Ulysse 31

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ulysse (homonymie).
Ulysse 31
Genre Science-fiction
Création Jean Chalopin
Nina Wolmark
Production Jean Chalopin
Yutaka Fujioka
Musique Denny Crockett
Ike Egan
Haïm Saban
Shuki Levy
Pays d'origine Drapeau de la France France
Drapeau du Japon Japon
Chaîne d'origine FR3 - RTL Production
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 26
Durée 26 minutes
Diff. originale

Ulysse 31 (宇宙伝説ユリシーズ31, Uchū Densetsu Yurishīzu Sātīwan?) est une série télévisée d'animation franco-japonaise en 26 épisodes de 26 minutes (environ), créée par Jean Chalopin et Nina Wolmark d'après l'Odyssée d'Homère, réalisée sous la direction de Bernard Deyriès.

Diffusée en France pour la première fois à partir du au sur FR3, la série est rediffusée sur France 3 dans Les Minikeums, puis en 2004 sur France 5 dans l'émission Midi les Zouzous, puis sur les chaînes Télétoon et Mangas.

Historique[modifier | modifier le code]

Coproduite par les studios DIC et Tokyo Movie Shinsha, cette série transpose au XXXIe siècle (d'où le 31 présent dans le titre) l'histoire de l’Odyssée ainsi que d'autres épisodes de la mythologie grecque. Le design général, en particulier celui du vaisseau d'Ulysse, l’Odysseus, allie le logo de la chaîne commanditaire, FR3 (devenu France 3 en 1992), au design futuriste de 2001, l'Odyssée de l'espace de Stanley Kubrick. C'est Shōji Kawamori, célèbre designer de mecha, qui s'en est chargé.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Télémaque, fils d'Ulysse, vient de fêter son anniversaire et reçoit en cadeau Nono, un petit robot farceur. Alors qu'ils retournent vers la Terre à bord de l’Odysseus, Télémaque est enlevé par les moines adorateurs du Cyclope, une créature du dieu Poséidon. Pendant sa captivité, il fait la connaissance de Thémis et de son grand frère Noumaïos, deux humanoïdes originaires de la planète Zotra. Tous trois doivent être sacrifiés au Cyclope.

Ulysse et Nono viennent alors à leurs secours et les ramènent à bord du vaisseau. Mais ils ont été contraints de détruire le Cyclope, ce qui a provoqué le courroux de Poséidon. Pour se venger, celui-ci demande à Zeus de les punir. C'est pourquoi, dans l’Odysseus, Ulysse entend soudain la voix de Zeus retentir : « Quiconque ose défier la puissance de Zeus doit être puni. Tu erreras désormais dans un monde inconnu. Jusqu'au royaume d'Hadès vos corps resteront inertes. »

À la suite de cette sombre sentence, Ulysse découvre avec horreur que tous ses compagnons, ainsi que Noumaïos, le frère de Thémis, ont été plongés dans une léthargie permanente. De plus, le chemin de la Terre a été effacé de la mémoire de l'ordinateur de bord parlant, Shyrka. Ulysse, Télémaque, Thémis et Nono se voient ainsi condamnés à errer à travers l’Olympe, à la recherche d'un moyen de sauver leurs amis, avant de trouver comment rejoindre la Terre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

  1. Le Cyclope ou la Malédiction des dieux
  2. Les Fleurs sauvages
  3. Hératos
  4. Chronos
  5. La Planète perdue
  6. Éole ou le Coffret des vents cosmiques
  7. Sisyphe ou l'Éternel Recommencement
  8. La Révolte des compagnons
  9. Le Sphinx
  10. Les Lestrygons
  11. Charybde et Scylla
  12. Le Fauteuil de l'oubli
  13. Les Sirènes
  14. Le Marais des doubles
  15. La Deuxième Arche
  16. Circé la magicienne
  17. Nérée ou la Vérité engloutie
  18. Le Labyrinthe du Minotaure
  19. Atlas
  20. Le Magicien noir
  21. Les Révoltées de Lemnos
  22. La Cité de Cortex
  23. Ulysse rencontre Ulysse
  24. Les Lotophages
  25. Calypso
  26. Le Royaume d'Hadès

