Aérodrome de Millau-Larzac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Millau-Larzac
Le tarmac de l'aéroport
Le tarmac de l'aéroport
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Aveyron
Ville Millau
Coordonnées 43° 59′ 21″ nord, 3° 11′ 00″ est
Superficie 35 ha
Altitude 794 m (2 606 ft)

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

(Voir situation sur carte : Occitanie)
-
-

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
-
-
Pistes
Direction Longueur Surface
14/32 1 700 m (5 577 ft) Revêtue
Informations aéronautiques
Code OACI LFCM
Nom cartographique MILLAU
Type d'aéroport Ouvert à la CAP
Gestionnaire Syndicat mixte pour l’exploitation de l’aérodrome du Larzac
Site web aéroport Consulter

L’aérodrome de Millau-Larzac (code OACI : LFCM) est un aérodrome ouvert à la circulation aérienne publique (CAP)[1], situé sur les communes de L'Hospitalet-du-Larzac et de La Cavalerie, à 18 km au sud-est de Millau dans l’Aveyron (région Occitanie, France).

Il est utilisé pour la pratique d’activités de loisirs et de tourisme (aviation légère, parachutisme et voltige).

Histoire[modifier | modifier le code]

" À l'origine, le premier aéro-club de l'Aveyron se nommait Aéro-club des Causses, il était rattaché à la Section d'aviation de tourisme Millau Saint-Affrique et Roquefort.

C'était en juin 1930, que Jean Galtier, un Saint-Affricain et Rey de Roquefort, tous deux ingénieurs de l'École d'Aéronautique, décidèrent de la fondation de cet aéro-club. Quinze membres fondateurs élurent Monsieur Prévot, gantier et ancien pilote comme Président. Monsieur Maurice Liron fut le premier secrétaire.

Le premier avion fut acheté par Monsieur Arlabosse, un Saint-Affricain, qui finança l'achat. Il choisit un Potez 36, avion biplace côte à côte. Le prix en était de 60 000 francs, subventionné à 50 % par l'État. C'est donc 30 000 francs que neufs membres fondateurs remboursèrent à M. Arlabosse. Monsieur Aldias, un jeune pilote issu de l'armée, fut le premier chef pilote du Club. L'aéro-club des Causses était bien parti. Les élèves pilotes venaient même des départements limitrophes. Un Potez 43 et deux Potez 58 viennent alors renforcer "l'escadrille". Ces avions furent "empruntés" en 1936 par des républicains espagnols… Ils décollèrent sous le nez du mécanicien à qui ils avaient annoncé par téléphone une inspection du bureau Véritas !

Il y eut de nombreux meetings où des héros comme Maryse Bastié et Marcel Doret attirèrent la grande foule sur le plateau du Larzac. C'était avant 1939 ! "

D'après les mémoires de l'un des membres fondateurs, Monsieur François Decuq.

Installations[modifier | modifier le code]

L’aérodrome dispose d’une piste bitumée orientée sud-nord (14/32), longue de 1 700 mètres et large de 30.

L’aérodrome n’est pas contrôlé. Les communications s’effectuent en auto-information sur la fréquence de 120,800 MHz.

L’avitaillement en carburant (100LL) est possible grâce à un automate Total disponible 24h/24[2].

Activités[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]