: Written in Blood », People, vol. 70, no 10,‎ (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2008)
  30. Jeffrey A. Trachtenberg, « Booksellers Find Life After Harry In a Vampire Novel », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2008)
  31. Eric Horng, « Will New Bestseller 'Eclipse' Harry Potter? », ABC News,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2008)
  32. a b et c Bernard.
  33. a b c et d Dupont, Sébastien, Paris, Hugues et Tisseron, Serge, L'adolescente et le cinéma : de "Lolita" à "Twilight, Érès, (ISBN 978-2-7492-3667-4 et 2-7492-3667-3, OCLC 843373293, lire en ligne)
  34. a b c d e f g h i j et k Alice Brière-Haquet, « Twilight : une critique en clair-obscur », Strenæ. Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance, no 12,‎ (ISSN 2109-9081, DOI 10.4000/strenae.1730, lire en ligne, consulté le 8 mai 2020)
  35. Rick Margolis, « Love at First Bite », (consulté le 11 décembre 2008)
  36. a b c d e f g h et i Épisode Twilight, ça mord encore ? de la série Programme B, d'une durée de 23 minutes et 41 secondes. Diffusé pour la première fois le 19 mai 2020 sur la chaîne Binge Audio. Visionner l'épisode en ligne
  37. Maurine Proctor, « Stephenie Meyer's Twilight » [archive du ], sur Meridian, (consulté le 11 décembre 2008)
  38. Rick Margolis, « Love at First Bite », (consulté le 11 décembre 2008)
  39. (en) Chris Ayres, « Why Stephenie Meyer is scared of fame », NZ Herald,‎ (ISSN 1170-0777, lire en ligne, consulté le 7 mai 2020)
  40. a et b Karen Valby, « Stephenie Meyer: 12 of My 'Twilight' Inspirations », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne, consulté le 5 novembre 2008)
  41. « Isabelle Casta », sur corsematin (consulté le 25 mai 2020)
  42. Jeffrey A. Trachtenberg, « Booksellers Find Life After Harry In a Vampire Novel », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2008)
  43. Tony-Allen Mills, « News Review interview: Stephenie Meyer », The Times, London,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2008)
  44. a et b Angela Aleiss, "Mormon Influence, Imagery Runs Deep through Twilight", Religion News Service, June 23, 2010.
  45. « Enseignants-chercheurs - Centre Interlangues - Université de Bourgogne », sur til.u-bourgogne.fr (consulté le 25 mai 2020)
  46. Rick Margolis, « Love at First Bite », (consulté le 11 décembre 2008)
  47. a et b Lev Grossman, « Stephenie Meyer: A New J.K. Rowling? », Time,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2008)
  48. a et b Françoise Hache-Bissette, « La Chick Lit : romance du XXIe siècle ? », sur cairn.info Accès payant, Le Temps des médias, (consulté le 8 mai 2020)
  49. Lev Grossman, « Stephenie Meyer: A New J.K. Rowling? », Time,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2008)
  50. Karen Valby, « Stephenie Meyer: Inside the 'Twilight' Saga », Entertainment Weekly, no 1002,‎ (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2008)
  51. Megan Irwin, « Charmed », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2008)
  52. « Stephenie Meyer: the million-dollar vampire mom » (profile), The Daily Telegraph, London,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2009)
  53. Rebekah Bradford, « 'Twilight' lightning for publishing », The Post and Courier, (consulté le 16 août 2009)
  54. « Twilight vampire series author Stephenie Meyer hailed as new JK Rowling », Daily Telegraph, London,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2009)
  55. Larry Carroll, « 'Twilight' Author Stephenie Meyer Sees J.K. Rowling As Kindred Spirit », sur moviesblog.mtv.com Movies Blog, (consulté le 7 décembre 2008)
  56. Amanda Craig, « New-Age vampires stake their claim », The Times, London,‎ (lire en ligne, consulté le 14 avril 2009)
  57. « Editorial Reviews », Amazon (consulté le 14 avril 2009)
  58. Norah Piehl, « Twilight », Teen reads (consulté le 14 avril 2009)
  59. « 'Twilight' takes place in Forks, Wash. », Seattle Post-Intelligencer,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2009)
  60. Gregory Kirschling, « Stephenie Meyer's 'Twilight' Zone », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne, consulté le 14 avril 2009)
  61. Julie Bosman, « Book Stokes Vampire Feverat Stores' Parties », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2009)
  62. Matt Arado, « Hype, excitement building for 'Twilight' finale 'Breaking Dawn' », Daily Herald, (consulté le 16 août 2009)
  63. Heather Green, « The Online Fan World of the Twilight Vampire Books », BusinessWeek,‎ (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2008)
  64. Crystal Mack, « Local libraries prepping for 'Twilight' finale », Daily Herald, (consulté le 16 août 2009)
  65. « Best Sellers: Children's Books », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2008)
  66. Lev Grossman, « Stephenie Meyer: A New J.K. Rowling? », Time,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2008)
  67. Brian Jacks, « 'Breaking Dawn' Sells 1.3 Million Copies in One Day », MTV.com,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2008)
  68. Carol Memmott, « Record-breaking sales for 'Breaking Dawn' », USA Today,‎ (lire en ligne, consulté le 19 septembre 2010)
  69. Le succès dans le sang : "Twilight", un jackpot pour l'auteur et son éditeur, sur lepoint.fr.
  70. « Sellers basked in Stephenie Meyer's 'Twilight' in 2008 », USA Today,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2009)
  71. Anthony Debarros, Mary Cadden, Kristin DeRamus et Christopher Schnaars, « Best-Selling Books: The top 100 for 2009 », USA TODAY,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2011)
  72. « Twilight », sur Kids' Choice Awards, Nickelodeon, (consulté le 23 avril 2009)
  73. (en-GB) « BBC Arts - The Novels That Shaped Our World - Explore the list of 100 Novels That Shaped Our World », sur BBC (consulté le 7 mai 2020)
  74. 6 bonnes raisons de revendre la série ‘Twilight’.
  75. Brain Tuitt, It's great to be the King, march 6–8, 2009, p. 7.
  76. a et b MSNBR, Today.com, (lire en ligne).
  77. « Harry Potter Vs. Twilight », sur CKL Hotsheet, Snout.org (consulté le 2 décembre 2013)
  78. Andrew Futral, « Andrew Futral, A Wonderful Man », sur Tumbler (consulté le 2 décembre 2013)
  79. Laura Miller, « Touched by a vampire », sur Salon, (consulté le 17 septembre 2008)
  80. Graeme McMillan, « Official: Twilight’s Bella & Edward Are In An Abusive Relationship », i09, (consulté le 21 novembre 2011)
  81. L Lee Butler, « Twilight and Abusive Relationships », ALA, (consulté le 21 novembre 2011)
  82. Wind Goodfriend, « Relationship Violence in "Twilight" », Psychology today, (consulté le 20 novembre 2011)
  83. Hollie McKay, « Hollywood Perpetuating Dangerous Images of Domestic Violence in Teen Romances, Experts Say », News, Fox,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2011)
  84. Owen Gleiberman, « Edward Cullen, stalker? Yes, but so is the hero of 'The Graduate' », EW, (consulté le 21 novembre 2011)
  85. Karen Nicoletti, « Ashley Greene on Breaking Dawn, Stephenie Meyer and Twilight’s Accidental Domestic Abuse », Movie line, (consulté le 21 novembre 2011)
  86. Ron Hogan, « Is Team Edward Enabling Domestic Violence? », sur 2009-11-30, Media bistro (consulté le 21 novembre 2011)
  87. Dodai Stewart, « Twilight’s Hero Is Abusive, Which Makes Him All The More Romantic », Jezebel, (consulté le 21 novembre 2011)
