Les Fragments d'Antonin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Fragments d'Antonin est un film français réalisé par Gabriel Le Bomin, produit en 2005 et sorti en France en 2006.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La Grande guerre n'a pas fait que des morts, des gueules cassées, des veuves ou des orphelins, elle a aussi laissé des êtres humains dans le désarroi psychologique et dans l'impossibilité de se reconstruire mentalement après tant d'horreurs vécues. Antonin Verset fait partie de ces cas extrêmes des blessés de l'âme, il est incapable de s'exprimer par la parole, il ne lui reste plus que quelques gestes obsessionnels.

En 1919, le professeur Labrousse, pionnier dans le traitement des chocs traumatiques de guerre, se passionne pour son cas. Sa méthode, nouvelle et controversée, doit lui faire revivre les moments les plus intenses de sa guerre afin de l'en libérer.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Bien que ce film ait été très bien accueilli par la critique à sa sortie, la première œuvre majeure de Gabriel Le Bomin n'a pas attiré beaucoup de public en salle.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Avant de réaliser ce premier long métrage, Gabriel Le Bomin a longtemps été plongé dans le monde de la guerre et des traumatisés. Après avoir effectué son service militaire au Cinéma des Armées, où il a pu avoir accès à de nombreux documents d'archives, il a réalisé plusieurs documentaires, dont un pour le compte du Musée de la médecine sur les traumatisés de guerre, depuis la guerre de 14-18 jusqu'à la guerre du Golfe.

Entre l'idée d'origine et la fin de la production, il s'est écoulé près de quatre ans. L'écriture du scénario a elle-même pris deux années, pendant lesquelles Le Bomin a rencontré plusieurs psychiatres du Val de Grâce pour étayer scientifiquement son scénario.

Le tournage a duré sept semaines. Les scènes de tranchées ont été tournées dans la commune de Valdahon, en Franche-Comté, sur le terrain militaire du camp du 13e régiment du génie. Le fort du film est celui de Montlignon/Domont, près de Paris, qui est aussi le lieu d'entraînement de tir de la Police nationale.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

À l'occasion du 90e anniversaire de l'Armistice de 1918, un DVD de ce film a été édité dans le commerce.

Liens externes[modifier | modifier le code]