Elizabeth Debicki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Elizabeth Debicki
Description de cette image, également commentée ci-après
Elizabeth Debicki au Comic-Con de San Diego en 2016.
Naissance (28 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de l'Australie Australienne[1]
Profession Actrice
Films notables Gatsby le Magnifique
Agents très spéciaux : Code UNCLE
Les Veuves
Séries notables The Night Manager : L'Espion aux deux visages

Elizabeth Debicki est une actrice australienne, née le à Paris. Après avoir fait ses débuts au cinéma dans My Best Men (2011), elle est révélée au grand public avec son rôle de Jordan Baker dans Gatsby le Magnifique de Baz Luhrmann (2013), qui lui permet d'obtenir le AACTA Award de la meilleure actrice dans un second rôle. Ses autres films notables au cinéma comprennent Agents très spéciaux : Code UNCLE (2015), Les Gardiens de la Galaxie 2 (2017) et plus récemment Les Veuves (2018).

Elle tient également des rôles importants à la télévision avec la séries The Kettering Incident et surtout l'acclamée mini-série The Night Manager.

Active au théâtre, elle partage la vedette avec Cate Blanchett et Isabelle Huppert dans la pièce Les Bonnes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Elizabeth Debicki naît à Paris d'un père polonais et d'une mère australienne d'origine irlandaise[2],[3],[4],[5]. Ses parents étaient tous les deux des danseurs de ballet[6]. Quand elle a cinq ans, la famille déménage à Glen Waverley à Melbourne, en Australie. Elle est l'aînée des trois enfants du couple, avec une sœur plus jeune et un frère[7],[8].

Elizabeth Debicki s'intéresse très tôt au ballet et se forme comme danseuse jusqu'à ce qu'elle décide de passer au théâtre[9],[10]. Étudiante à la Huntingtower School, dans l’est de Melbourne, elle obtient deux notes parfaites en art dramatique et en anglais. Elle obtient le titre de dux de cette école lorsqu'elle obtient son diplôme en 2007[11]. En 2010, elle termine son diplôme en art dramatique à la Victorian College of the Arts de l'université de Melbourne. En août 2009, elle reçoit une bourse Richard Pratt pour des étudiants en interprétation exceptionnels en deuxième année de formation[12].

Elizabeth Debicki mesure 1,88 m[13].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts et révélation (2011-2015)[modifier | modifier le code]

Elizabeth Debicki en 2012.

Elizabeth Debicki fait ses débuts au cinéma avec un second rôle dans le film My Best Men, sorti en 2011[14]. Un jour, alors qu'il visionne des enregistrements d'auditions à la recherche d'une actrice pour son prochain film, Gatsby le Magnifique, le réalisateur Baz Luhrmann l'emmene passer des auditions à Los Angeles[15],[16] et l'a choisi pour incarner Jordan Baker dans la nouvelle adaptation cinématographique du roman de F. Scott Fitzgerald[17],[18]. Elle qualifiera de cet expérience dans un premier rôle principal aux côtés d'acteurs confirmés tels que Leonardo DiCaprio et Carey Mulligan comme un « baptême du feu »[14]. Elle en dira dans une interview au Guardian :

« Pour ma première scène […], il y avait vraiment 400 figurants et sept caméras sur des grues [...]. Je pensais que c'était normal, car je n'avais jamais rien fait d'important. »

— Elizabeth Debicki[14], novembre 2015.

En décembre 2012, Debicki a fait l'objet d'une séance photo pour Vogue Australia[19],[20].

Gatsby le Magnifique sort dans les salles en mai 2013 et reçoit un accueil contrasté de la critique[21], mais remporte un succès commercial au box-office[22]. Sa prestation ne passe inaperçu puisqu'elle remporte l'AACTA Award de la meilleure actrice dans un second rôle.

De juin à juillet 2013, elle incarne Madame dans la pièce de Jean Genet, Les Bonnes, dans lequel elle partage l'affiche avec Cate Blanchett et Isabelle Huppert à la Sydney Theatre Company[23]. Sa prestation lui permet de remporter le prix de la meilleure nouvelle venue au Sydney Theatre Awards[24]. La même année, elle apparaît dans un court-métrage, Gödel, Incomplete[25], suivi d'un rôle en tant qu'actrice invitée dans la série Rake[26].