  88. Amelia McDonell-Parry, « "Twilight" Love Story Has All The Components of An Abusive Relationship », The Frisky, (consulté le 21 novembre 2011)
  89. Laura Miller, « Touched by a vampire », Salon, (consulté le 3 décembre 2009)
  90. Christine Seifert, « Bite Me! (Or Don't) », bitchmagazine.org (consulté le 3 décembre 2009)
  91. Natalie Wilson, « Breaking Dawn: Part 1—An Anti-Abortion Message in a Bruised-Apple Package », MS magazine, (consulté le 20 novembre 2011)
  92. « New Moon: The Story », StephenieMeyer.com (consulté le 13 novembre 2008)
  93. Karen Valby, « 'Breaking Dawn': 13 Notes for Newcomers », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2009)
  94. Shannon Simcox, « Twilight hatred too over the top » [archive du ], sur The Daily Collegian, PSU, (consulté le 16 juillet 2010)
  95. https://edition.cnn.com/2020/05/06/opinions/the-new-twilight-novel-we-dont-need-thomas/index.html
  96. « BookStories Interview with Stephenie Meyer » [archive du ], (consulté le 12 décembre 2008)
  97. Stephen King : Stephenie Meyer ne sait simplement pas écrire sur actualitte.com.
  98. Du sang neuf chez les vampires sur cyberpresse.ca.
  99. (en) Stephenie Meyer Accused Of Plagiarizing Novel For 'Breaking Dawn' sur mtv.com.
  100. 4e de couv. du livre. (ISBN 978-2-8116-0245-1).
  101. Critique du Graphic Novel Twilight sur shoshosein.com.
  102. Coffret Twilight (4 volumes) sur audiolib.fr.
  103. Catherine Dufour, « « Fifty Shades », pornographiquement correct », sur Le Monde diplomatique, (consulté le 8 mai 2020)
  104. « Dusk (parodie geek de Twilight) » (consulté le 19 novembre 2019)

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  1. Meyer 2005, Chapitre 1, Première Rencontre Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Il existe, dans la péninsule d'Olympic, […] la répulsion que m'inspirait Forks. ».
  2. Meyer 2005, Chapitre 1, Première Rencontre Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « C'est là, en pleine cantine […] se concentra tout à coup sur ses ongles. ».
  3. Meyer 2005, Chapitre 1, Première Rencontre Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Pendant que j'allais me présenter […] mon futur voisin. ».
  4. Meyer 2005, Chapitre 2, À livre ouvert Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « J'eus beau entendre très nettement […] mes pattes de mouche. ».
  5. Meyer 2005, Chapitre 3, Phénomène Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je me tenais derrière ma voiture […] conclure que j'étais cinglée. ».
  6. Meyer 2005, Chapitre 6, Histoires effrayantes Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Il m'avait devancé, […] éviter le territoire de la réserve. ».
  7. a b et c Meyer 2005, Chapitre 6, Histoires effrayantes Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Tu connais nos vieilles légendes ? […] avant même que vous, les Blancs, n'arriviez. ».
  8. Meyer, Chapitre 7, Cauchemar Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Papa, dis-je […] hasarda-t-il, étonné. ».
  9. Meyer, Chapitre 8, Port Angeles Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Le magasin était bien là […] un hurlement décent. ».
  10. Meyer, Chapitre 8, Port Angeles Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Tout à coup, des phares surgirent […] s'éloignaient d'un pas anxieux. ».
  11. Meyer, Chapitre 8, Port Angeles Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Va prévenir Jessica et Angela […] pas encore commencé à Port Angeles. ».
  12. Meyer, Chapitre 8, Port Angeles Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Très bien, lâchai-je […] me dire la vérité. ».
  13. Meyer, Chapitre 9, Théorie Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Ce que tu es n'a pas d'importance […] Nous restons une menace. ».
  14. Meyer, Chapitre 9, Théorie.
  15. Meyer, Chapitre 12, Équilibrisme Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « En gym, Mike […] me montrer aujourd'hui. ».
  16. Meyer, Chapitre 13, Confessions Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Le spectacle […] en s'esclaffant sèchement. ».
  17. Meyer, Chapitre 15, Les Cullen Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « C’est quoi le programme […] vue rentrer ? ».
  18. Meyer, Chapitre 15, Les Cullen Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Rien de très inquiétant […] insoucieuse de ses sarcasmes. ».
  19. Meyer, Chapitre 16, Carlisle Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « En fait, […] Tu en es ? ».
  20. Meyer, Chapitre 18, La traque Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Il se plaça […] près de Denali. ».
  21. Meyer, Chapitre 18, La traque Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « je dis à […] de la famille. ».
  22. Meyer, Chapitre 21, Coup de fil Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Bravo, Bella ! […] te rendre ensuite. ».
  23. Meyer, Chapitre 22, Cache-cache Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Nous arrivâmes à […] pu représenter autrefois. ».
  24. Meyer, Chapitre 22, Cache-cache Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Elle était là […] pied en l'air. ».
  25. Meyer, Chapitre 22, Cache-cache Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « et son pied […] Je perdis connaissance. ».
  26. Meyer, Chapitre 23, L'Ange Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Pourquio n'éteignaient-ils pas […] glisser dans l'inconscience. ».
  27. Meyer, Chapitre 24, Impasse Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Comment lui as-tu […] fut un choc. ».
  28. Meyer, Chapitre 24, Impasse Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Phil a été engagé ? […] que tu meures. ».
  29. Meyer, Épilogue Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « J'avais, victime impuissante, […] pensées désagréables. ».
  30. Meyer, Épilogue Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Bon sang, Jacob, […] faisait tellement mafia. ».
  31. Meyer, Chapitre 1, Fête Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Au fil des heures […] forcément beaucoup d'attention. ».
  32. Meyer, Chapitre 1, Fête Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Il était évident […] de gagner l'Amérique. ».
  33. Meyer, Chapitre 2, Quelques points de suture Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Guère ravi par […] stratégie anti-vomitive. ».
  34. Meyer, Chapitre 2, Quelques points de suture Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Non, ce n'est […] Ma berceuse. ».
  35. Meyer, Chapitre 3, La finUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Où est ta sœur ? […] Denali était compréhensible. ».
  36. Meyer, Chapitre 3, La finUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Laissant tomber son […] allait-il durer ? ».
  37. Meyer, Chapitre 3, La finUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Comme prévu, il me précéda […] la sensation d'étouffer. ».
  38. Meyer, Chapitre 3, La finUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je crus qu'il répondait […] au-dessus de moi. ».
  39. Meyer, Chapitre 3, La finUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Où sont-ils […] bouchai les oreilles. ».
  40. Meyer, Chapitre 4, Le réveilUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Le temps passe […] dans ma réponse. ».
  41. Meyer, Chapitre 4, Le réveilUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Sa voix trahissait […] à la discussion ».
  42. Meyer, Chapitre 4, Le réveilUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je m'arrangerai […] l'occasion de répondre. ».
  43. Meyer, Chapitre 4, Le réveilUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Parce que Charlie […] me préparer mentalement. ».
  44. Meyer, Chapitre 4, Le réveilUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Jess avait cessé […] ça me rattraperait. ».
  45. Meyer, Chapitre 5, La tricheUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je soufflai […] pièces de l'autre ».
  46. Meyer, Chapitre 5, La tricheUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Il avait raison […] vais le chercher. ».
  47. Meyer, Chapitre 5, La tricheUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Tu t'y connais […] guère le choix. ».
  48. Meyer, Chapitre 7, RépétitionUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Sérieux, tu n'en […] contre la mienne. ».
  49. Meyer, Chapitre 7, RépétitionUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Le mardi, […] demandai-je. ».
  50. Meyer, Chapitre 7, RépétitionUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Jake... […] m'exclamai-je, irritée. ».
  51. Meyer, Chapitre 7, RépétitionUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « C'est Embry […] me dévisagea bizarrement. ».
  52. Meyer, Chapitre 9, La chandelleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Pourquoi pas ? […] crtique est excellente. ».
  53. Meyer, Chapitre 9, La chandelleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Juste une seconde […] ces derniers temps. ».
  54. Meyer, Chapitre 10, La clairièreUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Jacob ne rappela […] mis les pieds. ».
  55. Meyer, Chapitre 10, La clairièreUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je n'aurais pas […] pensais en Alaska. ».
  56. Meyer, Chapitre 10, La clairièreUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « De moi, […] pas comme ça. ».
  57. Meyer, Chapitre 10, La clairièreUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « éprouver du soulagement […] dans les sous-bois. ».
  58. Meyer, Chapitre 11, La secteUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Le vendredi après-midi […] trop tard, peut-être. ».
  59. Meyer, Chapitre 11, La secteUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Un grand gaillard […] la fenêtre ouverte. ».
  60. Meyer, Chapitre 11, La secteUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Un mouvement […] trahissaient leurs yeux. ».
  61. Meyer, Chapitre 11, La secteUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Tu te souviens […] à peine audible. ».
  62. Meyer, Chapitre 12, Le visiteurUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Terrorisée, j'ouvris […] garder l'équilibre. ».
  63. Meyer, Chapitre 12, Le visiteurUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Une boule m'empêchait […] même pas humain. ».
  64. Meyer, Chapitre 13, TueurUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Jacob me serrait […] en quelque sorte. ».
  65. Meyer, Chapitre 14, Une familleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Lui et ses frères […] de nouvelle incursion. ».
  66. Meyer, Chapitre 15, PressionUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « expliquait sûrement […] combler mon manque. ».
  67. Meyer, Chapitre 16, PârisUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « En dépit des […] je la reconnus. ».
  68. Meyer, Chapitre 16, PârisUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Non, non. […] Sue, Leah et Seth... ».
  69. Meyer, Chapitre 16, PârisUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Oh ! souffla Jacob […] voiture de Carlisle. ».
  70. Meyer, Chapitre 17, RetrouvaillesUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Il n'habite pas […] soudain soucieuse.) ».
  71. Meyer, Chapitre 17, RetrouvaillesUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Il est absent […] avoir été impoli. ».
  72. Meyer, Chapitre 17, RetrouvaillesUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Brusquement, ses yeux […] une inclinaison bizarre. ».
  73. Meyer, Chapitre 18, L'enterrementUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Bella, murmura Alice […] à souhaiter mourir... ».
  74. Meyer, Chapitre 18, L'enterrementUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je fus soudain […] peu de répit. ».
  75. Meyer, Chapitre 20, VolterraUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Soudain, je l'aperçus […] pas qui l'exposerait. ».
  76. Meyer, Chapitre 21, VerdictUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Edward laissa échapper […] plus de problème ».
  77. Meyer, Chapitre 22, Vol de nuitUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Du coup, le silence […] de sa chemise. ».
  78. Meyer, Chapitre 23, VéritéUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Les Volturi ne […] Trente ans ! ».
  79. Meyer, Chapitre 24, Le voteUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « J'ignorai le grondement […] Carlisle de commencer. ».
  80. Meyer, Chapitre 24, Le voteUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Cette fois, je me […] qu'avait prise Edward. ».
  81. Meyer, Chapitre 24, Le voteUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Dans l'intérêt général […] tournai vers Edward. ».
  82. Meyer, Épilogue, Le traitéUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « L'hôpital accueillit Carlisle […] l'urgent au lendemain. ».
  83. Meyer, Épilogue, Le traitéUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Le traité est clair […] s'étrangla de fureur. ».
  84. Meyer, Chapitre 1, UltimatumUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je t'ai parlé […] Compris ? ».
  85. Meyer, Chapitre 1, UltimatumUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Il est hors […] sûr que non ! ».
  86. Meyer, Chapitre 4, NatureUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Le dessin représentait […] inutile d'en rajouter. ».
  87. Meyer, Chapitre 6, NeutralitéUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je tâchai de […] chance, il décrocha. ».
  88. Meyer, Chapitre 7, Toutes les histoires ne finissent pas bienUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Il fut interrompu […] éclat de rire. ».
  89. Meyer, Chapitre 6, NeutralitéUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Après mûre réflexion, […] à te croire. ».
  90. Meyer, Chapitre 9, CibleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Sur le seuil, […] pour le lycée. ».
  91. Meyer, Chapitre 9, CibleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Non, décréta le […] que d'une coïncidence. ».
  92. Meyer, Chapitre 9, CibleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Nous avons défini […] la meilleure solution. ».
  93. Meyer, Chapitre 10, IndicesUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Aucun contrôle, […] dans ce cas ? ».
  94. Meyer, Chapitre 10, IndicesUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « C'est le genre […] respecté notre parole. ».
  95. Meyer, Chapitre 13, Nouveau-néUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Et pourtant, tout […] le visage dur. ».
  96. Meyer, Chapitre 14, DéclarationUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je suis amoureux […] j'ai une question. ».
  97. Meyer, Chapitre 16, Fin d'une époqueUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « J'avais depuis longtemps […] pour me détruire. ».
  98. Meyer, Chapitre 16, Fin d'une époqueUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Car c'était bien […] temps entre chacun. ».
  99. Meyer, Chapitre 17, AllianceUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « La voix grave […] que moi, d'ailleurs. ».
  100. Meyer, Chapitre 17, AllianceUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Combien sont-ils ? […] grimace aux Indiens. ».
  101. Meyer, Chapitre 18, InstructionsUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je ne distinguais […] ils étaient dix... ».
  102. Meyer, Chapitre 20, CompromisUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « La situation avait […] ce qu'il me reste. ».
  103. Meyer, Chapitre 21, TracesUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Ce mariage n'aurait […] part du contrat. ».
  104. Meyer, Chapitre 21, TracesUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Il me semble […] éviter le grandiose. ».
  105. Meyer, Chapitre 22, Le feu et la glaceUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Certes, grâce à […] sur sa peau. ».
  106. Meyer, Chapitre 23, MonstreUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Étrange, parce que […] les bois ombreux. ».
  107. Meyer, Chapitre 23, MonstreUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Ça se gâte […] vision avec eux. ».
  108. Meyer, Chapitre 23, MonstreUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Seth se mit […] de la rejoindre. ».
  109. Meyer, Chapitre 23, MonstreUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Le soulagement m'envahit […] Victoria me dévisageait. ».
  110. Meyer, Chapitre 24, ImprévuUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « les deux combats […] dans les bois. ».
  111. Meyer, Chapitre 25, RefletUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « À cet instant, […] boulot, c'est tout. ».
  112. Meyer, Chapitre 25, RefletUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Ils ne viennent […] serons là-bas. ».
  113. Meyer, Chapitre 25, RefletUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Ils ont dû […] Il s'en sortira. ».
  114. Meyer, Chapitre 25, RefletUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Un instant, Jane […] dans quelques mois. ».
  115. Meyer, Chapitre 27, BesoinsUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Oui, oui, oui, […] avant mon anniversaire. ».
  116. Meyer, ÉpilogueUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Quand son odeur […] retrouvai enfin seul. ».
  117. Meyer, Chapitre 1, FiançaillesUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Désolé de vous […] Dans mon dos. ».
  118. Meyer, Chapitre 2, Longue veilleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « D'ailleurs, la sœur […] à le payer. ».
  119. Meyer, Chapitre 2, Longue veilleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « J'ignore comment s'appelait […] envers les règlements... ».
  120. Meyer, Chapitre 4, GesteUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Jacob ! m'écriai-je […] un feulement sec ».
  121. Meyer, Chapitre 5, L'île d'EsméUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Le trajet jusqu'en […] me la prêter. ».
  122. Meyer, Chapitre 5, L'île d'EsméUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Sous la poussière […] jamais de mal. ».
  123. Meyer, Chapitre 6Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « J'ignore s'il était […] rêve s'était arrêté. ».
  124. Meyer, Chapitre 7Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Nous étions sur […] mesure de m'expliquer. ».
  125. Meyer, Chapitre 7Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je tentai de […] entre mes hanches. ».
  126. Meyer, Chapitre 7Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Cela fut dû […] de mon ventre. ».
  127. Meyer, Chapitre 7Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Son souhait de […] prêt à naître... ».
  128. Meyer, Chapitre 7Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Nous réglerons le […] de le protéger. ».
  129. Meyer, Chapitre 8Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Comme si ce […] secret devant elle. ».
  130. Meyer, Chapitre 8Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Charlie lui a […] placée en quarantaine. ».
  131. Meyer, Chapitre 8Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « La meute n'attaquera […] Mais moi, si. ».
  132. Meyer, Chapitre 9Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je l'avais croisée […] pas à Esmé... ».
  133. Meyer, Chapitre 10Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Ainsi, c'est ce […] il les sauve. ».
  134. Meyer, Chapitre 10Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Mais... qu'est-ce que […] nous avons combattus. ».
  135. Meyer, Chapitre 11Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « nul n'était en […] n'en avais pas. ».
  136. Meyer, Chapitre 11Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je suis avec […] commenta ce dernier. ».
  137. Meyer, Chapitre 11Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je crus même […] clignotaient en silence. ».
  138. Meyer, Chapitre 12Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Salut, les gars […] Point barre. ».
  139. Meyer, Chapitre 12Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Hé, une minute […] capable d'instinct maternel. ».
  140. Meyer, Chapitre 13Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Non, ce n'est […] plus de régularité. ».
  141. Meyer, Chapitre 18Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Que se passe-t-il […] déchira les tympans. ».
  142. Meyer, Chapitre 19Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je m'étais instinctivement […] de se répandre. ».
  143. Meyer, Chapitre 21Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Comment t'y es-tu […] celui des humains. ».
  144. Meyer, Chapitre 23Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « lequel ne s'était […] son meilleur ami. ».
  145. Meyer, Chapitre 27-28Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Ses cheveux étaient […] ranimé sa colère. ».
  146. Meyer, Chapitre 28Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Irina, se tordant […] pas pour raisonner. ».
  147. Meyer, Chapitre 28Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Tu crois que […] Zafrina et Senna. ».
  148. Meyer, Chapitre 29Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Comme l’a souligné […] droit d’abandonner Jacob. ».
  149. Meyer, Chapitre 30Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « J’avais cru m’être […] jours, admit Edward. ».
  150. Meyer, Chapitre 31Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Eleazar essayait de […] troupes des Volturi. ».
  151. Meyer, Chapitre 36Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Les silhouettes en […] à la chose. ».
  152. Meyer, Chapitre 36Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Caïus et Aro […] l’intention de s’arrêter. ».
  153. Meyer, Chapitre 36Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Comment ça ? […] main sur l’épaule. ».
  154. a et b Meyer, Chapitre 37Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Carlisle étant le […] véritables loups-garous. ».
  155. Meyer, Chapitre 37Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Aucune infraction […] marmonna l’intéressée. ».
  156. Meyer, Chapitre 38Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je ne décèle […] les autres Amazones. ».
  157. Meyer, Chapitre 38Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Sur ses talons, […] unissaient les inconnus. ».
  158. Meyer, Chapitre 38Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Oui, mais je […] fond d’eux-mêmes. ».
  159. Meyer, Chapitre 39Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Les gens de […] de pleurer Irina. ».
  160. Meyer, Chapitre 9, Théorie Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « NE rigole pas […] Nous restons une menace. ».
