Le 13e Guerrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le 13e Guerrier
Titre original The 13th Warrior
Réalisation John McTiernan
Scénario William Wisher Jr.
Warren Lewis
Acteurs principaux
Sociétés de production Touchstone Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre aventure
historique
Durée 102 minutes
Sortie 1999

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le 13e Guerrier (The 13th Warrior) est un film américain réalisé par John McTiernan, sorti en 1999. Il s'agit d'une adaptation du roman Le Royaume de Rothgar (Eaters of the Dead) de Michael Crichton : un intellectuel de Bagdad est envoyé en exil, et en chemin rejoint une troupe de combattants vikings, partant soutenir leur roi contre des raids de barbares, les Wendolls. Il sera le 13e guerrier de la troupe.

Résumé[modifier | modifier le code]

En 921, Ahmed Ibn Fahdlan, ancien poète à Bagdad, est nommé ambassadeur en Asie mineure par le calife ; il s'agit en fait d'un prétexte pour l'envoyer en exil pour avoir séduit la femme d'un proche du calife. Accompagné de Melchisidek, un vieil ami de son père, conseiller et traducteur de surcroît, lui et ses quelques hommes de confiance se font attaquer par un groupe barbare des steppes asiatiques. Les ayant acculés à une falaise, les barbares finalement s'enfuient car un drakkar est en vue. Ahmed ne connaissant pas ces gens, il décide d'aller à leur rencontre. Ibn Fahdlan ne comprend pas le norrois mais son compagnon Melchisidek, bien instruit comme lui, arrive à trouver un Viking, Herger, qui comprend le latin. Ils peuvent ainsi se renseigner sur ce qui se passe : les Vikings viennent faire le deuil de leur roi et un nouvel héritier prénommé Buliwyf lui a succédé. Ahmed et son groupe sont considérés comme des invités aux festivités.

Au matin arrive un autre bateau viking venu de leur pays très au nord ; un enfant annonce que le seigneur Rothgar et les siens sont frappés par un terrible mal, si terrible que les Vikings en taisent le nom. Ils décident alors de faire appel à l'oracle : celle-ci déclare que treize guerriers doivent faire route. Buliwyf se porte volontaire, suivit de Helfdane, Hyglak, Edgtho, Rethel, Haltaf, Roneth, Weath, Ragnar, Halga, Herger et Skeld. Mais d'après l'oracle, le treizième guerrier ne doit pas être de leur pays : il s'agit donc d'Ahmed qui accepte, avec réticence, de les rejoindre. Sans son interprète, Ahmed ne comprend rien de ce que disent les Vikings et ceux-ci n'hésitent pas à se moquer de la petite taille de son cheval. Écoutant attentivement leurs discussions durant le long voyage, Ahmed finit par apprendre leur langage et les surprend un soir tandis qu'ils se moquent de lui, en leur lançant une vague d'insultes typiquement nordiques. Il leur prouve également qu'un « chien » (surnom péjoratif dont ils ont affublé son cheval arabe) peut sauter haut.

Après un long périple, le village est atteint mais le lieu est délabré et sans défense, peuplé principalement de vieillards, de femmes, d'enfants et d'un roi désemparé. Après avoir trouvé un jeune garçon apeuré, les guerriers menée par Weilew découvrent en forêt la chaumière de l'enfant : à l'intérieur, les corps des occupants sont retrouvés mutilés et dévorés. Une petite statuette, trouvée sur les lieux leur indique qu'il s'agit des monstres, nommés Wendels ou Wendolls, qui adorent leur « mère », que représente la statuette. Plus tard, le seigneur Rothgar leur apprend que les Wendolls pillent et détruisent les villages alentours jours après jours et tuent son peuple. Ils entendent également parler d'une légende selon laquelle un serpent de feu est descendu sur un village en des circonstances similaires. Buliwyf décide de passer la nuit avec ses guerriers dans un bâtiment mal défendu pour attirer les créatures. Tandis qu'ils font semblant de dormir, des formes étranges approchent puis leur tombent dessus. Les guerriers se battent à mort et parviennent à mettre les agresseurs en fuite. Hyglak et Ragnar sont tués dans ce combat, tandis qu'Ahmed est assommé. Cependant, il n'y a pas de cadavres hors ceux des Vikings : les monstres ont emporté les leurs, mais également les têtes de leurs ennemis vaincus.

Le lendemain, le groupe organise la défense et la fortification du village. Ahmed, peu à l'aise avec les armes vikings, se retaille une épée en forme de cimeterre, qu'il peut désormais manœuvrer avec aisance sous le regard amusé de ses compagnons. Mais au sein du village même existe une tension entre Buliwyf et Wigliff, le fils de Rothgar, qui craint que son père, mourant, ne laisse son trône à ce chef étranger. Herger, sur ordre de Buliwyf, provoque en duel un des hommes du prince, et feint une apparente faiblesse. Alors qu'il va être tué par son adversaire, il évite au dernier moment l'épée et tranche la tête de son opposant sous les yeux d'un Wigliff humilié. Herger explique à Ahmed qu'il faut savoir feindre : Wigliff devra désormais "juger ce qu'il ne voit pas, et craindre ce qu'il ne connait pas". S'il ne peut plus correctement évaluer la force apparente de leur troupe, il devra se tenir tranquille un temps avant d'oser les attaquer de front.

Le soir, le « serpent de feu » arrive, descendant la colline dans une nappe de brouillard. Mais Ahmed voit une petite fille à l'extérieur des fortifications et se précipite avec son cheval pour la sauver. Il aperçoit alors le fameux serpent, en fait une longue ligne de cavaliers porteurs de torches. Ahmed aperçoit également le chef, qui le désigne de son arme en signe de défi. Il retourne au camp pour prévenir les habitants du village apeurés mais préparés. La nuit tombe, le brouillard enveloppe le village et l'ennemi passe à l'attaque. Après avoir décrit des cercles autour du village et incendié les toits des maisons, les Wendolls font tomber les quelques charrettes - qui servent de barrières - à l'aide de grappins, et investissent les lieux dans une charge de cavalerie. Skeld, puis Roneth et Halga sont à leur tour tués, Rethel est mortellement blessé. Pour stopper cette charge, Buliwyf rassemble les guerriers et donne à chacun un pieu dont ils plantent une extrémité dans le sol, l'autre pointant vers les cavaliers. La tentative réussit : la réception de la charge entraine la mort de nombreux chevaux et la charge ennemie est repoussée. Les Wendolls se retirent, Buliwyf aperçoit leur chef et lève à son tour son épée en signe de défi.

Grâce aux quelques cadavres de Wendolls fournis par la bataille, les Vikings découvrent que sous leur peaux d'ours se cachent en réalité des hommes de chairs et de sang. Rothgar et Weilew leur conseillent d'aller voir la doyenne du village. Celle-ci leur répond que pour vaincre leurs ennemis, il faut tuer leur Mère ainsi que leur chef. Ils entreprennent donc de partir les tuer en les traquant dans leur tanière. De par leur allure et la façon de se vêtir, Ahmed comprend que les Wendolls se prennent pour des ours (ou veulent le faire croire), ce qui permet de trouver leur repère, dans les grottes de la falaise des montagnes. Ils s'y infiltrent discrètement et Buliwyf parvient à tuer la mère des Wendolls ; mais celle-ci l'a blessé avec un crochet enduit de venin de serpent. Alertés, les Wendolls accourent et repoussent les Vikings dans un apparent cul-de-sac. Grace à Ahmed, les guerriers trouvent une brèche dans le mur qui conduit à un passage sous-marin et regagnent la surface. Blessé, Helfdane ne ressortira pas.

Se doutant que les Wendolls, qui ont toujours leur chef, attaqueront une dernière fois le village, les Vikings se préparent à cette lutte ultime : Ahmed s'en remet à Allah en faisant une prière, puis rejoint celle qu'adressent les Vikings à leurs dieux. Après un rude combat, Buliwyf mourant abat le chef des Wendolls puis s'éteint, l'arme à la main. Privé désormais de leur mère et de leur chef, les ennemis des Vikings fuient la bataille ; le village et ses derniers habitants sont sauvés.

Herger met un bateau à la disposition d'Ahmed qui peut ainsi repartir dans son pays, bénissant cette tribu de Vikings païens et promettant de narrer les aventures de Buliwyf et de ses compagnons.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Légende : VF = Version Française[réf. nécessaire] et VQ = Version Québécoise[6]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le 13e Guerrier (bande originale).

Production[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Le nom du chef des Vikings, Buliwyf, est à rapprocher de Beowulf, légende dont le scénario reprend la trame[8],[9],[10]. Il s'agit d'une adaptation du roman Le Royaume de Rothgar de Michael Crichton, lui-même inspiré du récit d'Ibn Fadlân, un lettré d’origine arabe du Xe siècle qui a laissé un récit de ses voyages comme membre de l’ambassade du calife de Bagdad au roi des Bulgares de la Volga.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage et la post-production du film ont été émaillés de conflits entre le réalisateur, John McTiernan et le producteur, Michael Crichton. Après le départ de John McTiernan en pleine post-production, Crichton assure seul le montage du film et décide de rejeter la musique composée initialement par Graeme Revell : il fait alors appel à Jerry Goldsmith pour composer une nouvelle partition. Ce qui explique en partie pourquoi le film est considéré comme un « grand film malade », certaines scènes apparaissant comme mal développées au montage (comme en atteste l'ouverture du film)[11].

Contrairement à ce que prétend une rumeur tenace relayée par la presse spécialisée depuis 10 ans, il n'existe et n'a jamais existé aucun montage de h 30 du métrage. D'après John McTiernan, dans une interview de 2003 disponible sur l'édition blu-ray éditée en France, son montage était plus long de 5 à 10 minutes. Une version cependant différente du montage final, due à des séquences retournées par Michael Crichton qui ont remplacé celles initialement réalisées par John McTiernan. Dans une interview sur le blu-ray, l'acteur Vladimir Kulich (Buliwyf) admet avoir vu le montage de McTiernan et affirme que ce dernier est bien différent du film sorti en salles.

Accueil et critiques[modifier | modifier le code]

Le film fut un échec commercial, ne rapportant que 61 millions de dollars pour un budget estimé à 160 millions de dollars[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]