En 2015, elle est choisie pour incarner la femme fatale du film d'espionnage Agents très spéciaux : Code UNCLE, réalisé par Guy Ritchie et adapté de la série Des agents très spéciaux, remportant le rôle face à Rose Byrne et Charlize Theron, qui étaient pressenties[27]. Durant ce tournage, elle a appris à conduire[6] . Le film reçoit des critiques partagées[28] et ne parvient à rencontrer un succès au box-office[29]. La même année, elle est à l'affiche de deux autres films : d'abord le film d'aventures Everest, relatant la désastreuse et tragique ascension de l'Everest en 1996 et dans lequel elle incarne un rôle secondaire, celui d'un médecin du camp de base[30]. Elle partage l'affiche avec des noms prestigieux tels que Josh Brolin, Jason Clarke (qu'elle avait côtoyé sur Gatsby le Magnifique), Emily Watson, Jake Gyllenhaal et Robin Wright. Dans l'ensemble, le film reçoit de bonnes critiques[31] et obtient un succès commercial au box-office, rapportant plus de 203 millions de $ de recettes mondiales[29]. Ensuite elle figure dans une nouvelle adaptation de Macbeth, aux côtés de Michael Fassbender et Marion Cotillard, qui n'obtient qu'un succès d'estime[32].

Premiers rôles principaux et consécration (2016-...)[modifier | modifier le code]

Elizabeth Debicki en 2018.

Elle obtient, en 2016, son premier rôle principal dans la série dramatique The Kettering Incident (en), diffusé sur la plateforme Foxtel. La série narre l'histoire d'une jeune femme de retour sur son île natale, qu'elle avait quittée à la suite de la disparition inexpliquée d'une de ses amies. Les deux premiers épisodes réalisent une bonne audience sur Foxtel, devenant le titre non sportif le plus regardé sur la plate-forme. La prestation de la jeune actrice lui vaut de remporter l'AACTA de la meilleure actrice dans une série dramatique[33]. La même année, elle tient le rôle de Jed Marshall, petite amie d'un marchand d'armes (Hugh Laurie) dans la mini-série The Night Manager, adapté d'un roman de John le Carré[34] et co-produite par BBC One et AMC. Qualifié comme l'« une des plus grandes séries de tous les temps » par The Sun[35], la mini-série est acclamé par la critique et remporte de nombreux prix, notamment lors de la 74e cérémonie des Golden Globes. La prestation de Debicki est également remarquée, ce qui lui vaut une nomination aux Critics Choice Awards[36].

L'année 2017 est chargée pour Elizabeth Debicki puisqu'elle est à l'affiche de deux blockbusters. Elle prête ses traits à Ayesha, prêtresse des Souverains, dans Les Gardiens de la Galaxie 2[37]. Le film est bien accueilli par la critique[38] et demeure à ce jour, le plus grand succès commercial de l'actrice (863 millions de $ de recettes mondiales)[29]. Elle prête sa voix à un des personnages du film français tourné en langue anglaise Valérian et la Cité des mille planètes, adapté de la bande dessinée Valérian et Laureline[39]. Plus grand budget pour un film européen et pour un film indépendant[40], le long-métrage est accueilli de manière mitigée par la critique et est un échec commercial[41].

En 2018, elle est à l'affiche du téléfilm The Tale, inspiré de l'histoire de la réalisatrice Jennifer Fox[7], puis apparaît dans le thriller de science-fiction The Cloverfield Paradox, diffusé sur Netflix[42]. Ce troisième opus de la franchise Cloverfield est mal reçu par la critique[43]. La même année, elle prête sa voix à Mopsy dans Pierre Lapin, adapté - mélangeant animation et prises de vues réelles - des livres de Beatrix Potter[44]. L'accueil critique est modeste, mais le film est un succès commercial[29]. Elle remplace Eva Green dans le drame historique Vita & Virginia[45], présenté au Festival de Toronto, qui relate la relation non conventionnelle entre Vita Sackville-West et Virginia Woolf.

Toujours en 2018, elle obtient l'un des rôles principaux du film de Steve McQueen, Les Veuves, aux côtés de Viola Davis et Michelle Rodriguez, remplaçant Jennifer Lawrence, initialement prévue[46]. Dans ce film narrant l'histoire de quatre femmes, veuves de braqueurs tués lors d'un casse, doivent s'associer pour finir leur travail afin de régler les dettes de leurs défunts époux, elle y incarne Alice, jeune femme marié à un homme violent et entamant une relation de sexe transactionnel avec un architecte pour subvenir à ses besoins après la mort de son époux[14],[47]. Sans être un énorme succès commercial (76 millions de $ de recettes pour un coût de production de 42 millions)[29], le film est acclamé par la critique[48], qui est « reconnu l'un des films de cambriolage les plus excitants de ces dernières années »[47]. La prestation de Debicki est également saluée[47],[49],[50]. Kayleena Pierce-Bowden du site Screen Rant écrit que « En tant qu'Alice, Debicki vole la vedette en offrant un portrait authentique et réaliste d'une femme abattue et brisée par les dettes de son mari décédé »[47], tout en ajouant que Debicki, « habituellement posée, donne un portrait saisissant de la force qu'une femme peut trouver dans son heure la plus sombre avec le soutien approprié, le braquage est simplement un moyen de découvrir cette force face à ses nombreux défis »[47]. Tom Philip de GQ, tout en saluant le film, note qu'« Alice est peut-être sa percée la plus remarquable. Blessée, déchirée et littéralement battue par les personnes qu'elle aime le plus au début du film, Alice découvre la force, pas seulement dans ses cohortes, mais en elle-même »et qu'il s'agit d'« un nouveau type de rôle pour Elizabeth Debicki [...] qui saisit l'occasion à deux mains et donne l'accomplissement de sa carrière »[49]. Sa prestation lui vaut de nombreuses nominations notamment au Satellite Awards et au London Film Critics Circle de la meilleure actrice dans un second rôle.

Toujours en 2018, elle est intronisée à l'Académie des arts et des sciences du cinéma, qui attribue chaque année les Oscars[51].

En 2019, elle est annoncée au casting du prochain film du réalisateur Christopher Nolan[52] et reprendra le rôle d'Ayesha dans Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3[53].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elizabeth Debicki se déclare comme « une personne privée », tenant fermement à la protection de sa vie privée[54], reconnaissant dans une interview à ne pas utiliser les réseaux sociaux[54],[55]:

« J'ai le sentiment que ce que je veux dans le monde, c'est mon travail et j'ai toujours cru - et c'est la façon dont j'aborde mon travail - que moi et le travail sont séparés. Je pense que les personnes ayant des médias sociaux peuvent brouiller les choses si joliment, et je les respecte, mais ce n'est pas vraiment ce que je suis et je veux juste que le travail parle et que les gens le reçoivent comme ils le voudront, sans aucune influence. Je veux juste que les gens me connaissent pour mon travail. »

— Elizabeth Debicki, octobre 2018[55].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Prochainement

Télévision[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Déborah Perret.

Dans les versions françaises, Déborah Perret est la voix française régulière d'Elizabeth Debicki[60]. Dans les versions québécoises, elle n'a pas de voix régulière, bien que Marie Bernier l'ait doublée à deux reprises[61].

En France
et aussi

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie d'Elizabeth Debicki », sur AlloCiné (consulté le 3 mai 2019).
  2. « Baz Luhrmann casts VCA graduate Elizabeth Debicki in The Great Gatsby » [archive du ], University of Melbourne,
  3. Elissa Blake, « From Paris with love », The Age,‎ (lire en ligne[archive du ])
  4. Sigourney Cantelo, « Our fair ladies: how to maintain pale skin », Vogue Australia,‎ (lire en ligne[archive du ])
  5. Tiffany Bakker, « Aussie starlet Elizabeth Debicki almost missed out on her biggest role yet », Sunday Style, news.com.au,‎ (lire en ligne[archive du ])
  6. a et b « New Aussie in Hollywood, Elizabeth Debicki, steals the film in the upcoming spy drama, Man from U.N.C.L.E. », mindfood.com,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Daphne Lockyer, « 'I want a co-star I can look in the eye': Meet Elizabeth Debicki, the 6ft 2in actress who's tipped for the top », Daily Mail,‎ (lire en ligne)
  8. Cosima Marriner, « Catching her breath: Why Elizabeth Debicki is moving to London », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne)
  9. Dan Rule, « True Hollywood Story », Melbourne University Magazine,‎ (lire en ligne[archive du ])
  10. Don Groves, « The tale of two Elizabeths », Special Broadcasting Service,‎ (lire en ligne)
  11. Sholto Bowen, « From the Principal » [archive du ], The Huntingtower Bulletin,
  12. « 2009 Theatre Scholarships announcement including $20 000 Keith and Elisabeth Murdoch Travelling Fellowship » [archive du ], The Melbourne Newsroom, The University of Melbourne,
  13. Kaleem Aftab, « Elizabeth Debicki on The Night Manager, Bond girls, and being very tall », The Independent,‎ (lire en ligne) :

    « But she would grow up to be 6'2“ »

  14. a b c et d Katie Rosseinsky, « Elizabeth Debicki: Everything You Need To Know About The 'Widows' Star », sur Grazia, (consulté le 3 mai 2019).
  15. Giles Hardie et Andrew Hornery, « Leo sweeps into Sydney », Brisbane Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  16. (en) Tom Lamont, « Elizabeth Debicki: ‘We fought about how sexy I should be ’ », sur The Guardian, (consulté le 3 mai 2019).
  17. Mike Fleming, « Newcomer Elizabeth Debicki To Play Jordan Baker In 'The Great Gatsby' », Deadline Hollywood, (consulté le 13 juin 2011)
  18. « Baz Luhrmann casts VCA graduate Elizabeth Debicki in 'The Great Gatsby' » [archive du ], Faculty Of VCA & MCM, University of Melbourne, (consulté le 14 juin 2011)
  19. « Behind-the-scenes at Elizabeth Debicki's Vogue Australia photo shoot » [archive du ], Vogue Australia,
  20. « Elizabeth Debicki in Vogue Australia »,
  21. « The Great Gatsby (2013) », Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 28 avril 2019)
  22. (en) « The Great Gatsby (2013) », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 3 mai 2019).
  23. Sharon Verghis, « Maids of dishonour, Cate Blanchett and Elizabeth Debicki, unite for STC's Genet », The Australian,
  24. John Saxby, « Oscar on the horizon, but Blanchett misses out for her theatre work », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne)
  25. (en) Gödel Incomplete sur l’Internet Movie Database (consulté le 3 mai 2019).
  26. David Knox, « Cameras roll on Rake's third season », TV Tonight,‎ (lire en ligne)
  27. « ‘Great Gatsby's’ Elizabeth Debicki Attracted to ‘Man From U.N.C.L.E.’ », variety.com,‎ (lire en ligne)
  28. (en) « The Man From UNCLE », sur Rotten Tomatoes (consulté le 21 septembre 2015)
  29. a b c d et e (en) « Elizabeth Debicki Movie Box Office Results », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 3 mai 2019).
  30. Thomas Colpaert, « Les Veuves : Qui est Elizabeth Debicki, la braqueuse de charme du nouveau film de Steve McQueen ? », sur Télé Loisirs, (consulté le 3 mai 2019).
  31. « Everest », Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le 17 janvier 2016)
  32. « Macbeth (2015) », Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le 11 décembre 2015)
  33. David Knox, « AACTA Awards 2016: nominations », TV Tonight, (consulté le 26 octobre 2016)
  34. Denise Petski, « Olivia Colman, Tom Hollander, Elizabeth Debicki Join AMC's 'The Night Manager' », sur Deadline Hollywood, (consulté le 31 mars 2015)
  35. Kevin O'Sullivan, « The Night Manager finale review: Beeb’s stunningly lavish production is to be admired at all costs », The Sun, (consulté le 17 avril 2016)
  36. Ross Lincoln, « Critics’ Choice TV Nominations Unveiled », sur Deadline Hollywood, (consulté le 15 novembre 2016)
  37. « Les Gardiens de la Galaxie 2 : Kurt Russell est confirmé au casting », sur Allociné, (consulté le 18 février 2016).
  38. « Guardians of the Galaxy Vol. 2 (2017) », Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 4 novembre 2018)
  39. « Elizabeth Debicki Joins Valerian in Voice-Over Role », sur Screenrant.com, (consulté le 23 septembre 2017)
  40. « Not a Marvel Movie: 'Valerian' Director on His Epic and Expensive Sci-Fi Adapted From a Graphic Novel », Newsweek, (consulté le 24 juillet 2017)
  41. « ‘Valerian’ And The City Of A Thousand Misconceptions: Who’s On The Hook? », Deadline Hollywood, (consulté le 16 août 2017)
  42. (en-US) Justin Kroll, « 'Night Manager's' Elizabeth Debicki Joins J.J. Abrams' 'God Particle' (EXCLUSIVE) », Variety,‎ (lire en ligne)
  43. (en) « The Cloverfield Paradox (2018) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 6 février 2018).
  44. Justin Kroll, « Daisy Ridley, Elizabeth Debicki Join ‘Peter Rabbit’ Live-Action/Animated Pic (EXCLUSIVE) », Variety, Penske Business Media,‎ (lire en ligne)
  45. (en) Hamish MacBain, « Elizabeth Debicki: the star set to go stratospheric in 2018 », sur Evening Standard, (consulté le 9 mai 2019).
  46. Justin Kroll, « Elizabeth Debicki to Co-Star With Viola Davis in Steve McQueen’s ‘Widows’ (EXCLUSIVE) », Variety,‎ (lire en ligne)
  47. a b c d et e (en) Kayleena Pierce-Bowden, « Elizabeth Debicki's 10 Best Roles, Ranked », sur Screenrant, (consulté le 9 mai 2019).
  48. « Widows (2018) », Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 26 décembre 2018)
  49. a et b (en) Tom Philip, « How Elizabeth Debicki stole Widows, the Year's Best Heist Movie », sur GQ, (consulté le 26 mai 2019).
  50. (en) Lucas Gilberti, « ‘Widows’ scene-stealer Elizabeth Debicki is an Oscar dark horse for Best Supporting Actress », sur GoldDerby, (consulté le 26 mai 2019).
  51. (en) « ACADEMY INVITES 928 TO MEMBERSHIP », sur oscars.org, (consulté le 29 mai 2019).
  52. (en) Justin Kroll, « Elizabeth Debicki and Robert Pattinson Join Christopher Nolan’s Next Film (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le 9 mai 2019).
  53. Ethan Anderton, « Guardians of the Galaxy Vol. 3 Is Bringing Back Elizabeth Debicki as Ayesha », slashfilm,
  54. a et b (en) « 'Me and the work are separate': Elizabeth Debicki reveals she is staunchly protective of her private life ...after the Australian actress admitted she doesn't use social media », sur Daily Mail, (consulté le 9 mai 2019).
  55. a et b (en) Sophie Tedmanson, « Elizabeth Debicki on confidence, finding herself in Hollywood and working with Mick Jagger », sur Vogue Australia, (consulté le 9 mai 2019)
  56. "Elizabeth Debicki – A Spotlight Moment" « https://web.archive.org/web/20130424183346/http://www.performershub.com.au/Interviews.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), , 22 March 2012, Interview from December 2011
  57. "Review: The Gift by Alison Croggon, Theatre Notes, 11 June 2011
  58. The Maids « https://web.archive.org/web/20130729222549/http://www.sydneytheatre.com.au/media/1732348/stc_the_maids_media_release.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), , media release, Sydney Theatre Company
  59. « The Red Barn – National Theatre », sur www.nationaltheatre.org.uk (consulté le 17 novembre 2017)
  60. a b c d et e « Comédiennes ayant doublées Elizabeth Debicki en France », sur RS Doublage (consulté le 3 mai 2019).
  61. « Comédiennes ayant doublées Elizabeth Debicki au Québec », sur Doublage.qc.ca (consulté le 3 mai 2019).
  62. « Fiche de doublage VF de The Night Manager », sur Doublage Séries Database (consulté le 26 mai 2019).
  63. « Comédiennes ayant doublées Elizabeth Debicki en France », sur AlloDoublage (consulté le 26 mai 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :