Edward Albee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ou cette section traite d’une personne morte récemment (16 septembre 2016).

Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’hésitez pas à participer, en veillant à citer vos sources.

Les biographies étant habituellement écrites au présent de narration, merci de ne pas mettre au passé les verbes qui sont actuellement au présent.

Par ailleurs, dans une rédaction encyclopédique, il vaut mieux parler de la « mort » de quelqu'un que de son « décès ». Cette page fait le point sur cette pratique.
 

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Edward Albee
Description de cette image, également commentée ci-après

Edward Albee en 1961.
Photographie de Carl van Vechten.

Nom de naissance Edward Franklin Albee
Naissance
Washington (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Décès (à 88 ans)
Montauk (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Activité principale
Distinctions
Prix Pulitzer (1967, 1975, 1994)
Edward Albee vers 1969, photographie de la collection de l'Université de Houston.

Edward Albee, né le à Washington (États-Unis) et mort le à Montauk dans l'État de New York, est un auteur dramatique américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adopté deux semaines après sa venue au monde par Reed et Frances Albee, Edward Albee côtoie très jeune le monde des théâtres dont son père adoptif est propriétaire[1]. Malgré une scolarité plutôt chaotique, Edward Albee commence rapidement à écrire des poèmes, des pièces et des nouvelles, puis se met à fréquenter des artistes et des intellectuels, malgré le désaccord de sa mère[2]. Cette dernière le met à la porte et l’exclut de son testament lorsqu’il a 18 ans, en raison de son homosexualité. En 1990, Edward Albee exprime ses sentiments vis-à-vis d’elle dans Three Tall Women. Il sera récompensé pour cette pièce par un troisième Prix Pulitzer en 1994, les deux premiers lui ayant été attribués en 1967 pour A Delicate Balance et en 1975 pour Seascape[3].

Il est également l’auteur de Zoo Story (1958), The Sandbox, pièce dédiée à sa grand-mère maternelle (1959)[4], Qui a peur de Virginia Woolf ? (1963), et The Play about the Baby (2001). Par le biais de l’absurde, de l’existentialisme et de la métaphysique, Edward Albee critique dans ses pièces la condition moderne et la vie américaine. En 2002, La Chèvre, ou Qui est Sylvia ?, pièce qui traite de zoophilie et des bourgeois bien-pensants de la gauche américaine, est un gros succès public et critique sur Broadway : elle est jouée pendant 309 représentations et remporte le Tony Award de la meilleure pièce de l'année.

En 2005, Edward Albee reçoit un Special Tony Award for Lifetime Achievement.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1958 : Zoo Story (The Zoo Story)
  • 1959 : La Mort de Bessie Smith (The Death of Bessie Smith)
  • 1959 : Le Tas de sable (The Sandbox)
  • 1959 : Fam and Yam
  • 1960 : Le Rêve de l'Amérique (The American Dream)
  • 1962 : Qui a peur de Virginia Woolf ? (Who’s Afraid of Virginia Woolf?)
  • 1964 : Tiny Alice
  • 1966 : Délicate Balance (A Delicate Balance)
  • 1966 : Breakfast at Tiffany's (comédie musicale)
  • 1967 : Tout dans le jardin (Everything in the Garden) (adaptation américaine d'une pièce du dramaturge britannique Giles Cooper)
  • 1968 : Box et Quotations from Chairman Mao Tse-Tung (diptyque dramatique)
  • 1971 : All Over
  • 1974 : Seascape
  • 1975 : Listening
  • 1976 : Counting the Ways
  • 1979 : The Lady from Dubuque
  • 1981 : Lolita (adaptation du roman éponyme de Vladimir Nabokov)
  • 1981 : The Man Who Had Three Arms
  • 1983 : Finding the Sun
  • 1987 : Marriage Play
  • 1991 : Trois femmes grandes (Three Tall Women)
  • 1992 : The Lorca Play
  • 1993 : Fragments
  • 1996 : The Play About a Baby
  • 2001 : Occupant
  • 2002 : La Chèvre, ou Qui est Sylvia ? (The Goat, or Who Is Sylvia?)
  • 2003 : Knock ! Knock ! Who's There !
  • 2004 : Peter & Jerry (pièce refondue d'après Zoo Story et retitrée At Home at the Zoo en 2009)
  • 2007 : Me, Myself and I
  • 2009 : La Maison et le Zoo (At Home at the Zoo)

Essais[modifier | modifier le code]

  • Stretching My Mind: Essays 1960–2005 (2005)

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • 1964 Tony Award for Best Play - The Ballad of the Sad Cafe
  • 1965 Tony Award for Best Author of a Play - Tiny Alice
  • 1965 Tony Award for Best Play - Tiny Alice
  • 1967 Tony Award for Best Play - A Delicate Balance
  • 1975 Drama Desk Award Outstanding New Play - Seascape
  • 1975 Tony Award for Best Play - Seascape
  • 1976 Drama Desk Award Outstanding Director of a Play - Who’s Afraid of Virginia Woolf?
  • 1994 Drama Desk Award Outstanding Play - Three Tall Women
  • 2001 Pulitzer Prize for Drama - The Play About the Baby
  • 2003 Pulitzer Prize for Drama - The Goat, or Who Is Sylvia?
  • 2005 Tony Award for Best Revival of a Play - Who’s Afraid of Virginia Woolf?

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) James Lachno, « Edward Albee biography », sur The Telegraph,‎ (consulté le 18 septembre 2016).
  2. Pierre Laville, « Edward Albee, la nostalgie de l’enfant », sur Télérama,‎ (consulté le 18 septembre 2016).
  3. « Edward Albee, l’auteur de « Qui a peur de Virginia Woolf ? », est mort », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 18 septembre 2016).
  4. (en) Nadja Klopsch, Family in Edward Albee's Plays 'The Sandbox' and 'Who's Afraid of Virginia Woolf?', GRIN Verlag, , 20 p. (ISBN 9783640537754, lire en ligne), p. 4

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Liliane Kerjan, Albee, collection Théâtre de tous les temps, Seghers, 1971
  • Liliane Kerjan, Le théâtre d'Edward Albee, Klincksieck, 1978

Liens externes[modifier | modifier le code]