Le Fugitif (film, 1993)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Fugitif.
Le Fugitif
Titre original The Fugitive
Réalisation Andrew Davis
Scénario Jeb Stuart
David Twohy
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Durée 130 minutes
Sortie 1993

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Fugitif (The Fugitive) est un thriller américain, réalisé par Andrew Davis et sorti en 1993, avec dans les rôles principaux Harrison Ford et Tommy Lee Jones.

Adapté de la série télévisée du même nom diffusée de 1963 à 1967, le film a relancé la carrière de Harrison Ford et, surtout, a achevé de faire de Tommy Lee Jones une star mondialement reconnue.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Chicago, le docteur Richard Kimble, un chirurgien vasculaire renommé, participe à une longue et délicate intervention chirurgicale. De retour chez lui, il découvre le corps de son épouse assassinée. Accusé du meurtre par la police, Kimble leur affirme qu'il s'est retrouvé nez à nez avec le meurtrier et qu'il s'est battu avec lui, mentionnant qu'il s'agit d'un manchot. Cependant, les inspecteurs chargés de l'enquête doutent de sa déposition et l'inculpent pour homicide, du fait qu'il est le seul héritier de la fortune de sa femme et que, par ailleurs, le soir du meurtre la police a reçu un appel téléphonique son épouse qui semble, apparemment, le désigner comme le meurtrier. Au terme de son procès, Richard Kimble est reconnu coupable et condamné à la peine de mort.

Lors de son transfert vers son lieu d'incarcération, le bus pénitentiaire où il se trouve est la cible d'une tentative d'évasion de la part de certains prisonniers qui simulent un incident ; au cours de la bagarre avec les surveillants, le bus se renverse sur la chaussée, coupant une ligne de chemin de fer, ce qui provoque le déraillement d'un train qui arrivait au même moment. Rescapé de l'accident, Kimble en profite pour s'échapper, comme les autres prisonniers survivants.

Pris en chasse par les forces de police et notamment l'équipe d'enquêteurs de l'unité des marshals des États-Unis dirigée par Samuel Gerard, Kimble disparaît dans la nature. Réussissant à échapper à Gerard qui avait retrouvé sa trace, il est présumé mort après une chute vertigineuse du haut d'un barrage hydraulique. Retournant ensuite à Chicago clandestinement, il utilise une identité d'emprunt et tente par tous les moyens de prouver son innocence en retrouvant le véritable meurtrier de sa femme.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : version française (VF) sur Voxofilm[1] et RS Doublage[2] ; version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[3]

Production[modifier | modifier le code]

Alec Baldwin a été pressenti pour le rôle de Richard Kimble. C'est finalement Harrison Ford qui est choisi. L'acteur épaule le producteur Arnold Kopelson durant la préproduction du film, non seulement sur le casting mais aussi sur le choix du réalisateur et même les lieux de tournage dans Chicago, par ailleurs sa ville natale.

Tommy Lee Jones est engagé pour le rôle du marshal Samuel Gerard dont le personnage a autant d'importance que celui de Richard Kimble.

Comme à son habitude, Harrison Ford effectue une tournée d'observation en suivant le travail des chirurgiens dans un hôpital local. Il a même l'idée du look de Richard Kimble en se laissant pousser une longue barbe qu'il rase par la suite pour faciliter la métamorphose du personnage durant sa cavale. Si Andrew Davis approuve ce concept, les dirigeants de Warner Bros, qui espèrent maximiser un succès de la production à 40 M de dollars, se montrent très réticents, jugeant que le public paye pour voir un visage familier. Harrison Ford convainc également Andrew Davis de filmer la scène de l'interrogatoire de Kimble avec de vrais policiers sans même connaître leurs questions d'avance, ce qui permettrait à l'acteur d'imposer une réelle hésitation dans les réponses de son personnage (il improvise notamment la réponse « Notre domestique. » quand les policiers demandent à Kimble si une autre personne connaît le code d'entrée de l'appartement).

La troisième semaine de tournage s'avère plus éreintante pour Harrison Ford. Il se déchire un ligament croisé du genou en tentant d'éviter un obstacle imprévu durant sa course dans la forêt face à la caméra. La blessure reste supportable jusqu'à ce qu'elle s'aggrave en descendant les escaliers de l'hôtel à toute vitesse lors de la course-poursuite avec Gerard. Kopelson souhaite interrompre le tournage mais Ford préfère persévérer. Il enveloppe son genou avec de la glace pour 15 minutes et termine la scène. L'acteur décide de terminer le tournage en boîtant, détail visible dans le film.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Sur le site Rotten Tomatoes, le film bénéficie d'un score de 96 % de critiques positives, basé sur 74 critiques et une note moyenne de 7,9410. Le consensus du site, basé sur 32 commentaires, est le suivant : « Exaltant et intense, ce thriller à forte répercussion est un modèle de formule cinématographique tendue et efficace. Il met en vedette Harrison Ford à son meilleur frénétique ».[réf. souhaitée] Les spectateurs américains, interrogés par CinemaScore à la sortie du film, lui attribuent une note de A + sur une échelle de A à F.[réf. souhaitée]

« The Fugitive reprend la matrice de tous les films d'Hitchcock, l'innocent en fuite accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis, et y ajoute des partis pris documentaires très chers à Davis.[...] Comme Hathaway, Davis sait profiter des quartiers polonais de la ville, de son architecture admirable, pour servir au mieux le film. La fuite éperdue de Kimble, injustement accusé du meurtre de sa femme, gagne en intensité dans ces décors naturels, qui changent des lumières aseptisées de tâcherons du type Adrian Lyne ou Tony Scott. On croit à ces hôpitaux, ces appartements abandonnés, ces ruelles désertes. Mais tout cela ne serait pas grand-chose sans le soin qu'apporte Andrew Davis à ses personnages […]. »

— Nicolas Saada, Cahiers du cinéma no 471, septembre 1993, p. 69.

Box-office[modifier | modifier le code]

Sorti aux États-Unis le dans 2 340 salles, Le Fugitif occupe la première place du box-office lors de son premier week-end en salles avec un total de 23 758 855 $ de recettes, pour une moyenne de 10 153 $ par salle, chassant Soleil levant de la première place[4]. La première semaine, il cumule 37 617 961 $ pour une moyenne de 16 076 $ par salles[4].

Le film conserve la tête du box-office durant les cinq semaines suivantes, tout en obtenant quelques salles supplémentaires, atteignant le seuil maximal de 2 425 salles en quatrième semaine et en connaissant une faible chute dans ses bénéfices au cours de sa période à la première place, sauf en cinquième semaine où il connaît une remontée lors du Labor Day[4], rapportant ainsi 147 152 018 $ en sixième semaine[4]. Finalement, Le Fugitif reste vingt-deux semaines à l'affiche, cumulant 183 875 760 $ de recettes sur le territoire américain[4].

À l'étranger, le film rapporte 185 000 000 $, portant le total du box-office mondial à 368 875 760 $, se classant à la troisième place des meilleures recettes sur le territoire américain, ainsi qu'au niveau mondial[4].

En France, sorti le dans 337 salles, Le Fugitif s'empare de la première place du box-office avec 633 114 entrées, détrônant ainsi La Soif de l'or, qui occupait la même place la semaine précédente[5]. Le succès du film est confirmé puisqu'au cours des trois semaines suivantes, il conserve la tête du box-office avec une perte d'entrées assez faible et un seuil maximal passé à 371 salles en troisième semaine, obtenant un total de 1 818 214 entrées[5]. Il perd la première place au profit de Germinal et chute à la seconde place en cinquième semaine, passant le cap des 2 millions d'entrées à cette période[5]. Finalement, le film totalise 3 536 519 entrées après onze semaines restés à l'affiche [5].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
$183 875 760 $ 21
Drapeau de la France France 3 536 519 entrées - 11

Monde Total Monde 368 875 760 $ - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Œuvres dérivées[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Le Fugitif, série télévisée américaine sortie en 2000, remake de la série de 1967.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du doublage français du film » sur Voxofilm
  2. « Fiche du doublage français du film » sur RS Doublage
  3. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage.qc.ca
  4. a b c d e et f (en) « The Fugitive », sur Box Office Mojo (consulté le 9 janvier 2014)
  5. a b c et d « Le Fugitif : box-office français », sur Jp's Box-office (consulté le 9 janvier 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]