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Personnages secondaires[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Ulysse : c'est le personnage principal, transposition de l'Ulysse de L'Odyssée. L'aspect général de son visage semble cependant être largement inspiré de celui de son créateur principal, Jean Chalopin, alors âgé de 31 ans : barbe et cheveux roux, yeux bleus... Il possède deux tenues variant selon ses activités : dans le vaisseau, il porte un costume marron clair avec un plastron blanc et des galons couleur or ; lors des sorties, il est équipé d'une combinaison bleue, une cape et d'un assortiment d'équipements. Dans le vide, il est couvert d'un casque spatial en forme de tête de lion. Son arme de prédilection est une épée laser semblable aux sabres laser de Star Wars, et qui peut se reconfigurer en pistolet laser. Il utilise aussi un bouclier magnétique généré à partir de son gantelet gauche. Il porte également sur la poitrine un émetteur radio rouge et une ceinture possédant quelques fonctions, dont notamment un système de rétro-fusées lui permettant de voler en cas d'extrême nécessité. Au sein de l'équipage, il est indiscutablement le chef mais, contrairement à L'Odyssée, son titre royal n'est jamais mentionné. Il s'agit d'un homme habile, réfléchit et calme, rarement abattu, toujours intègre et hospitalier. Il est particulièrement doué dans les combats. En version française, le doublage de sa voix était assuré par l'acteur Claude Giraud qui contribua à donner beaucoup d'ampleur et de charisme au personnage.
  • Télémaque : fils d'Ulysse. Il a douze ans, est blond, et est aussi valeureux que son père. Malgré son jeune âge, c'est un pilote de vaisseau déjà aguerri. On le voit fréquemment aux commandes de Dardos, le module frontal de la navette d'Ulysse. Il ne combat pas souvent, mais lorsqu'il le fait, il utilise un lance pierre magnétique. En temps normal, il est habillé comme tout jeune humain : un pantalon et une sorte de pull. Lors des sorties, il porte une combinaison bleue similaire à celle de son père mais ornée d'un collier.
  • Thémis : une jeune Zotrienne à peau bleue, sauvée par Ulysse alors qu'elle était elle aussi prisonnière du Cyclope. Thémis passe pour être immunisée contre le feu, et dispose de pouvoirs psychiques développés dont des facultés télépathiques. Elle joue d'un instrument. Elle porte habituellement une tenue rose. Sa combinaison est peu différente de celle de Télémaque à l'exception de la couleur invariablement rose. Elle a un frère aîné nommé Noumaïos, pour lequel elle est prête à tout pour le libérer, qui demeure en stase avec le reste des compagnons d'Ulysse sauf quand il est sur un des satellites de la planete Zotra.
  • Shyrka : c'est le nom de l'ordinateur de bord de l’Odysseus. Il accomplit de nombreuses opérations, de l'analyse de l'état du vaisseau et de son environnement aux calculs de trajectoire. D'une intelligence artificielle exceptionnelle, il répond sur ordre vocal et peut prendre des initiatives. Le nom viendrait du japonais Shiruka (シルカ Shiruka), version japonisée du nom de la magicienne Circé. Sa voix est celle d'une femme.
  • Nono : c'est un robot de compagnie, qui suit Télémaque. Il est humanoïde, bipède et fait environ 40 cm de haut. Il est formé de trois segments en forme de boîtes de conserve : un pour la tête, un pour le torse et le dernier pour le ventre. Ces segments sont articulés entre eux. La tête porte deux yeux blancs. Elle est munie d'une sorte de poignée de pompe qui permet de recharger manuellement les batteries du robot. Celui-ci est capable de parler et d'éprouver des sentiments. La tête porte aussi une bouche, et outre le fait de lui servir à parler, elle lui sert à manger des « petits boulons ». Ses mains n'ont pas de doigts, mais ceux-ci sont regroupés en forme de moufle, pour former une pince avec le pouce. Nono est le principal élément comique de la série, mais sa force phénoménale en fait aussi un allié précieux pour Ulysse et ses compagnons.
  • Les compagnons : c'est sous cette appellation que sont désignés les membres d'équipage de l’Odysseus. Ils forment une véritable famille qu'Ulysse s'efforce à ramener coûte que coûte vers la Terre. Avant d'être plongés en stase par la malédiction divine, ils participaient au bon fonctionnement du vaisseau, en particulier Nestor, vraisemblablement le second et plus proche d'Ulysse qui a eu un rôle dans la libération des enfants du Cyclope, et la pilote. Du reste, on ne connait pas grand chose des membres, "absents" pendant la quasi-totalité de la série. Lors de certains épisodes, la malédiction est brièvement levée et les compagnons peuvent bouger librement.
  • Les robots : ils réalisent les taches répétitives ou périlleuses au sein du vaisseau. Ensembles, ils forment un groupe de défense efficace contre les intrus. En revanche, la majorité ne parle pas.

Vaisseaux[modifier | modifier le code]

L’Odysseus[modifier | modifier le code]

Ulysse et les enfants voyagent à bord de l’Odysseus, un vaisseau de la taille d'une petite ville et assez bien équipé pour reproduire les conditions terrestres. L’Odysseus a la forme d'un œil, symbole de sa fonction d'exploration de l'espace afin de retrouver le chemin du retour. Il est d'ailleurs plusieurs fois fait mention de l'iris, dans plusieurs épisodes, qui est une fonctionnalité du vaisseau pour se protéger de lumière trop forte ou de rayonnements.

Durant leurs aventures, ils utilisent également d'autres vaisseaux :

  • la navette, utilisée pour l'exploration mais aussi pour les combats, qui a la particularité de se séparer en trois vaisseaux indépendants :
    • le Dardos, formant la pointe de la navette, utilisé principalement pour le combat aérien,
    • l’Orbos, formant la partie centrale de la navette, équipé d'un canon permettant de tirer sur 360° et de quatre roues motrices pour explorer les planètes,
    • le Virès, formant la partie terminale de la navette ;
  • l’Élios, engin d'exploration pouvant contenir jusqu'à quatre passagers ;
  • le périscaphe, module servant à l'exploration sous-marine.

Autres vaisseaux[modifier | modifier le code]

Côté adverse, les vaisseaux Tridents (rappelant ainsi l'arme du dieu Poséidon qui possédait le Cyclope qu'Ulysse a détruit) sont les ennemis récurrents de la série. Les autres vaisseaux sont divers et variés, utilisés par certains personnages ou épaves abandonnées dans l'espace ou sur des planètes.

Bande originale[modifier | modifier le code]

La majorité de la bande originale fut composée par Denny Crockett et Ike Egan. Quelques thèmes additionnels furent composés par Shuki Levy et Haim Saban, qui ont également signé les chansons des génériques pour la diffusion française.

Il existe trois génériques français. Les chansons et les musiques d'accompagnement (BGM) ont fait l'objet de nombreuses éditions et rééditions. Le groupe français Parallax a entrepris le réenregistrement de ces musiques et annoncé la parution d'un CD, prévu pour fin 2012 et plusieurs fois repoussé. Un double CD contenant l'intégralité de la bande originale est annoncé pour juillet 2016.

Les génériques[modifier | modifier le code]

En France, pour les deux premières diffusions, en 1981-1982 puis en 1982-1983, il y avait deux génériques (l'un au début, l'autre à la fin) et tous deux étaient chantés par Lionel Leroy, grand habitué des génériques pour la télévision au cours de la première moitié des années 1980. En revanche, il n'y avait qu'un seul générique pour la troisième diffusion, en 1983-1984, intitulé Ulysse revient.

Détails :

  • Ulysse (1er générique de début, 1981) interprété par Lionel Leroy
  • Ulysse 31 (1er générique de fin, 1981) interprété par Lionel Leroy
  • Ulysse revient (2e générique, 1983) interprété par Jacques Cardona du groupe Apollo

Pour les diffusions hors de France, les génériques anglais, espagnols, italiens et allemands reprenaient tous la mélodie et les arrangements du premier générique de début français, Ulysse, dans leurs langues respectives ; chaque pays ajoutait une voix locale sur une version instrumentale du 45 Tours original français.

Seuls les génériques japonais étaient différents, interprétés par le groupe Neverland, et sortirent sur un même single le 21 avril 1986 :

  • Ginga Densetsu Odyssey en ouverture
  • Ai. Toki no Kanata ni en fermeture

Principales éditions[modifier | modifier le code]

Un premier 33 tours, paru en 1981 sous le label Saban Records, contenait les deux génériques originaux et quelques chansons supplémentaires, mais aucune des musiques de fond.

En 1983, un second 33 tours présente le nouveau générique Ulysse revient, de nouvelles chansons originales et une sélection de six instrumentaux, tous signés Haïm Saban et Shuki Levy :

  • Pot pourri
  • La gloire finale
  • Trafic dans l'espace
  • Ulysse rencontre Ulysse
  • Sirène
  • Changement de temps

En 2001, le label Loga-Rythme commercialise le premier CD consacré à la bande originale d'Ulysse 31. Les bandes master étant considérées comme perdues, les musiques ont été reconstituées à partir de la bande sonore des épisodes ; elles sont donc en mono, avec des restes de bruitages et une qualité sonore globalement médiocre. Cette édition se serait vendue à 10.000 exemplaires.

En 2013, une nouvelle édition, sous label Expert Music, propose pour la première fois les musiques de Denny Crockett et Ike Egan en stéréo, avec de nombreux inédits. En revanche, les musiques de Haïm Saban et Shuki Levy ainsi que les génériques sont absents.

Autour de la série[modifier | modifier le code]

  • Ulysse 31 s'inscrit dans le cadre d'une déferlante de séries animées post-Star Wars, telles que Capitaine Flam, Albator, Cobra, ou encore Il était une fois... l'Espace. Elles placent toutes leurs héros dans un cadre de space opera, témoignant ainsi d'une certaine fascination de l'époque (de la fin des années 1970 au milieu des années 1980) pour l'espace et la conquête spatiale.
  • La série constitue une première aussi bien en France, par son succès d'audience, qu'au Japon, car c'est une nouveauté en matière de partenariat créatif. Elle permet à des créatifs et scénaristes français de travailler avec une main-d'œuvre de qualité et, réciproquement, à des animateurs et scénaristes japonais de s'investir dans le processus créatif[1]. Le délai de réalisation d'un épisode, de deux semaines au lieu d'une habituellement, a donné lieu à une animation particulièrement fouillée et fluide. À l'époque, le standard japonais descend en effet fréquemment à six images par seconde, alors que pour Ulysse 31, l'animation est la plupart du temps de douze images par seconde. En outre, l'étendue de la palette de couleurs et le souci du détail de la série sont une nouveauté pour un programme destiné à la télévision.
  • L'utilisation d'images de synthèse, dans le générique et dans certains épisodes, est également une première. Mais les capacités informatiques de l'époque restent limitées et ne permettent pas, par exemple, d'animer l’Odysseus autrement que par un rendu en fil de fer. C'est pourquoi le vaisseau est finalement animé de manière traditionnelle.
  • L'épisode pilote a connu deux versions. La première est réalisée par René Borg et n'a jamais été diffusée à la télévision. En 2007, un internaute japonais la met en ligne, sur le site Stage6. De mauvaise qualité, la vidéo permet toutefois de noter quelques différences : l'animation est moins fluide, le character design est plus typiquement japonais et l’Odysseus a une apparence complètement autre (il s'agit d'un gigantesque anneau, partiellement animé en images de synthèse). Toutefois, certains éléments sont déjà bien présents, tels que l'intrigue et les personnages principaux. Pour la deuxième version du pilote, l'équipe nippone revoit donc le character design, le mecha design et la qualité de l'animation. Le personnage d'Ulysse est particulièrement retouché. L'équipe nippone, qui souhaite honorer Jean Chalopin, lui donne la plupart de ses traits (À l'origine, il avait juste un air de famille.). Il faut savoir que Jean Chalopin a pour habitude de créer, pour ses séries, au moins un personnage de barbu aux yeux clairs. De tous ses avatars, Ulysse est ainsi celui qui lui ressemble le plus. L'aspect graphique des Zotriens et de Nono est, par contre, presque identique à la première version.
  • Le 21 juillet 2015, Hervé de La Haye, sur son blog, poste des extraits en français du doublage d'époque du pilote de 1980 qui devait être présenté au MIP-TV. Il en fait une première description et nous révèle que Philippe Ogouz prête sa voix à Ulysse.
  • Dans l'épisode 11, Nono se demande à voix haute : « Mais où sont les glaces galactiques d'antan ? », ce qui est une transposition spatiale du célèbre vers de François Villon : « Mais où sont les neiges d'antan ? »
  • Dans le titre Se-vrak de Kaaris, référence est faite à Ulysse 31 : « Je veux partir pour ne plus voir la nature humaine je m'arrache comme Ulysse 31. »

Produits dérivés (France)[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

  • En 1999, la série intégrale est pour la première fois commercialisée en France au format VHS. Cinq ans plus tard, en 2004, elle paraît en coffret DVD dans une édition basique. Enfin, en 2005, la série ressort à nouveau en DVD dans une édition Premium sous la forme de deux coffrets bénéficiant d'un emballage beaucoup plus soigné que dans l'édition initiale, incluant chacun quelques bonus et un livret.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ulysse 31 édition DVD premium deuxième coffret : livret, interview de Shingo Araki, directeur de l'animation

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hervé de la Haye, « Ulysse dans l'espace : recomposition des mythes grecs dans Ulysse 31 », dans Mélanie Bost-Fievet et Sandra Provini (dir.), L'Antiquité dans l'imaginaire contemporain : fantasy, science-fiction, fantastique, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres » (no 88), , 617 p. (ISBN 978-2-8124-2994-1, présentation en ligne), p. 135-146, [présentation en ligne].
  • Maroin Eluasti et Nordine Zemrak, Les séries de notre enfance : Ulysse 31, Les cités d'or, Inspecteur Gadget, Wambrechies, Pollux, , 208 p. (ISBN 978-2-9543363-0-5, présentation en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :