Base aérienne 279 Châteaudun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Base aérienne 279 Châteaudun "Lieutenant Beau"
Dassault Mirage IIIC sur la base de Châteaudun en 1987.
Dassault Mirage IIIC sur la base de Châteaudun en 1987.
Cocarde
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 03′ 29″ nord, 1° 22′ 46″ est
Altitude 132 m (433 ft)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Base aérienne 279 Châteaudun "Lieutenant Beau"
Base aérienne 279 Châteaudun "Lieutenant Beau"
Pistes
Direction Longueur Surface
98°/278° 2 302 m (7 552 ft) bitume
Informations aéronautiques
Code OACI LFOC
Type d'aéroport Militaire
Gestionnaire Armée de l'air

La base aérienne 279 Châteaudun "Lieutenant Marcel Beau" de l'Armée de l'air française fut une base aérienne, de 1934 à 2014.

Elle était située à 5 km à l'est de Châteaudun dans le département d'Eure-et-Loir. Elle était, durant ces années, un acteur majeur du bassin d'emploi de Châteaudun. Depuis le 2 juillet 2014, elle est devenue un Élément Air Rattaché (EAR 279) à la base aérienne 123 Orléans-Bricy.

Unités passées et actuelles - autres activités aéronautiques[modifier | modifier le code]

Implanté pour partie sur les communes de Châteaudun et de Lutz-en-Dunois, l'EAR 279 exploite différentes unités chargées du stockage des avions et de leur convoyage vers les escadrons de l'armée de l'air, un centre informatique chargé du soutien des applications logistiques, un centre de gestion du matériel technique, une équipe d'étude technique des méthodes de stockage, une équipe d'étude technique des réparations des dommages de combat et une section locale d'achat et de mandatement.

Il s'y trouvait un Centre de Préparation Militaire Air ("PM Air"), du temps de la conscription, en vue de doter les futurs appelés des fondamentaux de la formation militaire.

Entre le 1er juillet 1964 et le 7 juillet 2017, les pilotes de l'Escadron de convoyage 70 "Châteaudun" ont pour mission d’assurer les mouvements des avions de chasse et TBM 700 entre différentes entités : unités de l’armée de l’air, escadrons ou entrepôts, ateliers industriels de l’aéronautique (AIA) ou bien encore constructeurs.

Un aéroclub civil exerce ses activités sur le terrain.

Un conservatoire d'avions de guerre, anciens, s'y trouve[1].

Avions[modifier | modifier le code]

Du fait de son activité, la base aérienne de Châteaudun accueillait pratiquement tous les types d'aéronefs utilisés par l'Armée de l'air.

Historique[modifier | modifier le code]

Avant 1934[modifier | modifier le code]

  • 1915 : Création d'un Entrepôt de Munitions, qui deviendra l'ERGMu. Cette présence militaire et l'emplacement des terrains confèrent à Châteaudun un rôle actif dans les navigations aériennes effectuées à partir des écoles d'aviation de Chartres (future base aérienne 122 Chartres-Champhol) et d'Étampes.

De la création, en 1934, à 1944[modifier | modifier le code]

Le 14 juin, repli de l'effectif à Cognac et le 31 août, dissolution de l'EAA 301.

  • 1940/1944 : occupation du terrain par l'armée de l'air allemande, la luftwaffe. Cette dernière exploite principalement des appareils de bombardement (quatre unités de bombardement de jour, une de bombardement de nuit, trois unités de chasse et d'escorte).

Le 5 juillet 1944, un bombardier allié Lancaster est abattu par la chasse de Châteaudun[2].

  • 1943 : Bombardements américains. Basant des chasseurs à réaction Me-262, la base constitue un objectif de choix pour l'aviation américaine.
  • 1944 : En janvier, destruction presque complète par les Américains qui s'y installeront en août 1944, après la Libération.

5 mars 1944 : un bombardier allemand Heinkel 177 est abattu au décollage[3]. 17 août 1944 : libération de la ville de Châteaudun. Le 20 août, l'armée américaine stationne essentiellement des avions de transport C47 ou Dakotas, mais également de reconnaissance et de chasse de nuit.

De 1945 à la dissolution, en 2014[modifier | modifier le code]

Le drapeau de tradition de la base aérienne, celui hérité de la 52e Escadre de Reconnaissance, est remis au Service Historique de la Défense (SHD).

Depuis la dissolution de 2014 : l'EAR 279[modifier | modifier le code]

L'EAR 279 conserve notamment la mission de stockage d'aéronefs, ainsi qu'une activité aérienne (piste ouverte deux jours par semaine). Un projet de centre de déconstruction d'aéronef est évoqué.