  161. Meyer, Chapitre 9, Théorie Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « C'est une comparaison […] plus bougons quand ils étaient affamés. ».
  162. Meyer, Chapitre 10, Interrogation Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Sers-toi, m'intima-t-il […] J'aurais dû m'y attendre. ».
  163. Meyer, Chapitre 14, Une familleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Le garçon sembla […] droit sur lui. ».
  164. Meyer, Chapitre 14, Une familleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Jacob avait réussi […] d'un œil prudent. ».
  165. Meyer, Chapitre 14, Une familleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « J'examinai la blessure […] trahir mon ahurissement. ».
  166. Meyer, Chapitre 39Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Les Enfants de […] de s’en tirer. ».
  167. Meyer 2005, Chapitre 1, Première Rencontre Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Il existe, dans la péninsule d'Olympic, […] en Californie. ».
  168. Meyer 2005, Chapitre 6, Histoires effrayantes Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Chez Newton […] bestoin de matériel ».
  169. Meyer, Chapitre 16, Fin d'une époqueUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Pas de sottises […] parents de Tyler. ».
  170. Meyer 2005, Chapitre 1, Première Rencontre Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Nous finîmes par arriver […] j'en tombai amoureuse. ».
  171. Meyer 2005, Chapitre 1, Première Rencontre Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je ne mis pas longtemps […] ajouter un bureau. ».
  172. Meyer, Chapitre 15, Les Cullen Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Au volant de ma camionnette, […] forêt obscure. ».
  173. Meyer, Chapitre 15, Les Cullen Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « L’intérieur se révéla […] les parents d’Edward. ».
  174. Meyer, Chapitre 16, Carlisle Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « La pièce était […] toutes les tailles. ».
  175. Meyer, Chapitre 16, Carlisle Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Ma chambre, […] sur les murs. ».
  176. Meyer, Chapitre 6, NeutralitéUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « J'allumai la lumière […] trousse de toilette. ».
  177. Meyer, Chapitre 24Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Blotti au milieu […] comme le reste. ».
  178. Meyer, Chapitre 12, Équilibrisme Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Si tu veux que je crapahute […] tête de notre expédition. ».
  179. Meyer, Chapitre 12, Équilibrisme.
  180. Meyer 2005, Chapitre 1, Première Rencontre Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « La Push, […] sur la côte. ».
  181. Meyer 2005, Chapitre 2, À livre ouvert.
  182. Meyer 2005, Chapitre 5, Groupe sanguin Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Où allez-vous, exactement ? […] pour être exacte ».
  183. Meyer 2005, Chapitre 6, Histoires effrayantes Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « J'avais beaucoup fréquenté […] toujours aussi époustouflante ».
  184. Meyer 2005, Chapitre 6, Histoires effrayantes Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « La Push n'était distante […] un maximum de soleil. ».
  185. Meyer, Chapitre 5, La tricheUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « La maison en […] à ma rencontre. ».
  186. Meyer, Chapitre 14, Une familleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Au bout de […] égayaient les lieux. ».
  187. Meyer, Chapitre 14, Une familleUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « La cuisine d'Emily […] fleurs des champs. ».
  188. Meyer, Chapitre 8, Port Angeles Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Port Angeles est un joli […] l'avenant bord de mer. ».
  189. Meyer, Chapitre 19, La courseUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Je la contemplai […] d'une voix glaciale. ».
  190. Meyer, Chapitre 20, VolterraUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Sans ralentir, Alice […] sa voix enfantine. ».
  191. Meyer, Chapitre 21, VerdictUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Une fois dans […] humaine, comme moi. ».
  192. Meyer, Chapitre 21, VerdictUn ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Une fois de […] une autre sortie. ».
  193. Meyer 2005, Chapitre 1, Première Rencontre Un ouvrage électronique étant parfois dépourvu de pagination, l'emplacement de la référence est donné par ces membres de phrases, qui sont aisément recherchables. « Ma mère me conduisit à l'aéroport […] bagage à main. ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]