Le 26 janvier 2015, lors de l'accident aérien de la base de Los Llanos, une des neufs victimes françaises provient de l'EAR 279[6].

La base sert en 2015/2016 de site d'essais de la maquette du concept Adeline[7].

Le 25 août 2016, Fabien Verdier, conseiller municipal de Châteaudun et conseiller régional, propose de faire un petit aéroport à partir de la piste longue de plus de 2 km, projet soutenu par Gilles Savary, président du Conseil Supérieur de l'Aviation Civile[8]. Il privilégie l'option de la navigation légère (drones...), l'aviation d'affaires ou privée et l'activité aéro-industrielle (développement de la filière aéronautique dans le territoire), afin de redonner un nouveau souffle au sud de l'Eure-et-Loir[9]. Ce projet intéresse également Marc-Antoine Jamet, président du Pôle de compétitivité Cosmetic Valley[10].

Un vol civil expérimental a été organisé avec succès le 22 mars 2017 avec Nicolas Guillemet, directeur général de l'entreprise dunoise Lachant Spring 28[11] et le 18 août 2017, la société Aero Sucess a signé une convention avec le ministère de la Défense lui permettant de faire décoller ou atterrir des avions depuis l'EAR 279[12].

En novembre 2017, l'entreprise Air DG, basée dans le Val d'Oise et qui propose aux entreprises d'acheter des avions en copropriété, a signé après avoir été contactée par Fabien Verdier une convention avec le ministère de la Défense qui l'autorise à utiliser la piste de l'EAR 279 pour faire décoller ou atterrir des avions civils. Ce projet vise notamment à aider les entreprises des pôles de compétitivité Polepharma et Cosmetic Valley à attirer des talents en Eure-et-Loir[13]. Ce projet d’aéroport est également soutenu par François Bonneau, président de la région Centre-Val de Loire[14]. Plus de 92 % des habitants de Châteaudun soutiendraient le projet de plateforme aéronautique civile[15]. Le conseiller régional Fabien Verdier a annoncé début juillet 2018 qu'il allait lancer avec la région des études stratégiques sur l'avenir de la base aérienne[16].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. CANOPEE http://canopee-chateaudun.fr/
  2. Crash d'un Lancaster http://memoireethistoire.com/blog/2012/09/06/crash-dun-bombardier-lancaster-pres-de-chateaudun-5-juillet-1944-2/
  3. Crash d'un Heinkel 177 http://forcedlanding.pagesperso-orange.fr/heinkel177htm.htm
  4. Dissolution de la BA 279 https://www.defense.gouv.fr/air/actus-air/la-base-aerienne-279-devient-un-ear
  5. Diminuer les coûts, car les ressources diminuent http://www.opex360.com/2014/07/04/la-base-aerienne-279-de-chateaudun-transformee-en-element-air-rattache/
  6. « Accident aérien à Albacete : in memoriam », sur Armée de l’air, (consulté le 1er février 2015).
  7. « Audition du général Jean-Daniel Testé, commandant interarmées de l’espace », sur Commission de la Défense nationale et des Forces armées, (consulté le 6 juin 2016).
  8. « L’ex-base aérienne de Châteaudun pourrait-elle accueillir un aéroport low-cost et touristique ? », sur http://www.lechorepublicain.fr/,
  9. « Un élu propose la création d'un aéroport sur l'ex-base aérienne », sur radio intensite, (consulté le 27 août 2016).
  10. « Sicofor, « essentielle à la Cosmetic Valley » », sur lechorepublicain.fr,
  11. « Et si l'aérodrome de Châteaudun accueillait des vols d'affaires ou touristiques ? », sur http://www.lechorepublicain.fr/,
  12. « Des vols privés sur la piste de l’ancienne base aérienne de Châteaudun », sur http://www.lechorepublicain.fr,
  13. Frédéric Levent, « La société Air DG propose aux entreprises de s'envoler depuis Châteaudun vers l'Europe », L’Écho Républicain,‎ (lire en ligne)
  14. « Fabien Verdier a présenté, hier soir, son projet de petit aéroport censé faire redécoller la ville », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 2 février 2018)
  15. « En Eure-et-Loir, Châteaudun veut son "petit aéroport" », sur www.tourmag.com, (consulté le 12 avril 2018)
  16. Philippe Provôt, « Fabien Verdier continue de militer pour une plateforme aéroportuaire à Châteaudun », L'Echo Républicain,‎ (lire en ligne)